Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quand la mémoire va chercher du bois mort, elle ramène le fagot qui lui plaît. Birago Diop» 

« J’ai peur qu’il y ait bientôt trop de la matière à s’opposer », Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition

Accueil > Actualités > Politique • • vendredi 11 mars 2016 à 12h42min
 « J’ai peur qu’il y ait bientôt trop de la matière à s’opposer », Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition

Le chef de file de l’opposition a fait sa rentrée politique ce 10 mars 2016 à travers une conférence de presse à Ouagadougou. Zéphirin Diabré, le nouvel ancien chef de l’opposition avait à ses côtés, ses lieutenants ‘’nouvellement promus’’, l’ex majorité qu’il a jadis combattue, et quelques anciens camarades. Le CFOP a annoncé les couleurs, il y aura de la ‘’matière’’ à s’opposer. « J’ai même peur, qu’il y ait bientôt, un peu trop », a lâché le chef de file de l’opposition.

Pour Me Gilbert Ouédraogo président de l’ADF/RDA, le retour à l’opposition sonne comme come-back, après avoir ‘’soupé’’ à la table du pouvoir déchu. « C’est un retour à la maison, nous avons été chef de file de l’opposition, on revient à la maison ». Il prend son nouveau statut d’opposant comme une règle en démocratie. « Quand vous gagnez, vous êtes à la majorité ; quand vous perdez, vous êtes à l’opposition. Nous nous sentons bien dans la position que le peuple a décidé de nous donner à l’issue des élections et nous allons jouer notre rôle républicain », se contente-t-il

Achille Tapsoba a quant à lui rappelé que son parti a « eu l’honneur » de gouverner le Burkina Faso pendant plus de 25 ans. Maintenant dans l’opposition, il dira que « ce n’est pas trop tôt, mais ce n’est jamais trop tard pour bien faire ». Pour le président par intérim de l’ancien parti au pouvoir, tout parti qui se dit républicain doit concevoir la possibilité de se retrouver aussi bien au pouvoir qu’à l’opposition.

« Nous avons eu la chance d’être très bien critiqués, jusqu’à notre départ du pouvoir. Nous avons la chance d’être dans l’opposition et de notre côté, nous allons nous mettre à l’apprentissage de ceux qui critiquent et non de ceux qui sont critiqués et j’avoue que j’éprouve du plaisir à ça », a précisé Achille Tapsoba tout hilare.

« Il y aura de la matière à s’opposer »

Foi du chef de file de l’opposition, on entendra bientôt parler de l’opposition politique parce qu’il y a matière à s’opposer. « En tant qu’opposant, nous allons apprécier les actions et les actes posés par ceux qui sont au pouvoir et il y aura toujours des erreurs, et des manquements, et ce sera notre rôle de le souligner auprès de l’opinion (…) ne vous en faites pas ; j’ai même peur, pas qu’il n’y ait pas de la matière, mais qu’il y ait bientôt, un peu trop. Mais ça, c’est le temps qui va nous dire ».

Mais Zéphirin Diabré a rappelé que l’action de l’institution qu’il dirige va s’inscrire dans le cadre des lois et règlements de la république. « Nous sommes une opposition républicaine, qui insère son action dans le cadre des lois et règlements de la république, nous ne sommes pas une rébellion, ni un groupe armé (…) Nous serons surtout une opposition qui proposons une alternative à la politique qui est menée par ceux qui tiennent le pouvoir ».

Mais déjà, l’opposition émet des réserves quant à certains actes déjà posés par le pouvoir. C’est le cas par exemple de la création de secrétariats généraux adjoints. « Nous espérons que ce ne sont pas des postes créés pour remercier les cadres du MPP qui piaffent d’impatience parce qu’ils estiment que le partage du gâteau ne va pas très vite », a dit Zéphirin Diabré qui ajoute par ailleurs que cela va à l’encontre de la diminution du train de vie de l’Etat tant prônée.

Sur l’annonce du pouvoir de créer 700 000 postes sur les cinq ans, Zéphirin Diabré invite la presse à jouer le rôle de vigie pour s’assurer si effectivement la création de 140 000 emplois par an est respectée.

Entre autre, il y avait à cette conférence de presse, Victorien Tougma du MAP, Rasmané Ouédraogo de la NAFA en plus de Me Gilbert Ouédraogo de l’ADF/RDA et Achille Tapsoba du CDP. D’autres partis comme l’UBN, PRIT-LANAYA, La convergence de l’espoir, étaient présents. A ce jour, l’opposition politique compte une vingtaine de partis parlementaires et extra-parlementaires « qui incarneront l’opposition républicaine à la politique gouvernementale, avec pour ambition de contribuer à l’alternance démocratique et au progrès de ce pays », a indiqué le CFOP dans sa déclaration liminaire.

Précision de Zéphirin Diabré

Le chef de file de l’opposition n’est pas le chef de l’opposition ni le chef des partis qui ont déclaré leur appartenance à l’opposition politique au Burkina. Il en est le porte-parole. Il sera la voix de tout consensus qui se dégagerait au sein de l’opposition sur les questions essentielles relatives à la vie de la nation. Chaque parti politique de l’opposition garde son autonomie de décision et peu avoir des positions personnelles conformément à son projet.

Tiga Cheick Sawadogo
Nadège Yvette Mossé (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
L’opposition au sujet du Premier ministre : « S’il a été nommé pour préparer 2020, il ne va pas réussir »
Burkina Faso : Les proches de Tahirou Barry créent le Mouvement pour le Changement et la Renaissance (MCR)
Eddie Komboïgo, sur la situation nationale : « Quand on n’est pas capable, on jette l’éponge »
Burkina Faso : Paul Kaba Thiéba démissionne après trois ans à la primature
Programme d’urgence pour le Sahel : Une extension dans les régions de l’Est, de la Boucle du Mouhoun et du Centre-Est
Etat major général des armées : En attendant la prise de commandement de Moïse Minoungou...
Situation nationale : « Il faut considérer les évènements de Yirgou comme un piège des terroristes », dixit Moussa Traoré de la majorité présidentielle
Bala Alassane Sakandé à propos du Drame de Yirgou : « Ce qui s’est passé n’honore pas le Burkina. Pas du tout »
Vœux de nouvel an : Le président de l’ADF-RDA communie avec « ses troupes »
Situation sécuritaire : L’état d’urgence prorogé de six mois
Sondage en ligne sur le bilan de l’an 3 du pouvoir MPP : A vos claviers !
Etat-major général des armées : Moïse Minoungou, le nouveau chef
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés