Reconnaissance des diplômes de Cuba : Un soulagement, selon Boureima Kabré, ancien étudiant sur l’île

LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • jeudi 9 février 2017 à 23h05min

« Enfants de cuba », ou encore « Enfants de Sankara », les diplômés burkinabè formés à Cuba ne cessent d’interpeller les autorités burkinabè sur leurs difficultés d’intégration professionnelle depuis leurs retours au bercail. Au lendemain de la signature de l’accord sur la reconnaissance réciproque des études, des titres et diplômes de l’enseignement supérieur entre Cuba et le Burkina Faso, nous avons rencontré Boureima Kabré, un ancien étudiant formé au pays de Fidel Castro. Professeur en fabrication mécanique dans un lycée technique de la capitale, M. Kabré nous raconte l’histoire du contingent des 600 élèves envoyés en république de Cuba en 1986. Il nous livre aussi sa lecture de cette reconnaissance longtemps attendue des diplômes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Reconnaissance des diplômes de Cuba : Un soulagement, selon Boureima Kabré, ancien étudiant sur l’île

Lefaso.net : Présentez –vous à nos lecteurs

Boureima Kabré : Je suis ingénieur de conception mécanique formé à Cuba. Professeur en fabrication mécanique au lycée professionnel régional du Centre depuis 2001. Je fais partie du contingent des 600 élèves Burkinabè formés à Cuba et secrétaire à la communication et à l’information de l’Association de solidarité et d’amitié Burkina Faso-Cuba /América Latina (ASAC-BF /AL).

Lefaso.net : Justement en 1986, un contingent de 600 élèves burkinabè a été envoyé à Cuba pour être formé dans différentes disciplines dans le cadre de la coopération. Comment vous vous êtes retrouvé à Cuba et quel souvenir gardez-vous de votre séjour ?

B .k : A l’époque, j’étais en classe de CM2. Notre maître nous a informés qu’il y avait une bourse d’études pour Cuba. La sélection était faite sur concours mais le président Thomas Sankara a préféré annuler le concours qui avait eu lieu en son temps pour privilégier les orphelins ou les enfants issus de familles défavorisées.
C’est ainsi que je me suis retrouvé dans ce lot. Nous avons été envoyés par groupes de 150 élèves au cours du mois de septembre de l’année 1986. Nous nous sommes retrouvés sur une île où nous avons d’abord appris la langue pendant 6 mois, avant de poursuivre les études en classe de 6ème jusqu’en classe de 3ème pour le Brevet d’études du premier cycle (BEPC).

Après l’obtention du BEPC en 1990, nous avons été orientés, les profils étant imposés par le Burkina selon les besoins du pays. L’objectif était de développer les techniques industrielles du pays.

Je me rappelle que ceux qui avaient opté pour le cycle moyen avaient 4 ans de formation. Pour ceux qui devaient aller à l’université, Cuba avait offert 127 places pré-université. C’est -à dire que vous êtes formés en enseignement général, option université. Mais le Burkina a décidé de garder 33 places alors qu’on avait la possibilité d’avoir plus de cadres supérieurs. Les plus jeunes ont été désignés pour l’enseignement général et je faisais partie du groupe des 33 élèves.

En 1990, le grand groupe a débuté sa formation pour le cycle court et nous, nous avons poursuivi pour l’enseignement général. J’ai réussi au baccalauréat en 1993 et pour la formation à l’université, on nous a encore imposé les filières de formation. En effet, sur les 33 étudiants, 16 avaient demandé à continuer en médecine mais finalement, 9 étudiants ont pu être formés en médecine et le reste, dans les filières industrielles. Moi, j’ai suivi une formation en génie mécanique. J’ai fini ma formation en 1998 et je suis rentré au pays une année après. Je garde de bons souvenirs de Cuba. Le cubain est comme le Burkinabè, il aime l’étranger.

Lefaso.net : Dix-huit ans après votre retour au bercail, nombreux sont ceux d’entre vous qui continuent d’interpeller les autorités sur les difficiles conditions de votre insertion socio-professionnelle. Qu’est- ce qui explique cela et comment avez-vous vécu cette situation.

B .K : C’est une question politique. Après la mort du président Thomas Sankara, on a voulu nous rapatrier mais le président Fidel Castro a refusé à l’époque. Et lorsque nous sommes rentrés, il y a eu un problème d’équivalence de nos diplômes. Ceux qui avaient suivi une formation technique étaient contraints de travailler dans le privé alors que nous avions été formés pour répondre aux besoins du public.
Nous avons été laissés à nous-mêmes et il fallait se débattre. Pour nous qui avons eu l’opportunité de rentrer avec un diplôme universitaire, nous avons pu rentrer au pays avec les documents nécessaires après avoir eu écho des difficultés de nos devanciers.

Par exemple, pour ceux qui ont suivi une formation en électricité industrielle, l’Etat burkinabè n’a pas pu trouver d’équivalence à ce niveau et quand ils allaient pour les concours de la fonction publique, leurs dossiers étaient rejetés.

C’est d’ailleurs ce problème d’équivalence qui fait que beaucoup d’entre nous sont toujours sans emploi. L’Etat devait reconvertir les gens parce que les formations nous ont été imposées. Nous sommes rentrés trouver que la plupart des usines industrielles étaient fermées et les profils ne répondaient plus au marché de l’emploi, sauf ceux qui ont fait la médecine, les eaux et forêts, qui ont eu moins de difficultés. Après le Service national de développement (SND), ils ont été employés. A ce jour, ce sont environ 280 personnes du contingent qui ne travaillent pas.

Lefaso.net : Les gouvernements Burkinabè et Cubain ont signé le mardi 7 févriers 2017, un accord sur la reconnaissance réciproque des études, des titres et diplômes de l’enseignement supérieur. En tant qu’ancien étudiant burkinabè formé à Cuba, quelle appréciation faites-vous de cet accord ?

B. K : Je me réjouis de cet accord. C’est un vieux dossier et cela montre la bonne volonté de l’Etat. On espère qu’ils feront de même pour le niveau secondaire afin que ceux qui sont au chômage puissent en bénéficier.

C’est vrai que beaucoup d’entre nous ne peuvent plus intégrer la fonction publique mais il faudra songer à mettre à leur disposition, un projet ou un programme spécial d’emploi. Cet accord va également soulager ceux qui étaient intégrés dans la fonction publique et qui ne pouvaient pas avancer, vu que leur titre n’était pas reconnu.

Lefaso.net : Cet accord intervient de nombreuses années après votre formation. N’est-on pas dans la situation du médecin après la mort ?

B .K : Oui, je crois, le problème a été posé depuis 1992 mais ça n’a jamais été résolu. Il y avait un problème politique parce qu’on se demandait qu’est-ce que les « enfants de Sankara » vont revenir faire au pays ?

Lefaso.net : Si c’était à reprendre, est-ce que vous seriez allé à Cuba ?

B.k : Je ne regrette pas. Ce que j’ai appris là-bas m’a beaucoup ouvert l’esprit .Nous avons bénéficié d’une bonne formation même si nous avons eu des difficultés.

Entretien réalisé par Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 10 février à 11:07, par Sié
    En réponse à : Reconnaissance des diplômes de Cuba : Un soulagement, selon Boureima Kabré, ancien étudiant sur l’île

    Cet accord est bien venu. Et merci M. KABRE pour ton interview

    Répondre à ce message

  • Le 10 février à 13:52, par Le Tché
    En réponse à : Reconnaissance des diplômes de Cuba : Un soulagement, selon Boureima Kabré, ancien étudiant sur l’île

    On comprend aisement ce qui se passe dans notre beau pays. "ces enfants" n’ont demandé à être dans cette situation. qu’est-ce qu’ils savaient de la politique, bon sens !
    les pays qui vous donnait des directives de ne pas y aller à l’époque sous prétexte d’être taxé de communistes, ce sont les même qui courent au même moment derrière Castro car la formation dans ce pays ne ment pas.
    Aujourd’hui vous faites semblant d’être des révolutionnaires pour amadouer le pauvre gourounsi de Zoula, comme lui il ne comprend rien cela se comprend. Mais pour nous autres, c’est plus compliqué pour vous cher régime de béni oui-oui
    Hasta la victoria, siempre

    Répondre à ce message

  • Le 10 février à 14:52, par SOME
    En réponse à : Reconnaissance des diplômes de Cuba : Un soulagement, selon Boureima Kabré, ancien étudiant sur l’île

    M Kabre a bien compris le probleme : la question est essentiellement politique et bien sur liée au nouvelle orientation politique apres l’assassinat de sankara : je ne dis rien de nouveau en disant cela. Ce qui est plus que dommage, c’est qu’e l’intention de nuire, de detruire ce qui a été fait sous la revolution est telle que l’on s’en fout du bien que l’état allait tirer de la formation de ses fils.

    La question était d’abord politique. La lutte contre cuba s’est transposée en la lutte contre Sankara. On comprend pourquoi le dossier de l’assassinat de sankara ne peut pas etre eclairci car on « imagine » qui et qui sont impliqués. Quoi qu’on dise, qu’on aime ou qu’on abhorre le système politique appliqué a cuba, ce systeme est reconnu meme parmi les ennemis les plus mortels de cuba (les USA) et que cuba possede le meilleur systeme educatif au monde. Et les Etats unis, meme sous l’embargo, beneficiaient du systeme educatif cubain, et font tout pour que les autres n’en beneficient pas.

    Cuba s’est toujours plaint du gachis que les gouvernants africains font de leurs ressortissants formés au frais de cuba, gratuitement et selon les demandes des pays beneficiaires et sans aucune contrepartie pour cuba, contrairement aux pays europeens. Cuba est le seul pays qui impose aux etudiants formés a cuba de retourner dans leurs pays pour faire beneficier aux populations ce qu’ils ont appris, au lieu de rester. Alors que d’autres pays font de l’immigration choisie leur priorité. Ce concept c’est le droit qu’ils s’arrogent de venir debaucher les meilleurs africains formés pour aller servir leurs populations europeennes et developper leurs pays et non leurs propres pays d’origine.

    On a connu cette meme situation avec les etudiants formés en URSS. C’est une guerre contre nos pays, mais nos dirigeants jouent le jeu au lieu de jouer le jeu pour le developement de leurs propres pays et non pour les interets d’autres pays. C’est là ou l’on voit ou ses ssitue le vrai patriotisme.

    On peut dire qu’au moins à l’époque, le burkina envoyait ses enfants se former avec un plan et une perspective pour le pays. Aujourd’hui qu’est ce qu’un etudiant au burkina si ce n’est la perspective du chomage et de la misere, alors qu’ils devraient etre le fondement meme du pays. Apres on vient tenir des discours creux et hypocrites.

    Si cuba a pu tenir face au premiere puissance du monde qui se situe a quelques kms de sa frontiere, et ayant meme une base militaire sur le territoire cubain, et ce pendant plus d’un demi siecle, c’est justement parce que cuba a misé sur l’education. Je ne dis pas que tout le monde doit suivre l’exemple cubain, mais refléchissez a ce que le president Jimmy Carter ancien president des USA ‘donc « premier ennemi » de cuba) a dit. Il a dit que si les africains veulent vraiment s’en sortir, ils doivent comprendre qu’ils doivent suivre l’exemple de cuba. C’est diplomatique, c’est pas diplomatique, mais ca a au moins l’avantage d’etre clair, et ca dit tout. Chaque pays agit selon ses interets.

    Nos dirigeants agissent-ils pour l’interet de notre pays. Je ne dirai pas que j’en doute, je dirai que non. Ces etudiants sont d’abord burkinabe formés pour l’interet du burkina. A ces freres injustement "punis", je lleur dirai : vous savez pourquoi on ne veut pas de vous ; la premiere victoire, c’est d’avoir gardé votre conviction et votre sentiment d’etre du bon coté de l’Histoire : la historia les absolvera !

    Une chose : si le gouvernement a rehabilité des gens qui ont subi des "injustices", il devrait vous rehabiliter aussi et proceder a vos avancements. Ce n’est pas aprce que vous n’ets pas dans l’armée et que vous n’avez pas des kalachnikov a votre disposition que l’on doit faire la difference entre les uns et les autres
    Bon courage
    a vcitoria, siempre
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 10 février à 17:44, par salif
    En réponse à : Reconnaissance des diplômes de Cuba : Un soulagement, selon Boureima Kabré, ancien étudiant sur l’île

    grand Kabré le babakiè.
    Hasta la victoria, siempre

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés