Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

mardi 3 mai 2016 à 23h29min

Ils sont nombreux, souvent plus d’une dizaine par jour, les camions citernes ou camions transportant des fûts, qui viennent prélever de l’eau du barrage n°2 de Ouagadougou celui qui se trouve en face du centre de santé « Schiphra ». Ils appartiennent pour la plupart à des entreprises de BTP qui utilisent cette eau pour leurs travaux divers. Nous avons voulu savoir comment se fait la gestion de ce trafic.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

Nous avons dans un premier temps cherché à rencontrer les acteurs même de cette activité, c’est-à-dire les personnes qui viennent extraire l’eau du barrage. Dipama Rasmané et Kabré Issa travaillent pour des entreprises de bâtiments et travaux publics (BTP). Interrogés sur le prélèvement de l’eau qu’ils faisaient, ils affirment pouvoir prélever chacun 1000 litres d’eau ou plus par voyage et pouvoir faire entre un et quatre voyages en fonction des besoins.

Pour ce qui est des autorisations pour cette activité, Kabré Issa affirme que son patron dispose d’une autorisation octroyée par la mairie de Baskuy. Il ne possède aucune preuve de cette autorisation sur lui. Dipama Rasmané, lui, avouera n’en posséder aucune et n’avoir jamais été interpellé à ce sujet.

Une gestion ambigüe

Nous nous sommes donc rendues à la mairie ; pas celle de Baskuy mais celle de l’arrondissement n° 4 (ex. mairie de Nongr’Massom) qui comprend dans sa zone d’action les barrages n°2 et 3. Là, nous nous sommes entretenues avec Jacob Koudougou, Secrétaire général de la mairie. A ses dires, une certaine confusion règne quant à la gestion de ces barrages. Il parle d’une « gestion tripartite et ambigüe » des barrages entre sa mairie, l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) et le ministère de l’eau et de l’assainissement.

Pour ce qui est de la mairie, elle ne dispose, selon lui, d’aucune prérogative lui permettant de délivrer des autorisations de prélèvement de l’eau. S’il admet être au courant du phénomène, M. Koudougou déplore cependant le fait de ne savoir vers qui orienter les personnes qui viennent demander une autorisation de prélèvement.

Toujours à la recherche de l’information, précisément de l’autorité qui délivre ses autorisations, nous avons cherché à entrer en contact avec l’ONEA. Joint au téléphone, Kiswendsida Théodore SIBALO, agent de communication à l’ONEA, nous a fait savoir que sa structure ne s’occupait pas de la gestion des barrages. Il nous a donc redirigée vers le ministère en charge de l’eau et de l’assainissement.

Une agence de l’eau pour gérer les barrages

Au ministère en charge de l’eau, la direction de la communication, après renseignements, nous dirigera vers le Secrétariat permanent du plan d’action pour la gestion intégrée des ressources en eau (SP/PAGIRE), structure relevant du Ministère de l’eau, des aménagements hydrauliques et de l’assainissement. Le secrétaire permanent, Moustapha Congo nous dira que si sa structure prend en charge la gestion intégrée des ressources en eau de tout le territoire, il revient cependant aux Agences de l’eau de s’en occuper dans la pratique. Le SP/PAGIRE ne s’occupant que du suivi et de l’appui des actions, comme ce fut le cas pour l’extraction de la jacinthe d’eau, cette plante envahissante qui menaçait les barrages d’ensablement.

Le secrétaire permanent du PAGIRE nous dira cependant que le prélèvement d’eau est régi par des textes spécifiant que le prélèvement ou la pollution de l’eau est payante. Aussi, toute personne qui prélève de l’eau d’une quantité supérieure à 100 litres devrait reverser une contribution financière. Cette contribution doit, selon lui, être payée à l’Agence de l’eau. Pour le cas des barrages de Ouagadougou, c’est l’Agence de l’eau du Nakambé (AEN), basée à Ziniaré, qui a en charge la gestion.

Outre le prélèvement de l’eau, il y a des pratiques diverses liées aux barrages de Ouagadougou, dont l’encadrement est confus ou inexistant. Ce sont, entre autres, la maraîcher-culture et la pêche. Pour toutes ces pratiques, la mairie de l’arrondissement n°4, tout comme le SP/PAGIRE, affirment passer par la sensibilisation pour faire changer les comportements.

Il serait temps de mettre en place des politiques ou actions fortes afin de trouver des solutions à cet état de fait, d’autant plus que ces pratiques peuvent avoir un impact néfaste sur le barrage et tous ceux qui en dépendent. Selon M. Congo, une police de l’eau devrait bientôt voir le jour pour combler le vide. Il est aussi à souhaiter que la communication entre les différentes structures concernées soient accrues ou améliorées pour permettre une meilleure circulation de l’information entre celles-ci.

Roseline Nitiéma (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 mai 2016 à 05:49
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Vivement que cela s’organise.Nous sommes nombreux desormais et il est urgent que l’eau soit geree de facon ecologique et durable.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 06:19
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    C’est un scandale !

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 06:38, par katya
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Pourquoi ne pas clôturer nos barrages comme au Ghana et la solution est toute trouvée

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 06:43, par warba
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Il faut faire la difference entre l’ouvrage barrage et la retenue deau.La gestion du barrage en terre ainsi que le cours d’eau est assuré par le ministere de l’eau en accord avec l’agence de l’eau du Nakambe mais la gestion de la retenue d’eau cad la matiere stockée releve de la commune de ouaga qui doit faire respecter les textes.tout prélèvement de plus de 500litres doit faire l’objet d’autorisation et de paiement a la mairie concernée. Le problème c’est qu’ il ya un deal entre les maires et les entreprises sur le dos de l’état. Mais avec cet article l’état va mettre fin a cette corruption décentralisée par des contrôles et application d’amendes a ceux qui ne sont pas en regle.Mr DG Guissou chargé des infrastructures hydrauliques au travail.ton ami.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 07:00, par KIL
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Bien Dit, rien que les infrastructures (barrages de ouaga) doivent pouvoir generer des emplois nouveaux pour au moins dix personnes toutes categorie confondues. Initiatives a developper a grande echelle nationale.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 08:08, par jean
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Voilà le boulot que nous attendons de vous journalistes. là vous êtes dans le bon rôle.
    Quant aux faits ils sont graves. Il faut une gestion claire et rigoureuse de l’eau pour (plusieurs Raisons) de prime abord l’eau doit être prélevée de façon rationnelle, sous contrôle, dans la rigueur hygiénique.
    Du coup on se pose la question s’il elle est vendue ou offerte à qui de droit ?et par qui ? alors ce Serais bien que l’on nous confirme que tous ces camions citernes avec leur pompes à eaux ne souillent pas l’eau de plus, même si elle est traitée par la suite. aussi nous aimerions savoir comment l’argent est-il réinvestit par la suite. Il n’est pas rare de constater dans notre cher pays qu’au lieu de créer un ou deux postes de travail pour déléguer des pouvoirs, des individus s’accaparent de rôles, rien que pour ramasser du fric, et cela au détriment du bonheur et de la santé du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 08:11, par changeons
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    C’est simple. il faut mettre quelqu’un au barrage pour percevoir les dites taxes. Le MPP risque de gérer le pays comme le CDP. De toute façon, c’est les caïmans d’un mêmes marigot. Le vrai changement viendra après le mandat de Roch.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 08:15
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Quel désordre ! que dire des pratiques de culture dans le lit du barrage avec toute sorte de produits chimiques ? et, après, on s’étonne qu’ils sont ensablés et en retient presque plus d’eau !

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 09:28, par tapseureula
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Très bonne analyse. C’est dommages que les journalistes d’investigation ne s’intéressent qu’aux finances. Alors que l’exploitation anarchique des ressources d’eau pose avec acuité un problème écologique dont les conséquences sont incalculables. Il a fallu qu’une stagiaire pose le problème pour qu’on décèle les graves lacunes dans la gestion des barrages. Dire que nous consommons cette eau avec les pesticides répandus par les jardiniers qui cultivent directement dans le lit du barrage ? Ce qui est encourageant, c’est que ceux qui sont chargés de la gestion de ces barrages consomment la même eau. Nous mourrons donc ensemble

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 09:49, par Un citoyen
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    je salue la parution de cet article qui était vraiment nécessaire... Il faut que soient identifiés les véritables responsables de la gestion de ces barrages car il est urgent qu’un suivi se mette en place pour éradiquer certaines pratiques nuisibles à la survie de ces plans d’eau. Des chauffeurs de camions ont transformé le barrage N° 2 en garage et laverie. Ils mettent leurs camions dans le lit du barrage pour les laver à grande eau, souillant ainsi le barrage avec des hydrocarbures et autres huiles...

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 10:25, par le peuple
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Merci au Fasonet pour l’article. je suis vraiment déçu de certaines réalités de mon pays. Finalement, pour des choses aussi simples, a-t-on besoin de faire tout ce tour pour ne pas avoir la réponse à cette question.
    Qui s’occupe de la gestion des barrages ? mystère et boule de gomme ! c’est la totale. On parle de l’eau par-ci par-là, 22 mars journée mondiale de l’eau. Mais il n’ y a absolument personne pour répondre à une simple question. De toute façon, il est clair que personne ne s’en occupe.
    En campagne, on demande à nos parents de mettre en place des COGES pour gérer ces infrastructures et à Ouagadougou, nous sommes plus préoccupés par des postes, des nominations et après plus rien. On nous parle de police de l’eau. Créez tous les emplois possibles mais tant que de la tête au pied personne ne se sentira responsable, rien ne marchera dans ce pays. On a nommé untel ici, l’autre là-bas, des plaintes à n’en pas finir.
    C’est la décadence !!!

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 11:01, par jan jan
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Bon travail d’investigation, voilà ce que nous attendons des journalistes, on voit dans qu’il n’y a aucun contrôle de l’Etat, ce qui est grave. C’est comme les kiosques ou hangars qui poussent comme des champignons à tous coins et bordures de rues encombrant la visibilité de la circulation et au mépris de leur vie, car pour peu qu’une voiture fasse une fausse manoeuvre elle rentre dans ces hangars. C’est d’ailleurs le cas qui c’est passé la semaine dernière au quartier Cissin, une voiture est entrée dans ces fameux hangars de bord de rue, il faut que l’Etat y met son nez.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 11:14, par changeons
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Nos autorités doivent se réveiller et travailler afin qu’un vraiment changement soit tangible au Burkina. Le Fasonet avait publié un bel article sur la production maraichère dans le lit des barrages avec comme conséquence la pollution de l’eau à cause des pesticides et des anglais. L’article évoquait également l’ensablement continu des barrages à cause du maraichage. Aucune autorité n’a été capable d’entreprendre une action pour sauver les barrages. Avec ces pratiques, on se pose des question sur la qualité de l’eau qui atterrit dans nos robinets. N’est-elle pas chargée d’éléments dangereux que le traitement de l’ONEA n’a pas pu éliminer ? Merci à Faso.net. Attendons maintenant la réaction des autorités. Affaire donc à suivre.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 11:56, par Isma
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Merci pour cette belle investigation, les autorités sont interpellées. Nous attendons des mesures fortes.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 12:02, par Id gomda
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    merci a ce média en ligne qui abat un travail formidable pour éclairer la population.Courage,persévérer il reste autres sujets notamment dans le processus de la décentralisation comme la gestion des carrières des agents.Est ce le ministère de la fonction publique ou le MATDSI ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 14:01
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Félicitation et courage à Le Fasonet. C’est ces genres de thèmes sur la toile qui vont amener le développement dans notre pays. Nous sommes parfois tellement laxistes dans les domaines de la vie courante que même nos autorités n’y pourront rien. Il faut que les sociétés prennent leurs responsabilités avant que l’action des gouvernants ne puisse être efficace. Il y a des gens qui versent même le contenu des fosses septiques dans les barrages !!! J’aimerai que Le Fasonet Net anime prochainement des débats sur le civisme dans les établissements publiques. Laisser couler de l’eau parce qu’on ne paie pas de sa poche ! Laisser les lampes éclairées, le clim marcher parce que ça ne vient pas de ma poche ! Crier haro sur Blaise Compaoré alors qu’on fait quotidiennement preuve de malhonnêteté, de méchanceté, d’incivisme notoire etc... Et cette affaire de parcelles qu’on a amassé à tour de bras pour se faire de l’argent, construire des buvettes, des bordels alors que des citoyens en manquent rien que pour leur logis ! En conclusion, tant qu’on ne va pas descendre au fonds de nos pratiques quotidiennes, nos gouvernants auront du plomb dans l’aile et le développement sera une illusion

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 14:52, par yam yele paka yamba
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Felicitation a l equipment d enquetes pour resoudre un phenomene qui ravagais nos resource

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 19:09, par solidaritesf
    En réponse à : Prélèvement de l’eau dans le barrage n°2 : Qui s’occupe des barrages de Ouagadougou ?

    Félicitation et courage à l’équipe d’enquête pour avoir mis en évidence un flottement grave dans la gestion de la ressource en eau très rare au Burkina Faso.
    c’est l’occasion d’attirer l’attention du SP/PAGIRE, charge de ll’assainissement des barrages de faire curer les grands canaux principaux des barrages n2 et n3 qui sont bourres de jacinthe d’eau. Cette plante va remplir les 2 barrages et le bois de Boulogne si rien n’est fait avant l’arrivée des premières pluies.
    Il y’a eu octroi de marchés de travaux lancés pour curer les barrages et les fonds engages doivent être optimisés par ce travail que les initiateurs des ces marchés ne devaient pas ignorer par un simple bon sens.
    salutations distinguées.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés