Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

LEFASO.NET | Rita Bancé/Ouédraogo • mercredi 26 juillet 2017 à 00h18min

Le Collège d’enseignement général (CEG) de koukouldi, un village situé à quelques encablures de Koudougou, auparavant école sous paillote, est à partir de maintenant doté d’un bâtiment de quatre classes, de la 6e à la 3e. Les élèves de cette localité n’auront plus à craindre les intempéries pendant l’année scolaire 2017-2018. Ce 22 juillet 2017, le ministre en charge de l’Education Jean Martin Coulibaly a effectué une visite de terrain pour constater de visu la réalisation de l’infrastructure. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est resté sur sa faim.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

Un bâtiment à quatre classes, de la 6e à la 3e, c’est le joyau dont bénéficient les habitants de Koukouldi, localité non loin de Koudougou, au grand bonheur de leurs enfants. Dans cette localité, comme dans bien d’autres au Burkina, les cours étaient dispensés aux élèves sous des paillotes. Le 22 juillet 2017, le ministre en charge de l’éducation, Jean Martin Coulibaly a effectué une visite sur le site de l’infrastructure éducative. Mais grande fut sa déception lors de la visite. Il a relevé plusieurs manquements et n’a pas caché son mécontentement.

« Je ne suis pas content, même s’il est vrai que l’infrastructure a été achevée et qu’il y a même eu une réception provisoire. Les enfants n’ont même pas encore eu la chance de suivre des cours dans leurs nouvelles salles de classes et l’on constate déjà quelques dégradations. Les normes d’exécution en ce qui concerne la réalisation des salles n’ont pas été respectées. Les sols de toutes les salles visitées ne sont pas plats, ce qui est un minimum pour que les tables bancs puissent être stables et que les élèves soient confortablement installés. Il y a également des déficits de finition », s’est indigné Jean Martin Coulibaly. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Rita Bancé
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 juillet à 19:04, par indiga
    En réponse à : Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

    Merci encore Monsieur le Ministre. Pour une première fois au Burkina Faso, nous avons un Ministre qui hausse le ton sur la mauvaise qualité des infrastructures.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juillet à 19:45, par Konkona
    En réponse à : Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

    Bravo Monsieur le Ministre. Terminer vite els travaux dans les délais c’est bien mais terminer les travaux bien est encore mieux. Bravo Monsieur le Ministre. Il faut aller jusqu’au bout.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juillet à 19:52, par Kpièrou
    En réponse à : Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

    La vérité rougit l’oeil mais le crève pas, dit-on. Merci pour la vérité dite.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juillet à 23:43, par lili
    En réponse à : Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

    Pardonnez moi. 20 ans que j’enseigne et je n’ ai pas encore vu un seul batiment de l’Etat construit decemment par les entrepreneurs et cela dans tous les ministeres. Entrepreneur au BF c’est ainsi.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 08:01, par le neveu
    En réponse à : Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

    Je suis content que Koukouldi soit le point de départ pour dénoncer publiquement ces délinquants au col blanc. C’est tout le réseau des corrupteurs qu’il faut démanteler

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 08:09, par LY
    En réponse à : Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

    Très bon constat du Ministre, mais il faut aller jusqu’au bout de la logique.
    Si les parties visibles de "l’iceberg" sont défectueux quand est-il des parties cachées (fondation, qualité des agrégats, qualité et dosage etc.) ?????
    Comment s’est effectué la sélection de l’Entrepreneur et du bureau de contrôle ?
    A quoi a servi le bureau de contrôle censé être l’œil et l’oreille du Maitre d’Ouvrage ??
    Pourquoi tous les acteurs qui ont réceptionnés l’ouvrage ont-ils le pu le juger conforme si le Ministre qui n’est pas forcement un spécialiste du Génie-civil a lors de cette si brève visite pu déceler toutes ces malfaçons ?
    Monsieur Le Ministre, pour l’exemple mettez en place une véritable enquête pour mesurer l’ampleur du désastre sur cet investissement sensé durer et punir les coupables de la façon la plus juste et transparente. Peut-être qu’ainsi la morale va cesser d’agoniser au BF.
    Affaire à suivre.....

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 08:39, par James
    En réponse à : Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

    Merci à Monsieur le Ministre pour sa clairvoyance et son attachement à ce dit ministère. Aux mange mil qui détruisent nos récoltes et pensent de la négativité des PPP ou êtes vous pour apprécier l’état d’avancement des travaux publics ? C’est parce vos intérêts égoïstes sont menacés ? Il y a des milliers d’infrastructures non réalisées et certaines à moitié réalisées. Où en sommes nous.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 09:36, par Bédjou
    En réponse à : Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

    C’est le manque de sanction aux fautifs qui fait que le mal perdure et se perpétue. A travaux mal exécutés et contrôle de travaux mal réalisé, procéder à la la suspension, puis à l’exclusion des entreprises responsables. Et veiller rigoureusement à ce que ces dites entreprises ne réapparaissent sous d’autres identités pour postuler à mes marchés publics. Plus rien ne sera comme avant. En avant !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 11:01, par Sidbewindin Somande
    En réponse à : Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

    Merci Mr le Ministre. well done !! Un autre clin d’oeil a l’ecole de Bingo dans le departement d’arbolle au Passore et vous allez perdre connaissance si vous ne partez pas avec votre medecin. cet batiment a bien ete receptionne. Enseignants et eleves l’occupent avec tous les risques. La, le sol est en terre carrement.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 11:53, par El_monstro
    En réponse à : Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

    Ah oui ! Le ministre vient de toucher du doigt les réalités du pays réel : Corruption. La pauvre entreprise qu’il a interpellée n’est qu’un maillon de la chaine, sinon l’acteur le plus facile. Il y a d’abord un maître d’ouvrage délégué ici ACOMOD. Je vous parie que c’est la première fois que ce maître d’ouvrage délégué découvrait le site. En dessous du maître d’ouvrage délégué, il y a le bureau qui a suivi les travaux. Et après il y a l’entreprise. Si l’entreprise a "mouillé" ou "huilé" la chaine, le budget restant ne peut suffire pour des travaux de qualité. Le contrôle qui a lui aussi mouillé son supérieur la MOD (ici ACOMOD) n’est qu’un simple patin pour signer les PV.... Triste réalité. Les acteurs compétents et qui n’arrivent pas à rentrer dans la norme de corruption sont d’office écartés pendant la phase soumission. Vous en tant que ministre n’aurez que de beaux rapports bien illustrés à regarder.

    Répondre à ce message

    • Le 26 juillet à 19:44, par Zabréba
      En réponse à : Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

      Merci pour votre analyse. Vous avez fait le tour de toute la question. La situation est très grave ! C’est une vraie chaîne de la corruption qui est ainsi mise en place avec ces procedures par MOD. Les marchés sont partagés à qui on veut et chacun crache dans le bassinet puis la cagnotte est repartie entre les différentes parties prenantes y compris le premier niveau c’est-à-dire le ministre de tutelle lui même. Alors vous voyez bien que la "colère" de notre brave ministre ne peut avoir aucune conséquence. Il se rendra vite à la réalité : lui même est mouillé. Vous imaginez bien que le salaire et tous les avantages liés au poste ne permettent pas à nos ministres de tenir le train de vie qui est le leur. La vache à lait est bien sûr les marchés publics. Ce sont des centaines de millions (je dis bien des centaines) qui se distribuent en liquide ! sans aucune trace. Les MOD constituent la technique infaillible de la corruption : les marchés sont attribués à ceux qu’on a choisi au coût qu’on a conclu et le montant à reverser est fixé à l’avance avec les modalités de paiement. Malheureusement il nya aucune perspective de changement, aucune....du moins pour le moment.

      Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 16:12, par Disons-nous La Vérité
    En réponse à : Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

    Merci au Ministre qui ne s’est pas contenté des beaux rapports flatteurs que ces techniciens lui ont apporté au bureau pour dire Patron,ça va sur le terrain,tout est parfait.Merci au ministre qui a su qu’il ne faut pas faire confiance aux rapports des faux techniciens véreux et à ceux des bureaux de contrôle pourris et corrupteurs.Merci à tous les internautes,autant qu’ils sont,ont fustigé et condamné avec fermeté ce mauvais comportement ;Le ministre ne s’est pas contenté plus de son climatiseur pour ne pas sortir et voir de visu ce qui s’est réalisé sur le terrain.Il sait que la plupart des écoles sous paillotes et financées à des couts de milliards par l’Etat et les PTF sont dues aux faux rapports des techniciens des ministères.Monsieur le ministre le bureau de contrôle,tous vos techniciens qui ont suivi le chantier,la commission de réception des travaux,tout ce beau monde doit être sanctionné afin qu’ils servent d’exemple à ceux-là qui sapent les travaux publics.L’entreprise en question doit être mise en quarantaine ainsi que le bureau d’études.Les techniciens doivent être interdits de toute activité de contrôle des travaux publics sur le territoire national car ils ont mis ici la vie des futurs élèves de cette école en danger.
    Que les autres départements ministériels emboitent le pas de celui du MENA.Tous les grands chantiers avant d’être réceptionnés doivent recevoir la visite des premiers responsables.Fini l’ère des chantiers exécutés sur papier.Merci monsieur le ministre pour avoir relevé ces anomalies de ce chantier.L’entreprise doit reprendre en totalité le chantier et apporter les corrections appropriées.Le ministre ira encore sur le chantier pour voir si ces anomalies relevées ont été proprement corrigées dans les règles de l’ art avant de donner le OK pour le paiement.C’est un bon exemple à encourager.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 16:18, par Disons-nous La Vérité
    En réponse à : Infrastructures éducatives au Burkina : Le ministre Jean Martin Coulibaly demande la reprise des travaux du CEG de Koukouldi

    Merci au Ministre qui ne s’est pas contenté des beaux rapports flatteurs que ces techniciens lui ont apporté au bureau pour dire Patron,ça va sur le terrain,tout est parfait.Merci au ministre qui a su qu’il ne faut pas faire confiance aux rapports des faux techniciens véreux et à ceux des bureaux de contrôle pourris et corrupteurs.Merci à tous les internautes,autant qu’ils sont,ont fustigé et condamné avec fermeté ce mauvais comportement ;Le ministre ne s’est pas contenté plus de son climatiseur pour ne pas sortir et voir de visu ce qui s’est réalisé sur le terrain.Il sait que la plupart des écoles sous paillotes et financées à des couts de milliards par l’Etat et les PTF sont dues aux faux rapports des techniciens des ministères.Monsieur le ministre le bureau de contrôle,tous vos techniciens qui ont suivi le chantier,la commission de réception des travaux,tout ce beau monde doit être sanctionné afin qu’ils servent d’exemple à ceux-là qui sapent les travaux publics.L’entreprise en question doit être mise en quarantaine ainsi que le bureau d’études.Les techniciens doivent être interdits de toute activité de contrôle des travaux publics sur le territoire national car ils ont mis ici la vie des futurs élèves de cette école en danger.
    Que les autres départements ministériels emboitent le pas de celui du MENA.Tous les grands chantiers avant d’être réceptionnés doivent recevoir la visite des premiers responsables.Fini l’ère des chantiers exécutés sur papier.Merci monsieur le ministre pour avoir relevé ces anomalies de ce chantier.L’entreprise doit reprendre en totalité le chantier et apporter les corrections appropriées.Le ministre ira encore sur le chantier pour voir si ces anomalies relevées ont été proprement corrigées dans les règles de l’ art avant de donner le OK pour le paiement.C’est un bon exemple à encourager.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés