Santé : Le taux de mortalité en baisse au Burkina Faso

vendredi 18 mars 2016 à 00h18min

Le Burkina a l’un des taux de mortalité les plus élevés au monde. En 2015, ce taux était, selon les Statistiques mondiales, de 11,72‰. Malgré les efforts pour ramener ce taux à son plus bas niveau, qu’est-ce qui peut expliquer que la mortalité ait toujours la peau dure au Burkina ? Eléments de réponses.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Santé : Le taux de mortalité en baisse au Burkina Faso

Le taux de mortalité s’obtient en faisant le rapport du nombre de morts sur l’effectif de la population. Au Burkina Faso, ce taux varie suivant les années. De ce fait, en 1990 on a enregistré 13,59‰ et 11,96‰ en 2014. Ces données sont traduites dans le graphique ci-dessus.

Dans le graphique ci-dessus, les données représentées concernent tous les Burkinabè. Par ailleurs, les couches vulnérables dans le monde de façon générale et pour notre pays spécifiquement sont les femmes et les enfants. En 2012, 702 cas de décès maternels ont été enregistrés, contre 532 cas en 2013 pour 100 000 naissances selon le Fonds des Nations- unies pour la population. Et pour la tranche représentant les enfants, on peut noter en 1990, un taux de mortalité s’élevant à 86,02‰, et 75,32‰ en 2015.

Malgré le fait qu’il fasse partie des pays les plus pauvres au monde, les taux de mortalité au pays des hommes intègres baissent progressivement. En effet, depuis les années 1990, les statistiques vont decrescendo. De 13,59‰ en 1990, on se retrouve à 11,72‰ en 2015. C’est une avancée pour le pays. Il en est de même pour la mortalité infantile qui est passée de 86,02‰ en 1990 à 75,32‰ en 2015. Cette baisse n’est pas progressive, car on note un rebondissement en 2014 pour ensuite décroitre en 2015. Il en est de même pour la mortalité maternelle dont les chiffres sont instables et variantes suivant les structures.
Outre ces recrudescences au niveau de la mortalité maternelle et infantile, on peut dire de façon globale qu’il y a eu recul de la mortalité au Burkina Faso. Il est vrai qu’il y a baisse, mais qu’est ce qui engendre les décès au Burkina Faso ?

Les causes des décès

Les causes de la mortalité au Burkina Faso sont surtout les maladies, surtout celles tropicales et les facteurs environnementaux, notamment les polluants chimiques, le tabac, la malnutrition et l’alcool. En 2013 par exemple, 30,50% des décès étaient liés au paludisme (source : Programme national de lutte contre le paludisme). Suivent la méningite, le choléra, la fièvre jaune, les maladies cardio-vasculaires, les cancers et le diabète dont le taux de prévalence est estimé actuellement à 2,95 % (http://www.idf.org/diabetesatlas). Face à cette situation, on se demande ce qui est à l’origine de cette baisse de la mortalité.

Les actions entreprises

Pour réussir à faire baisser le taux de mortalité, plusieurs actions ont été menées. Il y a eu la création du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) en 1991, avec pour objectif, l’éradication du paludisme. En effet, la malaria comme on appelle encore ce fléau, est l’une des premières causes d’hospitalisation dans notre pays. Les autorités, pour venir à bout du palu, ont mené plusieurs actions.
En 2010 et en 2013, 17 millions de moustiquaires imprégnées ont été distribuées pour protéger la population. Et selon le PNLP, en 2014, 90% des ménages possédaient au moins une moustiquaire imprégnée d’insecticide, et 67% dorment sous des moustiquaires imprégnées. Plusieurs programmes de lutte contre des maladies spécifiques ont été mis en place. C’est le cas du Programme National d’Elimination de la Filariose Lymphatique créé en 2001. Cette structure a permis en 2015, d’arrêter la transmission de cette maladie invalidante dans 33/63 districts du Burkina.
En plus de ces mesures sanitaires, d’autres indices comme l’augmentation du niveau de vie des populations entrent en ligne de compte. Cela peut se mesurer à travers les facteurs économiques comme le produit intérieur brut (PIB) par habitant qui est passé de 65 000 FCFA en 2011 à 75 000 FCFA en 2013. Le revenu national brut se situe aussi dans cette lancée. Car on note 305 000 FCFA pour l’année en 2011 et 350 000FCFA en 2014.

Plus d’efforts …

Le recul de la mortalité au Burkina parait prometteur. Mais en réalité, les défis à relever réduisent considérablement le travail déjà réalisé étant donné que la croissance démographique est élevée. Or une population qui se développe rapidement est un couteau à double tranchant. Elle peut être une force mais aussi un véritable problème si elle est mal utilisée. Et le Burkina se place dans la dernière situation parce il est toujours frappé de plein fouet par des problèmes tels que le chômage, la corruption, l’analphabétisme, la « vie chère », les problèmes sanitaires. Il se pose aussi des difficultés pour l’accès à l’eau potable et à l’électricité. La mauvaise gouvernance et l’impunité minent également la société. Ces maux sont d’ailleurs mis en relief par le premier ministre Paul Kaba THIEBA, dans sa Déclaration de politique générale. Pour preuve, le Burkina Faso est même classé 183e sur 188 pays en 2014 selon l’Indice de développement humain (IDH) du PNUD (programme des nations unies pour le développement). Le Burkina n’est pas encore un pays « émergent ». Du travail reste à faire.

Wendkuni Diane Kagambèga (stagiaire)
Lefaso.net

Liens utiles :
http://www.statistiquesmondiales.com/burkina_faso.htmhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_IDH#IDH_2013_.28publi.C3.A9_en_2014.29
http://www.planetoscope.com/mortalite/22-deces-dans-le-monde.html
http://apps.who.int/gho/data/?theme=main
http://www.statistiques-mondiales.com/mortalite_maternelle.htm

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 mars 2016 à 07:20, par COUPARD GISELE
    En réponse à : SANTE

    CETTE COURBE POSITIVE devrait pouvoir s’accentuer, l’information, l’aide, l’éducation pour les enfants les familles. MAIS le grand combat du peuple burkinabè est l’accès aux soins, que tous
    puissent y avoir accès. JE SOUHAITE QUE CETTE ACTION AIDE VRAIMENT à une baisse
    signifacartive dans les mois à venir.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 11:04
    En réponse à : Santé : Le taux de mortalité en baisse au Burkina Faso

    Meme pas 2 points en 25ans. Triste !!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 11:58, par Thierry
    En réponse à : Santé : Le taux de mortalité en baisse au Burkina Faso

    Très bel article ! chapeau !
    Mais, on a bien compris, Y’a beaucoup de boulots à faire

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 12:26
    En réponse à : Santé : Le taux de mortalité en baisse au Burkina Faso

    Cet écrit est un bon temoignage des progrès réalisés sous l ’ ère Compaoré. L ’ auteur fait l analyse de la baisse du taux de mortalité depuis 1990. Voyez vous , petit á petit la vérité sort.
    Les uns et les autres doivent comprendre que le progrés prend en compte tous les aspects de la vie d ’ un pays . Un deux trois, Blaise Compaoré a fait reculer le pays ! Il a fait Ceci , il a fait cela . Toujours que du negatif. Ces mauvaises langues oublient l ’ essentiel. Comme s’ ils pouvaient faire mieux. Y’ a qu ’ á voir déjà le cas de Zida tout de suite seulement. Lui qui gueulait a fait pire pire . Merci à l ’ auteur de cet écrit. Il a produit un papier qui montre les progrès realisés sous BC.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés