Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

Par un citoyen Issa Fidèle Coulibaly • dimanche 2 avril 2017 à 19h19min

Les services publics de santé au Burkina Faso ont généralement des frais médicaux moins chers par rapport à ceux des cliniques privées. Cependant, l’hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou vient de déroger à cette règle, de façon flagrante et déroutante pour le commun des populations burkinabè, avec des tarifs qui ont subi une hausse brusque, hors de la portée de leur bourse. Une situation qui interpelle le nouveau ministre de la santé et le gouvernement car, il s’agit d’une question de santé publique.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse  excessive des frais de consultation

De nombreux citoyens ont été informés du cri de cœur de l’Observatoire Communautaire sur l’Accès aux Services de Santé (OCASS) publié sous forme de déclaration dans le journal Le Pays du 30 mars 2017 avec un titre pathétique : « Hôpital du district de Bogodogo :une augmentation de 400% sur le prix des consultations ».

Ainsi, dans cet hôpital (ex-CMA du secteur 30), les consultations spécialisées qui coûtaient 2.000 FCFA sont passées à 8.000 et 10.000 FCFA en ce qui concerne les professeurs de médecine. Les consultations d’urgence qui étaient de 1.000 FCFA ont été majorées à 4.000 F pour les médecins généralistes. Face à cette surenchère, l’lOCASS a dressé un tableau métaphorique en déclarant que l’hôpital de district de Bogodogo devient ainsi l’hôpital public le plus cher, devançant même l’Hôpital Blaise Compaoré (HBC) où les consultations spécialisées sont de 5.000 FCFA et les urgences 3.000 F.

Le nouveau ministre de la santé Nicolas MEDAH, vient hériter d’une situation de crise administrative et structurelle que son prédécesseur a créée dans le système sanitaire national et dont les parties visibles de l’iceberg sont entre autres, les conflits politico-administratifs de la Centrale d’Achat des Médicaments Essentiels Génériques (CAMEG), les ruptures de médicaments dans le cadre de la gratuité des soins pour enfants de moins de 5 ans, les retards et dysfonctionnements dans la construction et l’équipement de l’hôpital de Bogodogo censé désengorger le CHU Yalgado…

Il convient de rappeler que cet hôpital dans sa conception initiale était destiné au transfert intégral de Yalgado sur ce site suite à l’inondation du 1er septembre 2009. Mais, l’espace s’est avéré exigu et il a été opté d’en faire un second pool du CHU Yalgado, comme cela se fait à Paris et dans d’autres grandes villes du monde avec une bonne coordination de l’activité des médecins hospitalo-universitaires entre les deux structures. C’est dans cette optique que les nouveaux équipements médicaux avaient été commandés pour une juste répartition entre le CHU Yalgado et son pool de Bogodogo.

Mais l’ex ministre de la santé est venu tout chambouler selon ses humeurs pour ériger le district de Bogodogo en un hôpital plein et autonome et a confisqué tout l’équipement acquis au profit du seul hôpital de Bogodogo. Une situation qui a beaucoup irrité des médecins de Yalgado qui ont même qualifié l’acte d’un détournement assimilé de matériels au détriment du CHU Yalgado.

A présent, la surenchère des tarifs de consultation planifiée sous l’ex ministre, se présente comme un obstacle à l’accès aux soins de qualité pour une grande partie des populations de Ouagadougou et d’ailleurs. Comment se fait-il que le CHU Yalgado qui demeure l’hôpital de référence au plan national, applique des prix bas comme 1.000 F pour les consultations d’infirmiers et 2.000 FCFA pour les médecins spécialistes et des lits d’hospitalisation à partir de 500 F pour la masse et les autres hôpitaux publics n’en font pas de même ? Le CHU Yalgado regorge de toute la gamme de médecins spécialistes et de professeurs agrégés de médecine du Burkina.

Pourquoi continuer de crucifier cet hôpital capital pour les soins du grand nombre de Burkinabè en le privant de moyens nécessaires d’équipements médicaux ?
Le gouvernement est –il en train de tuer le service public de santé pour le transformer en clinique privée commerciale ?

Cette nouvelle situation de l’hôpital de district de Bogodogo interpelle le gouvernement et le nouveau ministre de la santé pour corriger les nombreuses gaffes et difficultés que l’ex ministre de la santé a entraînées dans le système sanitaire national. Cela s’avère nécessaire si le ministre de la santé Nicolas MEDAH veut réussir sa politique de décongestionnement des hôpitaux qu’il a promise suite à une question orale à l’Assemblée nationale le 31 mars 2017.

Ce décongestionnement ne saurait aboutir si le CHU Yalgado reste l’hôpital public avec des tarifs bas de consultation pendant que les autres (Bogodogo, HBC…) font une inflation. Les malades vont naturellement se ruer sur Yalgado et créer des encombrements dans les salles de soins.

Par un citoyen
Issa Fidèle Coulibaly

Photo d’illustration

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 avril à 22:03, par le russe
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    On est foutu dans ce pays ! je me demande si les hommes intégrés ont un cœur et une âme ! Bien sur, je me trompe, ils en ont et leur âme c’est l’argent. Nous n’avons plus d’autorités qui puissent nous défendre. Après la privatisation et la démission clandestine de l’Etat de l’éducation, c’est maintenant le tour de la santé. Peuple burkinabè, votre mort est programmée à coup sur. Wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 22:09, par Dr Wé
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    Qu’on le veuille ou non ce pamphlet est marqué par la réaction et n’est pas loin des thuriféraires qui ont voulu corrompre en vain le ministre Smaïla Ouedraogo avec une enveloppe de 50 millions de francs CFA pour qu’il ne bruisse pas le pillage des ressources de notre peuple au niveau de la CAMEG. Si le professeur Nicolas Medah est venu à la santé pour restaurer la réaction moribonde du ministère de la santé comme le pensent les réactionnaires de ce ministère yako ! Les insurgés du ministre aviseront. Noter que le ministre Smaïla Ouedraogo a conduit le ministère comme le souhaitaient les vrais insurgés, il a refusé de se confondre à la nomenklatura réactionnaire compaoriste du ministère d’où les levées de bouclier qui a conduit le président RMCK de vouloir manager ces réactionnaires en attendant qu’ils disparaissent d’eux même par le billet de la retraite.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 23:17, par Cannot
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    Soyons réalistes, les prix sont comme avant. J’ai personnellement consulter ce dimanche matin avec ma fille et j’ai déboursé 1000Fcfa. Donc, Il faut féliciter les autorités locales et les encouragements

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 04:18, par Gandaogo
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    Les ne vont a la source avant de puiser l’eau. Les tarifications demeurent inchangees au CHU/BOGODOGO. Quant a l’ONEA, il purement abandonne les releves des index des compteurs et veut les clients les transmettent par sms. Une partie de Bonheurville n’a pas recu de facture ni de releve d’index durant ces 2 derniers mois. Lorsque vous allez pour qu’on vous imprime votre facture, on vous dira que vous avez une penalite. Que le tout puissant sauve ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 06:20, par hum
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    Vivra verra. S’il y a effectivement hausse des prix il faut le recadrer. Mais le passage de smaila a eu le mérite de secouer la russe tout en sachant qu’Il y a des abeilles dedans. Smaila dort tranquille après avoir fait ton travail par conviction dans ce ministère de la santé :des gens comme smaila passent mais leur nom reste .

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 08:24, par yacou dit yac
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    C’est ça la récompense, puisque vous avez déjà été récompensés par les billets de 5000 et dix10000 pour aller aux urnes. Qu’attendez-vous encore ? Attendez 5 ans vous avez prendre encore vos billets et refaire la même chose. l s’agit de récompense quinquennale.
    C’est normal Non ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 08:25, par Jo bleck
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    La majeure partie de nos cliniques sont déjà des institutions financières sans états d’âmes. Certains médecins vous disent qu’il est préférable de venir les voir dans telle ou telle clinique pour vous tendre une facture "haut de gamme". Si nos hôpitaux également emboîtent ce pas, nous nagerons d’incertitudes en incertitudes et de calamités en catastrophes.
    Il est clair qu’il existe beaucoup de médecins sincères et honnêtes dans ce pays, mais pendant combien de temps pourront-ils supporter les effets d’un système dans lequel tout le monde voit et personne ne parle. Même si vous parlez on ne vous traitera que d’aigri...

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 08:27, par le sage
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    Les tarifs ont considérablement augmenté. J’ai un ami qui y est allé la semaine dernière pour un examen d’Echographie, figurez vous qu’il lui a été demandé de payer 14.000f cfa. Déboussolé, il est revenu a St Camille et pour le même examen, il a payé 7000f cfa.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 08:33, par Agent de santé
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    L’habitude dit-on, est une seconde nature. La première action de Smaila Ouédraogo en tant que ministre de la jeunesse a consisté en des nominations de ses amis à des postes de financiers et de marchés publics. Ce sont pour la plupart d’ex copains qu’il avait nommés au ministère de la santé d’où il a été viré pour pour la crise qu’il a crée à la CAMEG. Le nouveau ministre de la santé, Nicolas MEDAH, devrait avoir la détermination pour remettre de l’ordre dans le département de la santé et redresser toutes les irrégularités commises par son prédécesseur et en remplaçant certains responsables incompétents et intrigants que Smaila avait placés pour diviser et régner selon ses humeurs et intérêts. Certaines conséquences des incohérences administratives de Smaila Ouédraogo commencent à créer des désillusions. En effet, certains copains qu’il avait débauché du CHU Yalgado et d’ailleurs pour l’hôpital de district de Bogodogo se retrouvent sans salaire depuis deux mois (janvier, février 2017) car leur nomination n’a pas suivi les normes administratives et financières régulières.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 08:41, par HUM !
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    Internaute 3,si vous avez fait une consultation au prix initial de 1000 F le dimanche 2 avril 2017,c’est sans doute suite au tollé suscité par l’OCASS par sa déclaration dans le Pays du 30 mars 2017 que les prix ont dû être ramenés comme avant.Vous savez dans ce pays,tant que les problèmes ne sont pas exposés dans les médias,les dirigeants n’y apportent pas de solutions rapides.La hausse envisagée doit être purement et simplement annulée.C’était sans doute une stratégie de l’ex ministre Smaila pour amadouer des médecins car ces hausses de prix allaient avoir une incidence sur leurs honoraires .

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 08:42, par Gomsida
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    Bonjour, ce que je pense est qu’il faut que le gouvernement prenne sa responsabilité pour bien organiser les services publics, sinon même dans 100 ans, le Burkina ne pourra pas se développer avec ce qui se passe dans les services publics. Moi j’ai personnellement été déçu de ce que j’ai vu et entendu au CMA du 30 la semaine passée et ca me donne la chair de poule de voir mon pays dans une telle situation. 1° Les prix de consultation ont belle et bien été augmentés de trop et sans aucune information. 2° les attentes sont trop longues dans les rangs de la caisse car, une seule caissière est là pour un travail manuel (2 heures debout pour les malades pour payer et avoir le reçu de consultation ou de labo). 3° Le secrétariat pour les RDV et les renseignements est un lieu de révolte car le patient peut taper 2 heures devant une secrétaire qui les terrorise au moindre mot avant d’avoir la réponse. De grâce, chaque burkinabé doit travailler pour le développement du pays et laisser les manières conservatoires dans les publics pour des intérêts égoïstes que les développent même pas.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 09:15, par Affirmatif !
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    La directrice de l’hôpital de Bogodogo dans un entretien au journal Le Pays du 3 avril 2017 a confirmé avoir fait arrêter l’application des nouveaux tarifs qui restent à homologuer par le Conseil d’Administration.Elle reconnait qu’il y a eu une précipitation maladroite par ses services pour le début d’application qui avait eu lieu.Toujours est -il que les tarifs d’un CMA et d’un hôpital ne sont pas pareils.Néanmoins,il faudrait veiller à ce que les tarifs des CHU.CHR soient à peu près au même niveau dans l’esprit du service public de santé.Bonne chance à la nouvelle directrice de l’hôpital de Bogodogo pour travailler avec sagesse au profit des malades.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 09:22, par une citoyenne
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    meme au CMA du secteur 30 c’est pareil même pas de communiqué cest arrivé à la caisse qu’on dit k le prix des consultations ont augmenté. imaginé de 2000f à 8000f

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 10:15, par kougr pèlga
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    Quand l’état veut financer la gratuité des soins en faisant payer ceux qui ne sont pas concernés ! bref, pensez vous que les jeunes prof agrégés n’ont pas été informés avant ? quelles étaient leur réaction ?
    hop ! vous imaginez les jeunes prof agrégés avoir plus de ristournes que les vieux prof titulaires de Yalgado ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 11:22, par Npiessan
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    Il faut savoir que ce pays n’est pas gouverné depuis longtemps, très longtemps même. C’est un vrai foutoir. Tout le monde fait ce qu’il veut dans son petit coin. Jetez un coup d’œil sur les autres secteur, et vous constaterez que ce pays est un foutoir. Ça fait si mal de voir que notre pays soit ainsi devenu alors que certains ont versé leur sang pour construire ce que d’autres dilapident aujourd’hui.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 14:16, par souleymane
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    pitié pour le pauvre . Tout est pire qu’ avant. Quand Blaise compaore disait dans sa dernière déclaration que dieu sauve le burkina .... Chaque citoyen ou citoyenne va comprendre le sens de ces mots

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 16:08, par B P M
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    L’augmentation des tarifs des actes à l’hôpital de district de Bogodogo est bel et bien une réalité. J’ y est été au tour du 12, 13, 14 et les 20, 21 mars 2017. Les usagers se plaignaient de l’augmentation vertigineuse des tarifs. les examens coûtent le même prix qu’en clinique et peut-être plus. Et ça, pour un service public c’est grave !
    Pas la peine de vouloir démentir car j’ai même mes reçus.
    Dieu nous garde

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 17:19, par Le perplexe
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    Ceux qui accusent Smaila de tout ce qu’ils veulent ont tout pour nous donner les preuves : Smaila n’est plus à la Santé, son DAF n’y est pas aussi, ni son DMP et son Dir Cab. Il n’y a aura donc qui que ce soit pour camoufler les dossiers ou vous empêcher d’y accéder.
    Il parait que des agents de l’ex CMA du 30 sentent, avec le système automatisé qui a été installé à l’hôpital de district du 30, que tous leurs deal sera relégué au passé. En fait, avec ce système, plus de possibilité d’encaisser l’argent d’un patient, ni facturé au rabais ou à la hausse le prix d’une consultation ou d’un examen : tout est suivi de bout en bout. Ceux qui viennent te voir en te disant qu’il a avec lui le produit avec lui (moins cher qu’au dépôt), tout ça c’est fini.
    Si vous appelez le fait d’avoir ériger le CMA du 30 en hôpital plein un détournement, ils ont sans doute raison ; mais ils savent où lesdits équipements se trouvent. Ils savent aussi que Smaila n’a pas encaissé ce qu’on le promettait venant de la CAMEG.
    Les langues vont se délier, car la mauvaise gestion de notre système de santé est due à certains (qui sont connus) et leur pratique, ils ne veulent s’en départir. Il y en a qui ont tout fait pour que le système de gestion l’hôpital Blaise Compaore ne réussisse pas ; ils ont même mis les bâtons dans la carrière des jeunes médecins qui ont accepter aller à HBC.
    HBC a été un test, et ça avait réussi à ses débuts, les mêmes pratiques de Yalgado sont en train d’être transporté.
    L’hôpital de district de Bogodogo va tirer les leçons de HBC pour réussir sa mission et nous demandons à la DG de tenir bon. Les coûts des prestations d’un CSPS, d’un CMA, d’un CHR ne peuvent pas être les mêmes. Une consultation spécialisée et une consultation générale ne peuvent avoir les même coûts. L’on ne veut pas dire par là que le pauvre n’a pas droit à la santé, nous emboîtons les mêmes du Ministre MEDA lorsqu’il disait la semaine passée à l’AN que nos services de santé sont débordés parce que les gens ne suivent le système de référencement (CSPS, CHR,CMA,...).
    Les vrais fossoyeurs de notre pays sont connus, si vous avez des preuves de malversation, de détournement dans la gestion de Smaila, vous savez tous où vous adressez.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 17:36, par Kooswende songré nzaan néy suitane touma
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    DIEU dans sa bonté infinie peut encore nous aider mais si nos autorités jouent à la fourberie, au mensonge, au populisme, nos prières peuvent restées vaines. Néanmoins DIEU est capable de faire changer véritablement les choses. Prions donc pour que cela change car le pillage est de mise et l’enrichissement illicite est toujours un créneau.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 11:26, par Une patiente
    En réponse à : Hôpital de district de Bogodogo à Ouagadougou : Hausse excessive des frais de consultation

    Les tarifs ont bel et bien augmenté, j’étais en consultation les 23 et 24 mars et ce sont ces montants (8 000 F et 10 000 F) qui nous ont été communiqués. C’est vrai que le cadre est agréable mais c’est bon que l’on n’oublie pas qu’il s’agit d’un service public. En plus, nous n’avons pas le même pouvoir d’achat dans ce pays. Que Dieu nous vienne en aide

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés