« Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso • jeudi 18 mai 2017 à 22h32min

Le Président Roch Marc Christian KABORE a accordé une interview à la chaîne internationale de télévision Al Jazeera le 18 mai 2017 à son siège à Doha au Qatar. L’interview s’est faite en Arabe avec une traduction simultanée en français pour le Président du Faso. Pendant plus de trente minutes d’entretien, le Président du Faso a répondu à des questions relatives à l’actualité politique du Burkina avec notamment le procès en cours, à des questions sur la sécurité au Burkina et dans la sous-région ouest africaine et à l’actualité internationale. Le chef de l’État a répondu sans ambages à toutes les questions qui lui ont été posées.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
« Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

Concernant le jugement engagé par la Haute Cour de justice, le Président Roch Marc Christian KABORE a affirmé qu’au Burkina Faso, il n’est pas « question de régler des comptes, mais de rendre justice au peuple burkinabè qui a connu beaucoup de victimes pendant l’insurrection populaire ». Selon le chef de l’État, « le peuple burkinabè réclame justice vis-à-vis de cet entêtement qui a été de vouloir prolonger le mandat du Président du Faso qui était Blaise COMPAORE. C’est pour cela que suite au décret qui a été pris pour donner mandat aux forces de sécurité d’utiliser les armes en cas de nécessité, il était tout à fait normal que des procédures soient engagées contre ce gouvernement et la Haute Cour de justice a été saisie ». Au terme d’une réclamation des avocats de la défense, le procès a été suspendu en attendant une décision du Conseil constitutionnel. Ce qui fait dire au Président du Faso que le procès doit se dérouler « dans les règles de l’art », en respectant toutes les procédures.

Toujours en rapport avec ce jugement et la réconciliation nationale, le chef de l’État a expliqué que suite à un vote de l’Assemblée nationale accordant l’armistice à tous les chefs d’État du Burkina Faso, l’ancien Président devait quitter le pouvoir en 2015 au terme de son mandat et partir tranquillement. « Mais Blaise COMPAORE a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir ». C’est ainsi que la transition a décidé de revenir sur l’ensemble de ces privilèges accordés aux chefs de l’État pour permettre à ce que la justice soit rendue. De ce point de vue, pour aller à la réconciliation, le Président Roch Marc Christian KABORE pense qu’il faut « la vérité, la justice et la réconciliation et non solder les faits ». Après ce jugement, poursuit le Président du Faso, « si le peuple décide d’accorder son pardon, l’on pourra en ce moment emprunter cette voie ».

Sur la tentative de coup d’État pendant la transition, le Président du Faso a fait comprendre que « la justice s’est intéressée d’abord aux acteurs nationaux qui ont voulu de force ramener l’ancien régime au pouvoir ». Sur l’implication d’acteurs extérieurs dans cette tentative de coup d’État, le chef de l’État a affirmé qu’il ne « peut pas anticiper sur le travail de la justice ». En attendant, il a « salué l’action du peuple burkinabè et des militaires loyalistes qui a permis de faire échouer cette aventure de vouloir ramener l’ancien Président au pouvoir ; une action qui a permis de poursuivre le processus qui a conduit aux élections et à l’établissement de la démocratie ». Ce procès, réaffirme le Président du Faso n’a pour seule ambition que de « rétablir la vérité et non de procéder à des règlements de comptes ». « Personne ne sera brimée dans ses droits », a-t-il rassuré.

Y a-t-il un lien avec les attaques terroristes ? Interroge le journaliste. Affirmatif, répond le Président du Faso, sinon, comment comprendre les attentats en plein cœur de Ouagadougou avec une trentaine de victimes, quelques jours seulement après la formation du gouvernement post élection, les attaques aux frontières nord du pays ? Mais grâce à la détermination et à l’engagement des forces de défense et de sécurité sur le terrain « nous avons réussi à ramener l’accalmie et nous avons un bon contrôle sur nos frontières », affirme le Président du Faso qui a du même coup salué l’engagement de la force Barkhane aux côtés des forces armées du Burkina, du Mali et du Niger.

Dans ce combat contre le terrorisme, le Président reconnaît qu’il faut des équipements conséquents, des appuis multiformes et à ce niveau, la sous-région
s’organise avec le G5 Sahel qui regroupe cinq pays. Au niveau des trois pays que sont le Burkina, le Mali et le Niger, les armées s’organisent également pour assurer la surveillance de leurs frontières, avec le soutien de partenaires. Mais en plus de la nécessité de « combattre militairement le fléau, il faut entreprendre de véritable politique de développement dans les zones touchées qui se sentent délaissées, pour arriver à bout du terrorisme », prévient le chef de l’État.

Répondant à une question relative à la monnaie et à l’économie, le Président du Faso affirme qu’en « plus de l’indépendance politique acquise dans les années 1960, il nous faut acquérir l’indépendance économique et sur cette question, les États s’organisent et poursuivent la réflexion, avec l’apport des activistes ».
Sur la présence de la Chine sur le continent, le Président Roch Marc Christian KABORE a réaffirmé la position du Burkina qui entretient des relations avec la Chine-Taiwan.

Avant de quitter les locaux d’Al Jazeera, le Président du Faso qui s’est entretenu à son arrivée avec ses premiers responsables, a salué la ligne éditoriale de la chaîne internationale qui dit-il, fait un formidable travail d’information et de formation et a souhaité que la chaîne étende son réseau d’information en prenant en compte le français.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 mai à 02:05, par Sawadogo
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Cool nom excellence les réponse ont été cou toi clair nom excellence je vous béni de continué dans cette lancé

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 03:47, par Moi Roch
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    ROCH MARC CHRISTIAN KABORE, PRESIDENT DU CDP : "L’article 37 est antidémocratique"
    Le 6 février 2010, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) soufflait sa 14e bougie. 14 ans de règne sans partage sur la scène politique nationale pour ce parti d’obédience social démocrate. Cet anniversaire est célébré dans un contexte de préparation de la campagne présidentielle de novembre 2010. Mais la question qui taraude tous les esprits est la probable révision de l’article 37 de la Constitution qui limite le mandat présidentiel à deux. Pour le président du CDP, cet article sur la limitation est "antidémocratique". Retour sur une conférence de presse riche en informations
    Le parti au pouvoir a fêté son 14e anniversaire le 6 février dernier. Une conférence de presse a été donnée à cette occasion. Autour du président du parti, Roch Marc Christian Kaboré, les ténors. Dans la déclaration liminaire lue par Achille Tapsoba, secrétaire général du parti, il est question de cet événement historique qui a vu la fusion de l’ODP/MT et de la CNPP/PS, entre autres, pour donner forme au giga parti. Il a été aussi question de l’élection présidentielle de novembre 2010 à laquelle le parti se prépare. Point d’allusion directe au débat sur l’article 37. Cela n’échappe pas aux journalistes. Avant cette conférence, le CDP avait déclaré qu’il n’excluait aucun sujet sur les réformes politiques et institutionnelles. Les choses se précisent désormais.

    Selon le président Roch Marc Christian Kaboré, "la limitation du mandat, dans son principe est antidémocratique. Il va contre le droit du citoyen à désigner qui il veut". Il va plus loin dans l’explication en argumentant que malgré toutes les thèses développées, le Burkina est bien dans un régime démocratique et qu’en la matière, le principe du débat contradictoire doit être respecté. Le patron du CDP fait allusion à certains responsables de l’opposition qui menacent de descendre dans la rue en cas de révision de l’article 37 au lieu de "bander les muscles". Et le président Roch de citer un sondage du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) qui dit que 52% des Burkinabè sont contre cette révision. "De quoi l’opposition a-t-elle peur alors, allons aux élections pour comprendre la réalité ?", a-t-il lancé. Sur la question, le CDP a ouvert le débat en son sein, une synthèse des propositions sera faite et le parti adoptera une position définitive. Quand ce sera fait, prévient le président du CDP : « nous allons rencontrer l’opposition et nous discuterons ». Cette révision de l’article 37 pose également la question de l’alternance et la faiblesse de l’opposition. Sur ce point, le CDP est catégorique. L’alternance « est un combat entre partis pour la conquête du pouvoir politique. C’est à l’opposition de faire son autocritique et éviter la courte échelle. » Pour le président du CDP, seule l’opposition détient la clé de l’alternance. Il constate cependant que « chacun veut tout pour lui au sein de l’opposition alors que l’implantation de son parti ne dépasse pas Ouagadougou. On a beau parler, il n’y aura pas d’alternance si l’opposition ne fait un travail politique dans le Burkina profond Le CDP va même jusqu’à donner des conseils à l’opposition : "nous les encourageons à s’unir." Et Simon Compaoré, vice- président du parti et président de l‘Alliance de la mouvance présidentielle d’ajouter "si ceux d’en face ne savent pas ce qu’ils veulent, nous, nous savons". Il a annoncé une conférence de presse le 11 février prochain de ce regroupement.

    Vous avez dit alternance ?

    Roch Marc Christian Kaboré s’est élevé contre la désinformation du public et a appelé les médias à restituer les faits. Il dit ne pas comprendre que quand un parti comme l’UNDD de Hermann Yaméogo propose des révisions substantielles de la Constitution, personne ne s’émeut. Mais quand le CDP fait des propositions dans ce sens, c’est le tollé. Il a tenu à rappeler que le vote des Burkinabè de l’extérieur était une revendication de l’opposition. Quand le CDP lui a emboîté le pas, il s’est entendu dire que c’est parce que le parti au pouvoir avait les moyens de battre campagne à l’extérieur qu’il a fait voter la loi. Aujourd’hui l’application de la loi est différée pour faute de moyens de l’Etat, l’opposition déclare que c’est parce que le CDP ne peut pas acheter le vote des Burkinabè de l’étranger que la loi ne sera pas appliquée cette année. La même logique a eu cours sur le financement des partis. C’est l’opposition qui a demandé de ramener le suffrage de 5 à 3% pour ne pas tuer les petits partis : "il y en a qui disent que même si c’est 1 franc, eux aussi veulent manger", a confié le président à la presse. C’est une loi consensuelle, tout comme l’adoption de la Carte d’identité nationale burkinabè comme document unique de vote, a soutenu le président du CDP par ailleurs président de l’Assemblée nationale

    L’autocritique de Salif Diallo

    Sur la vie du parti, les responsables du CDP se sont félicités du succès de leur dernier congrès tenu en juillet 2009 et qui a "tracé les orientations pour faire du Burkina un pays émergent à l’horizon 2020". C’est à ce congrès également, que la confirmation de la suspension de Salif Diallo, vice-président des instances du parti a eu lieu. Le président Roch Kaboré a annoncé officiellement que lors du dernier passage de l’homme à Ouagadougou, celui-ci a déposé sa lettre d’autocritique sur l’inobservation des règles de conduite du parti. Le bureau politique du parti se prononcera en son temps sur la suite à donner à cette lettre. Ce fut le lieu pour le premier responsable du parti de rappeler que Salif Diallo a été sanctionné pour sa "position aventuriste et qu’au sein du CDP" une fois que la position du parti est arrêtée tout le monde la défend. Il a précisé qu’il n’y a pas de courant au sein du CDP et que ceux qui ont voulu se comporter comme tel après la fusion de 1996 sont partis (Ndlr : allusion faite aux groupes des refondateurs).

    Par Abdoulaye TAO

    Le Pays

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 03:55, par wiki dit tout burkina
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Mon prési faut que tu reveinne vite au pays. On mai out pourtant toi meme tu sais les ragot que je racontais au temps sur goft Blasco et autres si on règle pas mon problème je vais rejoindre Safiatou Lopes. Parceque au MPP les vieux veulent nous noyer et quand on parle au responsable ils nous écoute pas. On a deja perdu le grand Zapata il reste Souleymane, moi, Alex ;
    Je vous préviens juste. Si vous ne faite rien le cas de blaise sera meilleur a vous je crois pas que Faure va d’acceuillir comme Ado
    A bon a entendeur salut

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 04:36, par Maria de Ziniaré
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    En tant que Burkinabè que le webmaster m’autorise ce coup de geule sur la gouvernance de notre Faso . Monsieur le PF de grâce ayez de la verticalité et de la dignité vous parlez au nom de tous les Burkinabé et non au nom du MPP de Salif DIALLO qui a organisé votre hold-up du pouvoir par le biais des lois électorales non inclusives du CNT anti-constitutionel. Le coup d’état ne visait pas à "ramener de force l’ancien régime au pouvoir" ni "ramener l’ancien Président au pouvoir" ; un président qui démissionne ne peut pas être ramené par force au pouvoir. Le coup d’état visait à l’organisation d’élection inclusive qui donne la parole au peuple souverain de choisir librement qui doit le gouverner. Vous avez fait violer la constitution (chose que vous avez reprochez à Blaise) pour mettre en place une transition inconstitutionnelle et illégale qui a taillé une élection spéciale à votre mesure en excluant des adversaires au motif d’avoir travaillé à côté de Blaise alors que vous avez été également son plus proche collaborateur pendant 25 ans. Prenez de la graine auprès du jeune MACRON votre cadet de 20 ans de moins qui refuse de parler d’es affaires intérieures françaises à l’étranger. Mettez vous dans la peau d’un homme d’état et contrôler votre langage qui ne sied pas pour un PF.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 06:53, par Kind nef zounoogo
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Monsieur le President, je suis désolé mais vous faites des declarations comme Sarkozy, j’appelle ça du sarkozysme car, l’histoire n’appartient pas à perso ne pas même à un président, encore moins à un individu, elle appartient à Dieu. En tant que chrétien, il faut que vous fassiez au retour un détour au Vatican pour vous confesser. C’est peut-être un diable qui avait rassuré et conforté Blaise COMPAORE à persévérer et à rester pour ensuite faire volte-face, s’ il a raté l’l’histoie, Dieu seul sait faire la part des choses et sur cette terre’ ce jugement que vous faites est anachronique et insensé.
    Restez humble et ne dénigrer pas exagérément celui avec qui vous avez soupé pendant plus de 25 ans car Dieu nous suit et nous regarde, tous qui sommes courbés, camouflés en train de ramper, en indexant, en mentant, en accusant et en chargeant parfois à tord les autres (surtout votre prédécesseur) comme si nous sommes des saints. Monsieur le Président Ayez pitié de ce pauvre qui est par ailleurs votre prochain. Je pense que la Présidence ne vous a pas éloigné de ce que disent les saintes écritures ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 07:28, par Moïse
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Selon le chef de l’État, « le peuple burkinabè réclame justice vis-à-vis de cet entêtement qui a été de vouloir prolonger le mandat du Président du Faso qui était Blaise COMPAORE. C’est pour cela que suite au décret qui a été pris pour donner mandat aux forces de sécurité d’utiliser les armes en cas de nécessité, il était tout à fait normal que des procédures soient engagées contre ce gouvernement et la Haute Cour de justice a été saisie ».
    Si le Chef de l’Etat a vraiment declaré cela comme le sous-entend le compte rendu de la Direction de la communication de la Présidence, c’est un raccourci qui mérite d’être corrigé pour une meilleure compréhension du dossier. L’accusation faite aux membres du dernier gouvernement de Blaise COMPAORE porte sur une réquisition complémentaire spéciale signée par le premier ministre. Certes ladite requisition se fonde sur le décret 2005-025 portant organisation du maintien de l’ordre au Burkina Faso, mais il ne faut pas confondre les 2 documents. Ce décret date du 31 janvier 2005. Il n’a pas été adopté au Conseil des ministres du mercredi 29 octobre 2014 ! La réquisition complémentaire en question non plus, si l’on se réfère au compte rendu dudit conseil largement relayé par la presse. Du reste à la lecture du décret en question, il n’est nulle part requis un avis préalable du Conseil des ministres, le premier ministre étant la seule autorité compétente pour adresser une requisition au CEMGA. À cela s’ajoute le fait que la réquisition complémentaire spéciale n’est pas une permis de tuer. Les articles 34, 35, 36, et 37 réglementent strictement l’usage des armes.
    La confusion faite par le Chef de l’Etat laisse perplexe et confirme qu’il faut plus de sérénité dans la gestion de ce dossier.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 07:43, par LE VILAIN
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Monsieur le Président il faut parler peu surtout avec réserve parce que j’ai peur quand vous dites ceci : " salué l’action du peuple burkinabè et des militaires loyalistes qui a permis de faire échouer cette aventure de vouloir ramener l’ancien Président au pouvoir" ; êtes vous certain qu’ils voulaient ramener l’ancien Président Blaise COMPAORE au pouvoir ? Vous êtes notre Président alors vous ne représentez partout où partez et vous parlez à notre nom alors balle à terre et jouons doucement car le match dure quatre vingt dix minutes et non quarante cinq minutes. En plus qui accuse le Président COMPAORE devrait vous accuser aussi car vous êtes responsable de l’entêtement du Président COMPAORE à vouloir rester toujours au pouvoir. Vous saviez, c’est un arbre dans votre quand cet dernier commence à pousser des racines il faut vite abattre sinon les racines vont se développer et détruire la maison. Alors si vous laissiez cet arbre prendre les racines il faut assumer vos responsabilités. Monsieur le Président KABORE, le Président COMPAORE est cet arbre qui au départ a eu votre soutien quand vous déclariez que tous ceux sont contre la modification de l’article posent un acte anticonstitutionnel ( à ce moment vous étiez le PAN) croyez vous que à ce moment si vous vous y étiez opposés le Président COMPAORE allait tenir ferme ? Non mais avec ce recule il a pris son temps pour mieux se positionner et voilà pourquoi il tenait coûte que coûte à modifier cet article qui est devenu arbre à palabre. hier je mangeais mon "benga" chaud au boulevard Charles De Gaule quand une vieille me disait mon petit donc ils se sont passés le pouvoir ? Et j’ai demandé qui sont ceux qui se sont passés le pouvoir ? Et elle me répond Blaise COMPAORE a cédé le pouvoir à son élève Roch. Comprenez pourquoi elle pense ainsi.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 07:45, par LE PAUVRE
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    IL FAUT PROFITER NOUS ENVOYEZ DES PUITS DE PÉTROLE POUR FINANCER LE PNDES SURTOUT VOIR LE CAS DE NOS TRAVAILLEURS CAR IL Y A UN SÉRIEUX PROBLÈME ICI AU FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 08:17, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    - Excellence Mr Roch, vous êtes allés au Qatar, et vous avez même donné une interview sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera. Cette chaîne diffusait aussi les message de Ben Laden. mais moi je dis ceci :

    Burkinabè, franchissons le Rubicon ! Osons nous le dire droit dans les yeux et sans langue de bois !!! Mais surtout ressaisissons-nous ! Il y a des choses qu’il faut cerner et prendre ses précautions :

    - L’islamo-fascisme est entrain de naître sous l’instigation des monarchies pétrolière du Golfe ! Terrorisme et Djihadisme ont le vent en poupe dans nos régions depuis un certain temps. Aujourd’hui, la prolifération des ‘’medersas’’ et des mosquées d’obédience salafiste, surtout dans les quartiers déshérités est une réalité et constitue le Levin où on braque une jeunesse désemparée. Je l’ai toujours dis et je répète : il suffit de voir le nombre de femmes voilées déferler tous les matins des non-lotis pour se rendre compte qu’il y a des usines de conversion au salafisme dans les quartiers périphériques et qui tournent à plein gaz. L’État n’agit pas au nom de la démocratie, de la liberté et des droits de l’Homme. Il laisse donc faire. Mais n’est-ce pas bafouer le droit et la liberté de la majorité pour conforter une minorité bornée, toujours agressive et toujours sur la défensive ? Le vrai problème des écoles coraniques que sont les ‘’Medarisse’’, pluriel de ‘’Medrassa’’ est qu’elles ne sont pas régies par des lois. Et même si elles le sont, ces lois sont royalement ignorées et moi-même je n’en sais absolument rien, voire bafouées ! Donc, l’urgence est de régir ces écoles par des lois, et définir un curricula de formation à imposer. Ce curricula de formation doit enseigner le vrai islam qui est tolérant et respectueux des valeurs humaines car il ne s’agit pas d’abrutir et de braquer les enfants dans ces écoles, à fortiori les dresser contre la patrie et les autres dits mécréants. Comprenons-nous ! L’histoire récente de notre pays a suffisamment montré que des citoyens burkinabè sont prêts à faire allégeance avec le diable pour attaquer et déstabiliser leur pays. Sinon d’où vient que Malam DICKO soit si extrémiste au point d’entraîner ses frères du Soum dans l’abîme du terrorisme ? Même si on se dit pauvre, doit-on pour autant brûler son propre pays pour une poignée de billets de banques ? A quel Dieu obéit-on dans ce cas ? A celui venu des monarchies du Golfe ?

    Voyez aujourd’hui ! Un système ‘’d’arabisation forcée” est en marche dans notre société, à l’intérieur de nos mosquées, de nos cours ! Système qui confond “islamisation” qui recherche l’adhésion libre des fidèles et ‘’arabisation forcée’’. Remarquez ! Saluer aujourd’hui sans utiliser l’arabe peut faire de vous un ‘’mécréant’’. Ainsi entend-on à longueur de journée des ‘’Salamaleykoun’’ et des ‘’Leykouma Salam’’ qui sont loin d’être en mooré, fufulde ou dagara !! Où allons-nous ? Suivez seulement quelques prêches et vous serez abasourdis car est très souvent fustigée violemment une jeunesse qui est entrain de s’occidentaliser et à laquelle on propose la culture arabe (une autre culture pourtant), mais jamais l’Islam comme religion.

    Selon le Pr Issa N’Diaye du Mali, ‘’La lutte contre le terrorisme est en réalité un champ d’affrontement et de complicité entre deux impérialismes, l’un occidental et l’autre arabo-salafiste’’. Pour lui, ‘’L’impérialisme arabo-salafiste est celui où les cadres arabophones servent de relais pour le financement des pétromonarchies du Golfe’’. Il va plus loin en disant que les tentatives de substitution de l’arabe à nos langues nationales jusque dans les salutations donnent une idée des tentatives d’acculturation. Et il enfonce le couteau en soutenant que : ‘’L’argent des pétromonarchies du Golfe circule sans aucun contrôle jusque dans les villages les plus reculés. On parle de djihadisme dans le Nord de nos pays alors que la menace couve partout dans le Sud’’. Si vous constatez aussi, la multiplication des regroupements sur des bases ethniques, régionalistes avec divers appellations, qui ont pignon sur rue ces derniers temps, certainement avec la complicité souterraine et le soutien de certains politiciens, constituent à la longue une menace dangereuse pour la cohésion nationale. On se rappelle encore de la crise Koglweogos/Doozos  ! Attention donc !

    Chers burkinabè, chers Africains, méfions-nous donc pour ne pas subir pour la 2ème fois l’esclavage des arabes car on l’oublie souvent, ce sont les arabes qui ont été les premiers esclavagistes, suivis par les blancs par la suite.

    Pour terminer, je paraphasse encore le Pr Issa N’Diaye qui avertit : ‘’Seules nos cultures endogènes et nos langues peuvent nous en protéger. Les langues d’un peuple constituent sa racine, sa sève de vie. Y renoncer conduit inévitablement au suicide collectif. Il nous faut aussi sortir des analyses réductrices sur la lutte contre le terrorisme. Derrière ce vocable se cache une stratégie de chaos, de dislocation et d’émiettement de nos pays. Les mouvements djihadistes et leurs leaders sont sortis, pour la plupart, des laboratoires des services secrets occidentaux’’. Ici on sait tous que Ben Laden le plus célèbre de tous les terroristes, traqué pendant longtemps par les USA avant d’être tué, fut d’abord un allié de ces mêmes américains lors de la guerre d’Afghanistan avant d’être leur ennemi juré........et Ben Laden était saoudien !

    A bon entendeur, salut !

    NB : Administrateur du site, ne me censure pas car je ne recommande pas de tuer quelqu’un. Je mets seulement en garde les burkinabè et les africains car l’esclavage arabe est en cours de renaissance ! Or j’ai remarqué que vous n’aimez pas la vérité !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 08:22, par kouadio
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    les premiers internautes ont déjà relevé les incohérences, contre-vérités du président Roch. Si Roch pense que le coup d’etat du CND qui venait de la volonte de Zida d’eliminer certains chefs militaires et garder le pouvoir, on peut facilement lire dans ses decarations les connivences, les deals sales que le MPP avait avec la transition.
    Sur les attentats, pouvez vous prouver que l’ancien president en est le commanditaire ? Sinon c’est grve et triste de continuer a raconter des aneries comme Simon qui est fier d’écrire et lire devant les media qu’il y a avait collusion entre l’ancien regime et certains jihadistes. Du coup ceux qui aidaient le Burkina a etre a l’abri des attaques se sentent trahis et menaces. L Etat est une continuite et les secrets d’etat existent partout.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 08:25, par HINASO
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Le chef de l’État a expliqué que suite à un vote de l’Assemblée nationale accordant l’armistice à tous les chefs d’État du Burkina Faso, l’ancien Président devait quitter le pouvoir en 2015 au terme de son mandat et partir tranquillement.
    Je crois si ce n’est une erreur que c’est plutôt l’amnistie qui est un Acte législatif qui arrête les poursuites et supprime les condamnations à l’encontre d’un ou de plusieurs individus.
    L’armistice est une Convention par laquelle les belligérants suspendent les hostilités. Aujourd’hui les médias utilisent en lieu et place de l’armistice le terme « cessez-le-feu » pour désigner cet accord.
    Maintenant il reste à Roch Marc Christain KABORE de rentrer dans l’histoire

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 08:35, par Alino
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Bonjour,
    Je prends aux mots notre cher RMCK.
    "Mais grâce à la détermination et à l’engagement des forces de défense et de sécurité sur le terrain « nous avons réussi à ramener l’accalmie et nous avons un bon contrôle sur nos frontières », affirme le Président du Faso qui a du même coup salué l’engagement de la force Barkhane aux côtés des forces armées du Burkina, du Mali et du Niger.
    Nos frontières sont poreuses. Rien que vendredi dernier (12/05/2017), c’est à nos frontières q’un citoyen de Gorom-Gorom à été enlevé puis relaché le lendemain son véhicule lui permettant de trouver sa pitence reste introuvable après avoir traversé la frontière.
    Dites-nous sincèrement, Mr le Président du Faso, quelles sont les zones frontalières que vos FDS ont sécurisé.

    Suivez ceci aussi venant de RMCK :

    Mais en plus de la nécessité de « combattre militairement le fléau, il faut entreprendre de véritable politique de développement dans les zones touchées qui se sentent délaissées, pour arriver à bout du terrorisme ».
    Qu’avez-vous entrepris ????????????????????

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 09:14, par Badégnan
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Vous savez ? On a intérêt tous à prier et accompagner le PF et son gouvernement pour des lendemains meilleurs pour nous et nos enfants. notre pays est le troisième (3ème) des derniers pays en terme de développement au monde, cela doit nous choquer et nous révolter comme SANKARA qui avait mal quand il revenait pour les vacances à Ouaga et trouvait que rien n’avait changé, ça c’était avant 1980. Aujourd’hui encore, qu’est ce qui a changé à part quelques voleurs du fisc et de la douane et les pilleurs du Trésor public qui nous narguent. Pas de rues dans nos quartiers, pas d’électricité et pas d’eau. Même dans les Cités à Bassinko pas de SONABEL depuis 5 ans ! la situation est très sérieuse et dans tous les cas c’est les pauvres qui en subissent. Je disais à mes camarades de lutte de faire attention à ceux qui nous gouvernent, car ils n’ont rien à foutre du Faso, ce sont eux qui ont les doubles nationalités voire des triples nationalités et ont des châteaux à l’extérieurs, il parait même certains ont des cités entières à Koumassi et à Dakar ! Juste vous dire que le président a été élu pour 5 ans et mettons nous au travail, certes il faut critiquer l’action gouvernemental, mais que ce soit pour construire et pour cela j’invite les jeunes à s’intéresser à la politique, inondons les partis politiques déjà implantés sur le territoire national et bousculons les vieux à nous céder leur place, sans quoi nous aurons toujours des députés de 70 ans qui dorment à l’assemblée Nationale et des Présidents du Faso qui se dopent chaque jour. Moi je milite dans un parti, mais souvent j’ai envie de ne plus continuer tellement tout est statique pas d’innovation comme si la vie du parti ne se limitait qu’aux élections. Alors que dans le parti surtout au pouvoir, le débat doit être permanent afin de rectifier le tire et de recadrer ceux à qui on a confié une parcelle de pouvoir (DG, Ministre, Gouverneur, Directeur Régional ou Provincial etc). Bonne journée à tous, juste ma contribution au forum. On est tous Burkinabè et c’est ça l’essentiel, arrêtons de nous déchirer. Quand tu franchira n’importe quelle frontière un jour, tu saura que c’est le Burkina ton Pays !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 09:14, par Sidbeyondo
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Je suis dépassé de voir que Roch continue avec ce discours divisionniste, manipulateur qui a trompé le peuple burkinabè et sa jeunesse en 2014. Roch continue dans la manipulation en oubliant que c’est lui-même en tant que Président du CDP qui a encouragé Blaise à réviser l’article 37 pour rester au pouvoir. Il fait comme si Blaise prenait les décisions seul sans l’aval et l’aide du parti. Il oublie surtout que Blaise a géré le pouvoir pendant 27 ans avec eux les RSS. C’est un manque d’éthique, de morale et de responsabilité politique.

    Comment Roch peut aller quémander de l’argent à des monarchies et s’asseoire là-bas pour parler d’un président qui voulait rester au pouvoir ? Dans les pays du Golfe, c’est le pouvoir à vie. Ce sont les RSS croulants et rampants qui veulent d’un pouvoir à vie et même l’idiot le plus taré de mon village est maintenant conscient de cela. Ils sont revenus au pouvoir en détruisant l’Etat pour y rester à vie. Ils ont trompé la jeunesse en parlant d’alternance alors que ce sont les vieux loups qui sont revenus dans la bergerie pour tout dévorer avant d’aller digérer dans leurs palais de vieillesse.

    Roch n’est pas à la hauteur du mandat présidentiel même si en caméléon équilibriste, il s’est hissé au sommet. Il prône encore le discours de la division comme s’il ne voit pas les dégâts dans la nation. Il est allé avec l’argent de tous les contribuables pour représenter tous les citoyens et il va parler au nom de son camp MPP. Il croit encore être en campagne. Pauvre peuple burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 09:35, par Poko
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    On est fatigué de ce bla-bla pour expliquer le coup d’Etat contre Blaise. Roch aurait dû prendre de la hauteur comme Président du Faso invité sur ce plateau de TV au lieu de tomber encore dans les tentatives de justification de leur forfaiture passée. On n’est plus dans l’euphorie du coup d’état réussi et maquillé en insurrection. La bagarre est derrière nous et tous les fils et filles du pays ont maintenant les yeux tournés vers l’avenir.

    Ayant été invité comme Président du Faso, il suffisait à Roch de profiter de cet entretien pour affirmer son statut de président de tous les burkinabès et faire le plaidoyer pour la mobilisation des ressources pour le pays au lieu de prendre le temps et l’opportunité pour exposer des choses qui n’intéressent pas les populations des monarchies arabes. C’était du hors sujet et le Président Roch n’a pas encore compris son statut. Il devait prendre le contrôle de l’entretien et faire passer les messages qui lui tiennent à coeur. Le message est simple : on a besoin d’argent, de beaucoup d’argent pour reconstruire notre pays. Point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 09:35, par Karissa
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Le Maître avait pourtant parlé.

    Plus haut que la clameur dans la cité,
    S’était élevée la voix du Maître vénéré,
    Bouclier premier sous nos tropiques,
    Baobab aux soixante-quatorze véridique.

    A saluer ce silence longtemps digéré,
    A saluer tous les silences encore couvés,
    Patients pères de verbes qui sauvent,
    Quand devient tumultueux le fleuve.

    « Où étais-tu, Père ?
    Que faisais-tu, Père ?
    Le soleil ne brille plus sur les vertus de nos héritages.
    La lune n’éclaire plus les refrains de nos savanes.
    Le tam-tam ne parle plus aux initiés.
    Les ânes portent des harnais. »

    Trois ans déjà et en un soir,
    Que retentissait ce cri de désespoir,
    A voir la Patrie chancelante,
    En des mains de dilettantes.

    Ainsi donc rompu le pain,
    Partagé de tes propres mains,
    Aux initiés assis ou debout à la cène,
    Symbole du triomphe sur toute haine !

    Ô Père, ô Maître à oser dire,
    A éclairer, mais surtout à prévenir,
    Importent peu les errements,
    Parfois entendus parmi tes enfants.

    Hélas, ces vécus qui enseignent
    A conjurer les jours qui saignent,
    Sur nos nouveaux rois paraissent
    Sans effet à la fin de la messe.

    Quelle fatalité nous contraint oh dieux
    A reprendre le chemin odieux
    Qui hier seulement nous mena
    Au Golgotha des blessures et trépas ?

    Du faîte du grand Kaïlcédrat, parti à tire d’aile,
    L’Aigle accompagné d’une nuée d’hirondelles,
    Sa dernière trompette par les échos relayée,
    Depuis lors dans le silence emmuré.

    Vacarme et agitation alors dans nos jardins,
    Jacassent oies, canards, coqs poules et poussins,
    En complaintes, accusations et mémoires en défense
    Quand reste le travail de reconstruction immense !

    Mais seront un jour défaits
    Les mensonges répétés,
    Et tomberont des fiertés
    A l’épreuve des faits.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 10:24, par Boinzem
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    On est fatigué maintenant avec Blaise a fait ci ou ça là. Même débarqué, c’est son nom qui vous fait vivre. Qui vous permet d’avoir quelque chose à dire, de vous vanter et vous vendre à l’international. Ceux qui écoutent ne sont pas cons comme les burkinabè et ils se moquent royalement de nous comme peuple et de vous comme leaders guignols. Le tasse-toi que je m’y mette et la jalousie ne construisent pas un pays. Vous avez dit que c’était lui le mauvais, le méchant et l’incapable. Vous avez dit que vous pouvez mieux faire que lui. Alors, ça fait trois ans maintenant et on ne voit rien. Arrêtez de nous rabâcher les oreilles même si votre seul mérite reste de l’avoir déboulonné. On fait quoi maintenant ? Où sont vos preuves de bonne gouvernance ? C’est du présent et du futur maintenant il faut parlé. Le passé est révolu. Vous avez voulu avaler le gros morceau, mais ça l’air que il descend pas facilement de la gorge. Débrouillez-vous, bandes de vieux croulants, ingrats et cupides.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 11:02, par DDCOOL
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Dans tous les cas Blaise a prouvé qu’il faut mieux 3 personnes. A force de tout jeter sur lui et le RSP nous avons fini par comprendre que tout est manigance ! Surtout que vous tous avez diner avec le diable...Vive Blaise ! Vive Blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 11:17, par off
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Si je peux me permettre deux mots, je dirai merci au Prési pour ce langage diplomatique mais je tiens à lui rappeler de travailler pour rassurer ses compatriotes car les signes que nous voyons ne nous rassurent pas. les signaux sont presqu’au rouge et malheureusement, nous ne sentons rien venir qui soit rassurant. Les termes comme le taux de croissance est à 6,2% ou le président a été élu avec plus de 50% au premier n’engagent que les incrédules. Je veux qu’il sache que les élections se gagnent en campagne mais les insurrections s’organisent en ville. S’il ne fait rien pour calmer le front social, il risque d’être très désagréablement surpris car, contrairement aux propos de certains de ses zélateurs qui pensent que deux insurrections ne peuvent pas se suivre, je les informe que l’insurrection de 2014 n’est pas encore terminée. Juste un conseil d’ami.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 11:43, par yacoub
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Salut à tous,koro yamyele que tu veuilles ou pas les pays arabes dominent le monde d,aujourd’hui qui parle uniquement capitalisme.Les usa europe et j,en passe, mangent dans les mains des arabes.Arrête chaque fois d,en dramatiser parce que c,est comme cela sinon tu mourra de chagrin toi qui haies les arabes et l,islam.

    Répondre à ce message

    • Le 19 mai à 14:55, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

      Voilà ! Yacoub je m’attendais à une telle réaction de la part d’un salafiste. Oui ! Tu es un islamiste salafiste qui ignore tout du vrai Islam, du St Coran et de son enseignement noble. Tu es un islamiste et tu fais porter le voile intégral à ta femme. Jaloux-là ! Laisse les gens admirer ses rondeurs ! Quel égoïste que tu es ! Tu caches ta femme dans un voile intégral et tu admires celles des autres. Et puis un bon musulman ne dit jamais qu’untel n’aime pas l’Islam car un bon musulman sait convainre autrui sur sa foi. Mais je comprend que tu es un mauvais musulman qui pratique dans le Haram et non dans le Halal. Tu ne pratiques pas l’Islam Halal mais plustôt l’Islam Haram. Tu iras en enfer si tu ne cesses pas et là-bas tu seras dans une cellule de feu où on t’arrachera la barbe poil par poil pendant que tu hurleras de douleur. Tes cris de douleur pourfendrons le silence des ténèbres de l’Enfer et retentirons jusque dans les entrailles de la terre pour avertir sur terre les hommes comme toi de ce qui les y attend s’ils n’y prennent garde. Nous autres en ce temps, installés au paradis avec des nourritures somptueuses servies dans des assiettes d’or, nous te lorgnerons de loin sans t’envier ! Et nous mangerons pendant que les anges, munis d’éventails nous ventilent et l’air frais caressera nos dos devenus gras et luisants là-bas.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 11:46, par off
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Si je peux me permettre deux mots, je dirai merci au Prési pour ce langage diplomatique mais je tiens à lui rappeler de travailler pour rassurer ses compatriotes car les signes que nous voyons ne nous rassurent pas. les signaux sont presqu’au rouge et malheureusement, nous ne sentons rien venir qui soit rassurant. Les termes comme le taux de croissance est à 6,2% ou le président a été élu avec plus de 50% au premier n’engagent que les incrédules. Je veux qu’il sache que les élections se gagnent en campagne mais les insurrections s’organisent en ville. S’il ne fait rien pour calmer le front social, il risque d’être très désagréablement surpris car, contrairement aux propos de certains de ses zélateurs qui pensent que deux insurrections ne peuvent pas se suivre, je les informe que l’insurrection de 2014 n’est pas encore terminée. Juste un conseil d’ami.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 11:50, par le Gnès
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    bonjour à tous. En lisant cet écrit j’ai eu froid et honte, si c’est une transformation des paroles du président par le chargé de communication ou c’est la traduction mais j’ai eu honte. Dites moi, c’est où notre Assemblée a accordé une « armistice » à ses chefs d’État ? Étaient-ils en guerre ?
    C’est quelle armistice ? Si c’est notre « amnistie » que quelqu’un veut faire son armistice, on va se gnaga ici. Ne transformer pas les paroles du PF ou les dispositions de nos chères lois. Cette chaine est suivie par le monde entier, donc attention !

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 12:44, par LE PEUPLE
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Bien parlé Excellence. Vous restituez fidèlement l’histoire récente du Burkina Faso. Répondez toujours de la même manière tant qu’on vous posera ces genre de questions. Que tous les blaisistes se le tiennent pour dit : BLAISE EST ENTIÈREMENT ET PERSONNELLEMENT RESPONSABLE DE TOUS LES MAUX ET LES TUERIES QUI SE SONT PASSES AU BURKINA A CAUSE DE SON ENTÊTEMENT A MODIFIER L’ARTICLE 37 POUR SERVIR SON INTÉRÊT ÉGOÏSTE ET CELUI DE SON CLAN. ON FINIRA TÔT OU TARD PAR TROUVER UN TRIBUNAL QUI LE JUGERA A LA HISSENE HABRE. Le coup d’État le plus bête au monde visait bel et bien le retour du régime déchu n’en déplaise aux nostalgiques de la terreur qui s’est abattue sur le Burkina depuis 1987. BON SEJOUR, EXCELLENCE ET BON RETOUR.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 13:31, par YAAM SOBA
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Je me souviens comme si c’était comme hier, lorsque Roch soutenait l’article 37...

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 16:45, par sidketa
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Je suis meurtri chaque fois que nos premiers responsables se prononcent sur ces genres de questions sur des chaines étrangères. Ca me pose véritablement problèmes surtout que ce n’est pas l’objet de votre visite et que vous ne connaissez pas la position réelle de celui chez qui vous partez mendiez. Nos gouvernants devraient repartir à l’école de la diplomatie. Affirmer sans ambiguïté que les attentats qui ont coûté la vie à nos braves compatriotes ont été commandités par le régime de Blaise Compaoré me pose problème en ce sens que cela révèle la négligence du pouvoir actuel vis à vis de ceux qui sont morts et de tout le peuple burkinabè. COMME CA, LE PRESIDENT ROCH ET SON POUVOIR CONNAISSENT CEUX QUI NOUS TUENT ET NE SONT PAS CAPABLES DE LES ARRETER NI DE NOUS PROTEGER !
    Excellence, il ne vous reste alors qu’une et une seule chose : DEMISSIONNEZ !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 17:09, par Ka
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Je voudrai que quelques internautes analysent l’intervention du président Roch Kaborè avant d’apporté sur le forum des critiques non fondées : Tout chef d’état hors de son pays se défend comme il peut pour sauver la face : Comme le cas d’Emmanuel Macron aujourd’hui au Mali face à la presse. Pour vous dire que notre Roch Kabore a voulu faire savoir, que malgré lui et tous les autres, y compris le peuple Burkinabé qui sont comptables de la bourde du président Compaoré, a l’époque aucune personne ne pouvait individuellement faire autrement face à un introverti avec son RSP qui tuait qui il veut, là où il veut. La seule solution pour le peuple mouton, et les plus proches de l’introverti comme Roch Kaboré, étaient de se battre silencieusement contre l’injustice, et se battre ouvertement au côté du criminel pour la patrie et son développement. Mais au pays des hommes intègres, le peuple est très patient, et dès que tout est réunis pour se révolter contre l’injustice, ce peuple devient impatient sans distinction de classe, qu’elle soit de près ou de loin du criminel. Alors n’accusons pas Roch Kaboré, nous étions tous comptables de la bourde de l’introverti durant 27 ans. Mais quand la vase est débordée avec le problème du sénat, le tripatouillage de l’article 37, toutes les classes réveillées, que ça soit des proches, ou ceux de loin de l’introverti, ont sanctionné ce qui est ouvertement de l’injustice. Ka qui est dans l’ombre avec des critiques fondées sur ses vécus, vous dit qu’il a galéré avec plusieurs personnes dans le temps pour mettre en place le CDR, qui sont dans l’ombre comme moi, on a soutenu des objectifs fiables pour le développement de notre pays. Beaucoup d’entre nous ont eu les mêmes formations juridique pour une justice équitable pour le peuple, mais ont accompagné l’introverti malgré eux pour le développement du pays. Que les internautes haineux ne croient pas que malgré les repos forcés des uns et des autres, toutes les classes confondu au temps de Thomas Sankara, ou de Blaise Compaoré ne se retrouvent pas pour évoquer beaucoup de sujet, comme le président a su le dire publiquement que l’introverti n’a pas su choisir la bonne porte. Même les internautes qui disent a Roch Kaboré de la fermé, en parlent tout bas. Alors disons tout haut ce que d’autres pensent tout bas pour que tout le monde se comprenne pour une réconciliation nationale avec un peuple souder. Disons tout haut que la dictature aveugle de Blaise Compaoré, même s’il était intelligent, et se croyant au-dessus des lois, ne pouvait pas le faire sortir par la bonne porte. Beaucoup de Chefs d’état ont essayés avec entêtement dictatoriale de piétiner leur peuple qui les ont élus, mais 99% de ces chefs d’états sont passés à la moulinette par les mêmes peuples moutons. Nous pouvons citer des noms comme ‘’’Kadhafi, Saddam, de se Sékou de la Roumanie, de Bokassa, d’Idi Amin, et tout dernièrement Laurent Gbagbo.’’’ Maintenant Roch kaboré sait qu’il ne faut pas s’entêter quand 52% de la population qui vous a élus disent qu’ils ne veulent plus de la corruption à ciel ouvert, de l’injustice, ni des crimes de sang.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 18:04, par Yako
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Bêtises et méchancetés,vouloir pousser la haine jusqu’à accuser le président Compaore de connivence avec les jihadistes contre son propre pays.Pays qu’il a dirigé, construit avec tant de passion.Tout ça prouve bien dans quelles mains notre pays est tombé depuis 31 octobre 2014.Les burkinabé méritent mieux que ça.

    Répondre à ce message

    • Le 19 mai à 19:13, par ka
      En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

      Yako, aucune personne, je dis aucune personne au Burkina ne peut nier les bonnes actions faites par l’équipe autour d’un représentant qui était Blaise Compaoré de 1998 en 2006. Tu es le dernier venu qui veut l’apprendre au peuple Burkinabé. Il y a des gouvernements et des gouvernements, il y a des personnalités et des personnalités : Et ce que tu viens de louer dans ton message au sujet de la construction du Burkina du régime Compaoré, a été fait par une bonne équipe autour d’un représentant. Cette bonne équipe autour de Blaise Compaoré qui ont réalisé les bonnes actions dont nous voyons aujourd’hui, était composé de Roch Kaboré, Salif Diallo, Simon Compaoré le feu Ludovic Tou et d’autres sans crier leur bravoure, qui ont repris les 6 engagements dans les tiroirs de Thomas Sankara, pour promettre le peuple dans le programme de l’élection présidentiel de 1998, afin de mieux les réalisé que nous voyons, et dont tu dis que l’introverti Blaise Compaoré qui a fait tout seul : Je te demande de quitter dans ça, et de soutenir ton mentor pour ses crimes impunis. De 1998 à 2006, le peuple Burkinabé a vu se réalisé avec une bonne équipe autour de Blaise Compaoré tous dont nous voyons : A vrais dire, tout est arrêté dès que François Compaoré et sa belle-mère ont accaparé le volant de l’appareil de l’état en remplaçant l’équipe de Roch, Salif, Simon, par une équipé a 100% égoïstes et sans aucune formation politique et économique qui sont Assimi Kouanda, Achille Tapsoba, Alain Yoda, Pooda Anicet, Salif Ouedraogo, et surtout des manipulateurs comme toi Yako, des personnes dont François Compaoré téléguidait a sa guise et qui a mis le feu au pays.

      Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 21:47, par sidbala
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Quand on dit que votre président est très intelligent vous ne comprenez pas, c’est maintenant qu’il faut le savoir, il n’a aucune suite dans ses idées.
    Pour mois même si son ministre des affaires étrangères lui à conseiller d’aller parler ainsi pour avoir des poignets de dollars pour venir payer les travailleurs et régler les problèmes de grèves, ’est qu’il est vraiment trop limité et c’est dommage pour son pays et son mpp.
    Tu crois aller insulter le Blaiso qui est assis à la droite de OUATTARA et vouloir les homondes de ces arabes ?. c’est trop beau pour être vrai

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai à 22:04, par sidbala
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    En avant les syndicats Rock est aller faire le garibouya pour nous apporter de l’argent, ne replier plus jamais pour qu’il vide ses poches.
    COMMENT PEUT ON DEMANDER BURKINABE D’ETRE INTEGRE ?. CA FAIT COMBIEN DE FOIS IL TOURNE LABAS CE TYPE ?. IL VA PASSER TOUT SON MANDAT A TOURNER COMME CA ?. CE QUI EST SUR CE N’EST ROCK KABORE, C’EST INOUSSA KABORE. N’OUBLIES QUE TU ES DANS LA ZONE DE BASSOLET

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 00:32, par Zongol
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Si le blaiso est de connivence avec les terroristes,c’est que l’ on est très très loin de la fin du film.Que DIeu sauve le Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 10:36, par Toenga
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Sucette, sami vous vous trompez grandement. Rock à quitté le navire de Blaise parce qu’il s’est rendu compte qu’on voulait l’écarter au profit de François. Arrêter de masturber l’histoire sous nos yeux.
    Sincèrement Rock feind d’oublier l’histoire ou bien il perd ses facultés mentales ?????? (excuse, et pourtant c’est vrai.) Rock faut construire pays là au lieu de dire des contresens. Sais tu quand’il fallait organiser ajd des élections toi et Blaise, Blaise serait élu ? Si tu ne le sais pas je te donne l’information. Il serait même intéressé qu’un institut de sondage se penche sur la question. Je ne suis pas nostalgique de l’ere compaore. Mais rock à force de dit des contresens et de ne pas mouiller le maillot au pays, on est fatigué de toi.
    Toenga

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 10:51, par BOUGOUM ISSAKA
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    J’approuve les dires du PF, c’est exactement l’adage qui traduit cela : l’âne voulant faire tomber son maître le prévient au paravant en baissant ses oreilles en guise d’avertissement quite à ce que ce dernier persiste et il passe à l’acte en le projetant par terre, Blaise Compaore a dépassé les limites, des indices d’avertissement par des faits sont restés inexploités et il s’en est allé droit au mur selon ses propres termes qu’il avait adressé à l’ ancien Président nigérien

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 06:10, par ka
    En réponse à : « Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », déclare le Président du Faso sur la chaîne internationale de télévision Al Jazeera

    Yako, aucune personne, je dis aucune personne au Burkina ne peut nier les bonnes actions faites par l’équipe autour d’un représentant qui était Blaise Compaoré de 1998 en 2006. Tu es le dernier venu qui veut l’apprendre au peuple Burkinabé. Il y a des gouvernements et des gouvernements, il y a des personnalités et des personnalités : Et ce que tu viens de louer dans ton message au sujet de la construction du Burkina du régime Compaoré, a été fait par une bonne équipe autour d’un représentant. Cette bonne équipe autour de Blaise Compaoré qui ont réalisé les bonnes actions dont nous voyons aujourd’hui, était composé de Roch Kaboré, Salif Diallo, Simon Compaoré le feu Ludovic Tou et d’autres sans crier leur bravoure, qui ont repris les 6 engagements dans les tiroirs de Thomas Sankara, pour promettre le peuple dans le programme de l’élection présidentiel de 1998, afin de mieux réalisé que nous voyons, et dont tu dis que l’introverti Blaise Compaoré qui a fait tout seul : Je te demande de quitter dans ça, et de soutenir ton mentor pour ses crimes impunis. De 1998 à 2006, le peuple Burkinabé a vu se réalisé avec une bonne équipe autour de Blaise Compaoré : A vrais dire, tout est arrêté dès que François Compaoré et sa belle-mère ont accaparé le votant de l’appareil de l’état en remplaçant l’équipe de Roch, Salif, Simon, par une équipé a 100% égoïstes et sans aucune formation politique et économique qui sont Assimi Kouanda, Achille Tapsoba, Alain Yoda, Pooda Anicet, Salif Ouédraogo, et surtout des manipulateurs comme toi Yako, des personnes dont François Compaoré téléguidait a sa guise et qui a mis le feu au pays.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés