Missions sans pièces justificatives à l’Assemblée nationale : Me Bénéwendé Sankara présente ses pièces !

Droit de réponse • dimanche 13 août 2017 à 11h01min

Ceci est un droit de réponse de Me Bénéwendé Sankara relatif à une publication du bimensuel burkinabè "Courrier Confidentiel".

Missions sans pièces justificatives à l’Assemblée nationale : Me Bénéwendé Sankara présente ses pièces !

Dans la parution du journal courrier confidentiel, n° 137 du 10 août 2017, je trouve mon nom sur une liste de députés et d’agents dont les missions n’ont pas de pièces justificatives.

Par la présente, je voudrais rassurer l’opinion nationale et internationale que la publication est mensongère et diffamatoire car les pièces justificatives de la dite mission sont disponibles.

Je vous prie de trouver ci-joint à titre de droit de réponse une lettre que j’ai adressée à Monsieur le Directeur de publication du Courrier Confidentiel, une lettre d’explication à Lamine Coulibaly, Directeur des services comptables et de la trésorerie de l’Assemblée nationale, ainsi que les pièces justificatives de la mission.

En espérant que chacun de vous prendra le soin de lire cette clarification et éviter les ergotages de toutes sortes sur cette affaire, je vous rassure ma disponibilité et mon combat indéfectible contre les injustices, la corruption et les autres tares de la société.

Je vous remercie.

Me Bénéwendé Stanislas SANKARA


Le droit de réponse adressé au Directeur de publication du Courrier Confidentiel


La lettre d’explication à Lamine Coulibaly, Directeur des services comptables et de la trésorerie de l’Assemblée nationale


Les pièces justificatives de la mission



Messages

  • Mais c’est pas tout là. Y a que le pris du billet ? donc ta mission là l’assemblée ne prend en compte que ça ? Et les frais journaliers ? tu n’en as pas eu ? si oui, ou sont les justificatifs ? A combien s’élève la totalité dans ce cas ? Mon frère c’est toujours pas claire

    • Delta, prend le soin de lire ce qui est écrit sur l’ordre de mission. En dehors du billet, tous les frais sont à la charge du Parlement de la CEDEAO. C’est écrit !

    • Si toi même tu avais lu l’ordre de mission tu aurais remarqué que le transport est aussi pris en charge par la CEDAO c’est seulement une partie de la restauration que l’assemblée nationale prend en charge.

    • Non, toi prends le soin de lire. C’est en partie que la CEDEAO règle les frais. Et la partie réglée par l’assemblée ?
      et oui, il y a des perdiems qui sont offerts et ça doit être dit, même si cela est secondaire. Quand on prétend l’honnêteté, c’est pas à moitié.

    • non Monsieur (ou Madame) !!!
      vous lisez bien ce qui est écrit. La CEDEAO ne gère pas tous les frais. relisez.
      Donc l’information que ton héros donne est contreproductive et...l’enfonce. Ou est la facture des frais engagés par l’assemblée ?

    • Soit plus intelligent mon frère.prend ton temps de comprendre le chef d’accusation qui a donné droit de réponse. Car ici on accuse le maître d’avoir fait une mission sans ordre de mission.N allez pas chercher des questions sans queue .BRAVO BRAVO au maître SNAKARA.

  • Franchement, il faut que les journalistes soient plus professionnel dans leur publication. Ils peuvent ternir l’image avec leurs écrits sans preuve. Merci à Maitre SANKARA pour cet acte de transparence !

    • Mon frère, arrête d’encourager ces pratiques. Me Sankara est juriste et sait qu’après une mission on doit déposer les pièces justificatives auprès de l’agent comptable. Qu’il reconnaisse les faits, s’excuse de n’avoir pas présenté les pièces et nous comprendrons. Mais présenter les pièces maintenant après avoir fait preuve d’un abus de pouvoir (lettre de demande d’explication à un agent qui a fait correctement son boulot), c’est pitoyable et ça ne le grandi pas. Si chaque supérieur devait agir ainsi, imaginer ce que l’administration serait.

    • les pièces justificatif montre que c’est UNE PARTIE de la restauration qui a été prise en charge par l’AN .Donc maître SANKARA lui-même nous démontrer par a+b que le reste de l’argent est parti dans ses poches.Mr éviter d’encourager la mal gouvernance

    • Bonjour je te remercie pour ton analyse effectuée ceux qui parlent on dirait je ne sais quoi si il est persuadé qu’après toute mission toutes les pièces justificatives doivent être présentés auprès de l’agent comptable pour qu’il remplisse lui aussi sa mission c’est pas après une déclaration il va vouloir se justifié..les journalistes on fait leur travail c’est tous il n’a qu’a reconnaître son tor s’excuser et on en passe...

  • Bravo Maître pour ce démenti cinglant. Cependant, va jusqu’au bout de ta clarification et trimballe ces journalistes amateurs en justice.
    Vivement que l’on debarrasse notre paysage médiatique de ces journalistes colporteurs de ragots de bas étage.

    • Doucement Ayatola ! Me Sankara avait peut-être les pièces mais s’il ne les a pas transmises au moment de l’établissement de la liste (10 mars 2017), il ne peut que s’en prendre à lui-même. Attendons le son de cloche du Directeur de la comptabilité de l’AN puisque Me Sankara lui a demandé des explications. Merci.

    • c est pas son rôle de transmettre des pièces de ses missions .il y a un service chargé pour ca. c est pour cela que l ’Afrique recule.Aidez le Burkina a avancé

    • Mon frère. C’est lui qui a pris l’argent il doit lui même aller justifier les fonds reçus. Il ne s’agit pas de détenir les justificatifs par devers soi. Il faut les remettre au Comptable. Maitre dit qu’il détient les justifs. Mais il ne dit pas qu’il les a remis au Comptable. Pour Maitre c’est très grave pacque c’est lui même qui a signé le décret. En principe dans les 3 jours qui suivent sa fin de mission il doit les justifier.

  • Deux choses sautent a l’oeil en lisant ces papiers minutes :

    1. L’ordre de mission de Monsieur Benewende Sankara n’a pas une date quand la secretaire generale de l’assemblee nationale l’a visee. A la signature du president de l’assemblee nationale la date est illisible.

    2. Fait tres ecoeurant et revoltant : mon Dieu Ouaga Lagos Abudja aller retour facture a 1.298.400 Frs Cfa c’est impossible meme en classe affaire . Si les frais de Transport sont pris en charge par le parlement de la CEDEAO pourquoi la facture est elle destinee a l’assemblee nationale ?
    On se rend compte a l’analyse que l’assemblee nationale est devenue la caravane d’Ali Baba .
    Il ne pouvait en etre autrement quand on vot des opportuiniste comme les Maitre Sankara parachutes a l’assemblee nationale et des vieux politiciens comme les Salif Diallo accroche toujours au pouvoir alors que dans d’autre contrees il sera a la retraite.
    Je sais pas comment le COURRIER CONFIDENTIEL repondra a ce droit de reponse mais le constat est que en voulant se justifier dans le precipitation Maitre Sankara s’enfonce davantage

    • Bonjour
      Belle analyse
      Me Bénéwindé VEILLEZ ENLEVEZ LA PHOTO DU PRÉSIDENT SANKARA
      ARRÊTEZ DE TROMPER LA JEUNESSE PAUVRE FILS DU FASO
      VOUS AVEZ VENDU UNIR/MS AU MPP : C’est ça un opposant !
      VOUS ETES ENTRAIN D’ENVOYER le FASO DANS LES ABIMES !

    • Burkinbila17 : le cout est bien possible. Vol business class, completement flexible (changements sans penalites), paiment retarde, sur facture. Il faut voir les conditions d’emission du billet avant de dire que c’est impossible. Maintenant, y a t’il possibility de faire ouaga-abuja A/R a moindre frais ? Bien sur. Mais la, c’est une autre histoire.

      A propos de la facture envoyee a notre Assemblee, cela n’est pas bien grave. C’est une pratique utilisee partout. C’est simplement parce que c’est notre AN qui a achete le billet avec l’agence. Mais certainement que notre Assemblee va se faire rembourser les frais. La encore, on ne peut pas conclure sans verifier si la comptabilite de l’AN a solde ce compte avec le parlement de la CEDEAO.

    • Tu m’as bien fait rire mais faut pas mettre des pois chiche dans son caviar car le président Sankara est son mangement,son fond de commerce

    • Si le billet est cher,il faut s’en prendre à la cedeao.C’est quand même inadmissible que pour une session qui devrait s’ouvrir le 4 février,c’est le 30 janvier qu’on envoie une invitation à tout un président d’une institution nationale.Seulement 4 jours pour se préparer,du grand n’importe quoi.C’est ainsi que les bureaucrates de ce machin qui ne sert à rien s’amusent avec l’argent des contribuables de la sous région.

    • Burkinbila17 êtes déjà allé au Nigeria ? Si oui vous saurez qu’il n’y a pas de ligne direct entre les 2 pays. Passer par Lomé ou Abidjan Voire Casablanca. Bref c’est de la faute à Me Sankara si le trajet est cher ?

    • Bien dit mon frère. À qui ont servi ces voyages pour écouter des discours seulement...????? Pour l’ensemble des parlements de la CEDEAO. Vraiment à rien foutre !!!! Pauvre Afrique : copier-coller sans réfléchir

    • Bonsoir cher internaute ONE Killa. Vous etes un novice en politique. On ne fait pas la politique pour rester éternellement opposant ; on fait la politique pour gérer le pouvoir afin de mettre en pratique ses idéaux.L’Unir/ps a sauvé le Burkina Faso en partageant le pouvoir avec le MPP a son corps défendant sinon en s’alliant avec le CDP et L’UPC le pays risquait d’aller dans l’abime comme vous le dites car l’Assemblée nationale allait être bloquée et le pays deviendrait ingérable. A défaut de la mère , on tête le Grand -mère.

  • Où sont les justificatifs pour les perdiems de séjour ? Ce qui est présenté ici concerne juste le billet si j’ai bien analysé.
    Merci de nous éclairer.

  • Bon, haya, voici les pièces justificatives ! Que dites-vous maintenant ? Nous attendons que tout député ayant son nom sur cette liste noire fasse pareil pour que lumière soit faite, un tant soit peu, sur cette affaire de déplacements non autorisé. Le moins qu’on puisse dire est que ces déplacements à l’extérieur qui coûtent chers aux contribuables burkinabè, n’étaient pas autorisés car impossible qu’ils aient été autorisés sans qu’il y ait eu des pièces justificatives. Quelle est donc la pratique à notre assemblée nationale ? Peut-on se lever un beau jour à Ouaga où la canicule fait 45 degrés, saute dans un avion pour aller se le couler douce dans un hôtel luxueux aux dépens de notre trésorerie nationale ? Sinon, que le Président de l’AN s’explique ; que toute personne épinglé par ce rapport du journal s’explique comme l’a été fait par ce député. Faites-le, et vite ; il y a va votre dignité et honore

  • Il fallait pas publier ca la falsification saute aux yeux. demandez a n’importe quelle comptable il vous le confirmera que c’est des faux documents.

  • Vice président , veuillez publier les vrais documents sinon on pourra vous poursuivre pour usage de faux..

  • Au regard des justificatifs il ressort que les frais de transport sont a la charge du parlement de la CEDEAO. Pourquoi l’Assemblée Nationale doit elle supporter encore les memes frais de transport ? Je cherche a comprendre si c’est le cas pourquoi un tel comportement de la part d’elus.

  • Maître en votre qualité de 1er Vice- président de l’AN ,avez vous reçu une v’loppe ou pas ? Si oui combien ? Puisque la restauration est supportée par le parlement de la CEDEAO et l’ AN ,combien l’ AN vous a versé à ce titre ? On ne vous demande pas d’aller jusqu’à brandir les reçus de restaurant ,mais dites quand même que vous avez reçu quelque chose à ce titre ,sinon il y a forcément quelque chose d’ incohérent dans votre affaire . Attention à ne pas vous enfoncer davantage en disant les choses à moitié comme le dit si bien le premier internaute . De plus, il vaut mieux que l’AN réponde globalement à ce dossier, plutôt que par des sorties individuelles et précipitées qui risquent au contraire de vous enfoncer tous et de porter un coup très sérieux à l’image de l’institution . La panique est mauvaise conseillère .

  • Hi hi hi
    "« Missions sans pièces justificatives : Les députés ont un incroyable talent !

    Notre article, « Gestion du budget 2016 de l’Assemblée nationale : 235 missions à l’extérieur du Burkina sans pièces justificatives », (voir CC N° 137 du 10 août 2017), a créé un séisme politique au sein du parlement. Les députés concernés par la liste des voyages sans justificatifs ne savent plus où mettre de la tête. Depuis la parution du journal, ils ont multiplié les réunions d’urgences. A l’hémicycle et en dehors du parlement. Ils veulent absolument savoir nos sources d’information. D’ailleurs, au moment où nous écrivons ces lignes (12 août), deux groupes de députés étaient en concertation aux quartiers 1200 Logements et Patte d’Oie, à Ouagadougou. Ils cherchent toujours à comprendre comment le rapport du comité ad’hoc chargé du contrôle de l’exécution du budget de l’Assemblée nationale, gestion 2016, jugé confidentiel, a pu se retrouver entre les mains de nos journalistes.

    Certains députés, craignant que la Cour des comptes débarque à l’Assemblée pour un contrôle approfondi, sont en train de courir pour chercher les pièces justificatives de leurs voyages. Et à cette allure, ils risquent de fabriquer des documents dans le seul but de sauver leur tête. C’est pourquoi la Cour des comptes, la plus haute juridiction chargée du contrôle des finances publiques, et l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de Lutte contre la corruption (ASCE/LC) doivent impérativement donner un coup de pied dans la fourmilière. Ils y a des choses à découvrir. Ça ne sent pas du tout bon dans la maison !

    L’un des députés, Me Bénéwendé Sankara, ancien opposant farouche au régime Compaoré mais qui s’est par la suite agrippé à la majorité présidentielle, a vite fait de qualifier la liste publiée par notre journal, dans laquelle figure son nom, de « mensongère ». Oh, sacré politicien ! Il était pourtant bel et bien au courant du rapport du comité ad’hoc, daté de mars 2017. Il a lui-même reçu le rapport. Où était-il donc tout ce temps pour ne pas réagir auprès du comité ? Il a fallu la publication de notre article, le 10 août, pour qu’il sorte enfin de l’ombre avec des papiers… C’est à se demander s’il avait vraiment, au moment du contrôle, les pièces qu’il brandit aujourd’hui sur sa page facebook. Le comité ad’hoc, créé par le Président de l’Assemblée nationale, par arrêté N° 2017-003/AN/PRES du 27 janvier 2017, a mené ses investigations auprès de l’ensemble des services techniques financiers de l’Assemblée, du 13 février au 10 mars 2017. Mais jusqu’au bouclage du contrôle sur l’exécution du budget, en mars 2017, il n’a eu connaissance d’aucune pièce justificative du voyage de Me Sankara au Nigeria en février 2016. Ce dernier, qui n’est ni comptable, ni questeur à l’Assemblée, les avaient-il gardés par devers lui ? Si c’est le cas, il faut sérieusement craindre pour la gestion de l’Assemblée nationale dont il est le premier vice-président. Car de telles pratiques constituent de véritables menaces pour les fonds publics et la bonne gouvernance.

    Dans son écrit, Bénéwendé Sankara tente de jeter le doute sur la liste des députés et des agents dont les missions n’ont pas de pièces justificatives, publiée par notre journal. Pourtant, cette liste, signée par le Directeur des services comptables et de la Trésorerie, figure bel et bien dans le rapport du comité ad’hoc (Voir annexe 6 : Liste des agents et députés n’ayant pas justifié leurs missions à l’extérieur). Il ne s’agit donc pas d’une liste « mensongère » comme il tente de le faire croire. L’ancien opposant, désormais à la table de la majorité parlementaire, laisse par ailleurs planer le doute sur l’existence même du comité ad’hoc, puisqu’il n’en parle nulle part dans son écrit. C’est pourtant lui, Me Bénéwendé Sankara, en sa qualité de premier vice-président de l’Assemblée, qui a signé, le 27 janvier 2017, au nom du Président Salifou Diallo en mission, « l’arrêté N°2017- 003- AN/PRES portant création d’un comité ad’hoc de contrôle de l’exécution du budget de l’Assemblée nationale, gestion 2016 ». C’est aussi lui qui a signé, le même jour, l’arrêté N° 005-AN/PRES portant composition du comité ad’hoc. Selon l’article 2 du premier arrêté, « le comité ad’hoc est chargé de contrôler la conformité de l’exécution du budget de l’Assemblée nationale aux dispositions légales et réglementaires ». L’arrêté note que le comité a un délai de 21 jours pour déposer les conclusions de ses travaux. Et paf ! Voilà que Me Sankara, le signataire du document, est dans le lot des députés qui n’ont pas justifié leurs missions à l’extérieur. Le Directeur des services comptables et de la trésorerie a établi la liste le 10 mars 2017. Et cela figure bel et bien dans le rapport du comité. Il s’agit bel et bien aussi de 235 missions effectuées à l’extérieur du Burkina sans pièces justificatives. Point barre !

    La Rédaction de « Courrier confidentiel »"

  • Les anarchistes sont toujours aux aguets pour mettre ce pays sens dessus,sens dessous.Laissez nous notre paix dans notre pauvrété.Ecrivez ce qui est correcte et bon.Ne chercher pas a destabiliser notre beau pays.

  • OK merci pour la réponse du journal. De plus je voudrais simplement dire que la LISTE n’a pas été PRODUITE par le journal qui publie l’affaire. M.Sankara cette liste existe oui ou non ? Il faudrait d’abord vous en prendre à ceux qui l’ont constituée et leur présenter vos justificatifs. après vous pouviez écrire au journal avec les copies pour dire que vous leur avez bel et bien présenté ça. ou alors si votre nom est dans la liste par ERREUR, vous écrivez au journal pour lui signifier qu’il faut enlever votre nom dans ça car voilà vos justificatifs fournis à tel date et telle occasion ...
    On ne peut pas vouloir d’une presse LIBRE, INDEPENDANTE, et SERIEUSE et passer son temps à la rabaisser et vouloir la traîner dans la boue.

  • Quels documents joue le rôle de « pièces justificatives » dans le cadre d’une mission à l’intérieur ou à l’extérieur, selon les dispositifs législatifs et réglementaires en vigueur au Burkina ?

    Toute personne qui ignore la réponse à cette question doit s’abstenir de dire qui à raison et qui à tord dans cette affaire.

  • Bonnes gens, dites moi en quoi les chiffons brandis par le "Collabo" Sankara constituent des justificatifs. Une fois encore on nous prend pour des imbéciles.

  • Les pièces justificatives ne se gardent pas par devers soi, mais sont remises à un service compétent.
    Quant aux perdiems, ce n’est pas au député de se justifier. On vous remet des perdiems et vous en faites ce que vous voulez. Leur traçabilité c’est au niveau du service comptable qu’il faut la chercher, avec l’émargement des bénéficiaires.

  • Bonjour à tous,

    Maître Sankara, il n’y a pas de honte à reconnaître ses torts. Il semble que vous aviez bel et bien oublié de donner toutes les pièces justificatives de votre mission à qui de droit. On ne vous accuse de rien jusque-là, puisqu’il parait certain que la mission a été bien exécutée. Il ne manque que les pièces pour apurer le dossier y relatif.

    Donc, au lieu de pousser des cris d’orfraie, ayez l’humilité de reconnaître votre omission et transmettez les documents à qui de droit. Votre tentative maladroite de vous justifier ne fait que vous enfoncer. En effet, il semble que vous n’ayez produit que le billet d’avion comme justificatif. Or tout le monde sait que lorsqu’il y a mission, le missionné outre, le transport bénéficie de perdiems pour couvrir ses frais d’hébergement et de restauration. En vous lisant, l’on se rend compte que la CEDEAO a pris en charge votre transport, l’hébergement et une partie de la restauration.

    Tous les volets de la mission doivent être justifiés même ceux pris en charge par la CEDEAO, quant on sait qu’au finish, c’est l’argent du contribuable qui est utilisé ; les ressources de la CEDEAO étant en partie constituées des cotisations des Etats membres. Ce n’est qu’une question de jeux d’écritures comptables. Le peuple a donc le droit de regard, à travers ses organes de contrôle de savoir comment l’argent public est utilisé. A moins que vous n’ayez commencé à tremper votre barbichette là où il ne faut pas.

    Votre nervosité qui s’apparente à celle d’une vierge effarouchée laisse perplexe. Ne tuez pas Sankara trois fois, Maître ! Ressaisissez-vous pendant qu’il est encore temps avant d’être définitivement vomi par le peuple. A bon entendeur, salut !

    • D’accord avec vous M. Yaméogo. Me Sankara dans sa demande d’explications adressée au Directeur de la comptabilité dit son étonnement "de voir figurer son nom sur la liste alors que toutes les pièces sont disponibles". Oui mais on peut rétorquer à Me Sankara que pièces disponibles c’est "comptablement" différent de pièces transmises. Il aurait fallu juste faire son méa-culpa en invoquant l’oubli et ce serait moins grave. Quoi que !

    • My brother recommended I might like this website. He was entirely right. This post truly made my day. You can not imagine simply how much time I had spent for this info ! Thanks ! my web blog [renovering av b

  • Hum... "Lin’gre sanm’da raoodo".

    Dans la panique, on semble oublier qu’une absence de justifications de dépenses pour une mission peut être mise sur le compte de l’inexpérience et/ou de l’oubli, et au pire entraine le remboursement des sommes non justifiées. Alors que le faux et usage de faux est un crime clairement puni d’emprisonnement et d’amendes par la loi, en particulier quand le document doit être enregistré par l’administration publique. Espérons que ce juriste expérimenté n’a pas osé...

    Dans tous les cas, comme beaucoup l’ont indiqué, l’ordre de mission stipule clairement que les frais de transport et d’hébergement sont à la charge exclusive du parlement de la CEDEAO, donc l’achat d’un billet ne saurait être éligible comme justification, car au pire ce billet aura été remboursé à l’arrivée. Mais encore, on comprend difficilement comment et pourquoi les billets seraient achetés individuellement par chaque député avec n’importe quelle obscure agence de voyage pour une mission officielle de toute une délégation parlementaire.

    Enfin la fameuse "facture" est risible de simplicité sinon de naïveté si on connait (un peu) les règles de comptabilité, et n’explique en rien pourquoi elle est produite en Août 2017 pour une mission achevée en Février 2016 ? Il serait intéressant de savoir si cette facture est timbrée et enregistrée comme il se doit vu le montant, et quand elle l’a été. Des problèmes en perspective pour celui qui l’a établie...

    Même s’il n’y avait pas corruption en soi à "bouffer" ses frais de mission en oubliant des justificatifs, vouloir cacher ce manquement conduit à des choses plus graves à mon humble avis... Dire que nos chers députés du "plus rien ne sera comme avant" ne cessaient de dénoncer la navigation à vue et les pratiques douteuses de leurs prédécesseurs...

  • La mission était prévu jusqu’au 10/02/2016 mais l’ordre de mission à été visé pour le retour le 06/02/2016 . Sachant que les frais de mission sont donnés par rapport aux nombre de jours donc il devrait y avoir un reversement au niveau de l’assemblée nationale car elle supporte une partie des frais de restauration. Maître où se trouve le bordereau de reversement ?

  • Désolé M. le 1er vice-Président de l’AN mais vous n’êtes pas convaincant.

  • Ce n’est pas au journal qu’il faut apporter les justificatifs (encore qu’is sont partiels) mais à la comptabilité de l’AN. Ça du désordre à tous les niveaux. Tantôt ce sont 25 briques qui se volatisent, tantôt c’est mission sans justificatifs. Le début du commencement.

  • Seul une partie de la restauration est pris en charge par le parlement Burkinabé, le reste transport et hebérgement est pris en charge par la CEDEAO, moi je ne comprend pourquoi c’est une justificatif de frais de tranport qui est presenté ici alors que sa devais être une justificatif de frais de restauration.

    bon avec des gens comme Sankara tout est possible

  • Me Sankara, en votre qualité de juriste, savez-vous oui ou non qu’après une mission on doit déposer les pièces justificatives auprès de l’agent comptable ? Si oui, dans quels délais ? Aviez- vous auparavant vu le rapport de la commission date du mois de mars oui ou non ? Si oui, pourquoi n’aviez-vous pas en ce moment transmis les pièces à la comptabilité en présentant vos excuses ? Votre lettre de demande d’explications à un agent qui a fait correctement son boulot, n’est-elle pas un abus de pouvoir ?
    Si vous pensez avoir toujours raison, veuillez répondre à ces questions, car pour moi, si on oublie de faire ce que recommande les textes, on se met à jour et on s’excuse. On ne montre pas les muscles.

  • BRAVO BRAVO à vous maître pour cette transparence. Si avec Blaiso vous avez pu tenir c est pas avec le MPP que vous allez ternir votre image.Courage courage la lutte continue.Ceux qui veulent des détails des dépenses qu’ils s’adressent au signataire de la mission.

  • Il n’ y avait rien à justifier même. Il fallait que Maître s’en tienne seulement à l’ordre de mission qui dit tout. Et puis, pourquoi ce Directeur des services comptables a envoyé cette liste au courrir confidentiel si ce n’est pour salir le nom de nos honorables députés ?

  • Du calme bonnes gens. Techniquement parlant, il y a une Nomenclature des Pièces Justificatives (NPJ) pour chaque type de dépenses et pour chaque structure publique. Normalement les pièces justificatives doivent êtres transmises au comptable du budget qui a supporté la dépense autrement dit, celui qui rend compte de l’exécution du budget en question.
    Disons en passant qu’il n’appartient même pas au missionnaire de produire la facture du billets puisse qu’il ne l’achète pas lui-même. Par contre il doit transmettre l’ordre de mission comportant les visas de départ et de retour ce qui permet de calculer avec exactitude le montant des frais de mission dus (taux journalier multiplié par le nombre de jours), les talons d’embarquement pour justifier de l’utilisation effective du billet et un compte rendu succin de la mission.
    Pour le cas précis de la mission supportée par la CEDEAO, je n’ai pas compris comment cela peut ressortir dans un rapport de la commission ad’hoc de notre Assemblée Nationale. Même si le trésorier a payé le billet qui doit être remboursé, cela est une opération de trésorerie et non une opération budgétaire. Bref tellement de choses à préciser. WALAYE

  • Maître Sankara, ce n’est pas la première fois que votre nom est cité Dans des affaires de deniers publics. Souvenez vous de ces deux affaires de prêts de véhicule aux députés. Ou votre nom a été cité étant un député qui devait sur deux mandats de prêt de véhicule. Cest a dire vous n’aviez pas épongé le Premier prêt contracté sous Rock quand il était Président de l’AN. et vous vous êtes engagé dans un second prêt sous Soungalo. Jusque-là Les prêts ne sont pas remboursés et vous n’aviez jamais réagit à la parution de votre nom Dans La liste des redevables au trésor public. Cela est indigne d’un sankariste. En Tout État de cause Le Sankarisme est mort avec vous. Concernant votre voyage , même si cest La CEDEAO qui prend en charge vos frais , en bon Sankariste vous devriez être en mesure de présenter les pièces justificatives aux burkinabé car l’argent de la CEDEAO cest aussi l’impôt des burkinabé.
    Honte à toi faux Avatar du Sankarisme.

  • Il ya un hic !! La mission est prévu Du 03 /02 au 10/02 . Sur l’ordre de mission maître est retourné le 06/02 soit quatre ( 04 jours ) avant la fin de sa mission, alors maître qu’à tu fais Du reliquat d’argent ? Voici que vos propres pièces justificatives vous trahissent. J’ai honte !! J’ai honte pour ce pays !! J’ai honte pour ce type là

  • Maître te rappelle tu de ce DG de projet sous Sankara, qui a été commis de réaliser un projet et à la Fin du projet il est allé reversé Le reliquat de sous ?

  • Maître vous avez effectué 50% de la durée du séjour prévue sur votre ordre de mission. Cela demande des explications quand on sait que les frais de mission sont couverts en fonction de la durée. S’il y a de l’argent à reverser, vous devez les reverser sinon et les justificatifs doivent couvrir la somme reçue. Vous n’êtes pas le seulement à être allé en mission. Demandez à ceux qui n’ont pas leur nom sur la liste comment ils ont fait au lieu de vous énerver pour rien.

  • Hum... Beaucoup d’intervenants insistent sur la durée du séjour et sur les perdiems. Ce n’est pas pertinent.

    En ce qui concerne la durée de la mission, il faut y intégrer le déplacement, qui dans certains cas dure plusieurs jours. Si vous voulez aller en RDC par exemple, vous ne pouvez pas le faire directement. Or, en passant par Abidjan par exemple, vous pouvez attendre le prochain avion plusieurs jours car le vol n’est programmé qu’une fois par semaine. Il y a de nombreuses bizarreries de ce genre en Afrique. Je ne connais pas le cas du Nigeria, mais ils ont du prévoir "large" en comptant 8 jours, soit deux jours de déplacement à l’aller et au retour en plus des quatre jours de séjour.

    Comme plusieurs l’ont relevé, on ne justifie pas les perdiems. La somme journalière est mise à la disposition de la personne en mission pour ses dépenses personnelles, sans besoin de détails. Généralement, il est difficile à l’étranger d’adresser des factures au pays qui vous envoie. Vu l’indépendance de l’assemblée vis à vis de l’exécutif, il ne serait pas normal de faire gérer cela par l’ambassade ou le consulat local.

    Vous partez donc avec une somme qui doit couvrir la restauration, les déplacements et l’hôtel, ou dans le cas qui nous intéresse ici seulement une partie de la restauration. De plus, dans le cas de missions officielles et de personnalités, une marge (consistante) est prévue pour les imprévus du genre diner offert à des partenaires, "soutient" aux Burkinabè résidents dans le pays, etc...Des justificatifs de tout cela doivent donc suivre au retour.

    C’est ce qu’on demande aux députés, et non pas des factures de déplacement déjà pris en charge par le parlement de la CEDEAO ! C’est encore plus surprenant de la part ceux qui sont à leur deuxième ou troisième mandat de député ???

  • BJR MERCI MAITRE SANKARA POUR CE DÉMENTI. SACHEZ QU IL Y A TOUJOURS DES SURVIVANCES DES MEMBRES DU RÉGIME DÉCHU EN VOTRE SEIN . QUAND AU JOURNAL AMATEUR ET SANS PROFESSIONNALISME DES FORCES RÉTROGRADES ,IL EST TEMPS DE LES DÉMASQUER ET DE LES TRADUIRE TOUS DEVANT LES TRIBUNAUX POUR QUE JUSTICE VOUS SOIT RENDUE.

  • Tout mes respect à vous tous burkinabè.
    passer notre temps à nous faire des reproches est signe de faiblesse,non fructueuse à notre évolution commune.
    Cert que les missions on déjà été effectuées, ça profité a quelques part. Pourquoi devons nous rester là a danser sur un seul pied pendant que la nuit est long ?
    Nous ne somme toujours pas sortie de l’impasse politique et économique pourquoi des reproches aux veines raisons ?
    Que gagne t-on ?
    e oui ! Le OK ! Ou-bien pardon !!??
    Construirons nous l’avenire de nos progéniture avec des réponses du genre ???
    Bref burkinabé !
    réfléchissons ensemble à maitre en place un enseignement de nos citoyens plus adapté à notre continent ;à réfléchir pour l’introduction du code de la route par exemple dés l’école primaire.
    que nos petit apprennent le langage du goudron qui les parles à tout instants de leur eller et retour de l’école. L’optention de leur permis de conduire serait une autre chose. Qui dite mieux ????????

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés