L’Amour et la liberté selon Pélagie Pegdawendé Nabolé

lundi 22 août 2016 à 13h04min

Après « Le Péril » en 2012, « Nos impossibles Amours » est le titre du second ouvrage de Pélagie Pegdawendé Nabolé. Ce recueil de trois nouvelles, édité aux éditions Vivre-Ensemble, a été présenté au public le samedi 20 août 2016.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
L’Amour et  la liberté  selon  Pélagie Pegdawendé Nabolé

La liberté de choisir, d’aimer, d’assumer ses choix et ses responsabilités : ce sont les questions sur lesquelles la jeune écrivaine se penche dans son œuvre intitulée « Nos Impossibles Amours ».

Du monologue avec l’amant perdu à jamais dans « Mes chimères », puis de l’exceptionnel courage de Wassongo « Pour l’amour de ma patrie », en passant par l’incroyable histoire du mariage raté « L’amour : le cœur ou la raison », Pélagie Nabolé fait un plaidoyer, celui de se battre pour vivre ses propres choix en toute liberté et responsabilité.

« Nous avons tous vécu un impossible amour parce qu’il nous a été refusé par des us et des coutumes. Nous n’avons pas eu assez de courage pour nous battre jusqu’à la fin, parce que les autres ont décidé à notre place. Nos impossibles Amours est une interpellation à donner une place à la liberté dans l’amour, à laisser chacun le courage à aller jusqu’au bout de ses choix ».

Et Pélagie Nabolé d’ajouter que : « Certains qui ont pris connaissance du livre ont eu des soupçons ou ont cru que je racontais mon histoire personnelle. Certes, l’écrivain n’écrit jamais en dehors de sa vie mais Nos impossibles Amours résulte d’une expérience collective ».

Dans un style empreint de poésie, l’auteur présente la femme, Lilas (première nouvelle) ou Florence (deuxième nouvelle), sous plusieurs facettes : un être ayant des qualités et des défauts, qui peut porter l’amour ou le détruire.
Pour le parrain de la cérémonie, Baba Hama, la parution du second livre de Pélagie Nabolé est à saluer. « Les femmes sont rares dans le monde littéraire burkinabè. Pélagie n’a fait qu’ouvrir la voie, tout en emboitant aussi les pas déjà tracés par ses ainées… » a-t-il indiqué. Puis, il poursuit : « C’est déjà une plume, du point de vue de l’écriture, c’est un auteur qui est plus ou moins confirmé. Ce livre est un chef -d’œuvre ».

L’auteur, pour sa part, indique que sa nouvelle œuvre est celle de la maturité, « par rapport à mon premier livre, j’ai beaucoup appris concernant les techniques d’écritures ».

Etudiante en année de Master 2 en communication humanitaire et solidarité à l’université Lyon 2, Pélagie Nabolé écrit son premier roman « Le Péril » à l’âge de 16 ans. Après « Nos impossibles Amours », cette passionnée de la littérature depuis le bas âge, promet un troisième ouvrage à ses lecteurs. « Dans deux ans, le troisième ouvrage sera prêt et ce sera un roman qui va traiter de la problématique de l’accès de la femme à l’emploi » a-t-elle annoncé.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 août 2016 à 14:31, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
    En réponse à : L’Amour et la liberté selon Pélagie Pegdawendé Nabolé

    1. Du courage pour ces oeuvres d’esprit. Une autre façon de booster notre economie, c’est aussi d’aller à la recherche d’une nouvelle consommation : la consommation des choses idéelles. Au lieu d’être là tout le temps, "zouter moi du riz". Ce nouveau marché creera de nouveaux emplois, elevera la qualité morale et intellectuelle de la société, et propulsera notre economie dans l’espace geostationnaire. C’est pour cela que je dis que le developpement de l’Afrique, le vrai, mieux que la formule des occidentaux, passe par la linguistique et ses derivés.
    2. Parlons Securité Routière : avis aux journalistes ...
    Le feu orange est un feu de transition et non un feu imperatif. L’implementation de cette mesure est une fuite en avant de nos Policiers. En realité, l’implementation de ces infractions demande un investissement structurel en plus de l’investissement comportemental (Cf "securité structurelle et securité comportementale") Malheureusement, nos Policiers, taisent la responsabilité des pouvoirs publics et font de la FORCE BRUTE sur les usagers : en realité, tous les feux tricolores doivent être chronometrés comme ceux du pont Kadiogo vers Gounghin avant qu’on n’exige du citoyen de s’arrêter aux feux oranges. Opinion Publique, prenez-en connaissance !

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 11:09, par Namalgué0
    En réponse à : L’Amour et la liberté selon Pélagie Pegdawendé Nabolé

    Bien dit Mr ! Surtout pour le point 2 ! Essayons de nous comprendre et nous en profiterons tous ! Nous devons nous inviter à un meilleur comportement sur nos routes, et nous rappeler que même lorsqu’on préfère ne plus vivre, cela ne nous donne pas le droit de vouloir disposer d’une vie que nous ne nous sommes pas donnée par des comportements suicidaires, risquant du coup celle des autres ! Aux FDS, je demande de ne pas risquer leur vie et celle d’un plus grand nombre en poursuivant des individus (HOMMES d’1 autre genre !!!!) indisciplinés. Si vous le faîtes, nous ne vous comprendrons pas toujours et ce n’est pas interessant !
    Pour le point 1, je souhaiterais de Bernard L K des explications pour savoir comment la consommation des choses idéelles pourrait impacter de façon significative notre économie ? Ma petite tête n’arrive pas comprendre !

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 19:07, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
    En réponse à : L’Amour et la liberté selon Pélagie Pegdawendé Nabolé

    Merci Intervenant 2 Namalgué. Idéelle contient idée, choses idéelles = tout ce qui relève du mondes des idées, des valeurs morales, intellectuelles,etc...Savez-vous combien de gens aux USA ont fait fortune du fait de simples idées ? L’electricité a été decouverte et n’etait qu’une idée de labo, Thomas Edison est venu nous la rendre plus qu’utile : SONABEL et autres ..EL.
    Savez-vous combien d’artistes seraient bien si nous apprecions à sa juste valeur "les droits d’auteurs"  ? A ce sujet, nous sommes à près de 90% tous des voleurs. Mais on ne s’en rend pas compte pcq on pense que la realité IDEELLE est moindre que la réalité SOMATIQUE (boire, manger, roter dans l’immediat). Il ya plein de choses à dire. Pour resumer il s’agit d’instaurer les grandes valeurs intellectuelles en plus des valeurs morales classiques. Regardez l’Europe, ça été d’abord les idées. Nous avons beaucoup de besoins que nous sommes incapables de monetariser. Bref, on garde le contact. Et des idées concrètes, simples, triviales pour demarrer, j’en ai plein. Mais l’heure et le contexte ...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés