Clôture de la 3e foire nationale agro-sylvo-pastorale : Les producteurs repartent satisfaits

jeudi 3 mars 2016 à 00h25min

Débutée 18 février dernier, la 3e édition de la foire nationale agro-sylvo-pastorale a refermé ses portes le dimanche 21 février 2016 à Kienfangué dans la commune de Komsilga. C’est sur des notes de satisfaction que le comité d’organisation a donné rendez-vous aux producteurs en 2017 pour « une foire d’envergure internationale ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Clôture de la 3e foire nationale agro-sylvo-pastorale : Les producteurs repartent satisfaits

Les lampions se sont éteints le dimanche 21 février 2016 sur la 3e édition de la foire nationale agro-sylvo-pastorale de Kienfangué, un village de la commune rurale de Komsilga. Cette année, les producteurs venus des treize régions n’oublieront pas d’aussitôt cette localité. Car, depuis le 18 février dernier, et ce, pendant quatre jours, la modeste bourgade a vibré au rythme de la messe annuelle de l’agro-sylvo-pastoral. Dès notre arrivée aux environs 15 heures 45 minutes ce dimanche 21 février 2016 pour la clôture de la manifestation, c’est une ambiance particulière qui régnait sur les lieux. L’accès à l’aire de la foire était bondé de monde, les véhicules et les engins à deux roues garés tout autour du marché à bétail (lieu de la manifestation) laissaient croire que la capitale s’était vidée de tous ses habitants. La police, bien équipée veillait au grain. Les artistes égayaient la population sortie massivement pour être témoin de l’événement. Au niveau des stands, les exposants s’activaient, qui pour conclure les derniers contrats, qui pour écouler la marchandise restante. Les marchands qui n’ont pas eu d’espaces pour exposer ont préféré aller à la « pêche à la clientèle » à l’extérieur de l’aire de la manifestation. Que serait une fête sans boisson ni viande ? A côté des stands d’expositions, les débits de boissons refusaient du monde. Au milieu de la foule qui attendait les officiels pour le début de la cérémonie de clôture, trônaient les récompenses, composées de charrettes, de pelles, de brouettes, d’arrosoirs, de système goût-à-goût et d’enveloppes. A 16 heures 25 minutes, le parrain Abdou Ouédraogo, qui représentait le ministre des ressources animales et halieutique empêché, fait son entrée au milieu de la foule. Vêtu d’un ensemble blanc, il est accompagné de trois ’’loubards’’ qui lui servent de garde rapprochée. Natif de la localité, la générosité envers ses parents fait trainer une foule immense dernière lui. Et comme pour dire que c’est l’homme de cette cérémonie, le « Disc-jockey » (DJ) diffuse une plage musicale à la gloire de l’illustre hôte. Après les échanges de civilité, les présentateurs plantent le décor. Ils annoncent une série d’intervention entrecoupée de pause musicale, de remise des lots et le discours de clôture qui sera prononcé par le parrain.

Des satisfactions à tout point de vue

Le premier à prendre la parole est le représentant du chef de Kienfangué, Boureima Ouédraogo. Il a félicité les organisateurs pour la constance de l’événement, rappelé son importance pour le village et la commune toute entière et souhaité qu’il gagne en notoriété au fil des années. A sa suite, c’est le vice-président de l’Association pour le développement du monde rural (ADMR), Elie Ouédraogo, qui prend la parole. Il fait état de l’impact de la foire sur les secteurs d’activités et insiste sur l’importance de l’agro-sylvo-pastoralisme dans la lutte contre le chômage et le sous-emploi. « C’est parce qu’il n’y a pas de travail que le Kogl-Wéogo exite », estime-t-il. Il a ensuite prodigué des conseils aux producteurs quant aux fonds qui leur sont alloués. Profitant de la présence du parrain, M. Ouédraogo a également transmis quelques doléances dont notamment l’acquisition d’un terrain pour la construction du siège de l’association. Le président de l’ADMR Jean Victor Ouédraogo, d’une voix rouillée (due aux quatre jours d’intenses activités vocales) s’est résolue à remercier tous ceux qui ont permis la tenue de cette troisième édition de la foire nationale agro-sylvo-pastorale et indiqué que la promesse a été faite par le gouvernement d’accompagner les prochaines éditions.

Le verdict de jury

Après quelques minutes de pause musicale, c’est au tour de jury de proclamer les résultats. Cette tâche incombe au président du jury, Julien Ouédraogo. D’entrée de jeu, il félicite les exposants pour la qualité des produits exposés. Il annonce la mise en place de prix d’encouragement pour récompenser certains producteurs qui se sont illustrés par la qualité de leur travail. Il fait remarquer que neuf domaines d’activité seront primés. Il s’agit des sous-secteurs de l’élevage naisseur, l’embouche, l’élevage, l’agriculture, l’innovation, le maraîchage, la transformation, la production végétale et l’artisanat. Dans chaque catégorie, seuls les trois premiers sont retenus. Les prix sont de 250 000 f CFA plus une charrette pour les premiers, 100 000 f CFA plus une charrette pour les deuxièmes et une charrette pour les troisièmes. Il fait noter que 20 000 F CFA seront remis aux exposants qui n’ont pas été primés pour leur permettre de regagner leur localité. Au grand bonheur de ceux-ci, le parrain Abdou Ouédraogo décide séance tenante que chaque candidat malheureux repartira avec 100 000 F CFA. Le président du jury a ensuite fait des recommandations. Il suggère, pour les éditions à venir, qu’une liste de participants soit dressée deux mois en avance, qu’un comité de suivi soit mis en place pour évaluer les producteurs dans les fermes et dans les champs, que le suivi sanitaire des animaux qui viennent sur l’aire d’exposition soit respecté pour éviter la contamination des animaux de la localité.

Les encouragements du parrain

Avant de refermer les portes de la foire de Kienfangué, le parrain, Abdoul Ouédraogo de Abdoul ’service s’est adressé à la population en ces termes : « L’Etat n’a pas de puits où il puise de l’argent pour vous venir en aide. C’est à travers les impôts que nous payons qu’il fait la redistribution. Il revient donc à chacun de nous de travailler pour renflouer les caisses de l’Etat afin qu’il puisse nous apporter son aide dans ce genre de manifestation ». Il déplore l’absence des producteurs de Kienfangué parmi les lauréats. « A ce rythme nous risquons de transférer la foire à Komsilga », a-t-il plaisanté. M. Ouédraogo s’est, cependant, engagé à soutenir dans la mesure de ses possibilités la foire nationale agro-sylvo-pastorale de Kienfangué. Les producteurs ont été invités à l’édition 2017 pour une foire d’envergure internationale.

Donald Wendpouiré NIKIEMA
nikdonald@yahoo.fr

Crédit photo : Ahmed OUOBA

1- Le président de l’ADMR Jean Victor Ouédraogo : « Nous allons travailler à corriger les imperfections afin que la foire réponde plus aux attentes des producteurs ».
2- Le parrain, Abdoul Ouédraogo a dit toute sa détermination à toujours soutenir les idées de développement socioéconomique des couches vulnérables.
3- Les lauréats les plus méritants ont été encouragés …
4- …avec des prix en nature et en espèce.
5- Dans le domaine de l’élevage…
6- … et du maraîchage, le jury a eu du mal à primer les deuxièmes et les troisièmes de chaque catégorie.

Encadré

Roger Kaboré, de la Fondation développement communautaire

« Nous sommes venus exposer les produits du centre polyvalent de Ninga. Dans ce centre nous mettons l’accent sur la formation des jeunes notamment en matière de production agro-sylvo-pastorale. Et cette foire a été une occasion pour nous de faire connaître le centre et d’attirer l’attention des jeunes sur l’importance du domaine dans l’auto-emploi. Car nous avons remarqué que ceux-ci ne s’intéressent plus, ni à l’agriculture, ni à l’élevage qui sont pourtant des secteurs porteurs. Nous sommes satisfaits de notre présence, car les gens se sont intéressés à tout ce que nous avons présenté. Nous avons noué des contacts. C’est pourquoi, pour les prochaines éditions, nous comptons encore participer et encourager d’autres à y participer. Car ce sont des occasions pour la visibilité et la commercialisation des produits ».

Oumarou Fofana éleveur à Yagma

« Cette foire a été la bienvenue. Elle m’a permis d’apprendre et partager mes connaissances avec d’autres éleveurs. Je suis venu présenter les moutons de ma ferme. Je pars très satisfait et je compte revenir l’année prochaine avec plus d’animaux ».

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 mars 2016 à 13:41, par GUEBRE
    En réponse à : Clôture de la 3e foire nationale agro-sylvo-pastorale : Les producteurs repartent satisfaits

    Je voudrais saluer l’initiative de l’Association pour le développement du monde rural (ADMR) pour l’organisation de la 3e édition de la foire nationale agro-sylvo-pastorale. C’est une idée fantastique qui pourrait bien accompagnée à mon sens la journée du paysan. En tant que vitrine d’exposition des produits du monde paysan, il est souhaitable que l’état burkinabè mette les moyens pour l’organisation d’une foire à la hauteur des attentes de nos braves paysans. Récompenser les meilleurs parmi eux peut être une source de motivation qui va impacter positivement la production nationale. Encore une fois bravo au comité d’organisation !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés