Les parents d’élèves étaient chez le Mogho-Naaba

LEFASO.NET | Aïssata Laure G. SIDIBE • samedi 11 février 2017 à 00h58min

Ce vendredi 10 février 2017, le bureau exécutif de l’Union nationale des associations des parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina Faso a rencontré le Mogho-Naaba, pour dit-il, recueillir des conseils pour la bonne marche de leurs activités, entre autres.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Les parents d’élèves étaient chez le Mogho-Naaba

Le Bureau exécutif de l’Union nationale des associations des parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina Faso poursuit ses visites. Après l’audience avec le Premier-ministre la veille, c‘était au tour du Mogho-Naaba de le recevoir ce vendredi. Des points discutés lors de leur entrevue, le président de l’union, Hector Ardent R.K. Ouédraogo s’est appesanti sur le rôle et les missions dévolus à la structure. La délégation a également profité de l’occasion pour lui adresser ses vœux les meilleurs pour la nouvelle année et surtout recueillir ses conseils. « Sa majesté est une force morale auprès de laquelle nous devons nous rapprocher pour nous imprégner et recevoir de sa part des conseils dans le but de mener à bien les missions qui nous sont confiées au regard des difficultés que nous avons et que nous vivons dans le monde scolaire et universitaire », a expliqué le premier responsable de l’UNAPESS-BF.

Faisant allusion à la crise scolaire à Niangoloko, il a rappelé que cela fait plus de trois mois que les élèves ne sont plus allés en classe. De cet état de fait, il a réitéré leur engagement à envisager des voies et moyens pour parvenir à une sortie de crise. « Nous allons nous déplacer à Niangoloko dans les tout prochains jours, échanger avec les différentes parties prenantes et voir avec eux dans quelle mesure nous pourrons nous comprendre et trouver des solutions idoines pour la reprise des cours », a indiqué M. Ouédraogo. Pour lui, lorsqu’on a la parole et qu’on l’utilise à bon escient, on parvient en principe à se faire comprendre par les interlocuteurs.

Par ailleurs, le président de l’UNAPESS-BF a traduit sa satisfaction aux journalistes à l’issue de cette rencontre. « Le Moogho-Naaba nous a dit de privilégier le dialogue et le respect », a-t-il déclaré. Concernant le respect, M. Ouédraogo a expliqué, qu’il a fait ressortir que dans les temps passés au niveau des familles, le respect était inculqué par les parents. Malheureusement de nos jours, ce n’est pas le cas, a-t-il déploré. Quant au dialogue, il a mis un point d’honneur sur les échanges. « En ce sens, il trouve que c’est par ce seul canal que nous pouvons parvenir à nous comprendre. Et je crois que c’est très riche d’enseignement ».

Lors de l’audience, le Mogho Naaba a invité le premier responsable de l’UNAPESS-BF à lire des poèmes qu’il a lui-même écrits.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 11 février à 01:23, par Kassimbou
    En réponse à : Les parents d’élèves étaient chez le Mogho-Naaba

    Ca c’est quoi encore ? Et le 2000 2000 là ? J’attendais l’occasion. Depuis quand l’adhedion a une association est obligatoire ? Moi parent, je n’ai jamais su qu’il yavait un bureau national pourtant on me force chaque annee a payer ma cotisation. Et c’est a l’inscription sinon pas de classe pour l’enfant. Le Renlac devrait se saisir de cette affaire pour situer tout le monde, parent, chef d’etablissement et leur partenaire les bureau APE. Nomme cette instance comme vous voulez, ca nous permettra de payer sans rien attendre. Exactement comme la rame de papier devenu fond de commerce dans les ecoles. Vraiment les burkinabé aime affaire. Meme si l’eleve devrait copier toutes ses lecons sur du papier blanc ca pouvait tenir dans l’annee. Mais a raison d1 devoir et une intero ecrite au tableau par trimestre et par matière on nous demande une rame. Bientot on va payer la craie, l’essence pour le proviseur, la popote de sa femme et les jouet de son enfant afin que le notre puisse prendre cours.
    Et puis qui a dit que ya association des parent des etudiants ? Eux meme c’est des parents...

  • Le 11 février à 08:21, par cobra
    En réponse à : Les parents d’élèves étaient chez le Mogho-Naaba

    Le grand Ouest du Burkina Faso ,n’est pas une province du royaume mossi ,et ne le sera jamais .Cette region n’a rien de commun avec les mossi : ni dans l’histoire ,ni dans la geographie ,ni dans la culture. Pour nous ,le Mogho Naaba n’est ni un repaire ni un recours.
    C’est un simple chef coutumier parmi tant d’autres .
    Les hommes d’etat qui se prosternent devant ce vieillard sont des populistes nephastes a la
    cohesion sociale.
    Le Burkina Faso est une republique ,gere par une constitution .Tous les Burkinabe sont egaux devant la loi .

  • Le 11 février à 09:36, par bebo
    En réponse à : Les parents d’élèves étaient chez le Mogho-Naaba

    Le dialogue et le respect, voilà deux armes incontournables pour l’équilibre et la stabilité sociale. C’est au sein des familles qu’on les enseigne. Aujourd’hui chacun donne dos à l’éducation de ses enfants et on veut avoir une société apaisée. Droit des enfants par là sans pour autant les parler de leur devoir.quelle couper coller à l’européen. Certains travailleurs et les enfants du monde de l’éducation ont besoin d’éducation. Ils boivent ensemble,draguent les mêmes filles,sont amis au facebook et s’envoient des images bizarres...quel respect peut il existé entre eux.
    Que chacun reconquiert sa place.

  • Le 11 février à 11:17, par attention à ne pas trop tirer sur la fibre ethnique
    En réponse à : Les parents d’élèves étaient chez le Mogho-Naaba

    Continuez seulement à frustrer les autres ethnies par votre comportement ethniciste et régionaliste et surtout ne venez pas jouez les étonnés quand ça va péter comme au Rwanda où en cote d’ivoire parce que à trop vouloir tirer sur la corde (comportement xénophobe et régionaliste) celle ci finira par se rompre (ras le bol qui va occasionner une guerre ethnique)
    Donc si je comprends bien par le comportement irresponsable de ces adultes c’est uniquement les mossis qui scolarisent leurs enfants à Ouagadougou ?
    Est ce obligé que moi ressortissante de l’ouest vivant à ouaga j’aille me prosterner devant un naba dont je ne connais ni les prérogatives et dont je ne suis pas un sujet ?
    Et puis cette quoi cette arnaque que dis je cette escroquerie en bande organisée à grande échelle qui oblige des parents à verser de l’argent à une association dont il ne sont pas membres ???Le renlac ou tout autre organisme luttant contre la corruption devrait y jeter un coup d’oeil car trop de fautypisme dans ce pays
    Vous pensez que Ouagadougou appartient seulement aux mossis quel way chaque fois d’aller se prosterner devant le moogho naba comme si nous étions encore dans un royaume dans ce cas dites le clairement comme ça chacun va rejoindre le royaume dont il est originaire au lieu de venir imposer vos us et coutumes aux gens tchrrrrrrrrrr

    • Le 11 février à 13:39, par Saba
      En réponse à : Les parents d’élèves étaient chez le Mogho-Naaba

      Vous souffrez pour rien et voyez xenophobie’ là où il yen ’a pas. Évitez de trop parler de l’Ouest comme s’il ny a pas les mossi que vous semblez stigmatiser. Ils y sont même à très grand nombre. Le Mogho est juste consulté pour son influence : il représente une grande partie des burkinabés , ce qui n’est pas le cas par exemple des autres chefs forcément (y compris par exemple le naba de ouahigouya). Le Burkina étant une république, il n’a aucun pouvoir. Laisser nous vivre en pas, il n y aura jamais de guerre ethnique au Burkina. Même l’Ouest d’où vous etes, est majoritairement peuplé par ces gens que vous meprisez. Comment voulez vous en plus, que lorsqu’une association desire rencontrer un chef traditionnel à waga, qu’elle soit obligée de faire le tour du pays rencontrer individuellement chaque chef pour faire plaisir à chaque ethnie : soyez réaliste, en attendant vous pouvez aller au Mali voisin demander la nationalité.
      Dans ce pays, ce sont malheureusement des gens du soit disant grand ouest qui se plaignent toujours de tribalisme, vers la fin c’est fatigant. Combien d’associations dans la ville de Bobo’ sont reçues par le chef des Bobo mandaté, qui en parle ? Faites gaffe à vos considérations régionalistes empreintes de jalousie, quel grand Ouest, seul compte le Burkina,

  • Le 11 février à 13:39, par Saba
    En réponse à : Les parents d’élèves étaient chez le Mogho-Naaba

    Vous souffrez pour rien et voyez xenophobie’ là où il yen ’a pas. Évitez de trop parler de l’Ouest comme s’il ny a pas les mossi que vous semblez stigmatiser. Ils y sont même à très grand nombre. Le Mogho est juste consulté pour son influence : il représente une grande partie des burkinabés , ce qui n’est pas le cas par exemple des autres chefs forcément (y compris par exemple le naba de ouahigouya). Le Burkina étant une république, il n’a aucun pouvoir. Laisser nous vivre en pas, il n y aura jamais de guerre ethnique au Burkina. Même l’Ouest d’où vous etes, est majoritairement peuplé par ces gens que vous meprisez. Comment voulez vous en plus, que lorsqu’une association desire rencontrer un chef traditionnel à waga, qu’elle soit obligée de faire le tour du pays rencontrer individuellement chaque chef pour faire plaisir à chaque ethnie : soyez réaliste, en attendant vous pouvez aller au Mali voisin demander la nationalité.
    Dans ce pays, ce sont malheureusement des gens du soit disant grand ouest qui se plaignent toujours de tribalisme, vers la fin c’est fatigant. Combien d’associations dans la ville de Bobo’ sont reçues par le chef des Bobo mandaté, qui en parle ? Faites gaffe à vos considérations régionalistes empreintes de jalousie, quel grand Ouest, seul compte le Burkina,

  • Le 12 février à 23:38, par TANGA
    En réponse à : Les parents d’élèves étaient chez le Mogho-Naaba

    Pour tous ceux qui se plaingnent de l’importance accordée au ’’VIEUX’’.
    Un bon vieux, est le vieux de tout le monde. c’est pour cela que les gens n’hésitent pas à aller voir le MOGHO NAABA.
    Ce n’est pas aussi un hazard si sa renommé dépasse nos frontieres.
    Cela ne sert à rien de critiquer, trouvez nous d’autres bons vieux pour qu’ensemble, ils aident le pays. Barbe blanche plus barbe blanche. De la barbe blanche à cause de sa propreté surtout.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés