« Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

dimanche 21 août 2016 à 20h36min

Suite à la publication du mémorandum la dernière, dans lequel il a dénoncé la gestion du parti, Parti pour la renaissance nationale (PAREN), Laurent Kilachu Bado, fondateur dudit parti, a animé une conférence de presse ce samedi, 20 août 2016 à l’espace Gambidi, Ouagadougou, pour ‘’éclairer l’opinion’’ sur les faits. A l’issue des échanges, l’enseignant de droit public s’est voulu clair : le parti ne se fera pas sans Tahirou Barry, président actuel du parti. Mais, il ne se fera pas avec Carlos Toé (secrétaire chargé des questions politiques, directeur national de campagne à l’élection de novembre 2015)

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

Pour le principal animateur de la conférence, Pr Laurent Bado, président du comité de transition du PAREN, il s’agit par cette rencontre avec la presse, de donner l’information la plus vraie, la plus juste, la plus pure sur l’étalage médiatique de son mémorandum sur la gestion du PAREN par Tahirou Barry. « Depuis que Barry a été désigné le 27 juin 2010 comme président du PAREN, il s’est évertué à écarter des instances dirigeantes, tous les précédents cadres dirigeants, dont beaucoup ont été amenés à offrir leur démission du parti. La suite a démontré qu’il entendait asseoir un PAREN à lui sur les cendres du PAREN que j’ai créé ! », a-t-il déclaré.

Ce qui s’est traduit, dit-il, par la démission de nombreux cadres du parti dont l’enseignant Abdoul Karim Sango, le président successeur du président-fondateur à la tête du parti, le vice-président, Zakaria Sorgo et bien d’autres dans les instances dirigeantes. A en croire Laurent Kilachu Bado, l’intention était de résoudre cette crise en famille politique sans que cela ne fasse un grand bruit. Mais hélas, convainc-t-il, le document (mémorandum) qui était destiné à des responsables politiques, s’est retrouvé sur les réseaux sociaux. Ce qu’il a qualifié de trahison d’un des leurs. A en croire M. Bado, Tahirou Barry, au-delà de vouloir s’approprier le parti, a voulu sa tête. Et il prend pour preuve que la campagne (présidentielle et législative couplée) qu’il a menée dans la région du Centre (province du Kadiogo où il était tête de liste), il n’a reçu aucune somme du président Barry. Pour lui, il s’agissait-là d’une intention de le voir échoué. ‘’Mais, Dieu est puissant, je suis élu’’, note le député Bado.

Le ‘’Cas’’ Carlos qui irrite le fondateur du PAREN !

Le fondateur du parti semble avoir pouvoir pardonner à ‘’tous’’, sauf à Carlos (secrétaire chargé des questions politiques, directeur national de campagne à l’élection de novembre 2015). Pour M. Bado, c’est ce dernier le bras armé de Tahirou Barry pour la destruction du parti. « Imaginez par exemple que ce Carlos, je ne le connaissais pas avant, est allé jusqu’à … , je cite : le PAREN de Laurent Bado est mort, vive le PAREN de Barry », s’insurge Laurent Bado. « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos, parce qu’il a commis de graves fautes. Vous savez ce qu’il a dit, aux militants du parti ? Que je suis un grand gueulard mais que lui est plus grand gueulard que moi. (…).

En ce qui me concerne, je ne fais pas d’exclusion, en dehors de Carlos. Où c’est Carlos ou c’est moi. Ça, c’est clair. Quant à Barry, je lui demande simplement de reconnaître et de demander pardon. Plusieurs fois, il a demandé pardon mais le lendemain il a continué. Je demande à mon fils Barry (Tahirou), d’ouvrir l’œil et le bon, de ne pas se tromper. Je suis prêt à pardonner toutes les fautes qu’il a commises parce que, je suis un homme de pardon mais les gens ne me connaissent pas, ils me connaissent mal », a-t-il déclaré, précisant que les jours à venir seront consacrés à la recherche de solutions à cette crise dans « l’intérêt du plus grand parti d’idées du Burkina Faso ».

A l’en croire, des militants réclament qu’il mette fin à l’aventure de Barry. « De ce fait, j’étais obligé de prendre ma responsabilité. (…). J’ai estimé que trop, c’est trop et qu’il faut mettre de l’ordre », situe M. Bado pour qui, il s’agit pour le fondateur qu’il est, de rétablir la cohésion au sein du parti (conformément à l’esprit du parti). « Notre pays ne va pas avancer, s’il y a une espèce rare qui passe le temps à parler mal, à parler de choses qu’elle ne connait pas », dit-il de ses détracteurs qui le prennent pour un dictateur. « Je dis la vérité, je ne sais pas mentir. Si je mens à quelqu’un, c’est comme si j’étais faible devant lui. Or non, je ne prétends pas être faible devant quelqu’un ; c’est pour cela je dis toujours la vérité. Un point, un trait », souligne le principal orateur à cette conférence de presse.

‘’ Le PAREN, parti le plus riche en idées mais le plus pauvre en argent ’’

Au cours de la rencontre, Laurent Bado s’est insurgé contre la façon dont certains perçoivent la politique. Pour lui, la politique consiste à défendre des valeurs ; raison pour laquelle, en tant que croyant, il s’y serait investi. « Je fais la politique par principe religieux… », soutient-il. Par un regard sur des questions liées à la vie nationale, Pr Bado a annoncé une pétition populaire sur l’homosexualité. « Je ne suis pas contre les homosexuels. Qui vous dit que moi-même, je ne suis pas un pédé ? Je ne vous comprends pas ! Mais, je refuse qu’on réclame ça comme une liberté. Les occidentaux ont une mauvaise conception de de la liberté, très mauvaise. C’est pour cela que je lutte. Ce n’est pas plus compliquer que cela. Mais, comme nos gouvernants ne peuvent rien, sont faibles en Afrique ; tu refuses, on ne te donne plus de l’aide. Par contre, si c’est le peuple lui-même, qui vote la loi, qui oblige le Parlement, le pouvoir, à dire non à l’homosexualité, non au mariage de personnes de mêmes sexes (c’est une honte), ça passe. Si j’étais Président du Faso, j’allais demander à deux pédés de faire l’amour devant nous tous… Là, ils allaient avoir honte. Non, c’est bête quoi ! », s’est insurgé Laurent Bado.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 21 août 2016 à 01:34, par Yhibi
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Le fondateur du PAREN a raison. Barry travaille pour son clan. Je prends un cas concret. Le Ministère des Arts et de la Culture a lancé un appel d’offre aux jeunes artistes qui ont des maquettes ou des manuscrits à saisir leurs chances pour se faire produire ou éditer. Chose bizarre les regions des Hauts-Bassins et du Centre-Ouest ont été ecartées on ne sait pourquoi. Quand quelqu’un est ministre il doit travailler pour tout le pays et non exclure certaines regions du pays. Barry vient de demontrer que la jeunesse s’est trompée en fondant son espoir sur lui. Même s’il avait gagné les elections la jeunesse le regretterait, comme quoi c’est au pied du mûr qu’on reconnait le vrai maçon.

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 02:27, par rialé
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    mr BADO est prêt à faire l’amour avec sa femme devant nous tous si je suis son raisonnement. cela ne serait pas honteux ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 05:42
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    "Si j’étais Président du Faso, j’allais demander à deux pédés de faire l’amour devant nous tous… Là, ils allaient avoir honte. Non, c’est bête quoi ! », s’est insurgé Laurent Bado."

    Cette fois-ci le fou de Zoula est compiletement fou.

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 06:04, par mbabiiga
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Hoop ! Le général Bado, toujours égal à lui même, courage à vous !

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 09:17, par Valea
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Content avec Laurent Bado quand il évoque le cas des homosexuels. Ils sont vraiment bêtes ces pègres d’homosexuels et il faut les éradiquer au Burkina Faso. Par contre concernant le ministre Barry, je lui demande d’être indulgent avec lui parce que apparemment c’est son entourage qui l’a mis en erreur. Il doit réparer son parti là où c’est gâté et laisser Barry en place au gouvernement, sinon ça peut déstabiliser le nouveau gouvernement qui n’en a pas besoin en ce moment parce qu’il faut travailler pour relever le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 09:27, par désiré
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Plein de contradictions ce corrompu confère affaire 30 000 000 avec le chat noir du Nayala, comment peux tu dire que tu es un homme de pardon et que tu ne vas pas pardonner à Carlos. Quitte dans ça vieux corrompu

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 10:00, par Burkinbi
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Ce monsieur raconte des inepties.
    Il est mort politiquement avec Paren de parti.

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 10:44, par Sheiky
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Un oeu triste tout ça. Malheureusement, Pr BADO doit se rendre compte que la politique n’est qu’un jeu de ruse, mais pas d’intelligence pure. Salif DIALLO avec son mentor Blaise en sont les modèles au Faso. J’ai toujours pensé que Tahirou n’est pas aussi angélique qu’il y parait et en plus l’appetit vient en mangeant et il se rapproche du pouvoir et de ses démons.
    Néanmoins, le PAREN doit préserver un peu son essence d’origine. Si des gens ont d’autres visions ou ambitions et sont confiants de leur assise politique, ils peuvent tout simplement aller créér leur parti. Ce n’est pas honorable de s’accaparer ainsi de l’oeuvre "personnelle" d’une personne de son vivant. Le prof a le devoir de faire face à cela pendant qu’il a encore la possibilité. Je trouve qu’il est même assez tolérant envers son président.
    Mais le reste doit se faire en famille. Evitez-nous ces déballages. Pour reprendre le prof, notre pays est à la croisée des chemins et à besoin de l’effort de tous pour sortir de l’ornière.

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 10:51, par Daoud
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Tempête dans un verre d’eau. Un pseudo parti avec un illuminé à sa tête, qui pour l’abattre avec un pistolet, il suffirait de tirer 10m au-dessus de sa tête. Là, on est sûr de l’avoir en plein complexe de supériorité.

    Enfin, le prof Bado s’est fait roulé par son fourbe de Barry, opportuniste devant l’éternel.

    Vivement le 1er remaniement pour assainir l’équipe gouvernementale. Il y va de la crédibilité de l’exécutif.

    Daoud.

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 11:07, par Alexio
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    MOn Professeur laissez tomber vos elucubrations qui n ont rien avoir avec la politique. Pourquoi haussez vous toujours votre moi au detriment des autres ? Vous Jesus, la verite ? Non je dirai que la verite que vous vous appuyez la- dessus est conventionelle et circonstancielle en leiu et en temps.

    Les verites dhier, les mensognes d aujourdhui. Concernant l homosexualite vous l emputer a la culture europeene, comme quoi que l Afrique n a pas ses homos est vulgairement faux. Bibliquement vous le saviez lhistoire de Babylone, l actuel Irak. Ou l homosexualite etait
    coutume. Donc pas europeen comme on l entend par vous.

    Les speculations religieuses ont attribuees Babilone comme la Source de l homosexualite a son temps. L anaphabetisme et son impact avait jouer son tour et role a ses hypotheses.

    Avec les sciences du savoir aujourdhui beaucoup denos savants proposent la malformation genetique dans le cycle de la grossesse. Les kromosomes.

    Quand a votre parti le PAREN votre influence sur ce parti n est pas de la saintete, puisque vous vous attribuez un role toujours au.dessus meme du Leader comme le maitre et son eleve qui entrave ses competances et ambitions pour renouveller son Parti. La meme chose
    qu un chef dentreprise dans ce role assigne.

    C est retrodrades vos propos ou bien vos lecons de la morale politique qui ne tiennent pas debout dans ce contexte. Le roi est le roi, vive le roi.

    Vos reglements de comptes sont un conflit d interets. Et Carlos ne veut pas marcher au pas pour vous.

    Je vous recommende la retraite pour sauver le peu de respect qui vous reste, avant que cela ne soit trop tard.

    La transition generationnnelle nese passe jamais sans remous menage.

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 11:10, par Africa
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Pathétique d’assister à l’effondrement d’un édifice de la valeur du parent Bado ! Le parent, Fondateur du PAREN, veut-il instaurer une gérontocratie au sein de sa formation ? Pire, le culte de la personnalité fait-il partie de sa doctrine de 3ème voie ?
    Selon le sit web Factbook de la CIA (USA), voici ce qui reste de la tranche d’âges supérieur dans notre pays, estimation faite en 2015 :
    55-64 ans : 3.14% (hommes 253 423 / femmes 340 599) = 594 022
    65 ans et plus : 2.45% (hommes 174 647 / femmes 289 247) = 463 894

    Le reste (94.41%) représentent les forces vives de la nation dont font partie Tahiron Barry, ministre de la République et Carlos. La gérontocratie peut-elle avoir droit de cité dans le paysage politique du Burkina ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 11:12, par Tunwende
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Bonjour. Mr le Prof. Si vous m’aviez lu vous conveviendrez que vous avez optez pour la solution dès cow boys face face. Malheureusement vous risquez bien de mal visé.
    une petite anecdote quand j’étais petit j’avais un ami peulh du coup il évitait de laisser ses animaux consommer les mangues du verger de mon papa. Souvent je lui donnais des mangues et lui à son tour des pains de singes. Un jour de retour de l’école je fus surpris. Les animaux avaient bouffé les mangues. Après un bon moment de recherche je le retrouva. Il reconnu les faits. Il s’excusa et me dit que c’était la faute de son frère. On scella une réconciliation. Quand je me retourna pour partir je reçu un viloent coup de baton sur ma tête.... Pr on dit que l’on n piétine pas les tests d’’un aveugleb2 fois.C’est bien le pardon mais une personne qui utilise le pardon comme astuce vous ne pourrez jamais dormir tranquille.

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 12:43, par dommage
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Internaute numéro 6 : lorsque vous vous rendrez compte que l’injure est l’arme du faible, de l’immature, du constipe’ intellectuel et du dernier de ceux qui peuvent convaincre, vous donnerez de la consistance à votre diarrhée... Sans rancune

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 12:53, par Marie
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    "Si j’étais Président du Faso, j’allais demander à deux pédés de faire l’amour devant nous tous… Là, ils allaient avoir honte. Non, c’est bête quoi ! », s’est insurgé Laurent Bado."

    Ce Mr. BADO ne souffrirait-il pas de la maladie de la senilite appelee Dementia ?
    Que d’incoherence et de candeur dans ses propos ! et ca s’autoproclame ca l’homme le plus intelligent du Faso ? Je n’ose pas me representer l’homme le plus bete, en comparaison.
    Quant a ce Mr. Tahirou, il regrettera son ralliement au gouvernement MPP ; il a donne un brutal coup d’arret a son brilliant avenir politique. Il aurait brille avec eclat dans l’opposition. En lieu et place il est entrain de se ternir...

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 13:34, par GAROU
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Je me demande si le PAREN est un parti politique ou un parti de jeu de poésie je ne peut pas comprendre les propos du professeur Bado il dit la terre est ronde aujourd’hui et demain il dit la terre carré qu’ils nous prennent au sérieux. et ses valable pour tous les partis politiques.

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 13:54, par Sidzabda
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    "Qui vous dit que moi-même, je ne suis pas un pédé ? Je ne vous comprends pas ! Mais, je refuse qu’on réclame ça comme une liberté", à la lecture de cette phrase, vous devez finir par vous convaincre que BADO n’est pas contre les pédé, car lui-même est pédé. mais il est contre que les pédé réclame l’homosexualité comme une liberté. alors, finis le débat de ceux qui croient que les homosexuels sont des malades. lisez l’article sur la question parue dans aujourd’hui au Faso et vous comprendrez bien le phénomène. il faut chercher à comprendre le problème avant de la critiquer.

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 13:59, par Banse
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Ce prof a trop exagéré dans sa politique ce qui demande à Barry est condamné par la justice. Mais si fait pas attention il risque de perdre une grande majorité dans son parti.

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 14:01, par soif de lumière
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Quelqu’un peut-il vraiment me dire qui est ce fameux CARLOS ? ( photo, parcours professionnel, scolaire par exemple)

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 14:12, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Laurent Bado, raison ou pas, je te soutiens. Malheureusement, tu souffres parce que nous sommes dans une société d’ignorance cochonne et de stupidité societale. Continue de faire de ton mieux quand même !

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 14:59, par franky
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    A l’adresse de l’internaute Numero 7, je declarre mon indignation et consternation par rapport a sa reaction. # ce monsieur raconte des ineptie #. est un responsable qui a reagi comme cela ? Quand on ne peut pas respecter l’autrui, il ne pas aussi se faire respecter dans la societe. les debats politiques se deroulent entre des grands hommes c.d. matures d’esprit pour cultiver la tolerance et le respect dans le laguage. A travers ton language ton image se dessine dans des esprits en bon ou en mal aussi. Alors sachons intervenir dans des sujets de discenssion sans detruire nos valeurs.
    Pour la Patrie, Paix et Tolerance.....

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 18:49, par le manitou
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Chers internautes, un peu de bon sens dans vos discours. Pensez vous vraiment que le Pr est un dictateur ? Moi je pense que non. Il a son tempérament mais je crois qu’il faut analyser ce qu’il dit plus tôt que de verser dans des commentaires creux du genre« le Pr raconte des inepties » pensez vous que ce fameux Barry peut il accepter qu’on lui fasse ce qu’il fait aux Pr ? Je pense que non. Dites vous une chose ce Mr est à la place qu’il occupe, car grâce à Bado le PAREN vu. Hé le peul quitte dans ça

    Répondre à ce message

  • Le 21 août 2016 à 22:24, par Jean Gabriel Yaméogo
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Quelle misère ! La honte sur toute la ligne !

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 08:12, par Sampawindé
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Individu à éjecter de l’assemblée nationale et de toutes instances serieuses, y compris du PAREN !!!!! Danger public !!!! C’est dramatique de le dire, mais nous n’avons pas d’autre choix, c’est une mesure préventive des catastrophes prévisibles ainsi annoncées !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 08:52, par Désiré personne
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    .
    Le Parti de la renaissance nationale, le « plus grand parti d’idées du Burkina Faso » ? Mais sa seule idée (celle du fondateur Laurent Bado) depuis quelques années est de faire des homos des boucs émissaires, comme si ça pouvait régler tous les problèmes du pays, et au passage ceux de “son” parti moribond qui n’a eu d’autre choix que d’entrer dans le lit du parti au pouvoir pour survivre, après ses scores décevants aux élections couplées présidentielles et législatives.

    Cette idéologie négative du bouc émissaire est commune aux pouvoirs totalitaires, et passe par la théorie du complot, l’existence de comploteurs qu’il faudrait neutraliser au profit d’une parole unique, “la vérité”. Un propos de la conférence tenue ce samedi 20 août par Laurent Bado illustre cette thèse : "Notre pays ne va pas avancer, s’il y a une espèce rare qui passe le temps à parler mal, à parler de choses qu’elle ne connait pas, dit-il de ses détracteurs qui le prennent pour un dictateur", car, bien sûr, les détracteurs ne connaissent rien, d’ailleurs ils ne devraient même pas avoir droit à la parole, pour que Laurent Bado soit le seul à dire la vérité, sans débat contradictoire.

    Et la liberté de parole devrait être restreinte aux seuls connaisseurs, mais qui va décider de qui connait et de qui ne connait rien ? D’évidence, les propos du Pr Laurent Bado sont contraires à l’article 8 de l’actuelle Constitution du Faso qui garantit la liberté d’opinion, et le droit à l’expression de toutes les opinions, quel que soit leur niveau de “connaissance”, car une dérive de la liberté d’opinion serait de la restreindre aux spécialistes et aux intellectuels de “haut rang”, qualité parfois acquise par de faux diplômes, dérive qui serait discriminatoire.

    Après avoir largement conchié son poulain Tahirou Barry, non seulement dans un mémorandum qui aurait soit disant dû rester secret, mais aussi dans les deux articles consacrés à cette conférence de presse, vilains procédés pour remettre le Paren sur le devant de la scène, car si en effet cette affaire aurait dû se régler en famille politique, quel besoin d’une conférence de presse relayée par deux articles, une simple note aurait suffi pour se ”retirer en famille” ! Cette conférence de presse est, après le mémorandum, le meilleur moyen pour attirer l’attention.

    Puis, après avoir fait de Carlos Toé un bouc émissaire, comme si ça pouvait suffire pour remettre de l’ordre dans ce parti qui part en couille, dont Laurent Bado est le dictateur fondateur (il n’y a pas d’autre mot que dictateur, car Bado dicte ses volontés, et de ses propres dires les dirigeants du parti sont tenus de rendre compte et d’obtenir son agrément pour toute décision, quand bien même il a quitté la présidence de “son” parti) et dont les principaux dirigeants ont démissionné les uns après les autres, à cause (selon Bado) de Barry à qui il faudrait pourtant pardonner (car Laurent Bado est le grand pardonneur) ; pourtant, selon le Professeur fondateur, « au-delà de vouloir s’approprier le parti, (il, Tahirou Barry) a voulu sa tête ».

    Et voilà que Bado nous ressort son couplet sur la restriction des libertés qui, au moins, et cette conférence de presse a l’avantage de le dire sans ambigüité, trouve sa source dans une religion importée, une religion occidentale, celle dans laquelle son éducation l’a baigné, pour ne pas dire noyé, puisqu’il fait « de la politique par principe religieux » ; occident qui aurait par ailleurs une "mauvaise" conception de la liberté.

    La liberté, Monsieur Bado, la Constitution du Burkina Faso la définit en deux endroits ; dans son préambule, par l’engagement “à préserver… la liberté, la dignité, la sûreté, le bien-être, le développement, l’égalité et la justice comme valeurs fondamentales d’une société pluraliste de progrès et débarrassée de tous préjugés », et en son article 1 du Titre I : “les discriminations de toutes sortes (ici, il serait temps que l’orientation sexuelle soit ajoutée à la liste des “notamment”), sont prohibées”.

    Entendez-vous, Monsieur Bado, vous qui cherchez le soutien des homophobes de ce pays, de ceux qui ont peur (faut-il le rappeler, la phobie, c’est la peur !) qui fantasment sur leur peur par méconnaissance, et aussi pour camoufler leurs propres désirs, qu’ils vont stigmatiser en “sales” désirs, entendez : une société débarrassée de tous préjugés, et dans laquelle les discriminations de toutes sortes sont prohibées !

    Monsieur le Professeur Laurent Bado, si en effet vous ne dites que la vérité, et sans attendre d’être président, commencez par faire ce que vous demandez à deux “pédés” de faire : couchez avec une femme devant tout le monde, et on verra si vous n’avez pas honte ! Il n’y a que les professionnels du sexe qui peuvent s’accoupler en public sans gêne ni honte ! Et les “pédés”, comme vous dites, insultant au passage les homosexuels, ne sont pas tous des travailleurs du sexe, loin de là. Mais les travailleurs du sexe, quel que soit leur genre, sont plus visibles que ceux qui s’aiment et s’accouplent derrière quatre murs, comme vous et moi.

    Professeur Bado, vous êtes un extrémiste, et comme tous les extrémistes au monde, vous êtes le seul à détenir la vérité, la vôtre, et au nom de cette vérité, et pour détourner le regard du chaos qui secoue votre parti exsangue, vous nous ressortez votre infâme soupe sur le bienfait de s’en prendre à des boucs émissaires, contre les valeurs fondatrices du christianisme, de tolérance et d’acceptation de l’autre, que vous prétendez défendre, et aussi et surtout contre les valeurs fondamentales défendues par le texte fondateur du Burkina Faso ! Il est interdit de faire de la discrimination au Faso !

    PS : Pour ceux qui ne connaîtraient pas la définition du mot homophile, la voici : Le suffixe, « -phile », vient du grec et signifie l’amour. On le trouve, par exemple, dans le mot philosophie : l’amour de la sagesse. Il a d’emblée l’intérêt de ne pas réduire l’homo à sa préférence sexuelle, mais de prendre en considération les sentiments amoureux qu’il éprouve pour son semblable. Quant à moi, je suis avant tout homophile parce que j’aime mes semblables, et c’est mon éducation chrétienne qui veut ça. Un sens plus contemporain de l’homophilie peut se comprendre par l’expression « gay friendly » qu’on peut traduire par « qui a de la sympathie pour les gays, les homosexuels ». J’ai de la sympathie pour les homos par empathie (il m’arrive d’avoir cette “faculté intuitive de me mettre à la place d’autrui et de comprendre ses sentiments et ses émotions”), dans la mesure où ils représentent sans conteste à mes yeux un danger moins grand que les intégristes, les fondamentalistes de tous bords. Et j’ai d’autant plus de sympathie pour les homos s’ils sont victimes de discrimination et qu’il faut les défendre contre les dérives populistes d’un Laurent Bado.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 08:52, par Wendmi
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    L’erreur impardonnable du PAREN, c’est d’avoir diner sur la même table avec le MPP. Dès lors, la brouille était inévitable.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 09:14
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Un conseil M.BADO, BARRY wo CARLOS wo tous les deux out, chassez tous les deux. En vérité, si vous croyez que CARLOS est pire que BARRY, détrompez vous c’est plutôt le contraire. Ne dit on pas que le chien ne change jamais sa manière de s’asseoir. Un internaute a eu à parler du bordel qu’il (Barry) a foutu en tant que chef du personnel à BISSA GOLD. Je pense qu’il vous faut travailler avec M.SANGO. Si lui aussi se dévoile négativement, alors il faut le foutre dehors et bon débarras.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 09:24, par Ams
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Depuis les dernières élections l’image du PAREN a été ternie du fait de leur fusion avec le parti au pouvoir.Si le professeur n’est pas au courant de cette fusion alors Barry reste l’homme à "abattre",dans le cas contraire que Mr BADO accepte la situation actuelle.

    De l’homosexualité,on s’en moque de son origine ;ce qui est sùr et même certain c’est que nous ne la cautionnons pas dans notre contrée."Dignité encore,dignité toujours"...

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 09:39, par Tamou
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Professeur Bado, ceux qui gueulent n’ont pas d’idées, il faut reprendre TON parti, tu croyais vraiment bien faire en cédant la place aux jeunes mais hélas ! on veut être héros tout de suite avec les idées des gens et se remplir les poches, ça c’est fini !. Il faut voir loin chers excités même les OSC ont empoché de l’argent dans ce pays, c’est quelle vie !!! Il n’y a pas de limite pour la création de parti politique au Burkina, chercher vos idées et créer pour vous messieurs.
    On a voler les idées de Sankara nonnnnnn !!!! et pour les questions de partis politiques Blaise Compaoré n’a jamais été dans un bureau politique que ce soit dans L’ODP MT que du CDP.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 09:53, par betia
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Je soutiens ce vieux. je dis aussi courage a Barry. J’ai eu de l’admiration pour BADO et son petit barry ainsi que Sango, le premier fils de BADO en politique. J’admire ces trois : Bado et ses enfants politiques Barry et A. Sango. Ménagez-vous et faites un front commun, meme si c’est souvent dur en politique. Je pense que Barry fait face un peu a son inexpérience. Il doit trouver un médicament pour gerer son vieux en la manière de Gilbert Ouedraogo avec son papa. En attendant son heure. Si non, il peut se retrouver comme Nayabtigungu.S’il compte sur la communauté peulh (ce que je crois lire aileurs), il oublie que les gens et les peulh en particulier ont de l’estime pour le maire de Dori (fils de Arba Diallo qui a fait ses preuves).
    C’est pas simple.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 10:12, par Philippe Drabo
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Cette crise ne pouvait-elle pas etre resolue democratiquement a travers les instances du parti entre"parents" ?La reaction de Barry permettra de voir clair.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 10:22, par verdade
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Salut pour la personne qui savoir qui est CARLOS, je dirais en quelques phrases ce qui suit :
    Carlos fut un jeune étudiant en Sociologie qui a commencé à militer au PAREN autour des années 2001, 2002. Dès son entrée il s’est proposé de créer et animer un journal pour la promotion du PAREN.
    Il a traversé et résisté à la perte de confiance qu’a connue le parti auprès des Burkinabè après les histoires des 30 millions dont Pr BADO et Emile PARE se sont disputés pour ainsi exploser l’OBU.
    CARLOS est au jourd’ hui DOCTORANT en science politique
    Il a été l’un de ceux qui ont suscité la candidature de TAÏROU (jeune) à la présidentielle au détriment d’un soutien à la candidature de l’UPC (voulu par certains y compris BADO) ou celle d’une nième candidature de BADO.
    Il a été le Directeur de Campagne de TAïrou BARRY lors des élections présidentielles passées.
    Carlos est le suppléant de BADO sur la liste du parti du PAREN à la députation et en principe selon l’accord au sein du parti BADO à une période de sa mandature doit céder sa place à l’assemblée profit de celui-ci. Et l’une des raisons des lamentations de BADO et sa haine Carlos pourrait venir de là. BADO ne plus entendre de cet accord, alors comprenez-le.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 12:42, par cheikino
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Laurent bado, l’illuminé, le grand intello du faso et partant du monde ; l’unique, le plus grand !!! Pour qui celui-ci se prend-il pour injurier et minimiser les gens ?? On le sait bien, Bado n’accepte pas et n’a jamais accepté la contradiction qui est et demeure l’une des caractéristiques essentielles des intellectuels et des vrais, point des pseudos. Je suis de ceux qui condamnent et combattront toujours l’homosexualité. Mais il est évident que les propos de Laurent bado quand à l’accouplement de 2 homo en public est insensé ! Lui bado accepterait-il et sans honte de coucher avec sa femme en public ? Et à voir de près, laurent bado n’a qu’un seul programme de développement à savoir « la lutte contre les homos » ! Dieu sait que le Faso regorge de problèmes ! Qui nous dit que lui-même bado Laurent n’est pas pédé ? il faudrait bien s’en méfier surtout faire des enquêtes, c’est lui-même qui l’affirme dêh !!!! ohhhh…….
    Lui bon chrétien donc qui peut et doit pardonner à tout ceux qui l’aurait offensé serait prêt à pardonner à barry mais pas à carlos !! Quelle contradiction !!! Il le dit et l’affirme tout fort que carlos est le bras droit de barry !! Alors on ne veut pas de la main qui massacre mais on n’en veut point à la tête pensante, le cerveau ……..bado, c’est bien connu est un mégalomane, un dictateur……ce que je peux aussi dire c’est que cette situation ne m’étonne point ! Vu les antécédents avec « le chat noir du nayala » !!! En acceptant de collaborer avec le parti au pouvoir, bado a vendu et son parti, son patrimoine, sa dignité. Il ne fait aucun doute que l’imminent professeur n’est pas le grand patriote que l’on croirait ! Il est comme beaucoup de ces mortels accrocs aux bons vins et à la bonne chaire et donc sensible aux postes et aux avantages………après sankara et norbert zongo tous deux lâchement assassinés, joseph ki-zerbo décédé, c’est bado qui nous aurait aidé en se positionnant comme leader ou éclaireur pour la jeunesse, dommage !!!! Vu vos accointances d’avec blaise compaoré et maintenant le mpp, que pouvez-vous apporter à la jeunesse épris de dignité, de justice et de progrès ? Je suis vraiment déçu !!!! Pour quelqu’un de sage ou d’ancien tout court, il n’y avait pas lieu de faire un mémorandum sur la crise que vit votre parti, pour alors s’étonner après que cela ait été divulgué sur la place publique !!! En bon père de famille, il aurait valu convoquer le bureau exécutif du parti, poser le problème et en trouver une solution idoine qui serait : soit de réconciliation ou d’exclusion des membres fautifs avant de publier quoi que ce soit ! Dommage que le professeur bado ne soit pas le sage qu’il prétend être ! Maître penseur grand intello savant devant Dieu et devant les hommes, quel conseiller oserait lui proposer cette alternative ? Il l’aurait balayé d’un coup ! Je demeure convaincu que c’est l’effet escompté que bado visait à savoir : balancer le problème dans la rue et passer pour victime pour mieux abattre son concurrent. Si les griefs de bado en l’encontre de barry son avérés, je crois bien que le président fondateur est bien fondé pour réagir mais pas de la sorte !!! Barry après donc avoir grandi sous l’ombre de son mentor veut apparaître au grand jour !!! Qu’il le fasse donc mais pas avec hypocrisie et fourberie…….mais de façon élégante et civilisé !!! Barry apparaît donc au grand jour comme l’ingrat qui après avoir été élevé par son professeur veut maintenant se libérer de sa tutelle et même prendre sa place !!!!! Si cela est faux qu’il nous prouve le contraire !!! En tout cas dans le mémorandum, le professeur est assez explicite.
    Pauvres d’esprits !! Vous n’aviez pas encore compris qu’il n’existe de vrais patriotes, de vrais hommes intègres, de vrais hommes courageux que des hommes « fous » tels thomas sankara et norbert zongo pour défier l’injustice ! Rappelez-vous les propos de bado à propos de l’affaire Guiro, il affirmait ceci au journaliste (notez que les journalistes sont les bêtes noires du professeur) : « Tu es bête ? Tu veux qu’on me tue ? ». Bien que je partage certains de tes idées et ta soif de sainteté, je crie fort que tu déconnes bien souvent professeur !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 12:51, par KADIOGO
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    QUAND ON ECOUTE LAURENT ON FAIT LA DIFFERENCE ENTRE PLUSIEURS CHOSES EN MEME TEMPS. S IL PARLE BIEN, EST CE QUE TOUS SAVENT BIEN L ECOUTER ET SURTOUT NE PAS LE COMPRENDRE DE TRAVERS. POLITIQUE C EST PAS RELIGION.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 13:14, par HINASO
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Dès que le PAREN et l’UNIR/PS avaient rejoint le mangeoire de gouvernement RSS, j’avais dit que ces deux partis sont politiquement morts à jamais. Attendons de voir. Le PAREN est mort, ce parti ne pourra plus se relever. Ca c’est la politique qui le dit, ce n’est pas moi. Il reste le tour de l’UNIR/PS de maître SANKARA qui va lamentablement s’écrouler. Politique, politique, vous allez tous payer d’avoir vendu votre âme au diable.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 13:29, par RAMODG TAKA
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Je pense que le problème n’est pas Carlos mais Barry lui-même. Je suis du même que Bado quand qu’il est un volcan couvert de neige. Demander à un travailleur de BISSAGOLD et il vous dira tout sur ce monsieur. Un individu prêt à sacrifier ses parents burkinabé au profit du blanc. De toute façon Dieu le voit.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 13:38, par ngoonga
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Internaute 21 Évitons la stigmatisation ; cet différend n’est pas une question de Peulh ou de Gourounsi. C’est une question d’individus. il faut le voir tel car ce qui se passe actuellement ; le pire a eu lieu dans ce pays avec morts d’hommes sans que cela ne soit attribuer à un groupe ethnique. Élever le niveau de débat, si vs n’êtes pas capable quitter les réseaux sociaux.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 14:12, par Femme Intègre
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Ce vieux la est sans vergogne !
    Un intelectuel de son rang doit soigner son language.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 15:23, par ngoonga
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    AU FASONET. IL FAUT CENSURER LES MESSAGES QUI PORTENT LES GERMES DE GENOPHOBIE, RELIGION, ETHNIE, ETC. CAR LE BURKINA A UN PATRIMOINE RICHE QUI S’APPEL UNITE NATIONALE

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 17:11
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Mon Kilachu Bado, tu as tort de croire qu’un pédé, ca connais la honte. Tu ne les vois pas se tremousser lors de leur gay pride ? Ils dansent, ils sautillent, ils se tremoussent... Ils sont incroyables. Ce sont des gens que Dieu a livrés à leur sens réprouvés pour qu’ils commettent des choses infâmes. Pour qu’Il puisse les châtier. Et le drame, ce que de plus en plus ils cherchent à dicter au monde entier leur a-moralité. Tenez, ils agressent maintenant les gens sur internet en leur envoyant des photos de leurs ébats sexuels dans les boîtes aux lettres et en demandant leur soutien !!!!

    Tu ouvres ta boite email pour consulter ton courrier internet matinal et tu trouves un message de nextdoor quelque chose, et quand tu l’ouvres, patatra, voila un barbus entrain de lècher l’anus par un autre barbus. Ou bien un gros barbu ventre en l’air avec son gros sexe affalé sur le ventre et un autre barbu s’échinant à lui labourer l’anus ! Voilà ce qu’ils essaient de nous dicter maintenant. Et ce sont tous des jeunes gens. Et ils essaient cela leur liberté en tentant d’imposer leur infamie à tous. On est aujourd’hui dans une logique de tyrannie de ces gens là.

    Et si on y met pas le holà, il y aura un autre Sodome et Gomorrhe, car vous vous doutez que le Maître du Monde, qui hait ces choses, ne continuera de rester les bras croisés quand ce mal devient galopant dans le monde. Lui qui les fit périr par une pluie de feu et de soufre à Sodome et Gomorrhe, parce qu’ils étaient devenus impertinents et tyranniques comme ils le sont aujourd’hui. Ils ne perdent rien pour attendre, car le Dieu de Sodome et Gomorrhe est toujours là et il n’a pas changé.

    En relation, avec le cas Barry, quelqu’un a écrit plus haut que la vérité est relative car dépendant entre autres des circonstances et situations. Quand un être humain en arrive à remettre en cause de la sorte l’essence même de la vérité, il dit à haute voix qu’il ne sait pas distinguer le vrai du faux et le bien du mal. Il n’a pas de repère moral et ce qui se passe au PAREN avec Barry et Carlos est la traduction de cette absence de repère moral.

    Et quand des forumites te couvrent d’injures, suite à ton exposé ils montrent sans le savoir la laideur de leur âme, qui ne sait pas distinguer le bien du mal. Pas étonnant qu’ils en sont aujourd’hui à défendre des pédés, entrer dans des églises pour égorger des prêtres en pleine messe, ou se faire exploser en tuant des gens qui ne leur ont fait aucun, parce qu’on leur a dit qu’en tuant des innocents, ils pourront s’adonner chacun à des orgies sexuelles avec 70 vierges aux grands yeux chez Celui qui a pourtant dit : "Tu ne tueras pas". et ajouté que les hommes seront comme des anges qui n’ont point de sexes dans son paradis. Ils sont à plaindre, mon Cher Bado. A plaindre. Car ils n’ont pas d’intelligence, cette saine et bonne appréciation des choses de la vie. C’est qui t’arrive au PAREN, mon cher Bado.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 17:37
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    En bon sage, intellectuel de sa trame, je résoudrai cette crise sans que le derrière du PAREN ne soit dehors.....
    D’accord avec Christophe DABIRE, il faut réduire les partis politiques pour en faire deux comme dans d’autres pays...
    la réflexion est lancée pour les vrais hommes politiques soucieux de l’avenir de l’Afrique. Peut-être qu’il faut voir en ces crises la solution de mon grand frère OSIRIS Issouf SAWADOGO "paix à son âme", lorsqu’il disait ’qu’il faut qu’il aie des partis pro Panafricanistes pour combattre ceux qui sont de l’autre côté,c’est-à-dire les nationalistes et les autres....
    Si dans tous les pays africains, nous arrivons à créer des partis pro panafricanistes...nous évolueront rapidement vers l’union africaine à travers une grande pression et nous empêcherons l’avènement de partis politiques parasites, opportunistes sous la houlette de quelques individus...
    Les Kwamé N’Krumah, Patrice Lumumba, Joseph KI-ZERBO et leurs fils spirituels ne peuvent en aucun cas dire aujourd’hui qu’ils ont une main mise sur la panafricanisme parce qu’ils ont été fondateurs ou prédécesseurs...
    Je trouve qu’il faut qu’on arrête de penser seul pour penser ensemble...Si quelqu’un à des idées pour le développement de son pays ou de son continent, qu’il s’associe à d’autres mains dans la main....
    Si laurent BADO est en arrivé là c’est parce que nous l’avons fabriquer...En effet, je suis tenter de dire qu’il n’y avait pas de débat dans son parti..parce que c’est lui le Professeur, tout le monde l’écoute et dit oui, oui, oui....donc c’est lui le plus intelligent....Et voilà là où ça peut nous amener...Nous avons trop aplaudi BADO qu’il se prend pour un messie...
    Dommage que cet homme soit aujourd’hui la risée de ces propres élèves...
    Dommage......
    RAGOMZANGA

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 19:15, par Tamou
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Au Forumiste N° 28 ou au lefaso.net :
    Je signe mes textes du pseudonyme Tamou (ce qui veut dire "vérité", en bwamu soutenu).
    Je n’ai jamais écrit le texte signé Tamou (N°28).

    S’agit-il d’une usurpation d’identité ou d’une erreur du lefaso.net ?
    S’il s’agit d’une erreur du journal, je peux vous dire que cela est irritant de voir un texte
    qu’on n’a pas écrit, publié sous son nom.
    Cela est d’autant plus frustrant que lefaso.net n’a pas publié mon vrai texte...
    A-t-on mal pris les conseils constructifs que j’y donnais pour une meilleure
    qualité des écrits des journalistes du lefaso.net ?

    C’est dommage !

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2016 à 23:32
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    internaute 19,tu as tout dit. M. Bado soufre à réveiller des gens qui ne dorment pas.Aujourd’hui au Faso,tout le monde se prend pour politicien.C’est pourquoi on recule au lieu devancer.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 07:02
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    A internaute 24 : Je ne pense pas qu’il y ait de texte fondateur à proprement parler pour la Haute Volta, aujourd’hui Burkina Faso, avec son énoncé de droits du citoyen voltaique sur lequel tu puisses baser ton argumentaire contre BADO.

    En effet, la Haute Volta doit sa souveraineté à une espèce de bon vouloir du Général De Gaulle, à qui il a plu de se débarrasser en lui octroyant "son indépendance". Et dans le texte signé par le Général De Gaulle, je pense pas qu’il y ait des éléments qui te permettent de t’en prévaloir pour parler de texte fondateur et de liberté qu’il contient à défendre contre le pauvre Bado.

    Dans les différentes constitutions qui ont suivi l’indépendance, de telles libertés ont certes été mentionnées, mais en aucun cas on ne peut dire que ces constitutions sont des textes fondateurs de la Haute Volta puisqu’elles sont postérieures à la naissance du pays.

    A preuve, après l’indépendance, les libertés individuelles n’ont pas beaucoup été respectées en Haute Volta, puis au Burkina avec les coups d’état et leur détentions arbitraires et les Sankara avec leur dégagements arbitraires, leurs CDRs criant aux poteaux et les crimes politiques sankaréiens, puis et blaiséiens.Où est donc ce texte fondateur à liberté dont tu te prévaut ici avec tant de sérieux ?

    Aux USA, oui, on peut parler de texte fondateur états uniens, émanant des pères fondateurs Georges Washington et ses gens, qui pendant qu’ils se battaient militairement avec le colon anglais avaient une idée claire de ce qu’ils voulaient que leur nation soit et l’ont mis sur papier, la constitution américaine que les Etats Unis APPLIQUENT depuis leur indépendance acquise par leur sang depuis 1776. Là on peut parler de texte fondateur des Etats Unis. Mais en Haute Volta, puis au Burkina...

    Ensuite, tu te prévauts de ta foi chrétienne pour pourfendre l’homophobie de Bado en alléguant qu’on ne peut être chrétien et ne pas aimer les homosexuels. On se demande si tu lis la Bible, car la Bible rélate dans le livre de Génèse comment Dieu envoya deux anges pour détruire par une pluie de feu et souffre les villes de Sodome et Gomorrhe, parce que les habitants de ces deux villes étaient gays. Lis Génèse 19 : 1 à 29.

    Ensuite dans l’épître de Paul aux Romains 1 : 19 à 32, il est dit ceci au verset 26 :" Car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre-nature ; Verset 27 : "et de même les hommes abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes et recevant en eux mêmes le salaire que méritaient leurs égarements ; Verset 32 : Et bien qu’ils connaissaient le jugement de Dieu déclarant dignes de mort ceux qui commettaient de telles choses, non seulement, ils le font mais ils approuvent ceux qui les font". Voici donc ce que la Bible des chrétiens dit de l’homosexualité.

    Et si tu te dis chrétien, et tu aimes les homosexuels, tu fais partie de ceux que le verset 32 ci dessus appelle CEUX QUI LES APPROUVENT. En d’autres termes, tu fais partie de ceux qui les encouragent dans leur infamie, et donc la sentence divine qui est sur eux, viendra aussi sur toi comme le dit le verset 32 précité. Bien sûr, ce sera une rétribution divine et non des chrétiens qui vont se lever pour t’infliger cette sentence, comme le font les ignorants djihadistes.

    Moralité, il faut pas jouer avec cette affaire d’homosexualité. C’est quelque chose qui suscite une violente colère de Dieu. Et quand excédé, il se lève pour frapper, il est impitoyable. Et tu sais pourquoi ? parce que l’homosexualité est un danger à long terme pour la survie de l’humanité. Tu te rends compte que si ce mal se répandait sur la terre. Il n’ y aurait plus de procréation, et donc la race humaine s’éteindrait. Ce qui est une violation flagrante du commandement de Dieu : "Multipliez et remplissez la terre".

    Il ne faut pas jouer avec le problème de l’homosexualité. C’est très dangereux. Si tu utilises ta soi disant liberté pour encourager les homosexuels dans leur infamie, Dieu va te frapper malgré ta liberté. A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 09:18
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Béni soit l’homosexualité qui permet au PAREN d’engranger des voix des ignares lors des élections.Comme tous ceux n’ont aucune solution pour résoudre les problèmes de leur population(Gambie, zimbabwé...), on trouve vite un bouc émissaire : les pedés.
    Les poulets qui empoisonnent le peuple, le chômage des jeunes, le problème d’accès la la santé, la corruption particulièrement celle des politichiens( ah j oublie que BADO est un aussi politichien corrompu avec les 30 millions qu’il a pris de BLAISE) on s en fout.... pourvu qu’on puisse avoir des voix avec un faux problèmes.

    Au hypocrites qui citent les écritures saintes a tord et a travers, je dirais qu il y a beaucoup d’autre choses qui provoquent la colères de Dieu que vous pratiquez allègrement( corruption, adultères, pédophilie, injustice....) pourquoi le PAREN n’en parle pas ???
    Le déluge de NOE c est a cause des pedes ?
    Le bible doit service a éduquer dans l amour pas dans la stigmatisation et la haine.
    Pour conclure je vous invite a lire ce texte édifiant concernant la bible et l’homosexualité. :

    Lors d’une de ses émissions, une célèbre animatrice radio états-unienne fit remarquer que l’homosexualité est une perversion. « C’est ce que dit la Bible dans le livre du Lévitique, chapitre 18, verset 22 : « Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme : ce serait une abomination ». La Bible le dit. Un point c’est tout », affirma-t-elle.

    Quelques jours plus tard, un auditeur lui adressa une lettre ouverte qui disait :

    « Merci de mettre autant de ferveur à éduquer les gens à la Loi de Dieu. J’apprends beaucoup à l’écoute de votre programme et j’essaie d’en faire profiter tout le monde. Mais j’aurais besoin de conseils quant à d’autres lois bibliques.

    Par exemple, je souhaiterais vendre ma fille comme servante, tel que c’est indiqué dans le livre de l’Exode, chapitre 21, verset 7. A votre avis, quel serait le meilleur prix ?

    Le Lévitique aussi, chapitre 25, verset 44, enseigne que je peux posséder des esclaves, hommes ou femmes, à condition qu’ils soient achetés dans des nations voisines. Un ami affirme que ceci est applicable aux mexicains, mais pas aux canadiens. Pourriez-vous m’éclairer sur ce point ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas posséder des esclaves canadiens ?

    J’ai un voisin qui tient à travailler le samedi. L’Exode, chapitre 35, verset 2, dit clairement qu’il doit être condamné à mort. Je suis obligé de le tuer moi-même ? Pourriez-vous me soulager de cette question gênante d’une quelconque manière ?

    Autre chose : le Lévitique, chapitre 21, verset 18, dit qu’on ne peut pas s’approcher de l’autel de Dieu si on a des problèmes de vue. J’ai besoin de lunettes pour lire. Mon acuité visuelle doit-elle être de 100% ? Serait-il possible de revoir cette exigence à la baisse ?

    Un de mes amis pense que même si c’est abominable de manger des fruits de mer (Lévitique 11:10), l’homosexualité est encore plus abominable. Je ne suis pas d’accord. Pouvez-vous régler notre différend ?

    La plupart de mes amis de sexe masculin se font couper les cheveux, y compris autour des tempes, alors que c’est expressément interdit par Le Lévitique (19:27). Comment doivent-ils mourir ?

    Je sais que l’on ne me permet aucun contact avec une femme tant qu’elle est dans sa période de règles (Levitique. 15:19-24). Le problème est : comment le dire ? J’ai essayé de demander, mais la plupart des femmes s’en offusquent…

    Quand je brûle un taureau sur l’autel du sacrifice, je sais que l’odeur qui se dégage est apaisante pour le Seigneur (Levitique. 1:9). Le problème, c’est mes voisins : ils trouvent que cette odeur n’est pas apaisante pour eux. Dois-je les châtier en les frappant ?

    Un dernier conseil. Mon oncle ne respecte pas ce que dit le Lévitique, chapitre 19, verset 19, en plantant deux types de culture différents dans le même champ, de même que sa femme qui porte des vêtements faits de différents tissus, coton et polyester. De plus, il passe ses journées à médire et à blasphémer. Est-il nécessaire d’aller jusqu’au bout de la procédure embarrassante de réunir tous les habitants du village pour lapider mon oncle et ma tante, comme le prescrit le Lévitique, chapitre 24, versets 10 à 16 ? On ne pourrait pas plutôt les brûler vifs au cours d’une simple réunion familiale privée, comme ça se fait avec ceux qui dorment avec des parents proches, tel qu’il est indiqué dans le livre sacré, chapitre 20, verset 14 ?

    Je sais que vous avez étudié à fond tous ces cas, aussi ai-je confiance en votre aide.

    Merci encore de nous rappeler que la loi de Dieu est éternelle et inaltérable.

    Votre disciple dévoué et fan admiratif. »

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 10:26, par Désiré personne
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Internaute anonyme n° 45 (sauf si un commentaire précédent était retiré du forum, auquel cas tous les commentaires changeraient de "numéro", c’est la raison pour laquelle il est préférable d’utiliser un pseudo)

    Le texte fondateur du Burkina Faso est sa Constitution de 1991, et non le texte du Gal de Gaulle pour "accorder" une fausse indépendance à la Haute Volta.
    Votre connaissance du droit des peuples à modifier leur Constitution (leur texte fondateur) est bien pauvre, mais c’est logique de la part d’un esprit étroit à qui les lois de Moïse semblent suffire pour fonder les droits et devoirs des hommes. Quand la maison de quelqu’un tombe, il la reconstruit, et pour cela il en refait les fondations. C’est ce qui s’est passé après la révolution, et c’est ce qui se prépare après la faillite de l’Etat en 2014, quand le Burkina Faso repartira sur de nouvelles bases, inscrites dans un nouveau texte fondateur.

    Ensuite, appliqué au texte biblique de la Genèse, le terme homosexualité est évidemment anachronique puisque le terme moderne, inventé au XIXe siècle, s’accorde difficilement avec des textes aussi anciens.

    Mais revenons sur le "péché" de Sodome, malgré cet anachronisme.
    Dieu, alerté par « le cri contre Sodome », dont le « péché est énorme », est résolu à détruire la ville pour punir ses habitants (Genèse 18:20-21). Il envoie alors deux anges vérifier si le « péché » est avéré. Ces anges arrivent à Sodome et Loth, le neveu d’Abraham, les invite à loger chez lui. Tous les hommes de la ville entourent la maison de Loth en demandant qu’il leur livre les deux étrangers pour qu’ils les « connaissent » (Genèse 19:5).
    De nombreuses discussions ont porté sur le sens de la demande des habitants de Sodome, de "connaître" les deux étrangers. Les textes prophétiques donnent des explications qui n’ont pas trait à l’homosexualité, comme le Livre d’Ézéchiel (« orgueilleuse, repue, tranquillement insouciante ») qui reproche de n’avoir pas secouru le pauvre et le malheureux » ou d’autres documents qui soulignent le reproche du non-respect du droit.
    Plus tardivement, la demande des habitants (de "connaître" les deux étrangers qui, en fait, sont les anges envoyés par Dieu) sera interprétée comme une condamnation de rapports homosexuels. Cette lecture semble apparaître aux IIIe et IIe siècles av. J.-C., dans des textes qui ont peut-être été motivés par la rencontre de la culture juive avec la civilisation grecque qui vouait un culte aux éphèbes, à la nudité et à la pédérastie. Elle apparaît d’abord dans le Livre des jubilés, les Testaments des douze patriarches et le Testament de Nephtali, ou le Testament de Lévi, même si les allusions restent discrètes.
    La première assimilation du crime de Sodome à l’homosexualité est apparue ainsi vers 50 av. J.-C.10.
    Dans un premier temps, l’homosexualité passive est principalement visée et condamnée, étant considérée dans l’antiquité comme une faiblesse, la passivité étant un apanage féminin ; d’ailleurs dans la société antique, le viol des prisonniers constituait une grande humiliation. Cette confusion de rôles est proscrite dans le Lévitique.

    Revenons encore à ce qui a causé le châtiment divin, et qui n’est pas concevable par nos esprit modernes et avec notre vocabulaire contemporain. Le terme traduit par le mot « connaître » en français a pour racine yada’ qui signifie « connaître », « savoir ». Il constitue parfois un euphémisme pour « rapport sexuel » mais cela concerne généralement les rapports hétérosexuels. Dans le cas d’un rapport homosexuel, d’autres occurrences bibliques utilisent le verbe sakan qui signifie « coucher ». Certains exégètes expliquent donc que le terme yada’ signifie « faire connaissance avec » dans le sens d’une demande de l’identité de voyageurs qui, arrivés le soir chez un étranger habitant en ville, n’aurait pas été vérifiée à l’entrée de la ville. La réaction de Loth, qui semble choqué de la demande, laisse penser qu’il suppose qu’il s’agit d’une demande d’ordre sexuel, mais n’impliquant pas nécessairement l’homosexualité. Celui-ci répond à la demande des habitants de la ville — dont font partie les « gendres » de Loth — par la proposition de leur offrir ses propres filles — dans un passage auquel répond un passage ultérieur où ce sont les filles qui utiliseront leur père dans un récit incestueux — ce qui remet en question cette supposée homosexualité de la même manière qu’il est douteux que tous les habitants de la ville, y compris les gendres de Loth, aient pu être homosexuels. Le crime des habitants de Sodome semble donc s’apparenter au crime grave pour l’antiquité du déni des lois de l’hospitalité à travers l’agression sexuelle motivée par l’agressivité, l’orgueil et l’inhospitalité de Sodome.

    Et votre interprétation "rapide", Internaute anonyme n°45 (si toutefois vous gardez ce numéro), vous a poussé à la confusion, à de l’incompréhension, et à un fâcheux "malentendu" sur lequel nombre d’homophobes se jettent les yeux fermés pour servir leur thèse discriminatoire. Alors s’il vous plait, ouvrez les yeux et réfléchissez avant de relayer de dangereuses et erronées "analyses" qui n’en sont pas.

    L’Épitre de Paul aux Romains, que vous citez, raconte très exactement ce qui se passe depuis toujours en Afrique du Nord. Les filles, contraintes à la virginité jusqu’au jour de leur mariage, acceptent des rapports hétérosexuels "contre-nature". Les hommes, peu à peu, ont pris goût à cette "entrée serrée", "se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres" comme le dit Paul, et c’est ainsi que de façon très hypocrite les Africains du Nord pratiquent la sodomie, sans distinction de genre, mais bien entendu pas ouvertement, l’homosexualité n’est pas acceptée en Afrique du Nord, bien que largement pratiquée.

    Ce que reproche Bado aux homos, c’est qu’ils voudraient être reconnus dans leur droit à vivre leur différence, mais qui a réclamé ce droit ouvertement ? Personne, ainsi il apparait clairement que Bado utilise l’idéologie négative du bouc émissaire, commune aux pouvoirs totalitaires, idéologie qui passe par une victimisation et une théorie du complot, et l’existence de comploteurs qu’il faudrait neutraliser avant qu’il ne complotent !

    Quant aux ébats, qu’ils soient d’hétéros ou d’homosexuels, ils sont protégés par le droit à la vie privée. Alors si Bado veut faire une pétition, qu’il la lance contre la prostitution, pas contre ceux qui ne cherchent qu’à s’aimer, ni contre la sodomie que bon nombre d’hétérosexuels pratiquent avec leur(s) femme(s) ou/et leur(s) maîtresses.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 10:34, par Jacques Zanga Dubus
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    .
    Merci au webmaster d’avoir laissé passé le post 46 qui démonte copieusement, par une lettre savoureuse, les prescriptions divines violentes d’une religion (dans son Lévitique) qui semble moins susceptible qu’une autre, pour ne pas la citer puisqu’il suffit de la citer pour s’attirer foudre et censure...

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 11:56, par kabakourou
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    C ’est la décadence totale pour la politique burkinabé.Comment un Laurent Bado un dinosaure de la politique burkinabé veut s’en prendre à des jeunes ambitieux plein de potentialité comme Carlos ,Barry ...? Nous tous avions connu le misérable parti PAREN dans les années 2006,il ne pouvait même pas mobilisé plus de 10 000 militants.Mais avec l’avènement de Tahirou le parti à connu un progrès considérable.L’homme,par sa carrure a su convaincre plus d’un Burkinabé ce qui lui a valu la troisième place lors des élections récentes.Quand comprendront nos politiciens que les partis politiques qu’ils ont fondé ne sont pas des entreprises personnelles à la solde de certaines personnes mesquines et jalouses des exploits de jeunes ambitieux comme le prétend être l’enseignant LAURENT BADO ? C ’est même honteux de voir LAURENT BADO à l’assemblé nationale actuelle au milieu des jeunes députés qui ne sont même pas de sa génération.Quelqu’un qui se dit le plus intellectuel des burkinabés et qui a siégé à l’ A N sous le règne de BLAISE COMPAORE et qui n’a même pas pu faire changer le cour des évènements.Laurent Bado doit savoir que la sagesse se cultive,elle s’acquière avec les ages et les expériences et non pas par le gueulement,par les insultes,par des comportements d’autoritarisme.Un conseils entre amis,MR LAURENT BADO prend des clics et tes claques et va te faire offrir un bureau à l’université OUAGA II et laisse la politique à ceux qui en sont capable de relevé certains défis que vous MR BADO a été incapable.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2016 à 16:13
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    Cher Désiré Personne, ton raisonnement est faux. Tu sais pourquoi ? Eh bien, pour la simple et bonne raison que les constitutions et lois d’inspiration occidentale que nous copions et plageions sont toutes d’inspiration JUDEO CHRETIENNE. Donc d’origine biblique. Donc ce n’est pas la peine que je perde mon temps pour démonter point par point tes inepties. Puisque ton postulat est faux, tout l’édifice argumentaire que tu as bâti sur ce postulat erroné, s’écroule comme un château de carte.

    Dès que j’ai lu dans ton paragraphe 2, que tu ignorais que la constitution de 1991 fût d’essence judéo-chrétienne, je n’ai pas pris la peine de lire la suite, car c’est sûr, ce qui suit ne vaut rien. Donc sans intérêts. Cultive ton jardin, cher ami !

    Laisse Bado, tranquille, Il a tout juste sur les pédés et la trahison Barry/Carlos. C’est un grand Monsieur ce Bado. Un Monsieur dont le FOND EST PROFOND. Et c’est cela qui vous empêche de dormir, parce qu’il met à nu vos tares. Et je ne sais même pas où se trouve le siège du PAREN. Par contre toi, avec tes postulats faux, là, si je dis que tu ne voles pas haut, c’est un euphémisme. Salutations.

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2016 à 08:57, par Kanonyme
    En réponse à : « Le PAREN ne va pas se faire sans Barry, ça c’est clair. Mais, pas avec Carlos … », déclare le fondateur du parti, Laurent Bado au sujet de la crise

    .
    Internaute anonyme 50 (Vous n’êtes qu’un numéro ! )qui avez posté le 23 août à 16 h13.
    Il est exact que les constitutions que nous copions sont d’inspirations judéo-chrétiennes, puisqu’elles sont basées sur les lois de Moïse. Et alors ?
    Je suis d’accord avec l’internaute Désiré Personne lorsqu’il dit : "Appliqué au texte biblique de la Genèse, le terme homosexualité est évidemment anachronique puisque le terme moderne, inventé au XIXe siècle, s’accorde difficilement avec des textes aussi anciens."
    En outre, son long développement n’est pas un tissu d’inepties comme vous le prétendez. Il démonte simplement une analyse fautive qui trouve sa source dans la polysémie des mots, .
    Lisez, au lieu d’insulter !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés