Commission électorale nationale indépendante : Les nouveaux membres ont prêté serment

jeudi 28 juillet 2016 à 01h46min

Les 15 nouveaux membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), ont prêté serment devant le Conseil constitutionnel comme le veut la loi avant leur prise de fonction effective. C’était au détour d’une cérémonie solennelle de l’institution que dirige le président, Kassoum Kambou, le 27 juillet 2016 à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Commission électorale nationale indépendante : Les nouveaux membres ont prêté serment

Pour avoir accès à la salle d’audience du Conseil constitutionnel, il fallait montrer par deux fois patte blanche. En effet, une première fouille avait lieu au niveau de l’entrée principale du Conseil, suivie d’une autre qui permettait aux nombreux invités de prendre part à la cérémonie.

Ont assisté à cette cérémonie, des personnalités telles que le ministre d’Etat, Simon Compaoré en charge de l’administration du territoire et de la décentralisation ; le conseiller spécial du président du Faso, Mathias Tankoano ; le président sortant de la CENI Me Barthélemy Kéré …

Prévue pour débuter à 15h00mn, les « 10 sages » du Conseil constitutionnel (le président y compris), ont fait leur apparition autour de 15H03mns, suivis des 15 nouveaux membres de la CENI. Dès lors, les choses sérieuses pouvaient commencer.

Ordre a été donné aux greffiers de donner lecture des textes législatif et règlementaire qui d’une part, justifient la tenue de l’audience solennelle du Conseil et d’autre part, prouvent que c’est bien les concernés qui doivent prêter serment afin d’assurer les nouvelles fonctions pour lesquelles ils ont été élus. Puis suivra aussi la lecture de leurs curriculum vitae respectifs.

C’est après cela qu’ils diront en levant la main droite : « Je le jure » après que le président du Conseil constitutionnel leur ait donné lecture de la formule consacrée : « Je jure d’exercer mes fonctions en toute intégrité, objectivité et probité en m’abstenant de tout comportement susceptible de nuire à la totale transparence, à l’organisation, à la supervision des opérations électorales et référendaires, en accomplissant conformément à la loi et avec la République, honneur et patriotisme les tâches liées à mes fonctions ».

Les mises au point du président Kambou

Le président, Kassoum Kambou a pris acte de la prestation de serment des 15 membres de la CENI, les a félicités et renvoyés à l’exercice de leur fonction. Un procès-verbal de l’audience sera dressé à toutes fins utiles a-t-il fait savoir et renvoyé l’équipe entrante à l’exercice de son mandat de 5 ans.

Cependant, en bon « sage », il n’a pas manqué de donner la portée et le sens de la prestation de serment de la nouvelle équipe, conduite par son président, Newton Ahmed Barry.

On retiendra que « le serment est, d’une manière générale, une affirmation solennelle et codifiée qu’une personne fait par voie orale en vue d’attester l’engagement de bien accomplir une mission, selon les règles y afférentes ».

Hérité du droit romain, et aussi connu de nos sociétés, le serment est « un engagement sacré » qui joue « un rôle politique et social de première importance ». Il est aussi « un engagement verbal et le geste qui l’accompagne (lever la main droite et dire « je le jure ») n’importe pas moins que les paroles prononcées. Il revêt alors une valeur morale en nous renvoyant au principe du respect de la parole donnée … ».

Le serment est aussi « un facteur de cohésion sociale, puisqu’il va s’inscrire dans les rapports entre les hommes » et est « un acte juridique, sanctionné comme tel s’il est violé. Il faut donc retenir essentiellement que le caractère sacré du serment a pour corollaire obligé un caractère juridique » a fait savoir le président, Kassoum Kambou qui a précisé qu’ « on ne peut l’enfreindre sans tomber sous le coup d’une sanction, qu’il s’agisse d’une sanction divine ou humaine ».

Il a dit qu’en rappelant cela, il ne s’agissait pas d’effrayer les membres entrants, mais de leur montrer combien la fonction est « noble mais difficile ».

Quant au nouveau président de la CENI, Newton Ahmed Barry, il est revenu sur les chantiers qui l’attendent lui et son équipe. Il s’agit en priorité, de la reprise des élections municipales dans certaines localités du pays ; de la question du vote des burkinabè de l’extérieur et éventuellement de l’organisation du référendum pour le passage à la 5ème République.

Angelin Dabiré
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés