Assainissement du fichier des partis et formations politiques : 20 partis font l’objet d’une sanction administrative

mardi 6 septembre 2016 à 23h25min

Ceci est un communiqué de la direction de la communication et de la presse ministérielle du ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure.

Assainissement du fichier des partis et formations politiques : 20 partis font l’objet d’une sanction administrative

Dans le cadre de l’assainissement du fichier des partis et formations politiques légalement reconnus au Burkina Faso et conformément aux délibérations du Conseil des Ministres en sa séance du vendredi 08 juillet 2016, le Ministre en charge des libertés publiques, dans un communiqué en date du 1er août 2016, invitait les dirigeants des partis et formations politiques à se conformer aux dispositions de l’article 19 de la loi n°032-2001/AN du 29 novembre 2001 portant charte des partis et formations politiques au Burkina Faso. Vingt (20) partis et formations politiques des 42 épinglés, à la date du mercredi 31 août 2016 ne s’étaient pas encore conformés.
Ce sont :

1. Action Solidaire pour la Démocratie et le Développement (A.S.D.D) ;

2. Alliance pour le Progrès et la Liberté (A.P.L)  ;

3. Convention pour la Démocratie et la Liberté (C.D.L) ;

4. Congrès des Nations Africaines/Burkina Faso (C.N.A/BF) ;

5. Conseil National pour le Changement (C.N .C) ;

6. Front Démocratique Républicain (F.D.R) ;

7. Ligue Nationale pour la Démocratie, les Mouvements Coalisés pour l’Alternance Démocratique au Burkina Faso (LINAD/MOCLAD/BF)  ;

8. Mouvement d’Action Culturelle pour l’Ennoblissement de la Politique(M.A.C.EN.POL) ;

9. Mouvement des Intellectuels pour le Développement (MIDE) ;

10. Mouvement pour la Démocratie et la Liberté (MO.DE.L) ;

11. Mouvement Progressiste Africain (MPA)  ;

12. Parti des Forces Indépendantes pour le Développement (PFID) ;

13. Parti Libéral du Burkina (P.L.B) ;

14. Rassemblement pour le Développement du Burkina (R.D.B) ;

15. Renaissance Démocratique et Patriotique au Faso (R.D.P.F)  ;

16. Rassemblement Démocratique et Populaire (R.D.P)  ;

17. Rassemblement Patriotique du Salut (R.P.S) ;

18. Union des Forces Centristes (U.F.C) ;

19. Union des Forces Progressistes (UFP) ;

20. Union pour la Renaissance Démocratique/Mouvement Sankariste(U.R.D/M.S)

Le délai étant passé, il leur sera fait application des dispositions de l’article 29 de la loi précitée qui précisent que « Lorsque le parti ou la formation politique ne respecte plus ses propres statuts relatifs à son fonctionnement régulier, le Ministre chargé des libertés publiques peut lui adresser un avertissement lui enjoignant de respecter ses statuts ».

Cet avertissement dure deux (2) semaines, à l’issue duquel le parti ou la formation politique en irrégularité sera suspendu pour trois (3) mois maximum. Au-delà de ces trois (3) mois, si rien n’est fait, la sanction suprême est prise : la dissolution.

La Direction de la Communication et de la Presse Ministérielle du MATDSI

Messages

  • De vous à moi, que pouvons-nous espérer d’un parti comme : Ligue Nationale pour la Démocratie, les Mouvements Coalisés pour l’Alternance Démocratique au Burkina Faso (LINAD/MOCLAD/BF){{}} ? Eh, Wendé !

  • Nos différents textes ont vraiment besoin de toilettage. Ces différents parties cités, nous le savons tous sont juste créés pour divertir le citoyen burkinabé. Ils ne sont porteur d’aucune idéologie,d’aucun projet de développement. La seule chose qui sous tend leur existence c’est la subvention de l’Etat. Supprimez moi cette subvention et vous verrez qu’ils disparaîtront d’eux mêmes.

  • Internaute 1, tu a raison ! Nombreux sont ceux là qui ont échoué par le simple fait de la dénomination du parti. Lisez vous même : LINAD/MOCLAD/BF, M.A.C.EN.POL, A.S.D.D, .....avec ces noms, on peut pas tenir un congrès !

  • je suis d’avis qu’il faut procéder ainsi et supprimer la subvention aux partis politiques . Ceux qui sont créés pour divertir ou pour faire le nombre en cas de dialogue ou de conférence nationale doivent mourir de leur belle mort et non pas dégoutter les jeunes de la chose politique devenue comme le champ de prédilection des nuls et aventuriers en tous genres !

  • Il ne faut plus permettre à quiconque d’abuser du peuple. Voici mes 4 petites propositions pour décourager les plaisantins :
    1- Tout parti politique doit avoir un siège (une adresse physique) avec un personnel administratif au minimum de 3 argents régulièrement engagés et déclarés à la cnss
    2- Tout parti politique doit avoir un minimum de 50 milles membres sur toute l’étendue du territoire
    3- Tout parti politique, qui au cours des élections municipales n’arrivent pas à faire élire un minimum de 50 conseillers municipaux est soumis à une amende de 5 millions fcfa
    4- Tout parti politique qui présente un candidat aux élections présidentielles et ne recueille pas un minimum de 5% des voix est soumis à une amende de 15 millions fcfa

  • Cessez de nous casser les oreilles avec des communiqués.qui n’en finissent pas et passer à l’acte. Le délai étant expiré, il n’y a pas lieu de tergiverser. La sanction devait tomber.

  • Arrêter donc Bonkian et Gambo pour le massacre de Koudougou en octobre 1987

  • Lourdeurs administratives, quand tu nous tiens !
    Le 18ème et le 20ème Partis cités sur ce communiqué ont respectivement tenu leur Congrès le 25 et le 27 août 2016. Leurs documents ont été déposés respectivement le 30 et le 1et septembre 2016.
    Comment se fait-il qu’un communiqué signé et ventilé le 5 septembre 2016 mentionne encore ces 2 partis comme ne s’étant pas mis à jour alors que leurs textes et PV sont bel et bien entre les mains du Ministère (MATDSI) ?

  • Merci Franc. Il faut arrêter le financement des partis politiques pour financer les besoins des populations. Les partis politiques sont plutôt des regroupements de personnes pour soutenir un individu ainsi donc, que les leaders de partis trouvent des stratégies pour financer leurs actions. Et si le regroupement est sur la base d’un programme alors que les personnes mobilisées pour la mise en oeuvre du programme finance mettent la main à la patte pour financer leurs campagnes.

  • Un adage populaire dit que l’union fait la force.
    L’émiettement des forces politiques n’est pas constructif, regroupez-vous.
    Que les queues de rats retournent dans leurs trous. IL n’y a pas cent projets de développement pour le Burkina Faso.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés