« Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

COMMUNIQUE DE LA PRESIDENCE • dimanche 20 novembre 2016 à 04h00min

A l’issue de la cérémonie de lancement officiel du Programme d’Appui au Développement des Economies locales (PADEL) à Dori, chef-lieu de la région du Sahel le vendredi 18 novembre 2016, le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a exprimé ses attentes vis-à-vis du programme.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
« Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

Selon le Président KABORE, « il s’agit pour nous de lutter contre la pauvreté. Comme il a été si justement dit par un grand Président tel que Nelson MANDELA, la lutte contre la pauvreté n’est pas de la charité. C’est le rétablissement d’une justice sociale. C’est également la possibilité de faire passer les gens de l’humiliation à la dignité. De ce point de vue, ce programme aura plusieurs vocations. D’abord le développement des infrastructures telles que les infrastructures de santé et d’éducation. Ensuite, mettre en exergue et développer les potentialités de chaque localité pour que tous les Burkinabè participent au développement de leur localité et partant au développement du Burkina Faso de façon générale ».

Pour un véritable développement, le Président du Faso préconise de neutraliser certaines pratiques sociales rétrogrades. « Il faut également lutter contre les pratiques qui sont obsolètes, notamment les mariages précoces. Nous devons travailler à ce que les femmes et les jeunes filles puissent aller à l’école, participer au développement autrement. Pour que nous puissions changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités. C’est la première base du vraiment changement », a indiqué le Président KABORE.

« Je voudrais féliciter cette initiative à laquelle l’Etat, les collectivités territoriales et nos partenaires au développement ont contribué. J’espère que d’ici à 2020, nous constaterons les effets induits de ce que nous avons lancé aujourd’hui à Dori et dans d’autres régions », a-t-il souhaité.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 novembre 2016 à 12:27, par Frank Edouard
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », a prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    C’est a vous de changer votre mentalite,car Blaise n’est plus la mais les choses vont de mal en pis.Le peuple a fait le gros travail,donc c’est a vous dirigeants de changer les choses

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 12:47, par zwwa
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », a prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Il ya des phrases vraiment tout le monde peut faire sortir sauf vous....

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 13:13, par JZD
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », a prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    .
    En effet il vous faut changer vos mentalités de banquiers ! Et malgré tout le bien que je pense de Nelson Mandela, vous aviez une référence plus proche de nous, notre grand président Thomas Sankara, mais ce n’est pas étonnant que ne le citiez pas.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 13:59, par Vicky
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    « La lutte contre la pauvreté n’est pas la charité. C’est le rétablissement d’une justice sociale » Monsieur le président est-ce que vous vous attendez parler ? La justice sociale commence d’abord dans votre fonction publique. Il faut commencer par harmoniser les salaires au niveau de la fonction publique, même niveau de recrutement même salaire au lieu de continuer à diviser les fonctionnaires en signant des statuts particuliers pour certains et demander à d’autres de se sacrifier. C’est sa d’abord la justice sociale Monsieur le Président

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 14:45, par Wennonga Tounsba
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    PARFAITEMENT D’ACCORD POUR UNE DES RARES FOIS AVEC MON PRESI. BON COURAGE ET SURTOUT RESTEZ A L’ECOUTE DU PLUS GRAND NOMBRE CAR IL YA TROP DE NOSTALGIQUES ET DE CAPRICIEUX DANS CE FASO POST INSURRECTIONNEL.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 15:48, par Poko
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    N’est pas un grand Président comme Nelson Mandela qui veut, mais celui qui est prêt à sacrifier sa vie par amour pour son peuple. Comme l’Afrique du Sud post-apartheid, aucun peuple meurtri et divisé ne peut changer positivement sans un leadership de qualité de ses gouvernants. Mandela a pu sortir son pays des affres d’un régime horrible comme le fut l’apartheid et bâtir en moins de cinq ans une nation Arc-en-ciel. Il a laissé le temps refermer les plaies dues aux crimes en concentrant les énergies sur l’essentiel sur ce qui unit.

    Le trio RSS réuni n’a pas les vertus et qualités d’homme et la trempe de Mandela pour amener le peuple burkinabé à se réconcilier et bâtir un Burkina nouveau. Mgr Paul n’est pas Desmond Tutu pour gérer de façon impartiale une commission vérité et réconciliation. Il manque aux leaders politiques et religieux burkinabè, la sincérité et l’amour pour tous les citoyens sans discrimination. Si les leaders ne changent pas leurs mentalités égoistes, revanchardes, sectaires et divisionniste pour se focaliser sur ce qui nous unit, le reste du peuple ne pourra pas le faire car il reproduit leurs tares. Le peuple a été tellement manipulé qu’il ne sait plus réfléchir par lui-même, pour choisir entre le bien et le mal, pour faire la part entre le vrai et le faux. Pour dire la vérité sans calcul d’intérêt.

    Au Burkina comme aux USA, "les gens sont juste de plus en plus bêtes. Plus personne ne vérifie aucune information avant d’y croire et se laisse emporter par ses émotions. Tout comme les RSS, « Trump a raconté ce qu’il voulait et les gens l’ont cru. Et quand ces choses se sont révélées fausses, les gens s’en moquaient, parce qu’ils avaient déjà accepté ces choses comme vraies » (Paul Horner, spécialiste en manipulation de l’opinion).

    Répondre à ce message

    • Le 21 novembre 2016 à 17:48, par RAWA
      En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

      poko, qui donc trouve tu de bien dans ton pays ? Toi tu trouve tout le monde mauvais au Burkina. je crois que tu as un autre problème. sinon ce que le PF a dit est la vérité même. Le s gens ne savent pas qu’il faut travailler dur pour se créer des richesses en en créer par la même occasion au pays. Il faut en effet un changement de mentalité. Les gens crient qu’ils n’ont pas d’argent mais leurs revenus passe dans la bière et ils ne sont pas prêt de changer. Ne serait ce que la fréquentation assidue des bars, il faut arrêter et on constatera un mieux être financier.

      Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 16:08, par Sidpayétka
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    BONSOIR A TOUS !
    Mr le Président, Sauf votre honneur, nous dirions que vous êtes passé a coté de la plaque. Un développement local se construit sur la base de la culture et des pratiques quotidiennes liées aux contextes géo-climatiques locaux (ce qu’on appelle les fondamentaux de base in situ ou macros). Voulez vous qu’un sahélien change ses modes vestimentaires qu’il vous faudra lui apporter la pluie en abondance et/ou des climatiseurs ; qu’il travaille la terre avec une charrue ou un tracteur qu’il faudrait lui trouver un sol non sablonneux s’il accepte renoncer a la sensation qu’il éprouve a renifler chaque matin l’odeur de la bouse de vache et se courber pour travailler la terre comme les mossi. Les mariages précoces n’ont rien a voir avec le sous développement de la zone sahélienne. Et l’école du blanc n’est plus une garantie et pour paraphraser SANDWIDI Pierre :" Soun Karmba collège pas laadé, n’gomdé ti école rurale" ce qui se traduit par ceux qui sont parvenus a l’enseignement secondaire de niveau collège aujourd’hui niveau lycée ou universitaire, ne sont pas mieux lotis (ne rigolent pas de joie) que ceux de niveau école rurale (les anciens FJA qui sont des enfants d’un certain ages récupérés par les tous premiers centres de formation agricole ). Mr le Président le changement de mentalité doit venir du sommet. Le bon exemple doit venir de nos dirigeants et non de la base qui depuis belle lurette a perdu le fil d’Ariane avec des dirigeants cupides et diaboliques. L’occident (d’où nous viennent nos dirigeants) n’inspire plus confiance. Revisiter le "Crépuscule des temps anciens" de Nazi Bony et vous comprendrez que les peuples du monde réclament leur liberté et leur indépendance (eu égard au chaos mondial que nous vivons actuellement et pour combien de temps encore) et veulent retourner vivre a l’état naturel (sauvage si vous préférer). Revoyez votre copie.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 16:29, par Pawetos
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    ..et pour changer de mentalite, l’ exemple vient d’ en haut. Vos n’ aurez meme pas l’ autorite morale necessaire pour svir contre la malgouvernance si les ministres , les deputes, les magistrats et tout ceux qui comptent dans le gotha bureaucratique se commportent comme des gens au - dessus de la loi. Par exemple, comment voulez- vous que nous on change de mentalites quand des deputes succombent sous la petite tentation de tablettes dont la plupart ne savent quoi en faire si c’est pas pour le farot devant les grosses femmes tein- eau- de javelees et Movatees ? Moi je ne demande pas un alaire d’ un juge. Je ne suis pas juge. Mais je suis Instituteur de Brouse. Donnez- moi aussi mon salaire d’ IB. Tout est proportionnel-la. mais doubler le salaire des magistrats qui, pour la plupart, continuent de prendre des pots de vin, maintenant des barriques de champagne et me demander a moi de changer de mentalite, c’est des foutages. Si je mets la main sur le Cathwell des enfants, je vais exercer mon pouvoir discretionnaire aussi la- dessus. Chacun s’ en prend a l’ arbre qu’ il peut grimper. C’est le sauve- qui - ne peut- pas general.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 16:33, par Verbomotorage
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Les mots sont importants. Mais les mots sans les actes, c’est du vide. C’est au pied du mur qu’ on attend no macons, cad, nos gouvernants. You need to walk your talk. Marcher au son de ses mots. C’est ca qui va convaincre les uns et les autres. Je respecte Mr. Le President mais je ne suis pas content de la performance e son equipe jusque-la. On ne voit pas les choses bouger. Ce n’est pas le verbomotorage qui me donne a manger.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 16:34, par lagitateur
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    M. "l’économiste". Justice sociale ne veut pas dire égalité de salaires. Chacun à sa place doit mouiller le maillot car le Président seul peut rien. Ce pays nous appartient à tous. Si nous ne travaillons pas, nous ne gagnerons rien. Le Président a bien raison. Il nous faut changer de mentalités car avec celle que vous avez-là, nous n’irons nulle part.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 16:51, par Mangueda
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    C’est dommage quand le PF lui même dis le contraire de ce qu’il fait ;quelle justice parles le PF ?Celle des juges à BAC+3ou 4 qui se retrouve mieux payer que leurs professeurs d’université ou un médécin spécialiste ?
    Nous sommes pas du Burkina apparemment oubien vous aviez une échelle d’importance des fonctions qui vous ait propre sinon on attendrait pas de tel propos.
    Le gouvernement et l’assemblée qui continue de recevoir des pots de vins(tablette) et on nous demande de changer de mentalité pendant que les mêmes pratiques perdurent.
    ça sent du roussi dans l’air

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 17:17, par saint
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    nous voulons des cours sur le " changement de mentalité " M. le Président avant de vous comprendre. sinon vos messages ne passerons pas. tel père, tel fils.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 17:28, par Nabiiga
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Déclaration :

    « il s’agit pour mon gouvernement de lutter archanement contre l’impunité, comme il a été si justement dit par un grand Président de notre patrie Thomas Sankara, la lutte contre l’injustice n’est pas de la charité. C’est le rétablissement d’une démocratie qui se repose sur la justice équitable pour tous. C’est également la possibilité de faire passer de la dépravation de la justice au mémoire honorable des victimes des crimes de sang que mon gouvernement s’engage fermement de juger ceux responsables des assassinats comme par exemple, ceux de Norbert, de Thomas Sankara, d Oumarou Clément et de tous ceux épris de justice dans notre beau pays. De ce point de vue, la justice pour les ayants droits de l’insurrection en passant par le putsch manqué et les crimes économiques aura plusieurs étapes de jugement que mon gouvernement respectera scrupuleusement afin enfin, que nul ne s’échape de la justice. D’abord juger ceux de putsch, de l’insurrection, et la corruption de mes collègues détenus présentement tant à la MACA et à la MACO. Croyez-moi, chers compatriotes que nul doute de mes intentions, moi, votre Président. Ensuite, je jure, moi, Président du Faso devant vous, peuple vaillaint du sahel de notre pays, qu’il y aura plus d’autres crimes économiques ni des crimes du sang dans le Burkina nouveau.
    Merci
    L’hymne national s’il vous plaît

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 17:33, par SOME
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Roch tu n’as pas honte pour venir nous tenir ce langage ! C’est a toi et tes accolytes, C’EST VOUS QUI DEVEZ CHANGER VOTRE MENTALITE. Inutile d’invoquer un Nelson Mandela pour beneficier de son aura. Pour créer et meriter un tel aura, un Mandela n’a pas agi comme vous. Il a agi en Grand Homme. Vous n’avez rien fait pour Mandela quand il était enfermé pour son integrité, et aujourd’hui chacun se precipite pour profiter de son aura. Tu cites Mandela pour faire croire que tu es dans tes fonctions : tu devrais avoir honte. Mais cette notion tu ne la connais pas ! On n’a pas besoin d’aller loin pour citer un homme dont les idées cadrent parfaitement avec le contexte du burkina. Et tu sais qui c’est. Je n’ai meme pas envie de citer son nom a cote du tien !
    « Pour un véritable développement, le Président du Faso préconise de neutraliser certaines pratiques sociales rétrogrades. Il faut également lutter contre les pratiques qui sont obsolètes, notamment les mariages précoces. » Soyons serieux, quand on n’a rien a dire, on se tait. Ce ne sont pas les mariages precoces, aussi condamnables soient-ils, qui sont les causes du non developpement au Burkina. Soyons serieux et respectueux de nous-mêmes ! Ne serait-ce qu’un tout petit peu !
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 19:25, par Ka
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Son excellence, merci pour votre effort : Mais a vrais dire, Je crois que le changement au Burkina sera un chemin épineux avec des gouvernants qui ont fait un système à la leur mesure pour en tirer profit. Un pouvoir avec un système corrompu suivi des crimes gratuits pendant 27 ans, et ayant trahi son peuple, et ces mêmes personnes se pointent à l’horizon pour crier au changement, reste de la théorie, ou prendre le peuple pour des nez percés. Par une complicité contre les intérêts du peuple, quelques personnes autour de vous ont trahit sans aucun état d’âme le peuple qui n’oublie pas. Et en voyant l’exigence du peuple meurtri pour un changement radicale, ou l’exécution sans triche de votre programme présidentiel, et de vos promesses, le seul recours qui reste à vous, pour que le peuple et sa mentalité change, c’est de se séparer de quelques-uns de votre entourage qui vous obligent à freiner dans l’avancement de vos promesses de régler les dossiers des crimes impunis, et éradiquer l’injustice et l’impunité : Pour cela, la solution est simple, ‘’’séparez-vous des vieux escargots qui ralentissent la bonne marche de votre gouvernance, le peuple les connait : A la place, vous rassemblez toute la jeunesse compétente du Faso, en les mettant qu’il faut, à la place qu’il faut. Vous verrez que le peuple et sa mentalité changeront en un quart de tour.’’’ Ka farouche partisan de l’alternance politique du Burkina avec sa jeunesse.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 20:02, par Hamed
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Monsieur le Dir Com il fallait
    au moins ajouter à votre article une brève description du projet, une précision des zones cibles , des bénéficiaires et des résultats attendus . On reste sur sa soif en lisant car le titre du projet est intéressant.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 20:04, par Sidonie
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    C’est dommage qu’un président de tout un pays tient de tels propos, cela dénote son incapacité notoire de mener à bon port le destin de son pays.
    Alors PEUPLE DU BURKINA DEBOUT COMME UN SEUL HOMME POUR ARRETER LES EGAREMENTS DE TYPE AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD, CAR C’EST DEJA COMPLIQUE POUR NOUS.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 21:36, par warzat
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Les ministres ont changé, mais les cadres autour d’eux sont les mêmes avec les mêmes habitudes. Si fait qu’un dossier bien ficelé qui passe d’un ministère à l’autre pour approbation est signé par les ministres et bloqué par des cadres qui attendent que le titulaire passe graisser la patte et récupère son dossier pour les autres étapes, et tant qu’il ne parlera pas bien, il n’aura pas son dossier.Et si un dossier où ils doivent manger passe au dessus d’eux, ils font du’’ bruit’’ et le dossier revient dans leurs mains et alors ils mangent au nom du ministre. Le ministre demande tant alors que c’est eux. C’est exactement ce qui semble le cas pour le fameux marché de l’INSD. Comme, il n’est pas possible de distinguer le bon grain de l’ivraie, impossible aussi de les chasser facilement, des ministres ont fait rentrer dans le système des cadres venus d’ailleurs et là encore, on a vu leur réaction. La seule alternative, c’est de constituer des guichets uniques dans les ministères gérés par la justice avec des délais d’exécution des dossiers et où l’on dépose et récupère son dossier. On verra ceux qui travaillent et ceux qui ne foutent rien. Si ça change au niveau de l’administration, les populations suivront, on l’espère. Sinon seule une révolution peut rapidement faire changer les mentalités. Et là aussi avec l’état de droit, c’est chose impossible. En tout cas, il faudra manier la carotte et souvent le bâton, sinon vous allez souffrir pour réunir les fonds du PNDES qui ne seront pas absorbés à temps et donc pas de résultats attendus à temps. Le médecin après la mort.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2016 à 21:38, par Ouedraogo kassoum
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Salut monsieur le président que l’or du Burkina des burkinabè soit utilisé au bon fonctionnement du pleupe 500 milliards perdu ça pouvait construire combien de route combien d’hôpitaux combien de soins gratuit pour les prise en charge Regarder le Ghana l’or le développement de Ghana on sans l’or que vôtre gouvernement doit savoir que il doivent utilisée ce qui leur revient de droit aparti de la la mentalité a changé

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2016 à 00:09, par Maam La Wooto
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Salutations a toutes et a tous. La pauvrete n’est pas seulement materielle,elle est egalement mentalle.Nous(Africains)devrions revoir nos copies.
    Que le Tout Puissant continue a assister le Burkina Faso,L’Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2016 à 06:33, par biiga
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    il faut laisser la corruption, les pots-de-vin et travailler sinon nous
    serons un jour le dernier pays du monde.ya des milliardaires qui
    sont là et font le malin comme quoi sans eux le pays n’est rien.
    c’est quoi tu fais pour ce pays , paie pas impôt renumere pas bien
    tes employés.c’est parce que ya moins de crise que tu te vois
    milliardaire.je n’est jamais vu un pays malheureux comme le
    nôtre.chacun veut être assis avec ce qu’il a pour qu’on dise celui là
    il a les feuilles.ils veulent pas développer l’économie .Est ce que ça
    construis pays ? et je suis pas d’accord du fait qu’on veut faire
    provisoirement le boulevard des tensoba.le président n’a qu’à revoir
    cette pratique c’est du gâchis.ya combien de voies qui demandent à
    être bitumées.et c’est sur la même voie que vous allez revenir là
    dessus 4 ans après.ya pas un économiste parmi vous pour vous
    interpeller.haï ya gna boin toumdin lebd paurin.pauvre de mon pays.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2016 à 08:20, par Vrai
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    M.le président,allons vers les actions maintenant,le changement viendra de vous d’abord,il vous faut imprimer cette vision .

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2016 à 11:37, par Alexio
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Soyons serieux. Quand l actuel President du Faso par la postive veut un changement radical de mentalite, cela nous concernent tous. Tout le monde le sait que lepouvoir corrompre dans toute la vie de la societe partout dans notre monde.

    Chaque individu sa responsabilite citoyenne pour s harmoniser avec les regles d or de la d une societe de droit et republicaine. Bien sur que lon voie seulement ceux d en haut, en oubliant ceux d en bas aussi.

    La realite, notre realite sosiale se definit par une feuille de route abordable a tous. Sankara nous a donner le resept avant d aller. C est notre peuple qui est la base de notre developpement, leur sens du civisme de longue haleine forgera cette societe ideale que nous pronons tous. Mais sans sacrefice fokalise, le but ne sera jamais atteint.

    Notre pays avec ses hommes , ses femmes et sa jeunesse. nos potentiels humains sont la pour que nous reussissons ce pari.

    Nous sommes tous responsables de notre sort. Un esclave qui ne combat sa situation, son statut actuel ne purra jamais se defere celui ci sans combat. Donc il le meritera toujours ce statut. a l eternel si il change pas de strategie de luttes.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2016 à 13:24, par Fasoburkina
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Your excellence, you need to start with yourself and your government first before asking the people to change their mentality. If you keep nominating people based on politics rather than competence, you still have not learnt from history. You keep running this country the same as it has been run for over 27 years so you shall reap what you sow ! Enjoy the consequences of your action. Change begins with you/I first ! Bonne chance........

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2016 à 13:58, par doudouno le cobra
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Commencez par rendre tous ce que vous avez volé durant 25 ans avec Blaise et les autres changeront.
    Prenez l’exemple de Zachée dans l’évangile de Matthieu et vous aurez l’absolution de Dieu et du peuple

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2016 à 16:00, par Paul KERE
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Le Président du Faso a dit : "...Nous devons travailler à ce que les femmes et les jeunes filles puissent aller à l’école,...".
    Mais quelle école ? A Loanga, mon village d’origine, notre association a dû construire une école de trois classes en lieu et place de l’école sous paille.
    L’Etat a construit également une école de trois classes à côté de cette école pour aider à ce désengorgement. Mais malheureusement, cette école n’a jamais été achevée, sans chappe, sans fenêtre, sans porte, sans peinture, sans plafond, sans électricité alors que l’électricité est arrivé dans notre village. A ce stade, personne du village ne sait à quelle autorité s’adresser pour l’achèvement de cette école à moitié achevée. C’est sur ce plan qu’il faut aussi opérer un vrai changement des mentalités des décideurs, notamment du Ministère des Enseignements parce que le Président à son niveau ne peut certainement tout faire. Ou bien ?

    Répondre à ce message

    • Le 20 novembre 2016 à 17:48, par Mechtilde Guirma
      En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

      Loanga de l’autre côté du village de Buugtenga. Mes oncles maternels les yonyonsé avait conseillé à l’État de changer de site, car le site qu’il avait choisi était celui des kinkirsi (c’est à dire le refuge des esprits). À remarquer que cela se justifiait scientifiquement par le fait, qu’il était surtout celui des marais donc un éco-système à protéger afin de conserver l’humidité des lieux. l’État n’a donc pas considéré ces conseils, mieux, il les a méprisés comme étant rétrogrades. Résultat : Ce que Mr. Kéré fait remarquer.

      Répondre à ce message

      • Le 20 novembre 2016 à 20:21, par Ka
        En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

        Merci ma sœur Mechtilde de nous apporter de temps à temps des précisions de nos continuités des coutumes. Si nos intellec-tuels de certain âge y pensaient comme vous, en mettant dans leurs critiques des touches de ce que les jeunes ne connaissent pas de nos racines, ceux-ci donneront un bon panache de notre jeune démocratie. Quant à la sortie de notre président, je lui dis que 11 mois ne sont pas tard pour corriger des erreurs connus du peuple. Comme je l’ai dit, et je confirme ce qu’a dit Paul, les erreurs viennent de ses proches, surtout quelques ministres qui ne voient que le bout de leur nez. Il est temps que Roch Kaboré prenne son courage à deux mains, et nettoyer les escargots qui l’empêchent d’aller vite dans son programme. La retraite a sonné pour certains qui se prennent pour des dieux, en croyant que le Burkina et sa jeunesse ne peuvent pas se passer d’eux ! Erreur, la jeunesse Burkinabé avec un président comme Rock Kaboré qui a promis d’éradiquer l’injustice et l’impunité, peut réussir de sa mission pour faire avancer le Burkina. Le seul problème qui mine le régime Roch Kaboré, sont ceux qui se croient les dieux de la politique Burkinabé, pourtant des criminels qui ont diné avec le diable, et qui empêchent le président de faire juger les criminels et se libérer de ses menottes, pour mieux travailler sur ses objectifs qui vont pour le peuple. Ma chère Mechtilde, merci : Comme je l’ai toujours dis, la culture est la seule valeur pour identifier tout un peuple. Et celles ou ceux qui sont les porteuses ou les porteurs de ses valeurs culturels, sont les ambassadrices et les ambassadeurs du Burkina a travers le monde.

        Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2016 à 17:08, par Jacques picbougoum
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Tchuuuur pour changer le burkina il faut plutôt que la manière de gérer le pays change !!! Le problème de ce pays c’est les hommes politiques qui sont méchants, incompétents, rancuniers, injustes, amateurs, adorant le folklore !!

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2016 à 17:53, par sanpawende
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Mr le president, il faut que ayez loin chercher les causes du sous developpement de nation et non vous focaliser sur certaines pratiques culturelles qui n’y freinent rien.
    Si ce n’est parce nous sommes vraiment une race inferieure comme le pretendaient les colonisateurs, comment comprendre qu’a tout bout de champ c’est les grandes puissances qui reflechissent pour nous pour nous imposer parfois des pratques impropres a la valeur humaine ?
    Parlant du changement de mentalite, vous, dirigeants de beau pays, que faites-vous de facon tangible pour que les mentalites changent ? A propos, il est unitile de le suggerer a chaque apparution.
    Le burkina est bien parti pour regresser avec ce TRIO de tete avec le desir de tout un chacun d’eux d’agir au meme titre que le president. Vous ferez mieux de vous battre afin de laisser apres vous de belles empruntes historiques a l’images des heros defunts du pays.
    reflechissez ardemment pour la jeunesse du faso sinon elle vous regrettera amerement.
    Dieu benisse le faso !

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2016 à 18:18, par panga
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Etes vous au serieu mr le president ? Donc c,est a nous de toujour brouter l,herbe et vous regarder a continuer de diriger ce pays comme Kouadjo, qui est assit aujord,hui chez ses beaux parents l,a fait ? Non stp ton people se meurt. Tu na pas d,autre solution ? Donc c,est les marriages precosses le problem ?
    Vous savez moi je vien de decouvrir pendant le reingne des Rss a quelle point le miroir resemble a une tablette : meme forme, meme fonctionaliter, les 2 permettent aussi a corromprent nos authorite’ les plus mediocres.
    Quel domage mr le president quand vous parler de changer les mentaliter ! Le peuple vient de se rendre compte par cette sortie du president avec quelle sauce on veut nous mangez. Mais j,ai espoir car unis nous seront fort. le Burkina vient de se rendre compte qu’il a ete trahis par ses elites. Merci Rock pour nous l’avoir siffler et en lunette noir en plus. Bravo !

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2016 à 21:56, par Dibi
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Avec tout le respect que je vous dois, vous, vous devez plutôt changer de politique !
    - Rompre avec le néocolonialisme prédateur.
    - Rompre avec le néolibéralisme que vous ont enseigné l’université aliénante et bourgeoise française.
    - Fermer les bases militaires étrangères.
    - Arrêter le pillage des ressources et richesses naturelles par les multinationales occidentales.
    - Vous engager dans une politique d’équipement et de grands travaux dans nos villes et campagnes.
    - Défendre fermement la souveraineté et l’indépendance nationale.
    Sortir des fourches caudines génératrices de misère de masse du FMI, de l’OMC, du CFA-BECEAO-CEDEAO.
    Rien qu’avec de telles ruptures, le peuple burkinabè et sa mentalité sont capables d’une seconde révolution qui vous fera rentrer dans l’Histoire en Grand.
    La moraline et le manque de passion et d’audace n’ont jamais fait rentrer un homme politique dans l’histoire. Vos conseillers, s’ils ne sont pas débilités et couchés, devraient vous le dire.
    Na an lara, an sara !

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2016 à 15:36, par Nacoubala
    En réponse à : « Pour changer le Burkina Faso, il faut que nous changions nos mentalités », prône le Président du Faso après le lancement du PADEL

    Mr le Président, SVP faites appel a vos amis d’antan vous savez de quoi je parle Sans rancune.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés