Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

lundi 30 mai 2016 à 00h05min

Ils vivent désormais dans la clandestinité à Bobo-Dioulasso. Les homosexuels sont devenus persona non grata dans une ville où ils vivaient pourtant "sans gêne".

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

Samedi 23 avril, il est 16 heures lorsque nous arrivons à Sikasso-Cira. C’est dans ce quartier que vivaient les homosexuels qui ont été sommés de quitter les lieux. Moussa et Karim* sont assis devant leur porte lorsque nous engageons la conversation. « Si c’était à refaire, nous allons le faire encore et encore », lâche Moussa qui nous indique un domicile dans lequel vivait un membre de la communauté gay.

Virer des homosexuels d’un quartier : pourquoi est-on arrivé à cette extrémité ? Nos interlocuteurs ne manquent pas d’explications. Le quartier, selon certains habitants, était presqu’infréquentable « à cause de ces personnes » et si rien n’était fait, « ce sont les enfants qui allaient en pâtir tant leur comportement était pernicieux ». C’est donc un groupuscule qui s’est levé contre les homosexuels de Sikasso-Cira ce jeudi 28 mai 2015 dans l’après-midi aux environs de 16 heures. « Pourtant, parmi eux, nous raconte Roméo, il y avait ces mêmes marcheurs qui couchent avec les gays ».

En effet, se rappelle-t-il comme si c’était hier : « Ce jour-là, ma sœur m’avait chargé d’une commission. Et lorsqu’elle a vu la foule, elle m’a urgemment appelé au téléphone pour me prévenir. Elle est venue par la suite me chercher à moto et nous sommes allés dans un autre quartier ». A la question de savoir si Roméo a été agressé ou violenté, il répond par la négative.

Plutôt beau garçon, les cils bien coiffés, Roméo a un physique assez attrayant et un style vestimentaire soigné. Il nous accueille dans un café après une petite hésitation. La veille, il n’a pas caché sa réticence à nous parler. Très vite, nous le rassurons sur nos intentions qui n’étaient en rien hostiles. Une fois dans le café, il peine à nous parler. Il se présente tout de même et donne son âge : 21 ans. « J’ai arrêté l’école en classe de 4ème », confie-t-il à voix basse.

Roméo est bisexuel. « Je ne suis pas né avec cette orientation sexuelle. Je l’ai appris comme beaucoup d’autres. Il m’arrive donc d’avoir des relations avec des filles », précise-t-il. Après la chasse aux homos, Roméo et ses camarades se sont réfugiés dans la capitale – Ouagadougou-. Selon son témoignage, plusieurs de ses pairs y sont encore. Il souligne même que l’un d’entre eux a rejoint un pays voisin. « Ça marche bien pour lui là-bas », confie-t-il.

Plus tard, un autre membre de la communauté LGBT (lesbiennes, Gays, Bisexuels et transsexuels) de Bobo nous rejoint dans le café. Tout aussi jeune, il est élève en classe de Terminale, série littéraire. « Je suis plutôt préoccupé par mon examen. Je ne fais plus beaucoup le marché. Je vais rarement dans les boites de nuit » nous confie Martin. Visiblement préoccupé par son baccalauréat, il ne peut tout de même pas s’empêcher de déplorer l’idée d’une marche contre les homosexuels le 28 mai 2015.

D’ailleurs, lâche-t-il : « on se connait dans le quartier. Les gens s’en prennent aux homosexuels oubliant qu’ils sont eux-mêmes leurs clients. Certains faisaient même partie des marcheurs ce jour-là ! ». Roméo, sourire aux lèvres ne veut pas en dire plus. Il sait, lui-aussi, que parmi les marcheurs se trouvaient ses clients. Des hommes qui n’arrêtent pas de lui faire la cour et qui veulent toujours sortir avec lui...

Pas seulement une question de plaisir

La curiosité, l’occultisme et l’appât du gain sont les principales raisons qui poussent des hommes à coucher avec leurs semblables. C’est du reste le témoignage de certains homosexuels rencontrés dans quelques boîtes de nuit à Bobo-Dioulasso. « On ne peut pas tout vous raconter. Le monde du sexe, pire, celui de l’homosexualité est un autre univers. Nous avons affaire à toutes sortes de clients ! Commerçants, hommes politiques, hommes d’affaires, opérateurs économiques, artistes, etc. Si certains sortent avec nous par plaisir, d’autres malheureusement le font à d’autres fins », explique John. Très beau garçon, John est parvenu à un teint clair grâce aux produits éclaircissants. « Quand on est homo, il faut faire la différence avec une petite particularité. Moi j’ai choisi de me dépigmenter. Et ça me plait bien d’avoir un teint clair », confie le jeune homme.

Pourquoi cette chasse aux homosexuels ?

Lundi 25 avril 2016, nous voilà de nouveau dans le quartier Sikasso-Cira. Objectif, chercher à comprendre pourquoi cette chasse aux homosexuels. Nous retrouvons Adama qui campe toujours sur sa position. Visiblement l’homme en veut à mort aux homosexuels. « Je sais où ils habitent. Ils ne sont plus que deux dans le quartier : un vieux et un jeune ». Cette haine envers les homosexuels à Sikasso-Cira est tout de même soudaine. Si l’on s’en tient aux propos d’Alexandre Kaba Diakité, un habitant du quartier, les homosexuels habitent Sikasso-Cira depuis des années. Ils vivaient tranquillement jusqu’à ce qu’ils commencent à recevoir leurs amis de Ouagadougou et de la Côte d’Ivoire. Sikasso-Cira était donc devenu un repaire en matière d’homosexualité.

Pire, poursuit Alexandre Diakité, « ils organisaient même des réunions chez une dame vers le bois d’Ebène ». Le célèbre prêcheur Djaffar Hema, dans ses prêches, ne manquait pas de désigner Sikasso-Cira comme le fief des homos. En plus de l’homosexualité, raconte Alexandre, le phénomène de la pédophilie se propageait également dans le quartier. Cet autre phénomène semble être l’élément qui a mis le feu aux poudres !

Un homosexuel s’est enfermé avec un enfant jusque tard dans la nuit. La goutte d’eau a donc fait déborder le vase, d’où la marche pour interpeller les autorités religieuses et administratives qui ont par ailleurs donné leur avis de soutien pour la marche. Ce jeudi 28 mai, des habitants du quartier ont marché et marqué des haltes devant les domiciles et lieux de réunion des homosexuels.

Ces marcheurs avaient-ils des preuves qui confirmaient l’orientation sexuelle des personnes incriminées ? « Bien sûr que oui » répondent Alexandre et Adama. A les entendre, ces derniers ne le cachaient absolument pas ! Ils le disaient et le montraient à qui voulait l’entendre ou voir. A travers leur habillement, leur façon de parler et leur comportement, les homosexuels du quartier ne passaient pas inaperçus selon Alexandre Kaba Diakité. En tout cas, depuis la marche, le phénomène a beaucoup diminué dans le quartier.

Aussi, confie M. Diakité, l’objectif de la marche n’était pas de les empêcher de vivre selon leur orientation sexuelle. Il y a qu’à un moment donné, les habitants du quartier craignaient que le phénomène ne prenne une certaine ampleur influençant les enfants. Il n’était pas non plus question que le quartier soit le fief des homosexuels de Ouagadougou et de la Côte d’Ivoire. Selon les habitants, il fallait donc agir pour mettre fin à ce projet. Cependant, Alexandre Diakité reconnait que les homosexuels ont le droit de vivre et d’avoir leur orientation sexuelle, « même si cela est condamné par les religions et contraire aux bonnes mœurs ».

Du mutisme des organisations de défense des droits de l’homme ?!

Au lendemain du 28 mai 2015, plusieurs organisations de défense des droits de l’homme se sont intéressées à cette « chasse » aux homosexuels. Au nombre de ces organisations, l’ONG REVS+, une structure associative qui œuvre depuis deux décennies pour la prise en charge des personnes infectées par le VIH/Sida. Charles Somé, chargé de mission plaidoyer, droits humains de l’ONG REVS+, indique que son organisation a suivi les événements de Sikasso-Cira. « Nous sommes uniquement une structure de prise en charge médicale et de prévention des IST/VIH/SIDA.

Cliquez pour lire la suite sur regions.lefaso.net

Basseratou KINDO
Lefaso.net
*noms d’emprunts
*LGBT (lesbienne, Gays, Bisexuels et transsexuels)

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 30 mai 2016 à 00:19
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso par sagesse

    ce n’est pas parce qu’on les pourchasses qu’ils ne peuvent pas se soigner ! on se présente à l’hôpital en tant que malade et non en tant que homosexuel ou hétérosexuel. c’est un fait problème.ils n’ont pas leur place au Burkina Faso. Qu’ils aillent voir ailleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 01:06
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Mefiez vous de ces genres de personne, ils disentry jamais la verite, Et voulant que les atresia so so isn’t comme eux ( pratique diabolique) ; maudi

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 01:48
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Ecoutez, vous parler de leurs clients. Ce sont des homosexuels ou bien des prostitues ? Moi je xcrois que ces Kaba Diakite veulent faire parler d’ eux encore. Sinon, c’est une perte de temps de vouloir gerr les activites intrajambieres des gens. Et les hommes et les femmes qui ont des rapports sexuels particuliers. Vous dites quoi ? Si un homme pratique la sodomie avec sa partenerre, comment vous allez le savoir ? Ne perdez pas le temps des gens.Dans toute population il y a 10% de personnes qui vivent une orientation sexuelle alternative, cad, differente de la sexualite heteronormative(homme/femme). La question genre est tres complexe : Il y a les heterosexuels(hetero- veut dire different). Il y a les homosexuels(homo veut dire meme chose). Il y a les bisexuels( ils sont attires par les hommes et aussi par les femmes mais ca ne veut pas dire que ce sont des gourmands sexuels). Il y a les pansexuels(pan veut tire tout).Il y a les asexuels( le sexe ne leur dit rien et ils sont aussi normaux). Il y a les intersexues(ils ont les deux sexes et il se peut qu’ un soit plus developpe que l’ autre). Une autre dimension du genre est le cisgenre(quand ton corps est aligne sur ton vrai genre). Et transgenre quand tu es par exemple une fille selon ton anatomie mais tu te sens garcon emprisonne dans le corps d’ une fille par exemple et vice - versa( par exemple, fille- garcon, homasse, effemine, etc.). a question genre entretient des liens avec l’ orientation sexuelle.Le terme orientation sexuelle est plus juste et moins jugental que leterme prefrerence sexuelle qui implique un choix. On ne choisit sa sexualite, sinon avec tous les problemes que les gays et les lesbiennes vivent en societe, ils allaient changer de sexualite. Ou encore si quelqu’ un croit que c’ est un choix, il n’ a qu’ a essayer d’ avoir des relations sexuelles un seul jour avec le memesexe un seul jour, a titre experimental. Il y a beaucoup d’ hypocrisie qui entoure cette question. On voue aux gemoniesdes adultes qui vivent leur sexualite de facon consentante mais on ne dit rien sur des vieux de 60 ans qui violent des mineures de 12 ans dans nos hotels qui ne sont que l’ antre du mal. Des adultes consntants, ou est le crime ? Qui etes- vous pour juger ? Qui a deja parle avec Dieu ? Pape Franois a dit qu’ il n’ est pas Dieu pour juger les homosexuels.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 06:50
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    au lieu d’organiser une marche contre les homosexuels, organisez une marche sur eux, tuez-les sinon votre ville connaitra un malheur

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 07:13
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    « Je ne suis pas né avec cette orientation sexuelle. Je l’ai appris comme beaucoup d’autres. Il m’arrive donc d’avoir des relations avec des filles »,
    pensez vous que tout ce qui s’apprend est bon ? sinon ce serait bon d’apprendre à voler aussi, bref.
    Je suis scandalisé au vu d’une telle situation !!! Bassératou je vous félicite pour votre initiative. nous faire un tel épilogue de l’épisode des gay à Cikass est une bonne chose ! cependant je voudrais critiquer le titre de l’article qui sonne comme une incompréhension au fait qu’on veuille vider ces insociables du quartier. il n’est jamais tard pour mieux faire ! Roméo le bisexuel à tout dit. ils ne sont pas nés avec, ils l’ont appris comme tant d’autres et c’est sûrement dans la dépravation qu’ils ont été contaminés par éventuellement des touristes qui sont prêts à tout pour satisfaire leur curiosité, les jeunes (selon leur présentations) provenant généralement de milieux désœuvrés voient là une occasion de se faire un peu de sous sans se soucier des conséquences graves sur la santé, sur leur avenir, sur nos valeurs qui ne sont pas aliénables. ces jeunes sont des victimes et risquent de contaminer beaucoup d’autres enfants vulnérables.
    Avec ces gens, c’est tolérance zéro !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 07:22, par DROITAUBUT
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Ces gens ne sont pas que des homosexuels, ce sont des prostitués !L’orienttion sexuelle est une chose qui peut être libre, mais la tarification des rapports sexuels n’est pas acceptable dans les moeurs burkinabé. On peut donc craindre pour l"éducation de nos jeunes avec une prostitution homosexuelle !

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 08:48, par nous
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Ce sont ces genres de structures soit-disant sociales qui participent à la destruction du monde. Que vaut un pays sans SIDA peuplé d’homosexuelle ? NON et NON. Pourquoi on ampute le bras pour éviter que le mal ne se propage à tout le corps ? L’assainissement de la société burkinabè passe par l’élimination de tous les ordures. Je suis prêt à un combat sans merci contre ces déviants de notre société.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 08:57, par Time Will Tell
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Quelle société voulons-nous. si nous acceptons aujourd’hui que l’homme couche avec l’homme, nous ne pourrons pas nous opposer demain qu’un fils couche avec sa mère ou un père avec sa fille. il n’y aura pas d’argument. c’est la suite logique des libertés basées uniquement sur le consentement de l’individu. et ça sera le début de l’effondrement de nos sociétés. Ce sont juste de déviance qu’on peut soigner, mais face aux dollars américain et Euro tout le monde crie droit de l’homme. Time Will Tell !

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 09:23, par Time Will Tell
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    internaute 3, tu as bien commencé et tu as mal terminé : tu dis que des 60 ans sortent avec des filles de 12 ans. connais-tu un cas qui a été revelé et qui n’as pas été condamné ? si toute personne qui a intérêt porte plainte ce vieux sera condamné. ton argument ne tient pas.
    tu dis également : "Des adultes consntants, ou est le crime ?" je vois que vous avez un problème de moral. nous sommes dans une société qui a des mornes qui sont au dessus des consentement individuel. sera-tu content de voir ton fils coucher avec sa soeur par consentement mutuel ?
    vous avez lu l’article de travers. La population a réagi a cause du comportement excessif sinon a bien dit qu’ils vivaient depuis dans la cité sans problème. et si tu as bien lu certains sont devenus homo plus tard. ils peuvent aussi transformer les enfants du quartier. a cela le problème de pédophilie§§§
    Et puis a écouter tes filleuls, tes arguments sont à terre car certains le font pour de l’argent : " Il souligne même que l’un d’entre eux a rejoint un pays voisin. « Ça marche bien pour lui là-bas ». tu vois que c’est du commerce !!!

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 09:31, par Ikarus
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    IL faut peut être rappeler l origine de la création a ces gens Dieu a créée chaque chose avec son contraire c est a dire avec un mal et une femelle. Et eux il veulent nous faire croire qu il s est trompé lui qui sait tout ? ces personne ne mérites pas de rester en société car ils sont comme un poison un cancer.Aucune explication n est valable pour qualifier cet acte ignoble qui n honore pas l humanité,d aucun diront que c est leur droit et que c est aussi leur vie donc tout leur est permis mais je suis désolé.nous somme en société et une société est régis par un code de vivre ensemble et je ne soutiendrai jamais ces personnes qui copies tout de l occident sous prétexte qu il s agit du développement. Malheur à eux car il vont tout droit vers l enfer s il existe et croyez moi il existe vraiment.Une simple marche ne suffira pas pour ces gens il faut les traquer puis les bouter hors de chez nous il y vas du bien être de nos enfants.Que Dieu bénisse le Faso et le protège.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 10:31, par npougou
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    cet article serait il un publireportage insidieusement commandé par le lobbying des LGBT ? Il me semble que oui, car notre célébré journaliste dans sa chasse à l’information aussi bien que sa liberté à la publié se serait interroger tout naturellement sur la pertinence, l’actualité et l’opportunité d’un tel article. Ces gens là cherchent à tout moment à gagner par le truchement d’une bataille médiatique ! soyons vigilant à ce niveau car c’est la méthode à la mode pour eux !

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 12:21, par lionel
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    ce qui m’écoeure le plus ce quand les donneurs de leçon sont pires que ceux q’ils disent combattre. on voit dans nos quartiers des vieux sortir avec des filles de 14ans mais sa ne choque personne. cependant on se dit choqué quand on voit deux personnes majeures et consententes du meme sexe etre en couple. vraiment pathétique !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 12:29, par EBENEZER
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Les homosexuels sont des malades. Si la médecine ne peut pas les soigner, Le Dieu tout puissant peut le faire.Supposons que dans une société, tous les hommes et toutes les femmes soient des homosexuels. Comment se renouvellera cette population ?
    Quand l’être humain refuge de regarder à son créateur, sa perte est imminente.
    Que la jeunesse ne se livre point à du n’importe quoi pour quelque raison que ce soit(chômage, pauvreté, manque d’argent etc..).
    Sait -elle que leurs grands parents ont subi la misère, la souffrance, bref des conditions de
    vie très difficiles sans pour autant jamais se livrer à de telles bassesses ?
    Les homosexuels et déviants sexuels se réfugiant dans le groupe de la communauté LGBT ne seront pas majoritairement acceptés au Faso.
    Je comprends pleinement tous ceux qui s’opposent à ces pratiques honteuses qui placent l’animal au dessus de l’homme.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 13:15, par ATTENTION
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Je pense que si le gouvernement ne prend cette affaire au sérieux avec une loi pour les punir sévèrement ces LGBT, un jour viendra où ce sont les populations qui vont s’occuper et traité de ce problème qui est entrain de prendre de l’ampleur. ce qui s’est passé l’an dernier rien d’abord. Prochainement les conséquences seront irréversibles.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 14:21, par le Burkinabé
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    c’est exactement ça oui, que les gens parlent d’eux, ont ne marche pas contre eux ont les chasses loin du quartier, au faite ils faut les brouté hors de la ville..

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 14:23, par Horus
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Cet article me semble tendancieux. A t-il été préparé avec le lobby pro-gay ? Vous semblez chercher à comprendre l’incompréhensible Mme la journaliste, Dieu sait pourquoi il a créé Adam et Eve au lieu de Adam et Hassam ou Adam et Abdoul par exemple. Pourtant nés d’un homme et d’une femme, ces gays ne sont pas reconnaissants envers DIEU. Ces sodomites sont tout simplement une ABOMINATION. Il n’y rien autre à dire.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 14:40, par Diéré
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Ce sujet là ! j’avoue que quand j’attend parlé des LGBT (lesbiennes, Gays, Bisexuels et transsexuels)je suis plus que découragé tellement ça m’énerve. Quand je sort souvent pour regardé toutes ses jolie filles dehors,si je pouvais je les prendrai toute pour femme !.je peut pas comprendre qu’un homme désir un homme ou que une femme désire une femme.c’est contre nos valeurs morales.si c’était le cas eux même ne viendront pas au monde.je pense que c’est des malades,des possédés qui ont besoin d’être soigné,délivré, de gré ou de force.

    Que ça soit claire pour certains de nos chefs d’Etat que nous appelons affectivement des vendu ou les patins des occidentaux, ceux là même qui copie à la lettre les connerie des occidentaux,nous n’accepterons jamais un tel mode de vie qui bafoue toute nos valeurs.s’il veulent qui part vivre en Europe.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 14:50, par peggy compaore
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Je pense qu’il serait bien d recadrer le sujet de cet article. S’agit-il d’homosexualité, de pedophilie, ou d prostitution ? Pour ma part ceux la sont des prostitués et non des homosexuals. Un vrai homosexuel ne decide pas du jour au lendemain d’essayer d’entretenir des rapports sexuel avec une personne de même sex et il ne parle pas non plus de marché ni de client. Dès que l’on va dans ce sens la le sujet devient sur la prostitution qui est un autre debat.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 15:11, par boka
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    quand le jeune dit que’’ ca marche bien pour lui la bas’’ en parlant de son amis partis en cote d’ivoire que veut -il dire ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 15:45
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Parfaitement d’accord avec l’internaute 11.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 16:36
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Très bel article ! Je vous tire mon chapeau contrairement à l’internaute 11. Il s’agit là d’un véritable travail d’investigation. J’ignorais complètement l’ampleur du phénomène à Bobo Dsso. Et si l’on n’y prend garde, c’est l’avenir de nos enfants qui est en jeux. Félicitation à toi Bassératou !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 19:59, par homophile anonyme
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Comme le relèvent quelques internautes, cet article ne parle pas d’homosexualité mais de commerce, de prostitution homosexuelle, alors pourquoi l’article n’est-il pas un article sur la prostitution ? Encore un faux débat infécond !

    Le titre de l’article, par ailleurs, est fautif car il prétend être allé sur les traces des LGBT, pourtant il ne contient aucun témoignage de filles (lesbiennes ou bisexuelles), aucun témoignage de transgenres, seulement de quelques beaux garçons qui, tous, font le marché et parlent de clients ! C’est donc un article exclusivement sur des prostitués homosexuels. Et en rien un article de fond...

    Pourquoi les "marcheurs" n’ont-ils pas marché contre la prostitution, en général ? Des filles qui se prostituent (outre le fait qu’il faut envisager qu’elles sont, peut-être, des victimes), est-ce un meilleur modèle pour les enfants ? Et que dire de la télé, des programmes ultra violents qu’elle déroule, dont les enfants se goinfrent chaque jour ? Il y a trop d’hypocrisie.

    En fait, le problème des koglwéogo et celui des beaux garçons qui gagnent leur vie grâce à leur beauté ont un point commun, et c’est ce point-là qui scandalise : LA VISIBILITÉ. S’ils n’opéraient que dans l’ombre (les Koglwéogo ou les prostitués garçons), personne (surtout pas les clients-marcheurs hypocrites !) ne trouverait à redire

    La morale des biens pensants aime tout ce qui est caché, alors elle hurle au loup si elle en voit la queue ! C’est d’une hypocrisie crasse. Et la plupart des réactions à ce "genre" d’article font froid dans le dos, tant elles dénotent la bêtise, l’étroitesse d’esprit, le manque patent de réflexion de ceux qui les formulent, pour la plupart sans même daigner signer d’un pseudo, ce qui ne permet pas de les interpeller personnellement.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai 2016 à 20:48, par homophile anonyme
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    DEPUIS LA PARUTION DE CET ARTICLE, IL EST TOUJOURS PRÉSENT EN TÊTE DE GONDOLE PAR LE MOTEUR DE RECHERCHE, IL EST TRAITE DIFFÉREMMENT DES AUTRES ARTICLES, COMME SI SON BUT ÉTAIT DE "FAIRE VITRINE" POUR LE FASO.NET, D’ATTIRER LES INTERNAUTES, NI PLUS NI POINT QUE S’ILS ÉTAIENT, EUX AUSSI, DES CLIENTS... CA RESSEMBLE A S’Y MÉPRENDRE A DE LA PROSTITUTION !

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin 2016 à 07:36, par 689
    En réponse à : Homosexualité : Sur les pas de la communauté LGBT de Bobo-Dioulasso

    Bonjour,

    Vous voulez vous en prendre aux homosexuels ; alors que ferez-vous des bisexuels et des asexuels par exemple ?
    Je vous rappelle que les homosexuels ne couchent pas seulement entre eux mais aussi avec des personne bisexuelles qui paraissent tout à fait normales (peut être même qui font parti de ceux qui parlent beaucoup...)
    personne n’a le droit de juger son prochain encore moins de lui ôter la vie quelque soit la raison.
    Que chacun s’occupe de retirer la poutre qui est dans son œil, ainsi il verra plus clair pour retirer la paille qui est dans l’œil de son frère.
    Pour votre gouverne un péché est un péché aux yeux de Dieu, tous les péchés se valent, il n’y a pas de petit péché et de grand péché.
    Tu désire une femme qui n’est pas ta femme, tu as péché
    tu mens, tu as péché
    Tu tue, tu as péché
    Tu es homo, tu as péché
    Nous sommes tous pécheurs, le mot final revient à Dieu.
    Tant que chacun vit sa sexualité sans déranger les autre il n’y aucun problème.
    Combien sont-ils, qui la nuit tombée, sodomise les filles ? on appelle sa quoi ?
    Après c’est pour venir parler au hasard ici.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés