Le ministre Simon Compaoré face à la confrérie des dozos à Bobo-Dioulasso

LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • mardi 29 novembre 2016 à 23h30min

Le mardi 29 novembre 2016, le Ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure, Simon Compaoré était face à la confrérie des dozos de la région de l’ouest du Burkina. Le ministre dit être venu échanger avec ces derniers sur le nouveau décret adopté par le conseil des ministres portant sur la police de proximité.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Le ministre Simon Compaoré face à la confrérie des dozos à Bobo-Dioulasso

La question de l’installation des koglwéogos dans la région de l’ouest a longtemps suscité des polémiques tant pour la confrérie des dozos que pour les chefs coutumiers de la région. Cependant, le ministre Simon Compaoré a tenu à rencontrer la confrérie des dozos ce mardi 29 novembre 2016 afin d’échanger avec eux sur le nouveau décret qui a été adopté par le conseil de ministres sur ces associations qui œuvrent dans le domaine de la sécurité.

Selon le ministre, ce décret démontre comment les forces régaliennes vont pouvoir travailler avec ces associations qui œuvrent dans le domaine de la sécurité. C’est ainsi que des missions seront menées par le ministère en charge de la sécurité dans les jours à venir dans les 13 régions du Burkina pour expliquer le contenu de ce décret à ces associations.

Une vive tension prévaut entre les dozos et les koglwéogos. Les premiers ne sont pas favorables à une installation des koglwéogos dans la région. Le ministre a tenu à rassurer la confrérie sur le fait que le groupe d’auto-défense appelé koglwéogo n’est pas une création de l’Etat. « Nous, nous n’avons pas créé les koglwéogos donc on ne peut pas faire de la publicité pour qu’on crée des koglwéogos partout au Burkina », a martelé Simon Compaoré. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 1er décembre 2016 à 07:51, par BARABARA Dianda
    En réponse à : Le ministre Simon Compaoré face à la confrérie des dozos à Bobo-Dioulasso

    Django aurait dit lors de la première assemblée générale des Kolgwéogo à Kombissiri que Rock leur avis demandé de le soutenir pour qu’il prenne le pouvoir et après il les aiderait. Est ce fondé cette affirmation du célèbre Django ? Et lorsque Salifou DIALLO dit que si le MPP n’avait pas pris le pouvoir il y aurait guerre civile, cela signifie quoi ? Qui sont ceux qui se seraient affrontés et qui aurait armé ces affrontements ? Est-ce la preuve que le MPP avait préparé les Kolgwéogo au cas où ? Si oui, c’est peut-être pourquoi ils sont comme un os en travers de la gorge de ce parti MPP au pouvoir. Sinon on ne comprend pas pourquoi des milices armées peuvent se balader en armes sans être inquiétées et pire, elles défient l’autorité régulière.
    L’histoire rattrape toujours ses acteurs !

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2016 à 13:07, par Alexio
    En réponse à : Le ministre Simon Compaoré face à la confrérie des dozos à Bobo-Dioulasso

    En ce qui concerne les Kogweolgos, notre Ministre d Etat a avancer des propos indignes a l endroit des larves connus sous le nom du SITOUMOU. Comme quoi que personne(un Dozo) ne peut pas venir a Ouagadougou lui imposer de manger le Sitoumou. Quelle banalite exemplaire d un haut representant de l Etat burkinabe, en attaquant meme les symboles culinaires d une region.

    La valeur nutritives de ses larves sont inestimables(Proteines). La societe Nestle avait recommander son introduction alimentaire chez les nouveaux- nes. L arbre de carite avec ses vertus medicinales, de ses racines, de ses fruits commestibles(vitamines), leur beurre,lhuile sont uniques dans nos savanes en Afrique.

    Cet arbre cree des emplois dans de secteurs industriels comme la pharmacie, les produits de beaute(cosmetiques) a Paris. Je me rappelle a mon enfance a Bobo.Dioulasso, apres un match de fotball, on l itulisait comme massage theurapeutique pour la restitution rapide du corporelle. Ma mere l employait aux memes fins theurapeutiques pour massage des nouveaux-nes. Elle avait heriditer de sa mere.

    Notre Ministre au lieu de bruler le sujet de sa visite, il ferait mieux de ne pas irriter ceux qui mangent le Sitoumou avant que lui meme n est ne. Au Burkina- Faso, on a des mangeurs de chiens, du porc, du boeuf, du mouton, du cheval. Etc. La liste est longue.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés