Aménagement urbain de la section urbaine de la RN04 : Les acteurs se concertent pour mieux coordonner les travaux

samedi 21 mai 2016 à 15h55min

La direction générale des infrastructures routières a rencontré le 20 mai 2016 à Ouagadougou, certains acteurs qui interviennent d’une manière ou d’une autre dans les travaux d’aménagement de la section urbaine de la RN04. Il s’agissait d’une rencontre d’informations et de concertation afin de mieux coordonner les actions et éviter au maximum les désagréments aux riverains.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Aménagement urbain de la section urbaine de la RN04 :  Les acteurs se concertent pour mieux coordonner les travaux

Étaient représentées à cette rencontre, une quarantaine de structures (SONABEL, ONEA, ONATEL, la police municipale...) impliquées dans la réalisation des travaux.
Les travaux, eux consistent à l’aménagement de la section urbaine de la RN04, allant du croisement de la RN04/RN03 à l’échangeur de l’est à Ouagadougou, y compris un passage supérieur et le prolongement jusqu’au croisement de l’avenue de la liberté.
Le projet d’un montant de 24 322 912 596 FCFA TTC a été attribué à l’entreprise COGEB international avec un délai d’exécution de 18 mois.

Le financement est assuré par l’Etat burkinabè et la BOAD (Banque Ouest-africaine de développement).
Et comme objectifs, le projet vise la décongestion du trafic dans la ville de Ouagadougou par : l’amélioration de la mobilité des personnes ; le renforcement de la sécurité routière ; la réduction du coût d’exploitation des véhicules ; la promotion des échanges économiques et sociaux de la Région du Centre.

Les travaux d’aménagement de voie et de contre-allées visent eux à : maintenir le trafic actuel sur des voies viables et sécurisées, assurer le confort des usagers, limiter les désagréments causés aux riverains.

La consistance des travaux

Les travaux sont constitués d’un lot unique comprenant : les travaux d’installations ; la construction des voies principales de la route RN4 entre l’avenue de la liberté et l’échangeur de l’Est ; la construction d’un mini-échangeur au carrefour situé à l’intersection du projet avec la RN3, constitué d’un giratoire plan et d’un passage supérieur en pont dalle en béton armé ; l’aménagement des voies secondaires de l’échangeur ; l’aménagement des contre-allées de la RN4 ; la construction de passerelles piétonnes au niveau du Centre Hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo et de la gare de l’est ; les travaux de construction d’ouvrages d’assainissement ; les travaux de rallongement d’ouvrage de drainage existant au droit des canaux de Zogona et de Wemtenga ; les travaux de déplacement, confortation et de réservation de réseaux divers (eau, électricité, télécommunication) ; les travaux d’éclairage public et de signalisation lumineuse ; les travaux de signalisations verticale, horizontale et équipements de sécurité ; les mesures environnementales et sociales ; la construction de voie de déviation.

La direction générale des infrastructures routières rassure

La rencontre entre intervenants est une initiative de la direction générale des infrastructures routières, chef du projet. Aussi, son directeur général, Vincent De Paul Dabiré assisté d’un de ses collaborateurs, Roland Somda a rassuré sur le fait que les désagréments seront minimisés au maximum.
« La réunion de ce matin c’est surtout pour informer les populations riveraines qui sont composées d’administration et de privés, pour le démarrage de travaux de la route de la section urbaine qui va de l’échangeur route de Fada N’gourma jusqu’au croisement de l’avenue de la liberté.

Il y a une grande concentration de populations sur cette avenue qui est très difficile. Pour son aménagement, on a beaucoup de désagréments qui peuvent survenir si on n’informe pas les populations de ce qu’il y aura comme travaux à réaliser. D’autant que la route sera élargie afin de la mettre en deux voies deux voies, séparée par un terre-plein central avec des contre-allées dans certaines zones.
Il faut que les populations sachent qu’en faisant cette route, Il y a des accès et des déviations qui pourront être réservés à eux, afin qu’ils puissent continuer à accéder tranquillement à leur service, lieu de travail ou concession même s’il y aura de petits désagréments.

Les travaux ont débuté en fait depuis le 03 mai dernier et l’entreprise est actuellement à sa phase d’installation. Elle est en train d’installer son matériel, de déplacer certains réseaux pour véritablement commencer les travaux ».

COGEL international s’engage à respecter les délais

En charge de la réalisation des travaux, l’entreprise COGEL international s’engage à respecter les délais impartis et dans les règles de l’art aux dires de son directeur technique et d’exploitation, Luc Frache.
« C’est effectivement COGEB international qui va réaliser l’ensemble de ces projets, de 4,4 kms pour la section normale, ainsi que le prolongement d’à peu près 2,500kms de contre-allées avec un délai de 18 mois pour réaliser le projet à partir de maintenant.
Pour les usagers, d’une manière générale ça ne pas changer grande chose.

La réunion d’aujourd’hui à pour but justement d’expliquer aux avoisinants, à tous les usagers de la route et les administrations qui longent ce projet, des contrats et des dispositifs qui vont être pris durant toute la durée du chantier.
Globalement le trafic ne va pas changer. On va simplement faire quelques déviations, aux droits de la nationale qui existe aujourd’hui, pour permettre à l’entreprise d’effectuer les travaux d’une manière technique et normale.

Sur les deux grosses déviations qu’on va créer au niveau du CNRST et du canal de Zogona ainsi que la gare de l’est, il y aura un dispositif de signalisation particulière afin que les usagers puissent s’y retrouver.

Nous demandons une bonne compréhension des usagers dans un respect de la signalisation routière qu’on va mettre en place en phase provisoire du projet ».
Quant au respect des délais impartis, il dira : « Les gens ne connaissent pas bien cette société. COGEB est une entreprise citoyenne qui a toujours respecté ses engagements techniques et surtout les délais. On fera ce chantier dans les délais impartis ».

Angelin Dabiré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 28 juin 2016 à 20:37, par Ouagalais
    En réponse à : Perplexe ...

    Pour connaitre parfaitement la structure familiale COGEB " International ", je me permets d’émettre de sérieux doutes par rapport au respect des délais de réalisation de ce projet-ci.
    Ne parlons pas des projets qui sont censés être réalisés par cette même société, et ce durant la même période, ni ceux précédemment réalisés (avec difficulté) auparavant (ex : Mali...)
    Un petit conseil aux décideurs et politiciens : on ne s’improvise pas du jour au lendemain constructeur de voiries, bâtiments et autres...il faut un minimum d’organisation pour cela !
    A défaut, je pense aujourd’hui que le peuple burkinabé a les yeux bien ouverts ...méfiez vous simplement de ne pas trop nous décevoir ... certains en ont déjà subi les conséquences.
    A bon entendeur ...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés