Ministère de la solidarité nationale et de la famille : Le syndicat entend élever le niveau de la protestation

LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • jeudi 6 juillet 2017 à 00h58min

Le Syndicat des travailleurs de l’action sociale (SYNTAS), tient à la « résolution correcte » de ses préoccupations. Et pour exiger la satisfaction de sa plateforme revendicative minimale qui s’articule autour de 8 points, le syndicat compte durcir le ton dans les jours à venir. Un arrêt de travail de 72 heures est prévu du 26 au 28 juillet prochain. L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse tenue ce mercredi 5 juillet 2017. Le syndicat dit déplorer le « mépris » de son ministre de tutelle et de ses collaborateurs , suite aux différentes interpellations.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Ministère de la solidarité nationale et de la famille : Le syndicat entend élever le niveau de la protestation

L’annulation des nominations de complaisance, c’est ce que réclame en premier lieu, le syndicat des travailleurs de l’action sociale. Ces nominations qualifiées de « contre-productives » par le SYNTAS, sont aux antipodes d’une gestion républicaine de l’administration. « Il y a des postes techniques pour lesquels, il n’y a que les agents du ministère qui sont habiletés à les occuper » a noté le SG du SYNTAS, Juste K. Logobana.

Puis de poursuivre, « Il y a le vivier qui est présent au sein du ministère, formé avec l’argent du contribuable qui devrait occuper ce poste. On va débaucher un professeur de lycée et collège pendant qu’il y a un manque criard d’enseignants » a-t-il dénoncé, soulignant que rien ne peut fonder de telles nominations contre-productives qui frustrent.

C’est le cas, expliquent les mécontents, de la nomination de Yipenè Florent Bakouan au poste de Secrétaire permanent du Conseil national de secours d’urgence (SP /CONASUR), ou de celui de David Beyi comme Secrétaire permanent du Conseil national pour la promotion du genre (SP/CONAP Genre). ‘’Bakouan a été nommé sans matricule, c’est quand on a voulu dénoncer, qu’on nous a dit ceci ou cela, mais est-ce qu’il est qualifié pour le travail (…). David Beyi est un agent de statistiques qui a été nommé dans une autre catégorie comme SP avec le même matricule » a fustigé Jean-Baptiste Badolo, secrétaire chargé de l’éducation et de la formation.

A en croire le SG du SYNTAS, certains responsables administratifs auraient proféré des menaces à l’endroit des agents en vue de contraindre ceux-ci à « approuver cette ignominie ». « On menace de ne pas noter les agents, de ne pas transmettre leurs dossiers pour les concours professionnels » a déploré Juste K. Logobana.

« Il n’y a pas eu d’acquis »

Au sujet de l’adoption du statut particulier au profit des agents du ministère, le syndicat soutient que la question est consacrée par la loi 081. Et le SG d’expliquer. « Nous sommes dans une situation de fusion. L’actuel ministère de la femme est constitué de l’ex -ministère chargé de la femme et de l’action sociale. Nous pensons que l’adoption d’un statut particulier nous permettrait d’être en phase avec les aspirations professionnelles ».

Quant à la reconstitution de la carrière du personnel des ex-garderies populaires, Juste K. Logobana a noté que des résolutions ont été prises à ce niveau, mais elles peinent à s’exécuter. « C’est un traitement inhumain qui est réservé à ce dossier. C’est un personnel qui est littéralement ignoré » a regretté le SG du SYNTAS, souhaitant que les décisions prises soient mises en application.

Dénonçant le mépris de leur ministre de tutelle et de ses collaborateurs face à ses préoccupations, le SYNTAS entend monter le niveau de la protestation dans les prochains jours. Les multiples interpellations, selon le syndicat, n’ont pas permis d’enregistrer des acquis sur les différentes revendications depuis la grève de 48 heures, observée les 7 et 8 décembre 2016. « Il n’y a pas eu d’avancées » a martelé Jean-Baptiste Badolo.

En rappel, au titre des revendications du SYNTAS, figurent le rétablissement de l’indemnité spéciale d’accueil et de permanence, l’institutionnalisation d’une prestation de serment du personnel spécifique, la réhabilitation du domaine de l’éducation des jeunes enfants désorganisé par la mise en œuvre du transfert du préscolaire et post-primaire au MENA.

La prise en compte effective de tous les corps spécifiques du département sans discrimination aux postes de responsabilité, la dotation des services du ministère en équipements et moyens logistiques suffisants, sont des préoccupations également inscrites sur la plateforme revendicative du SYNTAS.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 6 juillet à 08:25, par @#SANSLANGUEDEBOIS
    En réponse à : Ministère de la solidarité nationale et de la famille : Le syndicat entend élever le niveau de la protestation

    Je ne dirais pas encore des grèves, mais bon les faits sont têtus encore des grèves, quand est-ce que vous bossez même
    Pour ma part, pour ce qui concerne les nominations, sans encourager les nominations Mouta Mouta j’aimerai que le SG et son équipe fasse attention car à mon avis il n’y a pas obligation, ni nécessité encore moins intérêt (pour le pays) à nommer des agents avec comme principale motivation/justifications parce qu’ils sont des vôtres ( de mon ministère, ah bas yaaya boin !) : Votre démarche loin de venir résoudre un problème va venir augmenter le nombre d’incompétents & médiocres qui dirigent déjà notre administration à notre fort regret.
    Je pense que vous gagnerez à démontrer l’incompétence de la personne nommée que chercher à RSP-iser votre ministère en créant votre chasse gardée. Du reste depuis leurs nominations s’ils sont incompétents vous pouvez normalement le prouver avec des preuves. Nous attendons de vous des arguments justifiant vos réclamations qu’un étalage d’un égocentrisme aux antipodes des besoins actuels du Burkina.

    Non à la RSP-isation de notre administration

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet à 08:51, par MI
    En réponse à : Ministère de la solidarité nationale et de la famille : Le syndicat entend élever le niveau de la protestation

    On vous soutient à cent pour cent. On n’est dans quel pays. Il y a des cadres suffisants pour occuper les postes ou on nomme des gens qui ne sont pas habilités à les occuper. Meme au temps de Blaise compaoré, il n’ y avait pas ces pratiques dans notre ministère. Héyi MPP, Héyi MPP, Héi MPP nous ne sommes pas content de votre manière de faire ;. Vous nous avez fait reculer 1OOO ans en arrière.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet à 10:20, par le P A
    En réponse à : Ministère de la solidarité nationale et de la famille : Le syndicat entend élever le niveau de la protestation

    " On va débaucher un professeur de lycée et collège pendant qu’il y a un manque criard d’enseignants" dixit SG du SYNTAS. Monsieur le SG, cela ne nous regarde pas en tant que travailleurs sociaux, les syndicats de l’enseignement secondaire sont là pour cela. Dites au monde plutôt qu’elle ne maitrise pas les textes de notre domaine et autres. D’ailleurs, vous n’avez pas cité son nom ni sa région alors que vous citez clairement les SP/CONASUR et GENRE. On sent du semblant dessus et on vous attend.En clair, pourquoi avez-vous le nom de la DR du Nord cette fois-ci ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet à 10:30, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Ministère de la solidarité nationale et de la famille : Le syndicat entend élever le niveau de la protestation

    - Voilà un ministère qu’il faut repenser et revoir ses missions ! D’ailleurs au Burkina Faso ici, on se ment nous-mêmes en faisant croire qu’on est solidaire ! Ici si tu vois quelqu’un se lever pour donner quelque chose à un nécessiteux, c’est qu’il a chaud ou que ses affaires sont entrain de péricliter. Alors on se lève pour aller acheter des nattes, des sceaux, des sacs de riz, du savon pour aller distribuer aux vieilles du Centre Delwendé pour demander la grâce de Dieu, et on se fait gaillardement filmer par les télévisions tout en oubliant que les dons les plus discrets sont les plus efficaces.

    Ce ministère n’a pas suffisamment d’impacts quand je pense à ce qui me dérange tous les jours que Dieu fait sauf si ne sort pas ce jour ! Voyez vous-mêmes :

    - Il y a trop de mendiants dans les rues ! Partout et ils vous agressent psychologiquement !
    - Il y a des fous et des folles partout dans les rues ! Et ils sont de plus en plus jeunes !
    - Il y a trop de bandits, de drogueurs qui divaguent dans les rues surtout la nuit !
    - Il y a trop de voleurs dans le pays !
    - Il y a trop d’enfants dans les rues et sans domiciles fixes !
    - Etc. !

    On doit renforcer la justice, et donner mandat de poursuite à ce ministère pour se constituer partie civile et avec la justice, envoyer tous les parents irresponsables, hommes comme femmes, qui pondent des enfants et les lâcher dans la nature, et qui embêtent les citoyens !!!

    Ensuite il faut obliger une certaine frange de la population à quitter les grandes villes et retourner aux villages. On ne vient pas à Ouaga en se disant : ’’Une fois là-bas, je vais me débrouiller et ça ira’’. Non ! Il faut venir à Ouaga avec une perspective claire et avec les moyens de la mettre en œuvre ! On ne vient pas à Ouaga pour se débrouiller !

    Quand je parle, les gens m’insultent mais voyez le cas de tous ces gens qui descendent dans le canal de l’Université ou dans Bangreweogo et qui y fauchent des herbes fraîches, qu’ils transportent avec de vieux vélos rouillés en gênant la circulation dans les rues, pour aller vendre et se ’’débrouiller’’. Selon vous c’est quoi ? C’est exactement ce travail qu’ils ont fuit au village qu’ils reviennent faire en ville, là où ce n’est pas indiqué !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet à 10:55, par antopasc
    En réponse à : Ministère de la solidarité nationale et de la famille : Le syndicat entend élever le niveau de la protestation

    ON VOUS SOUTIEN LE SECRET PROFESSIONNEL C’EST IMPORTANT

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet à 12:46, par yad’bila
    En réponse à : Ministère de la solidarité nationale et de la famille : Le syndicat entend élever le niveau de la protestation

    je trouve ce syndicat assez sage. il faut donner un temps au gouvernement (jusqu’au 26 juillet) pour discuter. une indemnité c’est un acquis. pourquoi supprmer leur indemnité. ces travailleurs sociaux vivent également les mêmes problèmes que vivent les cas sociaux. par humanisme de fois ils sont oblisés de debrousser des sous de leurs propres poches pour aider des cas sociaux que les contribuables sons censés prendre en charge. il n’est pas facile qu’une personne vient vous dire que cela fait deux jours que sa famille n’a pas à manger et vous parter constater les faits et rester insensible. notre culture refuse cela. et comme on dit aux indigents (cas socaux) d’aller à l’action sociale pour resoudre institutionnellement leurs problèmes, il appartient aux gouvernants de prendre leur responsabilité. comment toute une direction provinciale de l’action sociale peut passer toute une année entière sans un seul sac de cereale pour venir en aide aux indigents de la province et on chante partout d’aller à l’action sociale pour le reglèment de leurs problèmes. tout le monde est unanime que quelque soit les meilleures politiques que nous entreprendrons, y’aura toujours des cas sociaux et il faut que le même Etat les protège. aussi, une fille qui fuit de chez elle après un mariage forcé et qui vient chez eux, ils font comment avec cette dernière ? quand on sait qu’ils n’ont pas de lieu d’acceuil pour acceuillir ces filles que nous avons voté des textes pour proteger ? c’est la même chose pour les enfants qui vivent dans la rue qu’ils doivent encadrer mais hela ! delessement total. c’est la plus part de ces même enfants qui devient du cancer que nous debloquons des milliards pour payer des armes afin de les traquer sans oublier les consequences. je conseille ce syndicat de beaucoup communiquer sur les consequences de la negligeance des activités que mènes les agents de leur ministère. Sarkozi l’avait compris mais plus tard car en se moment il ne pouvait revenir aux affaires. faites vous mieux comprendre par le peuple souverain. merci

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 08:27, par MI
    En réponse à : Ministère de la solidarité nationale et de la famille : Le syndicat entend élever le niveau de la protestation

    Il y a des infirmiers, des médecins à l’hôpital mais chaque jour on a des morts,
    la plupart des drogueurs ont d’abord leurs parents qui doivent les éduquer
    Quant aux mendiants, il faut une décision forte des autorités comme au Sénégal
    .....................................................
    On n’est dans un pays ou les dirigeants n’accordent pas d’importance à ce ministère car le budget alloué chaque année à ce ministère n’a jamais atteint 2% avec une population de plus de 17 millions de populations dont la moitié connait des problèmes. A qui la faute ?
    Les travailleurs sociaux sont souvent obligés de puiser dans leur salaire pour la satisfaction des cas sociaux. A qui la faute ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 12:17, par antopasc
    En réponse à : Ministère de la solidarité nationale et de la famille : Le syndicat entend élever le niveau de la protestation

    MI, il faut corriger, le budget du ministère ne vaut pas 1% du budget national

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés