Commune urbaine de Kongoussi : La question des lotissements devant les populations !

LEFASO.NET | Par Oumar L. OUEDAOGO • vendredi 7 octobre 2016 à 00h22min

Suite à un rapport produit par l’inspection technique des services de son département sur les lotissements dans la commune urbaine de Kongoussi, le ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure a rencontré les populations de ladite ville située à une centaine de kilomètres au nord de Ouagadougou pour « désamorcer la tension entre populations » à ce sujet . C’était dans la matinée de ce jeudi, 6 octobre 2016 dans la salle de conférence de la mairie de Kongoussi.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Commune urbaine de Kongoussi : La question  des  lotissements devant les populations !

La question des lotissements reste récurrente dans la gouvernance globale. Le nouveau régime a promis inscrire la question (qui pollue l’atmosphère dans nombre de communes) au rang des préoccupations de sa gouvernance. C’est dans cette dynamique que le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, a effectué une sortie dans la commune urbaine de Kongoussi où il a échangé avec les populations sur les lotissements qui « divisent » en ce moment.

Et ce, sur la base d’un rapport fourni par ses services techniques sur les lotissements dans des secteurs de la commune. D’entrée de jeu, le ministre d’Etat, Simon Compaoré, a fait observer que sa démarche s’inscrit dans la dynamique que le nouveau régime entend imprimer aux questions de lotissements et que Kongoussi n’est ni la première ni la dernière circonscription à accueillir un tel exercice. D’autres communes, à l’image de Kaya (chef-lieu de la région du Centre-nord) ont été visitées et d’autres sont en attente. Selon Simon Compaoré, il n’est plus question de faire du « mouta mouta » sur les rapports relatifs aux lotissements « qui divisent les populations ».

A en croire le ministre, Simon Compaoré, la gestion des lotissements de la commune de Kongoussi a été un sujet de préoccupation pour nombre de citoyens de la commune. Elle a fait l’objet d’interpellations des autorités de tutelle, aussi bien au plan déconcentré que central. « Le processus de ces lotissements entamé en 2009 par l’obtention de l’arrêté conjoint N°2009-0050/MHU/MATD, du 15 mai 2009, portant lotissements des secteurs 1, 5 et 6 s’est achevé avec l’établissement en novembre 2012 des procès-verbaux d’attribution de 5 109 parcelles. Sa gestion semble avoir divisé les populations de la ville et contribué à dégrader le climat social au point de créer une crise de confiance entre certaines populations et l’administration locale », a introduit le ministre de tutelle, Simon Compaoré.

C’est au regard de cette situation qu’une équipe de l’inspection technique des services a été envoyée, du 4 au 8 juillet 2016, dans la commune pour mener des investigations avec pour objectifs de s’assurer de la conformité des opérations de lotissements aux textes en vigueur et de la régularité des attributions des parcelles dégagées. Cette équipe a mené ses investigations à travers un travail de collectes d’informations sur les lotissements, explique-t-il. Avant la présentation du rapport à l’assemblée par les enquêteurs, Simon Compaoré a exhorté chaque acteur à cultiver un esprit de tolérance, de conciliation mais surtout à accepter le principe, l’application stricte des textes relatifs aux lotissements. Il entend par là également, la mise en œuvre des recommandations formulées dans le rapport d’investigations.

A en croire l’inspection technique des services, la tension était palpable au sein des populations lors de son passage. Selon les auteurs du rapport, en matière de lotissements, tout commence par l’autorisation de lotir ; ce qui a été obtenue par la commune, indique le rapport. Cette étape est suivie du recensement des populations pour identifier les résidents, les non-résidents et les demandeurs simples. Les attributions doivent se faire en donnant la priorité aux résidents propriétaires, aux non-résidents propriétaires et enfin, aux demandeurs simples.

Il n’est donc pas logique qu’un demandeur simple ait une parcelle pendant qu’un résident n’en a pas, souligne le rapport. Le rapport note également des insuffisances dans le recensement, l’absence d’arrêté de fin d’attributions, un manque de critères clairs d’attributions et des attributions faites sur la base de documents non-conformes.

« Je n’ai pas de message à exprimer, seul Simon Compaoré a le dernier mot »

JPEG - 57.5 ko
Maire Daouda Zoromé

En réactions, le maire, Daouda Zoromé (maire à sa propre succession, élu sous la bannière du CDP) a regretté que l’équipe se soit contentée de recueillir les informations auprès des mécontents sans approcher le Conseil municipal. Il s’est ensuite étalé sur la démarche adoptée par l’équipe du Conseil municipal dans ces opérations de lotissements. Pour le maire, l’association à la base de la venue de l’équipe de l’audit « Mouvement justice pour tous pour les lotissements » est simplement une organisation politique constituée de responsables et de conseillers du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) et non une association de la société civile.

Sur l’arrêté de constatations de fin d’attributions, le maire a soutenu que le processus était en cours, lorsqu’est survenue l’insurrection populaire (octobre 2014) à la suite de laquelle, les conseils municipaux ont été dissouts et les bureaux scellés. Donc, impossible de prendre cet arrêté, poursuit-il avant de s’en remettre : « Je n’ai pas de message à exprimer, seul Simon Compaoré a le dernier mot ».

Selon des intervenants, les attributions multiples soulevées par des plaignants sont dues aux accords entre le Conseil municipal et les propriétaires terriens selon lesquels, sur un hectare de terrain cédé aux lotissements, quatre parcelles doivent revenir au propriétaire.

« Ces enquêteurs n’ont jamais rendu visite aux personnes ressources de kongoussi, c’était bien qu’ils se rendent à la base. Ils se sont simplement contentés de recueillir les propos des plaignants. Kongoussi a été créée avant l’administration et il faut vraiment consulter les personnes ressources pour pouvoir faire un bon diagnostic pour des solutions réelles. La question de la terre est complexe dans notre société et il faut en tenir vraiment compte dans les approches. C’était nécessaire, quel que soit le temps que ça allait prendre. Ce n’est pas le maire qui a demandé les lotissements, ce sont les populations elles-mêmes, les propriétaires terriens », explique Inoussa Sawadogo, attributaire de parcelle.

Le ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, a, d’une part, réaffirmé la nécessité de travailler à trouver une issue heureuse pour tous et, d’autre part préserver la cohésion sociale. Il a prôné l’esprit de tolérance et de fraternité entre les populations. C’est pourquoi a-t-il proposé la mise en place d’une commission regroupant toutes les sensibilités pour se pencher sur la question.

Des citadins réagissent…

Issa Kinda, secteur : Même s’il y a des mécontents dans les lotissements, le nombre de personnes satisfaites dépasse celles-là qui se plaignent aujourd’hui. Il faut que les gens soient sincères pour que tout puisse aller. Il faut que le ministre nous aide à mettre fin à cette situation afin que la cohésion sociale puisse demeurer. C’est tout ce que nous demandons. Moi, je ne vais pas me livrer à des analyses politiques de la situation comme d’autres, tout ce que je demande, que le ministre puisse nous aider à résoudre le problème dans la commune afin que nous puissions tous travailler pour le développement.

Sougronoma  : Nous sommes sortis pour dire que les lotissements ont été généralement satisfaisants. Certains disent que les troubles sont de la manipulation politique de l’autre camp mais je ne pense pas. A mon avis, ce sont simplement des incompréhensions entre certaines personnes ; les gens ne se comprennent pas.

JPEG - 44.9 ko
Omar Kinda

Omar Kinda, secteur 1 : A mon avis, ceux qui s’agitent aujourd’hui ont des raisons politiques. C’est simplement cela, parce qu’il n’y a aucun problème dans les lotissements. C’est le fait que le parti au pouvoir n’ait pas eu la mairie qui a entraîné tout ce problème. Cela fait environ quatre fois qu’il y a audit ici mais rien n’a été trouvé comme problèmes. Donc, on ne s’attendait du tout pas à une telle mission du ministre (de tutelle) parce qu’il n’y a pas de problèmes. J’étais même surpris, quand j’ai appris ce matin l’arrivée du ministre. Nous demandons à ceux qui sont à la base des troubles de laisser la commune en paix. C’est tout ce que nous souhaitons.

Denis Derra : Moi, je voudrais simplement supplier les autorités actuelles, de faire pardon pour que celui qui a remporté des élections puisse gouverner. C’est cela le sens des élections. Si c’était la force-là, même eux-mêmes ils ne pouvaient pas faire partir Blaise Compaoré. Blaise (Compaoré) est parti parce que la vérité n’était plus avec lui, il a voulu faire la force aux Burkinabè. Dieu impose le juste et il faut qu’ils réfléchissent et laissent ceux qui ont remporté les élections conduire les circonscriptions pour la paix et la stabilité.

JPEG - 48.9 ko
Jean-Baptiste Sawadogo

Jean-Baptiste Sawadogo, secteur 4 : C’est simplement le fait d’avoir raté la mairie de Kongoussi qui a entraîné cette situation. Je suis propriétaire terrien et le maire a fait le travail convenablement et à respecter ses engagements vis-à-vis des propriétaires terriens. Tous ces mouvements d’humeur sont de l’orchestration politique. Les gens ont perdu le pouvoir à Kongoussi et il faut qu’ils l’admettent, c’est tout.

O. L. O
Lefaso.net

Portfolio

  • Sougronoma
Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 7 octobre 2016 à 04:55, par Abdoulaye
    En réponse à : Commune urbaine de Kongoussi : La question des lotissements devant les populations !

    cette séance était purement un procès politique.tout le monde a pu sentir que le mpp a mal digéré la perte d’une mairie de commune urbaine et il faut passer par tous les moyens pour la récupérer.nous attendons de voir si le ministre fera le même exercice dans les communes dirigées par le mpp et où il y a aussi des contestations sur le lotissement.toute oeuvre humaine est imparfaite et je vois mal Simon compaoré qui traîne assez de casseroles dans des rapports de corruption venir juger un maire devant sa population.mais tout compte fait,leur objectif n’a pas été atteint car les gens ont compris et tous les intervenants ont soutenu le maire.le mpp est en train de creuser lentement mais sûrement sa propre tombe.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 08:37, par kere
    En réponse à : Commune urbaine de Kongoussi : La question des lotissements devant les populations !

    MPP Mouvement des Postes Perdu o Burkina Faso ...

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 08:59, par Joseph Traoré
    En réponse à : Commune urbaine de Kongoussi : La question des lotissements devant les populations !

    IL suffit de dire à tous ceux et à toutes celles qui étaient résidents et non résidents qui avaient les papillons et qui n’ont pas eu des parcelles de venir montrer leurs documents. Il y a vraiment eu quelque chose d’indescriptible dans l’attribution des parcelles. Moi j’avais un non loti et un papillon mais je n’ai rien eu. Des jeunes élèves dormaient dedans. J’avais meme fait un w externe. IL N’Y AURA JAMAIS D’EQUITE NI DE SEMBLANT DE JUSTICE dans ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 10:30, par B.MAHAMADI
    En réponse à : Commune urbaine de Kongoussi : La question des lotissements devant les populations !

    on vous a bien compris Monsieur le ministre. rien que des fins politiques, personnellement j’étais simple demandeur de parcelle je n’ai pas eu mais c’est vous qui nous informer que la population se plaint des lotissements.quel est le bien fondé de cette mission si ce n’est que gaspiller nos maigre ressources ? vous dites qu’il n ya pas d’argent et vous faites des dépenses inutiles
    si M Zoromé était du mpp on allait pas vous voir ici pour ces histoires encensées là

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 15:45, par LE KONKIS
    En réponse à : Commune urbaine de Kongoussi : La question des lotissements devant les populations !

    A l’analyse des interventions des uns et des autres, la conclusion qui puisse être tirée est que le pouvoir MPP ne trouve son compte que dans le désordre. Donc meneurs de luttes organisées, ouvrez l’œil et surtout le bon.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 19:48, par PYROMANE
    En réponse à : Commune urbaine de Kongoussi : La question des lotissements devant les populations !

    EH !! Simon !
    Tu n’as pas dis que c’est toi qui aime le feu ? Mais tu ne mettras pas le feu à Kongoussi !
    As tu fais ton audit sur ta gestion des parcelles à la mairie de Ouaga ? Commence par là d’abord après on verra. N’oublie jamais qu’une roue ça tourne et même parfois très vite !
    Pourquoi d’ailleurs prônes tu la tolérance et en même temps le respect de la loi ?
    AH tu veux bien qu’on te pardonne et bien foutre le feu aux autres ! quelle mentalité ? vraiment

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 20:56, par Dounia
    En réponse à : Commune urbaine de Kongoussi : La question des lotissements devant les populations !

    Beoog me Yamb bée poore. Ca été bon où ça et que d’autres ont eu pour revendre et que d’autres non rien eu malgré leurs non lotis

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2016 à 17:17, par sidbe
    En réponse à : Commune urbaine de Kongoussi : La question des lotissements devant les populations !

    je suis d’avis avec le ministre.daouda lui seul à avoué devant la commission de l’assemblée nationale avoir obtenu à lui seul 203 parcelles et ses adjoints 100 parcelles.même si daouda est propriétaire terriens il n’a pas 1 km2 2 00 de terre pour obtenir ces parcelles.s es adjoints non plus.soyons sincères .NE voyons pas tout politiquement.ses enfants ont distribué des parcelles a des putes a kongoussi.oeuvrons a développé kongoussi .si le conseil municipal de l’époque s’est enrichi au détriment de la population qui la mise .en
    places il es normal qu’il paie. nous comprenons maintenant le pourquoi il a forcé pour se maintenir à la tête du conseil municipal.il a payé des conseillers de son parti et d’autre partis.nous les fils de la commune nous oeuvrerons pour que justice soit rendu à nos parents.il n’y échappera.la justice est là pour tout le monde.

    Répondre à ce message

    • Le 11 octobre 2016 à 10:47, par Alias Niala Ben Chadrack
      En réponse à : Commune urbaine de Kongoussi : La question des lotissements devant les populations !

      Mettons la politique de coté et analysons objectivement les faits. Soyons sincères avec nous-mêmes et Dieu.
      Daouda que vous voulez défendre reconnait en âme et conscience devant les auditeurs qu’il s’est accaparé des plusieurs parcelles aux profits de lui-même et de ses acolytes.
      Le lotissement ans la ville de Kongoussi, s’est très mal déroule et il faut que cette affaire se tire au clair. Nous n’admettrons plus jamais que les ressources et patrimoines que nous ont léguer nos parents soient détenus entre les mains d’une minorité inconsciente et insoucieuse du développement durable tant souhaité par tous !

      Nous réclamons la justice !

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés