Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

Un point de vue de Kaboré Jean, Enseignant à la retraite • jeudi 13 juillet 2017 à 19h44min

Dès le lendemain de la saisine du groupe de travail des nations unies sur les détentions arbitraires par les avocats de Monsieur Djibrill Bassolé, en vue de décrier le caractère arbitraire de la détention de leur client, nous avons fait remarquer à travers les médias, que les avocats de Monsieur Djibril Bassolé alignaient une pléthore d’arguments qui militaient à la faveur de leur client. A travers, l’analyse de ces arguments, nous avons auguré la victoire des avocats de Monsieur Bassolé. C’est désormais chose faite.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

En effet, le groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, au cours de sa 78e session a adopté l’avis n° 39/2017/Burkina Faso relatif au dossier Bassolé.

Ce que l’on peut aujourd’hui considérer comme une victoire des avocats de Monsieur Djibrill Bassolé, était parfaitement prévisible, en témoigne une de nos réflexions antérieures intitulé « Saisine des Nations Unies par les avocats de BASSOLE : L’image de notre démocratie en jeu ».

Aujourd’hui, au regard du verdict des analyses du groupe de travail onusien, nous revendiquons plus que jamais la pertinence de notre inquiétude indiquée dans notre titraille.

L’on peut aisément affirmer que de par leur obsession à vouloir à tout prix incarcérer Monsieur Djibrill Bassolé, les autorités de la transition, le tribunal militaire et le gouvernement actuel ont commis des actes irréguliers et même des erreurs qui caractérisent amplement la détention arbitraire déclarée par l’ instance international. Une situation, si l’on était dans Etat de droit digne du nom, aurait entrainé il y a belle lurette l’annulation pure et simple de toute la procédure contre Monsieur Djibrill Bassolé.

L’éviction de ses avocats fait partie de ses erreurs monumentales que le gouvernement du Burkina Faso fut obligé de reconnaitre mais le mal étant déjà fait, puisque le détenu a fait près de 8 mois de détention sans bénéficier de l’assistance de des avocats de son choix comme garanti par notre constitution et aussi les conventions internationales en matière de droit essentiel de toute personne poursuivie par la justice, devrait interpeler la conscience de tout citoyen attaché aux valeurs de justice. Et au regard, de la décision du groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire nous constatons que Monsieur Djibrill Bassolé prend de l’avantage sur l’accusation dans ce dossier.

Portons un intérêt particulier, pour illustrer nos propos, à quelques-unes de ces irrégularités qui ne peuvent être admises que dans les régimes d’exception, donc inacceptables aux yeux des organisations de la communauté internationale et au regard du droit international.

Notre intérêt porté à cette situation, nous a permis de rentrer en possession d’un certain nombre d’informations qui nous permettent d’apprécier la décision de l’ONU.

En effet, selon nos sources, le gouvernement du Burkina Faso dans sa réponse à la communication soumise au groupe de travail des nations unies et relative à la privatisation de liberté de Monsieur Djibrill Bassolé, a lui-même fourni certains documents pour justifier la détention. Ces documents hélas (pour le gouvernement) n’ont fait que confirmer les graves anomalies que les avocats de Monsieur Djibrill Bassolé avaient démontrées dans leur requête du 15 septembre 2016.

A ce titre, elles notent dans un premier temps le décret n° 2015 -1240/PRS-TRANS portant rappel en activité d’un officier général des forces armées nationales en disponibilité. Ensuite la note de revue n° 2015-1062/MDAC/EMGA/DL du 05 octobre 2015 portant mise en disposition d’infrastructures.

A travers, le premier texte signé le 06 novembre 2015, Mickael Kafando président de la transition et ministre de la défense rappelle en activité Monsieur Djibrill Bassolé qui se trouvait arrêté et incarcéré depuis le 29 septembre de la même année. Nous nous demandons l’utilité que revêt un tel décret ? Nous n’en voyons pas, puisque par rapport au chef d’inculpation, le tribunal militaire n’avait pas besoin de ce décret si ce n’est pour des intentions occultes. Rappeler un prisonnier dans les rangs contre son gré apparait clairement incongrue.

Le groupe de travail des nations unies dit avec raison donc que la prise de ce décret soulève des « suspicions légitimes ». Il en déduit que le gouvernement (le président de la transition) voulait tout simplement permettre à la justice militaire d’appliquer à Monsieur Djibrill Bassolé les mesures exceptionnelles incompatibles avec une justice moderne dont seul le tribunal militaire en est capable. Nous en voulons pour preuve le fait que quelques jours après la prise de ce décret, le juge d’instruction militaire, a par ordonnance évincé de la procédure tous les avocats étrangers de Monsieur Djibrill Bassolé sur la base d’une interprétation fausse et abusive de l’article 31 du code de justice militaire.

Concernant le deuxième texte, il s’agit d’une note de service du chef d’état-major général des armées signé le 05 octobre 2015 et transformant le bâtiment ou était détenu Monsieur Djibrill Bassolé depuis le 29 septembre 2015 au camp de Gendarmerie Paspanga en une annexe de la maison d’arrêt et de correction des armées (MACA). A y regarder de près, cet acte avait pour but de régulariser la détention de Monsieur Djibrill Bassolé. Si dans le contexte Burkinabè ce genre d’acte passe inaperçu, il faut savoir que les instances internationales ne peuvent pas accepter de nos jours des pratiques judiciaires dignes des régimes totalitaires. En effet, même si notre législation nationale le prévoit, il est choquant même selon les normes internationales qu’un chef militaire par simple note transforme un bâtiment en lieu de détention légale à posteriori.

Le gouvernement en produisant lui-même ces deux textes dans son rapport a donné la preuve qu’il y a contre Monsieur Djibrill Bassolé un acharnement politico judiciaire que les autorités gouvernementales et judiciaires tentent aujourd’hui à tout prix de justifier.

Que l’on soit adversaire ou partisan de Monsieur Djibrill Bassolé force est d’admettre qu’il est victime d’une grave injustice surtout au regard de ce que l’on sait sur le fond de son accusation.

Nous pensons humblement qu’il est dans l’intérêt de tous qu’il soit mis fin à cette bavure en libérant Monsieur Djibrill Bassolé de cette détention politisée. Comment admettre que ceux qui ont été actifs dans le coup d’Etat, ceux dont leur implication n’est point à discuter, aient droit à une liberté provisoire et celui-là qu’on a du mal à prouver son rôle dans cette affaire soit toujours détenu malgré son état de santé très inquiétant ?

Notre inquiétude, sur l’image de notre démocratie persiste, surtout quand on zoom l’élan qu’emprunte le gouvernement. Engager un bras de fer avec la communauté internationale exposerait inutilement le Burkina.
Surtout quand l’on sait les difficultés qui s’opposent à un procès dans ce dossier. Car nous estimons, qu’il ne saurait avoir justice juste que si SORO Guillaume comparait et surtout que ZIDA Yacouba notamment auteur des supposées écoutes soit présent. Si ces deux sont absents on ne saurait avoir un procès juste. Au passage, à quel niveau se trouve le dossier ? Lors de la conférence de presse du gouvernement deux positions pouvaient notées. Pour le directeur de la justice militaire, la procédure est close pendant que le ministre Bagoro déclare qu’elle suit son cours. A que devons-nous croire ?

Nous voudrions conclure notre propos en pensant comme la majorité des Burkinabè, « Soit vous juger ou vous mettez en liberté » tout en sachant que désormais aux yeux de la communauté un procès dans ces conditions n’aurait aucun crédit. Pascal Bruckner ne disait-il pas que le pire des complots est l’indifférence ? Peuple du Burkina ne nous faisons donc pas complice de cette bavure clairement exposée.

Kaboré Jean, Enseignant à la retraite
jclaudebf@gmail.com

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 juillet à 13:33, par Moi meme
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Offensive mediatique visiblement. Chaque jour son article. Mais ne vous fatiguez pas, s’il est coupable il va payer. Parce qu’il a des potes à l’ONU il veut nous les casser.

    Répondre à ce message

    • Le 13 juillet à 21:07, par Jubal
      En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

      Moi meme, pardon, Kaboré Jean ne s’adresse pas à des gens comme toi. Pardon. Il parle aux gens qui savent que Dieu ne les a pas donné un cerveau pour se prostituer intellectuellement. Pardon quoi, ne regarde pas l’argent qu’on te donne, regarde les enfants qui cherchent un chemin. Ils ont besoin de logique et de vérité.
      Merci donc au papa Kaboré pour ce courage intellectuelle. Vous n’êtes certainement pas du même accabit que Bagoro et Sita Sangaré. Eux qui, pour les miettes ... semblent prêts à défier l’ONU. Ce n’est vraiment pas par hasard que le PAN les appellent "affairistes". Pitié !

      Répondre à ce message

    • Le 14 juillet à 00:19, par verité no1
      En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

      Quand le peuple se met debout, l’impérialisme tremble dixit Thomas Sankara !
      On est déjà debout et les impérialistes et leurs supporters vont courir dépasser la frontière du Ghana s’ils continuent de défier le peuple !
      Djibril restera en prison, toutes ces gesticulations là, c’est fait divers !

      Répondre à ce message

    • Le 14 juillet à 20:34, par Sasa
      En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

      Moi même ! Et s’il n’est pas coupable qui va payer ?. Vous savez certainement qu’en matière de justice on est présumé innocent avant le procès qui peut aboutir a une condamnation ou la relaxe. Alors soyons cohérent dans nos écrits car nos avis comptent.

      Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 14:15, par Sidbewindin Somande
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Alors, libere le General Bassolet comme les autres et attendons le jugement pour les rappeler au palais de justice.
    Esperons que pour son honneur d’officier il ne va pas se faire la belle comme l’autre.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 14:19, par DDCOOL
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Félicitation pour les éclairages que vous nous avez apportez Mr Jean, des gens comme vous, il en existe ! mais des gens capables d’affirmer ce que vous dites, on en compte au bout des doigts. . On s’acharne contre Djibril, soit parce qu’il est au courant de quelque chose, soit parce que....
    Dieu sauvez nous des imposteurs !

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 14:33, par Sonia
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Tonton Kaboré jean, pardon. Il semble que ce monsieur a été fait général de... gendarmerie ( ce qui n’existe pas) pendant sa disponibilité. Ou peut on lire votre légitime réaction face à cette irrégularité de l’époque ?

    Cordialement.

    Sonia.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 14:41, par lavpère
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Monsieur kaboré. Djibril BASSOLE lui au moins il a eut la chance de ne pas se retrouvé a 6 mètres sous terre. beaucoup ont fait moins que ça mais ils n’ont pas eu cette chance. Par contre, si te veux le libérer tu connais ou se trouves la MACA. Laisser les burkinabè respirer avec votre fameux Djibi. Des gens plus importants que lui ont été arrêtés mais ils n’ont pas fait autant de bruit. Pour son honneur d’officier général, il doit faire moins de bruit a ce sujet. Il n’a qu’a prendre son mal en patience et l’exemple sur le général DIENDERE alias golf. Au moins lui il mérite son grade de général. Même un caporal n’agirait pas comme Djibril BASSLET. On dit souvent que le bourreau a peur du gourdin. Gouter voir.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 14:48, par VIE
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    "Que l’on soit adversaire ou partisan de Monsieur Djibrill Bassolé force est d’admettre qu’il est victime d’une grave injustice surtout au regard de ce que l’on sait sur le fond de son accusation." tout a fait . Hélas.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 14:50, par VIE
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    La seule belle question dans ce pays Intègre c’est bien ça : "Comment admettre que ceux qui ont été actifs dans le coup d’Etat, ceux dont leur implication n’est point à discuter, aient droit à une liberté provisoire et celui-là qu’on a du mal à prouver son rôle dans cette affaire soit toujours détenu malgré son état de santé très inquiétant ?".

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 15:05, par ILBOUDO Y. Hamidou
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Merci cher doyen de cette analyse. Seulement au Burkina, on a l’impression que la volonté ou les points de vu de certaines personnes dépassent la loi. Il me semble aussi, que dans ce pays c’est ceux au pouvoir et leurs partisans ont le droit de modifier ou transformer tous les textes et lois du pays. Pour moi, respecter la hiérarchie témoigne notre sagesse. Mais à chaque foi, rejeter les décisions des institutions internationales est très grave. A cela je me pose quelques petites questions :
    1- Est ce que nous pouvons être bon exemple devant les populations ?
    2- Comment amener les populations à accepter et comprendre ce-que nous entreprenions et votons comme lois et actions de développement du pays ?
    3- Comment faire respecter notre constitution et lois de notre pays ?
    4- Quelles valeurs nous inculquons la jeunesse du Pays ?
    5- Quel avenir pour notre cher pays ?

    Répondre à ce message

    • Le 13 juillet à 22:49, par Erevane
      En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

      Tu sais quoi, les populations sont passées à autre chose ; tout ce que tu énumères comme vote, respect de la loi et cætera, c’est ridicule. Tu es pourtant le seul à n’avoir pas remarqué que ni la constitution, ni les lois et règlements ne mentionnent ni ne font l’apologie de coups d’état de guignols assaisonnés de morts de burkinabé. L’ UA a été claire : c’est des délinquants et des terroristes point barre. La communauté internationale a été unanime, c’est le coup d’état le plus bête du monde.
      L’exemple, la jeunesse le tient déjà. Elle comprend que ce type est un exemple à ne surtout pas suivre.si tu ne me crois, va faire ton coup d’état à toi, tu auras la population à dos et sur les bras et tu finiras à ...la MACA aussi. Point barre. On s’en fout des putschistes et de leur soutien qui avaient fait des calculs. Recalculez donc, vous n’allez plus construire votre vie sur la tombe des jeunes filles et fils de ce pays. Merde ILBOUDO Y de Hamidou et cie. Merde.

      Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 15:22, par Djongo
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Mon cher KABORE, c’est pas la vérité qui manque dans la vie de notre pays. Le réel problème c’est que le subjectif a pris le dessus sur tout. Demandons longue vie à Dieu et nous serons tous édifiés à la fin.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 15:31, par sam
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Merci à toi aussi pour ton analyse partisane qui n’engage que toi et non le peuple burkinabé.
    continue de rêver

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 17:29, par Sapience
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Vivement que le Gouvernement juge Djibril et on verra. Dans la vie ceux qui croient que l’injustice peut se perpétrer peut continuer leur forfaiture. Il semble que les coutumiers demandent au Président de revoir ses différentes copies. Nous peuples autochtones attendons de voir. Fini les humiliations.

    Répondre à ce message

    • Le 13 juillet à 21:09, par Oueder Sy
      En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

      La question n’est pas juger on ne pas juger Djibril Bassolé. La question est de dire le droit. Et de dire au gouvernement du BF de respecter ses propres textes et engagements. Les gens voient tout le temps des complots partout. Mais c’est ignorer que tout est lié. Pendant qu’on a les pires difficultés pour trouver des partenaires pour financer ce PNDES, visiblement le gouvernement fait tout à l’international pour ternir son image et donner le visage d’un Etat voyou qui ne respecte aucune parole ou engagement.

      Eh bien ! qui va venir investir dans un pays que les agences de notation internationale vont dégrader ? celui qui ne respecte pas ses propres citoyens ne respectera jamais un étranger.

      Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 19:35, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Tout cela est bien beau et peut être vrai... Cependant ne perdons pas de vue l’essentiel :

    1°) La liberté provisoire est la norme en matière judiciaire, sauf dans certains cas définis par la loi. Il s’agit des cas ou :
    * L’accusé pourrait jouer sur le futur procès en influençant les témoins, agissant
    sur les pièces à conviction ou preuves de par sa position, ses moyens ou son pouvoir ;
    * L’accusé peut se soustraire à la justice en fuyant ;
    * La mise en liberté de l’accusé peut causer des troubles à l’ordre public ;
    Si on considère ce dont M. Bassolet est accusé avec des ramifications militaires et hors du pays, ainsi que les nombreuses pressions exercées de toutes part y compris internationales pour sa libération, un juge peut raisonnablement penser que les trois conditions sont réunies. En effet, l’opinion publique ne pourrait que penser qu’une libération éventuelle serait le résultat de négociations et chantages secrets. L’activisme des supporters de M. Bassolet est donc en ce sens contre-productif.

    2°) Les "victoires" des avocats et supporters de M. Bassolet sont des victoires de communication. Elles ont pour conséquence de convaincre une partie de l’opinion que d’une part cet accusé n’a pas toute la marge de se défendre, et d’autre part qu’il pourrait attendre son jugement en liberté provisoire.
    Seulement, du fait même de la communication désordonnée et de ces mêmes défenseurs, on constate qu’il y a un amalgame entre les réclamation de droits à un jugement équitable et un traitement humanitaire de M. Bassolet et l’affirmation péremptoire de son innocence et la demande se sa libération sans jugement, ce que ces mêmes défenseurs savent difficile. Alors pourquoi insistent-ils au lieu de se concentrer pour innocenter leur champion ?

    3°) Force est donc de conclure que cette campagne de communication s’inscrit dans un cadre plus large et plus ambitieux. Si les pressions de ses amis aux pétro-dollars et "frères de lumière" ne suffisent pas pour faire libérer le général, ses partisans semblent espérer qu’une image de "prisonnier politique" peut lui être favorable. Cela suppose bien sûr qu’ils lui voient un avenir politique. Non seulement il faudrait pour cela qu’il ne soit pas reconnu coupable du coup d’état sanglant auquel on l’associe, mais que la loi électorale soit changée. De plus, quand on connait le parcours de l’ex ministre, on est quand même dubitatif au sujet de ses ambitions présidentielles, sachant qu’il n’a jamais gagné aucune élection et ne doit ses titres de général, de ministre et de diplomate international qu’au bon vouloir de Blaise Compaoré ?

    Cela nous fait penser à un certain "mossi musulman du plateau central aux relations internationales" dont le pourcentage à la présidentielle a surpris plus d’un, à commencer par lui-même. A méditer...

    Répondre à ce message

    • Le 14 juillet à 07:44, par Alexio
      En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

      Je suis tre d Accord avec votre expose dans son fonds. Les lobbyistes de ce faux General qui n a jamais fait la guerre est l influence maconique dans toute l Afrique ou nos Presidents croyant adherer a ce secte luciferienne qui a meme contribuer a l esclavage par son maitre a penser dans les annales de lhistoire sombres des Etats-unis d Amerique. Albert Pike le grande maitre des Francs.macons a cette ere criminelle des Americains contre nous les noirs. La statuette de ce individu mechant ne fait lhonneur d une societe que l Amerique se reclame aujourdhui.

      Revenons a notre General de surcroit musulman, mais Franc-macon qui a avait deux serments daiametralement oppose quand il etait en service pour son pays. Incompatibles pour un Etat de droit. Car le serment maconique stipule que : Un pour tous , tous pour un. Cela veut dire que quand un membre est en panne, l union maconique doit le depanne.

      C est pourquoi tous nos dictateurs sont des adherants a cette clique des sangsue de la liberte des peuples. Ceux sont- la qui sont en offensive par le Marketing communicant pour choquer les opinions. Et deculpabiliser le detenu qui sait iinterieurement qu il est coupable de ce rapport telephonique avec Soro, le rebelle, dont mes amis ont reconnu sa voix dans la cassette publiee par les medias.

      Un Pays souverain va t-il se laisser embobiner et se voire retourner la balle comme fautif d un coup d Etat manque ? Et ont veut changer la donne en donnant a notre General l image de la victime par les nations -unis par les medias manipules a son profit pour ses services rendus a ses amis.

      Pour les 17millons de Burkinabe, pourquoi il a ete le seul a etre retenu ? J exlcue ici l autre General qui une chapitre.

      Répondre à ce message

      • Le 14 juillet à 14:11, par SOME
        En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

        alexio tu me confirmes ce que je disais des le debut : cette affaire est d’abord et surtout une affaire qui va etre resolue ailleurs que dans et par la justice burkinabe et au burkina. Ce que tu dis a propos de la franc maconnerie est malheureusement la triste realité dans ce dossier : c’est d’abord la fraternite maconnique qui sont preservés au detriment de toute jsutice que ce soit La solidarite maconnique semble etre au dessus de toute loi. Or blaise, salif, soro, roch, simon, bassolet, alassane ouattara, ahmed bakayoko, blaise compaore, etc sont tous des freres francs macons. Alors vous comprenez que M Alain coeffe ait ete vite nommé grand maitre de la maconnerie au burkina en remplacement de bassolet emprisonné afin de mettre en oeuvre les ordres de liberation recus de leur loge. En plus de cette pression, s’ajoute des pays du moyens orient protecteurs de bassolet. Comprenez les multiples voyages en arabie saoudite, quatar, etc sans compter que les autres pays refusent de debloquer quoi que ce soit alors que blaise a tout emporté et que toutes les caisses sont vides et on fait du tapage autour du fameux PNDS alors qu’il n’y a rien. En plus de ca ? tout est mis en oeuvre pour faire eclater la guerre au burkina. Ce n’est qu’une affaire de temps. Ils le feront quand ils le voudront. C’est une affaire de timing. Alors que salif diallo est a l’affut pour prendre le pouvoir et remplacer roch. Le peu de souverainte qui restait au burkina a l’heure actuelle est réellement en danger. Apres on nous ramenera Blaise au palais de kossyam. Battons nous maintenant pour eviter de nous battre et nous entretuer plus tard.
        SOME

        Répondre à ce message

    • Le 14 juillet à 12:28, par SOME
      En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

      Sidpawalemdé merci Voici une demarche de reflexion qu’aurait pu qu’aurait pu nous enseigner notre cher kabore, enseignant a la retraite. Heureusement que nous ne l’avons pas eu comme enseignant !
      SOME

      Répondre à ce message

      • Le 14 juillet à 14:41, par Erevane
        En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

        ...Dieu merci vraiment. Frere SOME, " Ã fõ tougouni". Un tel enseignant à certainement une lourde et regrettable part de responsabilité dans la cupidité de la jeunesse qu’il a éduqué. Pauvres gosses. Et c’est même étant hors activités qu’il réfléchi comme ça ? Toujours à vouloir tout avoir cadeau ? Même par un coup d’état. Que diable les putschistes t’avaient-il promis, enseignant à la retraite ? Un maroquin ministériel ? Recalcule mon type, uniquement sur ta pension et ce sera tout.

        Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 19:57, par Pathe Diallo
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    IL est grand temps que les autorités de ce pays arrêtent de nous ridiculisers aux yeux du monde. Après Blaise Compaoré, le Faso ne doit plus jamais être une République bananière dans laaquelle l’Etat respecte ou viole les textes quand ça l’arrange ! La constitution et tous les textes de loi, les engagements régionaux et internationaux doivent être respectés par tous purement et simplement par tous, les autorités en tête. C’est aussi celà l’Etat de Droit ! Si l’ONU a condamné le Faso c’est que des responsables ont mal fait leur travail ou on manupulé des textes et l’Etat doit en supporter les conséquences !!! L’expresion selon laquelle, le Faso est indépendant, est correcte et c’est justement un tel Etat qui doit respecter ses engagements !

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 10:17, par Bangossien
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Merci Papa Jean pour l’éclairage que vous nous donnez.la haine n’a jamais développer un pays.Depuis l’insurrection des individus du moyen âge pense que tout est permis.Vous pensez que le PEUPLE Burkina est dupe.Le vrai peuple a laissé les gens faire,car 2 bonnes personnes ne se divisent pas une calebasse.Le PEUPLE civilisé n’a pas participé à l’insurrection.Pour un rien on se réfère à l’insurrection comme si c’est une fierté.j’ai honte,ca nous a amené ou.Tout à été instrumentalisé pour que le PEUPLE se tourne le dos l’un à l’autre.Si tu es venu dans un monde Vieux tant pis pour les poussins d’hibernation.Mr Jean merci pour ton éclairage.les gens sont payés pour parler au hasard je dis bien au hasard.Cela qui n’est pas d’accord avec la vérité de Mr Jean QU’IL le démontre.En rappel en libye les gens s’organisent pour que le fils du Guide de la Révolution Kadhafi,repose en paix revienne gérer le pays..SOYONS SERIEUX DANS NOS REFLEXIONS.QUI N’A PAS MANGÉ AVEC BLAISE

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 10:27, par Bakus
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Si Djibril Bassolé était civil pendant sa disponibilité k, que dit le groupe de travail quand a sa nomination au grade de général pendant la même période. Si chez les blancs ils accepte çà, chez nous pas question Djibril restera en prison , telle est la volonté du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 10:31, par ka
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    L’auteur s’y trompe sur toute la ligne : Djibril Bassolé continu à se noyer lui-même en montrant que son carnet d’adresse et l’argent volé peuvent le sauver de son noyade ! Souvent le peuple Burkinabé est patient, mais en le prenant pour un amnésique, il devient impatient, et les juges le savent. Que les internautes débiles dans leurs bulles de rêve se réveillent, ‘’’tant qu’on ne libère pas tous les présumés détenus du coup d’état à la maternelle de la MACA,’’’ le gendarme mafieux Djibril Bassolé restera dans sa cellule.’’’ Saluons ici la bravoure et le professionnalisme de nos juges militaires qui ne pensent qu’à leur travail au lieu des miettes de la NAFA pour les corrompre.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 11:15, par Le juste
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Quand l’on zoom sur les commentaires de certains Burkinabè , on peut se démander ce que pourrait nous reserver l’avenir ? haine, est le seul mot qui puisse les caractériser. Attention il faut que chacun puisse mettre de l’eau dans son vin. Le cas de Djibrill Bassolé doit tous nous interpeler, il n’est pas question de dire qu’il est dans le coup ou pas mais de savoir si la loi lui est appliquée comme elle doit etre appliquée ? c’est ça toute la problematique. Alors décrier un caractère arbitraire de sa detention , c’est militer pour le respect des normes du pays . Dès lors , on se couvre soit même pour démain . Ne dit on pas que nous sommes , tous autant que nous sommes des potentiels prisonniers ?? Dieu benisse le Burkina . Vive le respect de la règle de droit à tout point à toute circonstance.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 11:21, par EBENEZER
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    L’on peut aisément affirmer que de par leur obsession à vouloir à tout prix incarcérer Monsieur Djibrill Bassolé, les autorités de la transition, le tribunal militaire et le gouvernement actuel ont commis des actes irréguliers et même des erreurs qui caractérisent amplement la détention arbitraire déclarée par l’ instance international. Une situation, si l’on était dans Etat de droit digne du nom, aurait entrainé il y a belle lurette l’annulation pure et simple de toute la procédure contre Monsieur Djibrill Bassolé."
    Drôle de raisonnement.
    Bref,du n’importe quoi !

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 11:29, par ka
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    ’’’A’’’ l’internaute Sapience : Que tu sois Yako devenu K, Vincent, Sapience, ou avec cinquante mille pseudos, tu ne peux contredire les critiques et les autos critiques fondées de 99% des internautes qui vont pour le peuple et l’avancer de la vraie justice de notre pays. Il est temps que tu t’enterre vivant, car la justice militaire a déjà donner un test positif au peuple en condamnant les militaires voleurs d’armes pour déstabiliser le pouvoir élu par le peuple. Pour Gilbert Diendéré, Djibril Bassolé, et les autres, soit assuré que les juges militaires confirmeront au peuple qu’ils sont des professionnels et non des juges mafieux qu’on peut acheter. Quant au pyromane SORO le rebelle, si le cas de ce coup d’état à la maternelle était produit en Côte d’Ivoire et notre frère Djibril Bassolé était mêlé, l’état Burkinabé agira parfaitement comme la Cote d’Ivoire pour protéger son ressortissant. Ces agissements sont utilisés partout dans le monde. Mais SORO récoltera ce qu’il a semé un jour par l’œuvre de Dieu. Djibril Bassolé rendra compte au peuple Burkinabé ses imparfaits, comme un jour Blaise Compaoré et d’autres en fuite. Quant a toi l’internaute fouteur de merde venu sur la toile avec tes critiques débiles pour saboter les critiques fondées des internautes de bonne foi, il est temps que tu mette un peu d’eau de javel dans ta cervelle noircie par tes crimes.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 12:12, par SOME
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Je constate tout simplement que ce que je disais est en train de se réaliser, à savoir que l’on ameute par ci par là des francs tireurs pour tenter de prendre le dessus dans ce dossier. Mais c’est peine perdue : convoquez qui vous voulez, le droit que vous voulez mais seul le droit burkinabe et la volonté du peuple burkinabe pour sa sécurité et sa dignité ,sera mis en œuvre.

    Pour ton information, ce groupe de l’ONU n’a aucune valeur. Informez vous d’abord sur les procédures et le fonctionnement de l’Onu avant de crier victoire. Vous avez la chance que votre bassolet lui il est vivant pour rester 8 mois qui vous choquent tant. Vous n’ignorez pas que des dizaines de personnes sont allés en prison sous les ordres de votre bassolet et n’en sont pas ressortis. Certains n’ont même pas eu cette chance de la prison : ils sont directement envoyés au cimetière et sans que même leurs familles ne sachent quoi que ce soit

    Non le centre de détention de la gendarmerie de paspanga a toujours servi comme centre de détention de l’armée. Je sais de quoi je parle. Je n’irai pas plus loin... Cet argument est totalement nul. Et si bassolet n’était pas gendarme, il n’aurait pas été détenu la bas : être en disponibilité ne dit pas qu’on est demissionaire ; on est toujours membre de son corps. Il faut avoir un minimum de connaissance du fonctionnement de l’administration (l’armée fait partie de l’administration, je te rappelle). Et étant en disponibilité, il peut être rappelé à tout moment par son supérieur hiérarchique pour nécessite de service. Son superieur hierarchique, c’est lechef des armees et le chef des armees c’est le chef de l’etat. C’est ca le droit administratif de la fonction publique. Avant de défendre une cause, il faut prendre le temps de s’informer quand on est ignorant, et non se jeter sur une cause sans aucune objectivité.
    Montre nous, arguments a l’appui, que ce l’on sait comme accusations portées contre bassolet ne tient pas la route. Tu dis que l’on sait : moi je ne sais pas, donne au un résumé des accusations et tes contre arguments. Cela nous aurait permis de savoir qui et qui sont impliqués dans le coup d’état mais ont été libérés et pas bassolet et sur quelles bases. Voila comment on réfléchit, mais je sais que toi tu défends tes intérêts et non pas le droit comme tu le prétends. Pour vous le droit a toujours rythmé avec vos intérêts.

    Quand tu nous avance ces histoires de communauté internationale, l’intérêt de la démocratie, etc. et toutes ces conneries auxquelles tu ne croies même pas toi-même, tu me confortes que si vous rameutez toutes vos forces suite aux instructions de vos maitres, dans une offensive tout azimut. Justement quand bassolet sera jugé, il pourra appeler à la barre soro ou zida, comme ca la vérité jaillira. Nous ne demandons pas autre chose.

    Tu nous cites pascal Bruckner, sais tu qui cet individu là, en réalité ? Il ne faut pas citer les gens pour citer et faire intellectuel. Mais on te connait ; malgré la raclée que les commentaires t’ont donnée lors de ton précédent article, tu ne peux résister : tu montes au front à l’appel de tes maitres et de vos reseaux occultes. Ca arrange bien ta retraite : on te comprend. Si toi qui es a la retraite, tu aas cette moralité, qu’as tu laissé au pays ?
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 13:42, par pagnangde
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Que dites vous des tueries de Samorogouan ? Dieu voit Djibril Bassolet et il le jugera en temps opportun.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 14:53, par Hayi
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Nos autorités judiciaires continuent de s’enfoncer dans le non droit et l’arbitraire et c’est bien dommage et fort regrettable. Elles gagneraient à libérer purement et simplement monsieur Djibril Bassole. Sinon les conséquences risquent de les (et nous tous avec) dépasser très vite. Soyons un peu plus sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 14:54, par Disons-nous La Vérité
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Du courage monsieur KABORE Jean.Ce n’est pas donné à tout le monde de prendre des heures pour défendre un putschiste,un impérialiste,un vendu,surtout quand on est enseignant à la retraite.A votre place,je prendrai ce temps précieux pour s’occuper de l’éducation de ma progéniture et de mes petits enfants surtout dans les matières comme l’éducation civique et morale,l’histoire des luttes des peuples pour la défense de leur patrie et la dignité.Je suis sur que vous enfants et vos petits enfants en ont besoin.Cela dit,il faut que vous mettiez en tête que le BURKINA FASO n’est pas une marchandise à vendre aux enchères,encore moins la chose de l’ONU.Le BURKINA FASO ne marchandera pas sa souveraineté et se battra jusqu’à la mort pour sa souveraineté et sa dignité.Advienne que pourra.J’invite l’ONU à aller s’occuper des problèmes du BURUNDI,de la LIBYE et en RDC ou les droits élémentaires des citoyens sont bafouillés

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet à 18:00, par Dedegueba SANON
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    Droit , droit démocratie, c’est bien beau. Mais ces experts nous ont bien laissé affronter BC les mains nues non ?
    Assumons le manque de démocratie chez nous et avançons. Sous les Djibril nous étions sans doute en démocratie hein ?
    Héii, hé ii. Souvenez vous de ce slogan.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 10:37, par Sheikhy
    En réponse à : Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

    En toute objectivité, l’intervention du groupe de travail de l’ONU est mal tombée. Ça sent du lobby à plein nez. Il y a tellement de cas plus dramatiques dans ce monde et surtout en Afrique où ils seront plus utiles. Rien que dans les deux Congo ils auront de la matière.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés