Projet de nouvelle constitution : La CDAIP exige la prise en compte des aspirations du peuple

jeudi 20 octobre 2016 à 00h35min

Ceci est une déclaration de la Coordination des comités de défense et d’approfondissement des acquis de l’insurrection populaire (CDAIP) sur le projet de nouvelle Constitution du Burkina Faso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Projet de nouvelle constitution : La CDAIP exige la prise en compte des aspirations du peuple

Depuis quelques temps, l’actualité politique est marquée par l’élaboration d’une nouvelle constitution dont l’adoption par référendum va consacrer le passage à une Vème République. Une commission constitutionnelle, taillée sur mesure, a été installée pour ce faire.

Par la négation de la constitution actuelle de la IVème République lors de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, symbolisée par le saccage et l’incendie de l’Assemblée Nationale, notre peuple a exprimé son aspiration à un autre mode d’organisation des rapports politiques, économiques et sociaux qui prendra en compte et garantira ses aspirations profondes à la liberté, à la justice, à l’égalité, à la dignité, à la souveraineté et au bien-être social. Le projet de changement constitutionnel en cours d’élaboration comporte donc des enjeux importants pour le peuple : la prise en compte et l’approfondissement des acquis de l’insurrection et les perspectives d’un véritable changement en faveur du peuple. Par la présente déclaration, les CDAIP de la ville de Ouagadougou appelle le peuple de Ouagadougou et environnants à exiger la prise en compte de leurs aspirations profondes dans la nouvelle constitution qui lui sera proposée et à refuser que celle-ci soit, comme celle de la IVème République, une codification des intérêts des riches contre ceux du peuple.

L’élaboration de la nouvelle constitution débutée le 4 Octobre 2016 se déroule dans un contexte national marqué par :

- La poursuite de l’impunité des crimes de sang et des crimes économiques, particulièrement l’absence de perspectives de jugement de ceux qui ont ordonné et exécuté les assassinats des dignes filles et fils lors de l’insurrection et de la résistance populaires. En plus du blocage des dossiers de crimes de sang lâches et barbares, l’on assiste à des manœuvres qui visent à protéger des anciens amis et complices contre la justice, revendication pourtant exprimée à cor et à cri par les populations : libération des détenus, cabale politico-judiciaire contre le peuple et pour blanchir certains suspects comme Blaise Compaoré et ses amis, sous le prétexte honteux d’une réconciliation nationale entre les élites dirigeantes qui ont causé bien de malheurs à notre pays. Deux ans après l’insurrection et un an après le putsch contre-révolutionnaire de type fasciste vaincu par le peuple, les populations dans notre ville n’ont eu droit qu’à la frustration et à la déception.

- L’aggravation à l’extrême des conditions de vie des populations dans la ville de Ouagadougou : flambée des prix des produits alimentaires, augmentation insoutenable et inacceptable des frais de scolarité, de 15 000 à 75 000 F CFA dans le privé, augmentant la détresse des ménages, ravage du paludisme, morosité économique, etc. Les élections couplées présidentielles-législatives et municipales, qui ont été présentées au peuple comme la solution à la crise politique et sociale que traverse notre pays, se sont révélées illusoires. Elles ont été massivement boycottées par les populations de Ouagadougou. La crise est tellement profonde qu’en moins d’un an après son accession au pouvoir, le MPP et ses alliés, englués déjà dans leurs propres contradictions, sont débordés par les attentes pressantes des populations. Le peuple de Ouagadougou et particulièrement la jeunesse sont conscients que le changement pour lequel ils ont lutté et versé leur sang est encore à venir et qu’il faut se battre pour cela.

Dans un tel contexte socio-économique catastrophique dont les signes d’échec et de faillite annoncés du pouvoir MPP et alliés sont patents, de crise politique profonde, quelle doit être l’attitude des populations face aux travaux de la commission constitutionnelle ? Quelles sont les principales revendications des CDAIP de la ville de Ouagadougou pour une constitution qui défende et approfondisse les acquis de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et de la résistance victorieuse au putsch de septembre 2015 ?

Toute constitution, n’en déplaise à certains de nos constitutionnalistes émérites qui tentent de la présenter comme une réalité en dehors des intérêts contradictoires des classes sociales dans notre pays, est un instrument d’organisation des rapports sociaux conformément aux intérêts et à l’idéologie de ceux qui gèrent l’appareil d’Etat. Dans notre cas, c’est conformément aux intérêts des puissances impérialistes français principalement et de ses alliés locaux, à l’idéologie néolibérale, celle des programmes d’ajustement structurel qu’a opté de mettre en œuvre le pouvoir du MPP et alliés, que la constitution de la Vème République sera conçue et élaborée. Il s’en suit que, dans le fond, la constitution en préparation aura pour objectif de créer les conditions légales favorables à la poursuite des politiques de la Banque mondiale et du FMI : privatisation sauvage, bradage des ressources naturelles (minières notamment) aux multinationales étrangères et à la minorité d’opérateurs nationaux favorables au pouvoir, blocage de la production nationale, chômage massif, surendettements massifs, du reste réclamés par les dirigeants actuels et ceux de l’opposition, système judiciaire (code pénal notamment) sévère et cruel vis-à-vis des travailleurs et des faibles et protecteur pour les patrons et les voleurs en col blanc. Ce sont les conséquences de ces politiques, qui ne produisent que pauvreté, misère et frustrations, qui ont pourtant alimenté les luttes jusqu’à l’insurrection populaire.

Avoir donc une constitution reflétant les aspirations des classes et couches sociales pauvres et opprimées à la liberté et à la justice sociale, à l’indépendance et à la souveraineté nationale, telles qu’exprimées à travers l’insurrection et la résistance populaires, avoir une constitution qui défende la primauté des intérêts du peuple ne sera possible que par la lutte. Sans une lutte ferme et déterminée, il ne saurait avoir un cadre légal en phase avec les préoccupations du peuple insurgé et résistant. C’est pourquoi la Coordination des CDAIP de la ville de Ouagadougou en appelle à la vigilance du peuple de Ouagadougou, à sa mobilisation pour exiger que la future constitution consacre les avancées révolutionnaires et les acquis de l’insurrection populaire et de la résistance victorieuse, notamment :

- Le droit à l’insurrection du peuple contre les gouvernants corrompus et oppresseurs ;
- Le droit du peuple au contrôle populaire de la gestion de la chose publique et l’obligation des élus à rendre compte de leur gestion aux populations ;
- Le droit garanti des populations à l’eau, à l’assainissement et à l’électricité ;
- Le droit des populations au travail, à l’éducation et à la santé ;
- Le droit garanti de la jeunesse à l’emploi ;
- Le droit aux libertés individuelles et collectives, notamment le droit des populations à s’organiser de façon autonome pour prendre en charge leur propre sécurité ;
- L’interdiction d’installation de bases et forces militaires étrangères dans notre pays et le départ des bases déjà positionnées sur notre territoire.

Mobilisons-nous dans les quartiers, secteurs et arrondissements de la ville au sein des CDAIP pour la prise en compte des aspirations du peuple dans la future constitution !

Pour la Coordination des CDAIP de la ville de Ouagadougou
Le porte-parole
Yacouba KIENTEGA
Ouagadougou, le 19 octobre 2016

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 octobre 2016 à 06:04, par oran
    En réponse à : Projet de nouvelle constitution : La CDAIP exige la prise en compte des aspirations du peuple

    Arrêtez de jouer aux héros. Qui êtes vous ? En sortant en octobre 2014 pour chasser Blaise soro on n’a pas demandé votre avis. Vous etes qui pour parler au nom du peuple. Pardon mais il faut arrêter de nous fatiguer et de pomper l’air.

    Répondre à ce message

    • Le 20 octobre 2016 à 08:26, par kalif
      En réponse à : Projet de nouvelle constitution : La CDAIP exige la prise en compte des aspirations du peuple

      A mon avis il faut que l’on lise ce message avec intérêt. C’est au moment où le sort des populations se décide qu’elles doivent être vigilante. sinon le réveil serait douloureux pour certain. la constitution c’est la base de toute notre société et de notre avenir. Les questions soulevées sont d’actualité justes et pertinentes

      Répondre à ce message

    • Le 20 octobre 2016 à 17:19, par Le citoyen
      En réponse à : Projet de nouvelle constitution : La CDAIP exige la prise en compte des aspirations du peuple

      Oran, juste te dire qu’il ne s’agit pas ici d’un débat de passion mais plutôt d’un débat citoyen. La constitution est la loi fondemmentale du pays. Ainsi chaque citoyen à le droit et surtout le devoir de donner sa position la dessous. Si tu as quelque chose contre les revendications des CDAIP, tu peux l’exprimer et nous échangerons. Si c’est venir dire que telle ou telle personne ou structure n’était pas à l’insurrection tu es en retard car les gens ont évolué sur ces questions.

      Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 08:31, par WHISKY
    En réponse à : Projet de nouvelle constitution : La CDAIP exige la prise en compte des aspirations du peuple

    Si VOTRE peuple par sa voie SAUVAGE ET CRIMINELLE a exprimé son aspiration à un autre mode d’organisation des rapports politiques, économiques et sociaux qui prendra en compte et garantira ses aspirations profondes à la liberté, à la justice, à l’égalité, à la dignité, à la souveraineté et au bien-être social Le PEUPLE BURKINABÉ, à qui l’imposture politique et intellectuelle accompagnée par la VOYOUCRATIE intoxiquée de la rue a refusé sa SOUVERAINETÉ et son droit à s’exprimer démocratiquement et civiquement sur un sujet auquel il était le seul DIEU de sa destinée NE S’Y RECONNAIT NI VOUS NI EN VOS PROJETS ÉHONTÉS DE RECYCLAGE

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 08:39, par WHISKY
    En réponse à : Projet de nouvelle constitution : La CDAIP exige la prise en compte des aspirations du peuple

    Si VOTRE peuple par sa voie SAUVAGE ET CRIMINELLE a exprimé son aspiration à un autre mode d’organisation des rapports politiques, économiques et sociaux qui prendra en compte et garantira ses aspirations profondes à la liberté, à la justice, à l’égalité, à la dignité, à la souveraineté et au bien-être social Le PEUPLE BURKINABÉ, à qui l’imposture politique et intellectuelle accompagnée par la VOYOUCRATIE intoxiquée de la rue a refusé le droit de s’exprimer démocratiquement et civiquement NE S’Y RECONNAIT NI EN VOUS NI EN VOS PROJETS ÉHONTÉS DE RECYCLAGE

    Répondre à ce message

    • Le 20 octobre 2016 à 11:03, par sidzabda
      En réponse à : Projet de nouvelle constitution : La CDAIP exige la prise en compte des aspirations du peuple

      Félicitions aux CDAIP qui petit à petit font un bon travail en se positionnant correctement et justement sur les questions d’actualité majeures et cela depuis près d’un an. Bravo ! Continuez ainsi.

      Quant aux personnes haineuses, qui au lieu de lire froidement les déclarations et les réfléchir, se déchainent contre ceux qui entretiennent la flamme de l’insurrection, je leur dis que la marche de notre peuple en avant, vers sa libération de ceux qui l’ont opprimé hier et qui l’oppriment toujours aujourd’hui, est irréversible. La Révolution véritable est à venir et ce peuple, qui apprend de plus en plus qu’il est trahi dans ses aspirations portées en l’insurrection, se battra pour cela. C’est du reste le sens des luttes multiples actuellement, en ville comme en campagne.

      Monsieur Whisky, quand vous retrouverez votre lucidité (et je l’espère), puisqu’actuellement vous êtes sous l’effet de la liqueur, le Whisky, vous vous rendrez compte que vous auriez mieux fait de ne rien dire.

      Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 10:47, par walay
    En réponse à : Projet de nouvelle constitution : La CDAIP exige la prise en compte des aspirations du peuple

    Je pense que l’utilisation des armories est règlementée si non il faut le faire. N’importe quel quidams ne peut pas se lever et faire ses déclarations sous les armoiries. Grand chancelier doit voir cela au plus vite. Au fond vous ne dites même pas ce que vous voulez que l’on prenne en compte mais cachez que tout ne se dit pas dans une constitution. WALAY

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 11:15, par BANOUGA
    En réponse à : Projet de nouvelle constitution : La CDAIP exige la prise en compte des aspirations du peuple

    je demande au premier intervenant de relire attentivement la dite déclaration et nous ressortir de tout ce qui est injuste (faut), on pourra ensemble analyser pour l’amélioration du dit document, en admettant que vous avez réagi consciencieusement, ça peut être naîvement aussi, sinon même si tu ignores le CDAIP ou pas, il contribue pour des luttes émancipatrices du PLEUPLE ,mais quelle est, toi, ta contribution ? si vous ne connaissez le CDAIP c’est l’occasion de le chercher.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 11:33, par Le Démocrate
    En réponse à : Projet de nouvelle constitution : La CDAIP exige la prise en compte des aspirations du peuple

    Svp CDAIP, nous ne sommes pas dans un pays communiste de l’Europe de l’Est, mais en Afrique de Ouest. Nous dites être contre l’impérialisme pourtant toutes vos théories et idéologies sordides viennent de ces pays impérialistes. Il faut apprendre à notre peuple à se prendre en charge au lieu de revendiquer des emplois pour les jeunes, vieux et que sais-je encore.... Vous devez également savoir que le peuple a compris que vous (CDIAP, Balai citoyen, M21, etc) sont des tentacules des officines mafieuses occidentales et des sectes d’illuminées dans nos pays pour perpétuer le néocolonialisme. Sachant donc que les Africains sont attachés au symbolisme, vous n’hésitez pas à prendre pour appui les images marquantes du continent comme Thomas SANKARA, KWAME M’KOURMA, LOUMOUMBA et autres pour endoctriner les jeunes et les asservir davantage. Mais sachez une chose :"quelle que soit la durée de la nuit le jour se lèvera".

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 15:01, par BANOUGA
    En réponse à : Projet de nouvelle constitution : La CDAIP exige la prise en compte des aspirations du peuple

    Il est important de comprendre ce que l’on dit : qu’est-ce que le COMMUNISME ? quelle est la vision des CMMUNISTES ? si les COMMUNISTES, un peu partout dans le monde, se battent pour l’émancipation des PEUPLES, pour de meilleures conditions de vie des MASSES, mais où est le problème ? je pense qu’il y a plutôt des groupes d’individus impérialistes et non pas des pays impérialistes, car dans tous les pays du monde il y a des COMMUNISTES et des capitalistes-impérialistes qui exploitent sauvagement les PEUPLES. il est important de ne pas confondre un être humain et un âne, on ne peut jamais les additionner. selon le sixième intervenant : "quel que la durée de la nuit le jour se lèvera". je termine pour que tu verras qui a raison. tu te déclares démocrate : c’est comme ça vous utilisez les termes pour faire perdre de vue. mais vous n’irez pas loin avec cette démagogie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés