Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Union pour un Burkina nouveau : Le navire pourra-t-il éviter un naufrage ?

Accueil > Actualités > Politique • • jeudi 28 juillet 2016 à 01h44min
Union pour un Burkina nouveau : Le navire pourra-t-il éviter un naufrage ?

Le navire Union pour un Burkina nouveau (UBN) survivra-t-il aux difficultés qu’il traverse depuis sa création il y a seulement un peu plus d’un an ? En tout cas, l’actualité politique ces derniers jours montre que ça tangue...

Démission du capitaine, le président du parti, colonel Yacouba Ouédraogo le 14 juillet 2016 suivie de celle du secrétaire général du parti, Yacouba Jacob Barry le 25 juillet 2016. Pourtant, tout avait démarré à ‘’vive allure’’ le 14 février 2015, lorsque le ‘’colonel Yac’’ a décidé de descendre dans l’arène politique en passant de l’association « le Burkina nouveau pour la paix, la réconciliation et le progrès » au parti politique Union pour un Burkina nouveau (UBN). Un parti politique fort d’un organe dirigeant de 45 membres et caractérisé par la présence d’anciens militants du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et des partis politiques de l’ancienne mouvance notamment, la Convention des forces démocratiques du Burkina (CFD/B) de Amadou Diemdioda Dicko (vice-président de l’UBN).

L’objectif était clair : prôner la paix et la réconciliation et accéder au Palais Kosyam le soir du 11 octobre 2015 (date initialement retenue pour la présidentielle, avant le coup d’Etat). Mais, le colonel Yacouba Ouédraogo sera frappé par la loi du 7 avril 2015 ; sa candidature pour la magistrature suprême est recalée. Le parti se voit ainsi obligé de revoir à la baisse ses ambitions. Le coup d’Etat de septembre 2015 apparaît comme le deuxième coup dur encaissé par le parti. Lui qui a vu, à cet effet, son capitaine arrêté et incarcéré le 18 novembre 2015 à la Maison d’arrêt et de correction des Armées (MACA). Néanmoins, sa participation aux législatives du 29 novembre 2015 lui permet d’arracher un député (élu dans la province de l’Oudalan) et d’être ainsi présent à l’Assemblée nationale. Le 24 décembre 2015, le parti déclare son appartenance à la Majorité présidentielle « pour la paix et la réconciliation nationale, gages d’un développement durable ». Une option qui a fait des grincements de dents dans ses rangs et considérée pour une certaine opinion comme « un deal politique » avec le parti au pouvoir. En tout cas, le scrutin municipal du 22 mai dernier semble confirmer la méforme du parti, qui va sortir bredouille de la compétition. Aucun conseiller municipal au compteur. Alors que sa mise en liberté provisoire en fin mars 2016 était perçue par certains observateurs comme une bouffée d’oxygène et un élément catalyseur de par l’effet moral sur les militants et sympathisants, le colonel « Yac » va rendre sa démission des instances du parti. Il est suivi une dizaine de jours par le secrétaire général du parti, Yacouba Jacob Barry. « Courte parenthèse de vie militante ! », constatera-t-on pour ces deux grands départs et certainement un coup dur pour le parti.

Ces difficultés vont-elles avoir raison de ce parti, surtout lorsqu’on sait également que sous nos tropiques, l’on s’attache plus aux individus qu’aux idéaux et qu’il est dit du colonel, un rassembleur ?

En tout cas, on peut relever que depuis son arrivée sur la scène politique, la vie de ce parti a été secouée à travers notamment ces « désormais ex-leaders ».

Bien avant ces épisodes, le secrétaire général, Yacouba Jaocb Barry a été victime le 30 mai 2015, d’une « agression » au cimetière de Gounghin lors de la cérémonie de dépôt de gerbes de fleurs sur les tombes des « martyrs » de l’insurrection. Une situation qui lui a visiblement porté un coup dur.

(Yacouba Jacob Barry sur son agression le 30 mai dernier : « Le problème est plus profond que ça »-).

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
Gestion 2017 du gouvernement : Une « dégradation des indicateurs » dans la gestion financière et comptable
Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Des missions d’explication dans 38 pays
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés