Réaction de Dr Ablassé OUEDRAOGO, Président du parti Le Faso Autrement sur la revendication de certains responsables du MPP de la paternité de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014

lundi 10 octobre 2016 à 00h30min

Réaction de Dr Ablassé OUEDRAOGO, Président du parti Le Faso Autrement sur la revendication de certains responsables du MPP de la paternité de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014, publiée ce dimanche 09 octobre 2016 sur sa page Facebook

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Réaction de Dr Ablassé OUEDRAOGO, Président du parti Le Faso Autrement sur la revendication de certains responsables du MPP de la paternité de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014

La revendication par certains responsables du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) de la paternité de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 est malsaine, immorale et malhonnête et ne contribue certainement pas à la construction de la véritable réconciliation nationale, de la cohésion sociale sans faille et de l’unité nationale, toute chose qui par ailleurs, doit être aujourd’hui la priorité des patriotes burkinabè qui ont à cœur de relancer leur cher pays aux plans politique, économique et social, pour répondre aux aspirations de rupture et de changement exprimées par le peuple insurgé de 2014.

La déclaration tonitruante suivante du Député Alassane SAKANDE, Président du Groupe Parlementaire MPP à l’ouverture des deuxièmes journées parlementaires du Groupe MPP, le 22 septembre 2016 à Léo dans la Sissili, fait lire que « l’insurrection des 30 et 31 a été pensée et conduite par les forces politiques et patriotiques du Burkina Faso dont le MPP a été le moteur. La décision de lancer l’insurrection a été prise à notre Bureau Politique National du 25 octobre 2014 au CENASA. A César ce qui est à César ». Une telle conception des choses fait froid au dos et constitue un aveu très intéressant pour les instructions judiciaires en cours dans notre pays.
Cet aveu vient renforcer la déclaration faite, urbi et orbi, sur les médias par Dr Emile Pargui PARE, Secrétaire Chargé de la Formation et de l’Orientation Politique du MPP, se vantant d’avoir conduit l’incendie et la destruction de l’Assemblée nationale au cours de l’insurrection.

Sous d’autres cieux, une justice impartiale et indépendante aurait pu et aurait dû, grâce à son bras armé, en l’occurrence le Procureur Général/Procureur du Faso, déceler dans leurs propos, des aveux de culpabilité et faire les diligences nécessaires relativement aux dossiers des victimes de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

J’en appelle alors à une justice équitable, non seulement, sur ce point précédent mais aussi sur tous les dossiers des biens incendiés, détruits et vandalisés de nombre de leurs anciens camarades du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) et des autres Formations politiques. Nous sommes tous des Burkinabè et le Burkina Faso nous appartient tous.

Et justice pour justice, tous les membres du dernier gouvernement du Premier Ministre Luc Adolphe TIAO, ayant été ensemble inculpés pour des faits de coups et blessures, de complicité de coups et blessures, d’assassinat et de complicité d’assassinat, le parallélisme des formes impose que tous les membres du Bureau Politique National du MPP, répondent de ces aveux de culpabilité indiscutables et qui méritent d’être pris en compte et clarifiés dans l’instruction des dossiers judiciaires en cours, relatifs à l’insurrection populaire d’octobre 2014.
Ces déclarations de nos chers amis « les opposants de la 25ème heure » qui n’ont fait que quelques semaines de lutte avec le peuple pour l’avènement de la nouvelle ère, donnent de l’eau au moulin de notre justice qui se bat pour ne plus être comme ce qu’elle était avant l’insurrection populaire d’octobre 2014.

Nos ancêtres ne disaient-ils pas dans leur sagesse que : « Fo san Dou Tiiga, wa looga Vandan, Fo luitta mê », ce qui pourrait se dire en français par « A force de vouloir grimper sur l’arbre au-delà des branches, on finit toujours pas tomber ».

Pour notre Parti, « Le Faso Autrement », la véritable priorité et l’urgence dans notre pays aujourd’hui demeure la construction de la réconciliation nationale, de la cohésion sociale et de l’unité nationale, que de tels propos ne sauraient malheureusement pas favoriser. Donc, ressaisissons-nous pendant qu’il est encore temps et unissons-nous tous pour aller à cette réconciliation nationale, seul et unique gage d’un avenir de sérénité, de développement et du mieux vivre ensemble pour le Burkina Faso.

Ouagadougou, le 09 octobre 2016

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés