Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

mardi 20 décembre 2016 à 20h50min

Notre cher pays le Burkina Faso vient de loin et même de très loin. Depuis que l’argent est devenu le Dieu dans ce pays au détriment des valeurs cardinales de la vie, le patriotisme bat de l’aile et la corruption règne en maîtresse ! Cette déliquescence n’a malheureusement pas épargné notre jadis vaillante Armée nationale qui n’est d’ailleurs qu’une partie de son peuple ! (...) C’est le résultat de cette inconséquence longtemps entretenue que nous constatons aujourd’hui avec amertume sur le terrain sécuritaire. Des soldats burkinabè récurremment tués sur le champ de bataille sans qu’il y ait le moindre début de représailles ou de vengeance ! L’ignominie de Nassoumbou le vendredi 16 décembre 2016 doit au moins servir au sursaut salvateur tant et longtemps attendu.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

Qu’attend-on pour réagir à la hauteur de nos valeureux devanciers qui ont su préserver notre intégrité territoriale au prix de moult sacrifices ? Nous savons que l’armée burkinabè compte toujours en son sein de valeureux soldats remplis de patriotisme. Il suffit de les organiser et de les motiver.

Le démantèlement du RSP (Régiment de sécurité présidentielle, ndlr) n’a pas été suivi d’une politique de substitution idem pour ne serait-ce que dans l’imagination populaire, garder l’illusion de troupes invincibles pour qu’au moins on puisse compter sur l’adage de chez nous qui dit que " c’est le nom du lion qui garde sa tanière ".

Le renseignement me semble aussi un maillon faible de notre Armée en ce sens que la guerre se gagne surtout par l’information anticipée et non par réaction permanente. Et la gagner suppose une Armée exempte de corruption et qui rassure les informateurs issus des populations.

Il faut aussi remarquer la jeunesse, donc la faiblesse d’expérience ainsi que de grades des soldats qui sont depuis assassinés sur le front. Que font les soldats les mieux aguerris pour ne laisser que les enfants au combat ? Où sont nos officiers qui ont fait les prestigieuses écoles de guerre ? Nous sommes en guerre ? Et bien, prouvez-nous en appliquant pratiquement ce que vous avez appris en campant au front avec vos troupes, de sorte que si par hasard, on devrait encore perdre des soldats, que ça soit parmi nos officiers comme en Israël.

Au total, disons que rien ne peut contre une Armée organisée et motivée. Si une quarantaine d’individus certainement moins équipés ( je ne crois pas à ce qu’a dit le ministre chargé de la sécurité) a pu traverser des dizaines de kilomètres de notre territoire et frapper un corps d’élite de notre Armée et retourner allègrement et impunément sans pertes avérées, c’est que nos troupes sont moins organisées et moins motivées. Depuis le rapt du Dr Elliot et de sa femme à Djibo et la facilité de leur repli du territoire burkinabè, j’ai compris à quel point nous étions vulnérables.
Il faudra alors remédier immédiatement à cette incongruité pour une armée appelée à protéger et défendre un peuple à l’histoire très glorieuse.

Sans avoir la prétention d’opiner sur un sujet aussi technique que la sécurité, mais puisque jusqu’à présent, les experts piétinent sur la meilleure thérapie, et ne pouvant attendre que les djadistes s’installent sur une partie de notre territoire avant de tirer la sonnette d’alarme, je propose au président du Faso et à son gouvernement ce qui suit :

- La réorganisation immédiate de la chaîne de commandement de l’armée en changeant les différents États majors

- La concentration de troupes d’élite avec les officiers en première ligne le long de toute la frontière avec le Mali et un état d’alerte maximum des FDS (Forces de défense et de sécurité, ndlr) sur toute l’étendue du territoire aux fins de traquer les djadistes dans leurs retranchements en accord avec le gouvernement malien

- Le rappel de nos troupes des missions onusiennes pour un redéploiement immédiat( Il n’est donc pas question que le contingent en position actuelle de départ aille ailleurs qu’au nord)

- L’érection de la sécurité intérieure en ministère plein

- La motivation des troupes à travers leur équipement conséquent et adéquat, leur gestion digne d’une armée conquérante et surtout l’exaltation de leur patriotisme.

Si le Niger plus confronté que nous au terrorisme et la Côte d’ivoire dans une moindre mesure réussissent à contenir ces fous de Dieu au Mali en minimisant la violabilité de leur territoire , je ne doute point que nous pouvons faire autant sinon mieux pour peu que nous nous regardons dans la glace et agir comme des responsables d’un peuple qui est en train de perdre le nord tout en pensant à la sentence de l’histoire. Si certains peuples s’accommodent de la honte, le peuple burkinabè n’en fait pas partie.

Puissent Dieu et les mânes des ancêtres protéger et bénir notre cher pays en unissant et en guidant ses fils.

R. Zacharia Soulga

Ingénieur génie rural

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 décembre 2016 à 23:38, par Tond Nina Poukame
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Depuis un certain temps tout le monde est devenu expert en defense et en securite dans ce pays. Un peu de modestie et de respect pour les professionnels et les responsables de la defense et de la securite. Si vous etes vraiment bien intentionne et non un individu en manque de publicite, vous auriez ete mieux inspire d’envoyer une lettre confidentielle au President du Faso ou a la hierarchie militaire pour leur faire part de vos suggestions au lieu de faire ce post irreflechi et tendantieux.
    D’autres avant vous (anciens militaires, journalistes, autres citoyens lamda) ont fait des declarations fracassantes dans la presse (ecrite, parlee, televise) et dans le net pour faire croire a l’opinion que eux seuls maitrisaient les questions de defense et de securite et et detiennent la solution aux problemes des attaques a repetition que connait notre pays depuis in certain temps. Ils alleguent souvent que les responsables actuels (ministers, chefs militaires...) de la defense et de la securite sont tous incompetents voire ignorants et ne sont pas les personnes qu’il faut aux postes qu’ils occupent.
    En toute chose, sachons raison garder !

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 04:49, par sidwaya sorgho gomis
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Que nos vaillantes forces armées, nos autorités politiques et nos érudits des questions de sécurité et de la chose militaire nous excusent d’avance de nous mêler du débat suscité par ces attaques de djihadistes devenues récurrentes sinon inquiétantes. Le burkinabè lambda ne connaît peut être rien de la chose militaire ni des questions de sécurité d’état, mais il connait suffisamment l’importance de sa propre sécurité qui est étroitement liée à celle du pays. La sécurité du citoyen lambda conditionne sa santé physique et mentale. Pour cela, chères autorités militaires et politiques chers savants en matière militaire et sécuritaire soyez compréhensifs que le burkinabè lambda se mêle de ce qui le dépasse sans doute mais qui le concerne entièrement.

    Quatre vérités incontestables transparaissent dans l’écrit ci-dessus publié par le fasonet :

    1- Notre armée est vulnérable ! Pegguy Ouédraogo (présentatrice du 20 h de la Tnb le jour de l’attaque de Djibo) a posé clairement la question au ministre de la sécurité et celui ci de répondre à peu près ceci : "les kalachnikovs de nos forces armées ne peuvent rien face aux 12-7 des djihadistes". Ce n’est pas sérieux de la part de cette autorité. Au cours de ce 20 h on a montré un véhicule blindé de l’armée burkinabè équipé d’une arme certainement aussi sophistiqué qu’un 12-7. Ce véhicule portait les traces de l’attaque. Notre armée est vulnérable et à priori cette vulnérabilité n’est pas liée à l’armement.

    2- Notre armée n’a pas toujours été vulnérable. Rappelons nous de "l’armée du peuple" durant la période 1984-1987 et même bien avant.

    3- Nous ne donnons pas l’impression d’être un pays en guerre. Et pourtant nous sommes bien en guerre. Ne parler surtout pas de guerre asymétrique qui semble être un justificatif imparable. D’ailleurs les soldats burkinabè savent gagner les guerres asymétriques ; ce n’est pas l’ex RSP (une armée dans l’armée) qui dira le contraire. Si on se savait en guerre on ne continuerait pas à envoyer des contingents "maintenir la paix" à l’étranger pendant que ceux qui sont sur place ne sont pas en paix à cause des djihadistes. C’est une question de logique et de bon sens pour le burkinabè lambda. Ce serait dommage que la logique militaire soit autre.

    4- Parmi les mesures à prendre pour revigorer l’armée afin qu’elle puisse faire face aux djihadistes il y’a certainement une réorganisation à faire et elle est très urgente. Le burkinabè lambda qui observe de loin l’armée burkinabè voit la nécessité de cette réorganisation depuis au moins 2011 année des mutineries des moins gradés. Le 1er novembre 2014 jour où l’armée a désavoué son général de chef pour soutenir un lieutenant colonel serait la mutinerie des plus gradés. Les événements de septembre 2015 (où la sécurité du burkinabè lambda a été rétablie par les plus jeunes des gradés devant la passivité des plus âgés des gradés), consacreraient la mutinerie des jeunes officiers.
    Une armée où chaque catégorie de la hiérarchie se mutine a nécessairement besoin d’une réorganisation. ça, c’est aussi une logique du burkinabè lambda.

    De toutes les façons, il faut se rendre à l’évidence : si en devenant soldat le burkinabè lambda risque une mort prématurée due à l’incurie des chefs politiques et militaires je crois qu’il finira par s’abstenir.

    Encore une fois chères autorités politiques et militaires si le burkinabè lambda se mêle de votre débat c’est parce qu’il sent sa propre sécurité (qui est étroitement liée à celle de son pays) menacée. Faites en sorte que le Burkina ne s’effondre pas comme l’a été son voisin en 2012-2013 suite aux attaques des Touaregs d’abords et des djihadistes ensuite.

    Rappelez vous, en 2013 une autorité politique française proche de l’Elysée avait dit en réponse à une question d’un journaliste, que l’autre pays susceptible de s’effondrer comme le est le Burkina. L’affirmation avait soulevé un tollé en son temps dans les milieux officiels burkinabè. Certains de ceux qui étaient montés au créneau sont encore là.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 06:15, par Gangobloh
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    La corruption et l’affairisme minent toutes les institutions étatiques . La particularité de notre armée est qu’elle est touchée au sommet de la hiérarchie. Certains officiers supérieurs sont des hommes d’affaires au vrai sens du mot, occupant souvent des postes de responsabilité échus à des sous- officiers ou officiers subalternes . Dans les missions réservées aux soldats ils sont les premiers à faire les sacs au détriment des soldats de rang et des officiers subalternes. Et comme les audits se font rares au ministère de La Défense alors tout est permis : affairisme, corruption de certains officiers supérieurs. Les immeubles poussent alors que la soldatesque croupit sous la misère. On vend sa dignité pour des galons. Que peut faire un officier qui porte des galons qu’il ne mérite pas ?? Les vrais officiers broient du noir pendant que les Beni oui oui sont dans les missions onusiennes où dans les bureaux par dizaines occupant des postes des sous officiers et officiers subalternes pourraient occuper sans se soucier et après ils portent des galons après quelques stages par ci par là. L’argent a pris le dessus . Et on envoie nos frères et nos enfants à la boucherie.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 07:02, par sawadogo
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Je valide votre analyse et supplie le PF d’accorder une attention à cette analyse. L’appelle à l’unité ne doit pas empêcher les critiques constructives. Combien d’attaques avons nous subie sans aucune représaille ? comment ses fous retrouvent nos soldats et notre armée ne peut pas repérer leurs gîtes ? Ou au moins, savoir quand ils arrivent ? Sans rancune, le commandement surtout celui opérationnel doit être réorganisé avant les prochains assassinats.
    Vive l’armée patriotique. La patrie ou la mort nous vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 07:28, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Soulga, m’nongfo ! Togsè ! Ya sida !

    Nind niga sin pa toin toumna bà bass ziinga ti rappa dégué !

    Burkindlim la raood kéta ka !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 07:32, par deme
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Tout le monde savait que la façon que blaise gérait l’armée on allait aboutir à son émasculation. Seulement blaise est parti et on a conservé les mêmes officiers qui ont ont géré avec lui.Il faut forcement les changer. Ils ont devenus tellement inefficace et pourris que maintenant ils ne rêvent que de coups d’état et de deals.regardez les : les plus grosses voitures et villas sont pour eux. Croyez vous que ces officiers peuvent organiser une armée pour nous défendre ? Nous avons un calvaire encore devant nous. Laissez les jeunes qui n’ont pas goûté aux fruits défendu nous aider. Surtout ceux qui ont démantelé le RSP. Pas ceux qui ont soutenu le coup d’état même du bout des lèvres

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 07:38, par nikemsongo
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Je valide également cette analyse et me désole du fait que la hiérarchie de notre armée envoie des fournées de jeunes recrues comme chair à canon en ligne de front au nord. Regardez bien la liste des derniers martyrs : essentiellement des 2ème classe, c’est-à-dire de jeunes recrues sans expérience et âgés d’environ 22 ans. C’est triste, désolant et révoltant. Que l’on cesse de nous rebattre les oreilles avec des discours lénifiants et des pleurnicheries après chaque hécatombe. C’est toujours les enfants des autres que vous envoyez à la boucherie ! Le peuple attend des actions énergiques immédiates et non ces tergiversations de femmelettes....

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 07:48, par ramses2
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Je voudrais apporter ma modeste contribution aux débats sur la sécurité de notre pays. Ne pourrait-on pas installer, le long de la frontière, de hauts pylônes (similaires à ceux posés par les opérateurs de téléphonie mobile) équipés de caméras sur toutes leurs hauteurs (pour pouvoir balayer le maximum de superficie). Ainsi, l’on pourra mieux surveiller les mouvements suspects. A ce dispositif, je propose que l’Etat équipe notre armée d’un hélicoptère de combat, prêt à décoller à chaque fois qu’un mouvement de troupe est suspecté.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 07:55, par LE TRES ENERVE DE KAYA
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS !! LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS !!! LA PATRIE OU LA MORT , NOUS VAINCRONS !!!! MERDE !!!!!!!!!! YA QUOI MEME ????? MEME SI CERTAINES PERSONNES N’ETAIENT MEME PAS NEES OU N’OCCUPAIENT PAS CERTAINS POSTES DE COMMANDEMENT, PENSEZ-VOUS QUE LA HAUTE VOLTA NE SERAIT PAS DEVENUE BURKINA FASO, TERRE DES HOMMES INTEGRES ????? LE BURKINA DEMEURERA VAILLANT MEME APRES LA MORT DU DERNIER BURKINA.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 08:13, par DEMAIN
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Je valide votre analyse qui est très pertinente. j’avais dis dans un écrit a l’endroit de nos gouvernant au lendemain du succès du PENDS a Paris, de prendre des dispositions sécuritaires car des ennemis du Burkina tapis dans l’ombre travailleront pour saper le moral des investisseurs du PENDS. Cette victoire a Paris dérange naturellement les ennemis du peuple Burkinabé qui voient en cela une sortie de crise économique et la relance totale de l’économie nationale. Alors je demande humblement a nos responsables chargés de la sécurité de mettre les moyens adéquats a nos militaires a fin de mettre fin a cette série de tuerie barbare qui amenuise et discrédite notre armée.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 08:59, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    - Mon cher ami, nos officiers sont occupés à se faire des croc-en-jambes dans les allées du pouvoir et à se remplir les poches !

    - Vous parler de valeureux soldats ? Ceci c’était hier ! Didendéré et Blaise Compaoré se sont attelés à les démanteler tous pour faire le vide devant eux parce qu’ils avaient peur de ces gens comme la peste. Croyez-vous que des gens comme JB B. Lingani, Henri Zongo, Thomas Sankara, Daniel Kéré du BIA, Ky Berthoid du BIA, Sanogo Élisé de l’ETIR, etc. en vie, ces choses allaient rester en l’état sans réaction appropriée ? Même si Gaspar Somé un autre tueur tué était en vie, on pouvait l’y envoyer car lui il aime faire ses preuves comme il l’a prouvé au Libéria. Ne me parlez surtout pas du poltron Hyacinthe de Zéguédéguin, lui qui a fuit pour ne pas répondre de ses actes !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 09:05, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    ’’Si une quarantaine d’individus certainement moins équipés ( je ne crois pas à ce qu’a dit le ministre chargé de la sécurité)...’’.

    - Moi-même je ne crois pas un iota aux bobars racontés par le ministre de la sécurité pour encore endormir les gens ! Comment des hommes à motos peuvent utiliser une arme lourde du type 12,7 ? C’est une arme qu’on ne peut tirer qu’en utilisant un trépied ou en la fixant sur une Jeep ou un char !? Tond nii na puka me et on est pas des cons Monsieur le ministre !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 09:29, par OUEDRAOGO BOU
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    nous sommes tous conscients que nous sommes dans un pays en état de guerre . c’est pourquoi tout le nord du pays est particulièrement encerclés par des positions militaires.
    - sachant que le terroriste est capable de faire ce qu’il veut même dans les grande puissance du monde ( USA France,Allemagne...), il faut chercher a comprendre pourquoi des terroristes dans ce monde ?d’un point de vue , c’est la cause des frustrations dans les religions,dans les clans,ethnies etc... alors-que notre pays ne connait pas cela. mais le problème est ou avec ces terroristes ? prions à ce qu’il ne reviennent plus...

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 10:05, par Gringo
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Tout est à l’image de tout !
    Il est évident qu’avec un état major qui a brillé par sa couardise lors du coup d’état manqué de Diendere et qui toute honte bue a été contraint d’accepter la descente des troupes sur Ouaga, il ne peut en être autrement.
    Une armée démotivée est une armée morte ; et si rien n’est fait, nous sommes en passe de reproduire ce qui se passe au mali où il n’y d’armée que le nom.
    Nos autorités sont-elles à la hauteur de la situation ? les jours prochains nous le diront à travers les decisions majeures qu’elles prendront.
    Une chose est sûre : nous risquons une mutinerie la prochaine fois que des soldats seront exécutés banalement comme cela a été le cas avec la dernière attaque.
    Et Dieu seul sait où cela peut nous mener.
    Dieu Sauve le Burkina !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 11:02, par TANGA
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Ce qui se passe au Burkina me fait penser que nous voulons offrir une base aux bandits !

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 11:09, par Kinda
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Bonjour et bel analyse,que les âmes de nos brave soldats repose en paix. J’aimerai demandé au Ministre de la sécurité de revoir le service de renseignement et le personnel,car ses ce service qui détient la clef de notre sécurité (il doit y avoir un problème de communication entre les policiers et les gendarmes)....
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 11:10, par Sage
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Rien contre l’analyse. Mais il me semble qu’effectivement, tout le monde est devenu Expert en sécurité dans ce pays.
    je me méfie des propositions et autres recommandations tout azimut. On peut faire des critiques et exiger des Dirigeants de trouver solution puisque ce sont eux qui ont voulu nous gouverner et qui disposent des moyens de l’Etat ; Mais, s’avancer sur des propositions techniques sans un diagnostic solide préalable peut créer une situation où le mal est pire que le remède.
    Quand au RSP dont certains parlent, je ne sais s’il avait une expérience dans les guerres asymétriques ; on sait qu’il savait mater correctement les civils et savait tenir en respect, les autres militaires qu’on avait désarmés presque ; mais quand les jeunes militaires ont décidé malgré leurs moyens, de descendre sur Ouaga, on a vu comment les gens savent se réfugier.
    Donc, exigeons que les Gouvernants fassent des propositions concrètes y compris organisation de toute la population, le cas échéant, pour mater ces fous et enlever tout envie de récidiver à leurs survivants.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 11:50, par Fidèle
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Tout le monde se croit expert en sécurité depuis cette dernière attaque au Sahel. Un peu de modestie ! Il faudrait comprendre que nos armées africaines comme occidentales sont très fragiles face à ces terroristes déterminés et qui n’ont pas peur de la mort et, ce, quel que soit le niveau d’équipement ou de motivation. Le dernier cas est celui de Berlin il y a 2 jours ! Alors, arrêtez de nous bassiner avec des articles inutiles et tendancieux.

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2016 à 16:07, par Levigilent
      En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

      Qui t’a dit que nous avons peur de la.mort. Nous avons les mains nus mis en déroute tout un bataillon d’élite...Chaque burkinabé est un kamikaze mais nous sommes revenus à un à un Etat normal et c’est pourqoui nous pensons que les professionnels de la sécurité doivent jouer leur rôle. Il y a eu une armée populaire qui démontrer que le slogan la patrie ou la mort n’est pas qu’un simple message qu’on lance mais c’est ce que nous resssentons réellement. Qu’ils.nous disent qu’ils ne peuvent pas et lance une mobilisation populaire de défense du territoire en invitant les hommes et les femmes dans les villages et secteurs à s’organiser pour la defense de la.patrie et vous verrez. Ce sera.simplement dommage pour la democratie et l’Etat de droit tant défendu

      Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2016 à 19:07, par souwegue
      En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

      mon cher on peut bien attaquer des pays que tu fait référence mais tu ne va pas t’en sortir. pire dites nous combien de base militaire ont été attaqué la bas ?soyons réaliste quelque que soit votre position, votre situation, vos relations avec les critiqués personnes ne comprendre qu’on tue vos FDS sans qu’on n’arrive jamais a mettre la main sur un.A INTAGOM on était fier car on a tué djihadistes mais quel a été la suite : ce ne rien d’autre que le conseiller du village qui n’était pas armé qu’ils ont pu neutralisé

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 13:59, par ALKAZAR
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Merci M. SOULGA pour cette belle analyse ! Vous au moins vous avez apporté votre part de contribution à la résolution de ce problème.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 14:17, par MAXWELL
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Chers frères et sœurs, soyons dignes dans notre douleur. Quand la pluie vous bat vous devez penser d’abord à vous mettre à l’abri au lieu de vous battre entre vous. S’il s’agissait d’un problème de moyens ou d’organisation, les pays les plus développés ne seraient jamais victimes du terrorisme. Soutenons nos dirigeants et nos forces de l’ordre dans cette lutte au lieu de les fustiger outre mesure. C’est ensemble que nous viendrons à bout de cette plaie, alors mobilisons nous. Manifestons notre soutien aux forces de sécurité et au gouvernement. Nous allons y arriver. Que l’âme de tous ceux qui sont tombés sous les balles des terroristes reposent en paix

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 14:37, par gohoga
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    La réponse à ces questions est la solution du problème : pourquoi terrorisme ? Depuis quand ça commencer dans notre sous région ? Est ce depuis l’agression barbare de la Libye et l’assassinat de Kadhafi ou y a t-il autres raisons ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 16:01, par kiswensida
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Nous implorons l’État à solliciter une contribution patriotique de 150 € acquittable sur une année par chaque Burkinabé de l’extérieur ou de l’intérieur en ayant la possibilité et 75 € par tout Burkinabé de l’intérieur en ayant la capacité afin d’équiper notre armée des moyens aériens et logistiques pour contrer efficacement ces criminels qui viennent régulièrement endeuiller notre nation !!
    Imaginer 1 million de burkinabé de l’extérieur et de l’intérieur contribuant à hauteur de 150€ et 500 000 burkinabé de l’intérieur contribuant à hauteur de 75€ :
    Cela fait 168 millions d’euros soit 110 milliards 200 millions C.F.A.
    Et si l’État met le budget national à contribution à hauteur de 84 millions d’euros soit 55 milliards100 millions C.F.A.
    Imaginez qu’on renouvelle cela tout les 5 ans !!!
    Au total c’est une somme de 252 millions d’euros soit 165 milliards 300 millions mobilisable sur une année pour rendre notre armée plus opérationnelle.
    Ce n’est pas du rêve et c’est réalisable !!

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 16:10, par TANGA
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Omer BATIONO, Jules BATIONO et DIABRI Kogdja à vous trois vous pouvez mener des troupes pour nous éloigner de ces problèmes vues vos spécialités.
    BONKIAN, tu dis quoi même ? Tu es fatigué ou quoi ? Il faut appuyer les trois premiers là. Si non, c’est l’autre qui a raison. A savoir que toi c’est le gros dos seulement.
    De grâce, laisser nos valeureux aller voir ce qui se passe de l’autre côté de nos frontières !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 17:35, par Tinkoum saya
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Il faudrait aussi exploiter le nouvel aérodrome de Ouahigouya qui fut inauguré en 2009, en son temps le ministre des transports disait que des gros porteurs pouvaient atterrir ;alors pour la circonstance faites en une base aérienne où de là bas on pourrait héliporter des troupes anti terroristes à moins de 100 km à vol d’oiseau.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 23:17, par Sonia
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    À internaute 22, Kiswendsida !

    J’ai été très émue par votre proposition. Votre simulation, même effective en une seule année changera significativement la donne.
    Chers frères et sœurs, burkinabé intégrés, la perte de nos valeureux frères, morts pour la patrie nous peinera aussi longtemps tant la lâcheté et la perfidie des auteurs de ces crimes sont innommables. Aidons les FDS à mieux se sécuriser pour bien nous protéger. La bravoure est une de leur qualité, le matériel et la logistique est leur faiblesse. Cogitons cette proposition de contribution patriotique en appui aux dotations budgétaires visiblement insuffisantes de l’Etat.

    Relisez sil vous plait, internaute 22.
    MERCI cher Kiswensida.

    Sonia.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2016 à 23:39, par krim wend
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Très belle analyse cher SOULGA
    Au moins vous avez osé et les réactions qui en ont suivi témoins de l’intérêt du sujet que les indifférents n’ont pas évoqué.
    Tous les dispositifs sécuritaires est à changer sinon bonjour les dégats.

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2016 à 09:25, par Salia ba
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    C’est vrai la situation sécuritaire de notre pays est on ne peut plus préoccupante. j’ai toujours estimé que dans une situation pareille, nous devons faire preuve de prudence dans la communication. Lorsque le Ministre de la sécurité fait un comentaire sur le type d’armément que nos troupe possède non seulement il révéle aux ennemis notre faiblesse. En rappel lors de la guerre entre notre pays et le Mali en 1974, la Haute volta n’avait pas d’armes, on a même organisé un match amical avec un pays ami dont je tairai le nom, pour que ce pays puisse nous fournir des armes discrètement. Je pense que c’est une erreur de communication qui peut saper la morale de nos troupes.

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2016 à 10:10, par Danton
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Entièrement d’accord avec l’auteur. Continuez comme cela.

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2016 à 10:28, par Youwsom
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Ne nous mettons pas à la place des spécialistes de la guerre. Nous, on veut les résultats. Regardez comment Barak Obama a traqué et tué Ben Laden : aucun américain même proche de lui ne savait ce qui se tramait. J’ai comme l’impression que les Burkinabè veulent que le Président rende compte tous les soirs à la télévision et qu’il dise ce qu’il prépare pour demain ! certains responsables se laissent piéger par cet harcèlement. Parmi les harceleurs il peut y avoir des terroristes en quête d’info.
    Surveillons et interpellons nos soldats dans leurs comportements sociaux et laissons- leur leurs stratégies et leurs secrets !

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2016 à 11:44, par ATTAKI
    En réponse à : Situation sécuritaire nationale : Les propositions de Zacharia Soulga au président du Faso

    Moi particulièrement je veux que le chef d’état major démissionne avant toute proposition car c’est un monsieur qui ne mérite pas cette place un monsieur qui n’ a ps d’autorité et sans personnalité il fallait le voir au moment que le RSP avait pris en otage le peuple qu’est-ce qu’il a fait rien ce sont les jeunes officiers des garnisons qui ont œuvré pour délivrer le peuple et le camp qu’ils occupaient et lui en tant que chef d’état major il est resté sans signe sans ordre. C’est un monsieur que le président ROCK devrait enlever depuis son premier jour à la présidence. Si le président ROCK veut le bien de son peuple il faut relever immédiatement ZAGRE sinon le pays sera toujours à la merci des terroriste.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés