Apatridie : Fait social ou politique ?

LEFASO.NET | Haoua Touré • mercredi 9 août 2017 à 17h22min

Dans le monde, certaines personnes existent juste physiquement mais sont en réalité invisibles, anonymes. Elles ne peuvent pas aller à l’école, exercer un travail professionnel, se marier à l’état civil, voyager…Ce phénomène est le fait de l’apatridie.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Apatridie : Fait social ou politique ?

On compte 10 à 12 millions d’apatrides dans le monde dont 750.000 en Afrique de l’Ouest, (région qui compte de nombreuses personnes à risque d’apatridie), et 60% d’enfants apatrides (enfants trouvés, enfants dans la rue et enfants abandonnés).
En effet, est qualifiée d’apatride toute personne qui est sans nationalité. Elle pourrait mourir sans qu’on ne sache qu’elle a existé. L’apatride n’a aucun droit et est exposé à toutes sortes de difficultés. Ce problème crucial hypothèque la vie de millions de personnes qui n’arrivent pas à se faire une identité.

Cependant, tous les enfants nés sans document ne sont pas apatrides. Ils deviennent apatrides lorsqu’ils ne peuvent pas reconstituer leurs liens avec le pays de naissance ou ne peuvent avoir la preuve de leur nationalité. Les groupes à risque sont les migrants non documentés, les nomades et les populations vivant dans les zones litigieuses.

Parmi les raisons qui exposent une personne à l’apatridie, on peut citer les conflits de lois, le piège du vide juridique, la résidence prolongée à l’étranger, les défaillances de l’état civil, la discrimination, les migrations, la souveraineté d’un Etat sur un territoire.
Mais qu’est-ce qu’une nationalité ? C’est un lien juridique entre un Etat et un individu, un pré requis nécessaire à la jouissance des droits politiques, économiques et civils. Aussi, l’apatridie fait référence au cas d’un individu qu’aucun Etat ne considère comme son ressortissant au regard de sa législation. L’apatridie est donc une violation d’un droit humain fondamental.

Pour un apatride, il est impossible de participer à la construction de la société, le droit de retour dans son pays d’origine est compromis. Toute une génération d’une famille peut être apatride. En effet, selon António Guterres Ancien Haut-commissaire du HCR, « certains apatrides n’acquièrent jamais de nationalité car l’apatridie peut se transmettre, comme une maladie, de génération en génération ».

Les apatrides sont vulnérables à l’exploitation par des groupes criminels ; la traite d’êtres humains ; et le phénomène constitue également une menace pour la stabilité du pays, un frein au développement économique et social, et source de conflit entre les Etats sur la détermination de la nationalité.

Pour venir à bout de ce phénomène il est préconisé en Afrique de l’ouest, d’améliorer l’enregistrement à l’état civil en augmentant le taux d’enregistrement des naissances et en préservant les registres, de donner ou rendre aux personnes apatrides une nationalité et les intégrer pleinement dans la vie de la société, informer les populations des risques que fait encourir l’apatridie. Eradiquer l’apatridie, c’est donner le droit de nationalité à tout être humain pour confirmer son existence !

Haoua Touré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 août à 21:46, par BROO
    En réponse à : Apatridie : Fait social ou politique ?

    merci par cet écrit d’attirer l’attention de l’état et des communautés sur cette composante stigmatisée de la population ; Merci d’avoir prêté votre plume aux plus lésés, mais qui n’ont aucun cadre pour revendiquer leurs droits. il y a aussi LES PUPILLES DE L’ÉTAT. A l’auteur de l’écrit, je voudrais savoir si les deux expressions désignent les mèmes individus, sinon en quoi diffèrent elles ? ; existent- t-il des textes ou lois en leurs faveurs ? sinon il est urgent pour nos gouvernants de faire un état des lieux sur ces deux tares de la société afin d’apporter des réponses adéquates et pérennes.

    Répondre à ce message

    • Le 10 août à 10:50, par La Cour !
      En réponse à : Apatridie : Fait social ou politique ?

      Je crois savoir que les pupilles de la Nation sont différents des apatrides.
      - L’apatride c’est l’individu qui n’a aucun lien juridique avec aucun État. En d’autres termes il n’a l’acte de naissance d’aucun pays, il n’a la pièce d’identité d’aucun pays, ne peux faire des études et ne peux travailler comme fonctionnaire d’aucun pays.
      - Les pupilles de la Nation sont des enfants qui n’ont aucun lien de parenté avec aucun individu. Ils n’ont pour père et pour mère que la Nation. C’est moins grave que dans le cas de l’apatride car Ils sont entièrement pris en charge par un État qui les reconnaît comme étant ses citoyens.
      En attendant des explications plus pointues, voilà ce que je vois comme différence entre apatridie et pupille de la nation.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés