Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

mercredi 24 février 2016 à 00h28min

Le 30 janvier dernier, des organisations de la société civile manifestaient « illégalement » leur mécontentent par rapport à l’installation anarchique (à leur avis) des boutiques de rues du côté ouest du centre Muraz. Cela après plusieurs conférences de presse de rencontre avec les responsables dudit centre et de la délégation spéciale de la commune de Bobo-Dioulasso. C’est un flou, à en croire le Haut-commissaire par ailleurs président de la délégation spéciale, qui a délivré l’autorisation d’occupation dudit espace public qui souillait le dossier qu’il a bien voulu éclairer à travers cette interview.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

Lefaso.net : Depuis un moment à Bobo-Dioulasso, l’installation de boutiques de rue derrière le Centre Muraz fait couler beaucoup d’encre et de salive. Où vous en êtes exactement ?

Nous sommes toujours en train de chercher des solutions. C’est vrai il y a eu l’installation de ces boutiques de rue, mais comme le Centre Muraz est un établissement spécifique sanitaire, quand la demande a été formulée, nous avons pris soin de demander l’avis du directeur général, qui du reste, a été favorable. Et il a même donné des orientations sur le type de matériaux que les occupants devaient utiliser.

Alors quand nous avons reçu la demande avec l’avis favorable du directeur du Centre Muraz, nous avons délivré l’autorisation au promoteur après qu’il a acquitté sa redevance annuelle, qui en principe, devrait s’élever à 1 600 000FCFA chaque année. Quelques jours après, lorsque l’intéressé a commencé à exécuter ses travaux, nous avons reçu un écrit d’un certain Docteur Diallo et qui signait la lettre comme le directeur général par intérim du Centre Muraz. Un écrit qui émettait un avis défavorable quant à l’installation des boutiques de rue. Tout de suite, j’ai appelé le Centre Muraz pour comprendre ce flou. Puisque le directeur général avait émis un avis favorable. Et quelque temps après, quelqu’un d’autre émet un autre avis contraire. Il fallait donc clarifier cette confusion. Malheureusement, ma tentative d’approcher le directeur par intérim n’a pas marché. Ils ne se sont jamais manifestés.
Ensuite c’était l’écrit d’une organisation de la société civile, notamment Y’en a marre dirigée par Daouda Ouattara que je reçois, me demandant de donner des informations parce que l’occupation de l’arrière du Centre Muraz divisait et qu’il fallait nécessairement donner des infos dans un délai d’une semaine.
J’ai appelé M. Daouda Ouattara le jour même où j’ai reçu sa lettre et je lui ai dit d’aller auprès des services techniques de la municipalité car le fond du dossier y est et qu’il pouvait le recevoir pour l’analyser. Et que s’il y a des incompréhensions qu’il me revienne pour des explications. Ils sont allés effectivement rencontrer le comité de gestion du domaine public qui leur a remis la copie de tous les éléments du dossier. Le lendemain, il est revenu avec les autres membres des OSC dites Spécifiques pour dire qu’ils ont reçu le dossier et qu’ils l’ont analysé. Mais malheureusement ils ne sont pas satisfaits, car pour eux le dossier comporte des lacunes. La décision étant administrative, l’autorité habilitée à annuler ces décisions est bien le tribunal administratif. Je leur ai donc demandé de déposer la plainte au Tribunal administratif.

Est-ce qu’ils l’ont déposée ?

Je pense que s’ils avaient déposé le recours on n’allait pas assister à la manifestation qui s’est déroulée le 30 janvier dernier, une manifestation d’ailleurs illégale parce qu’ils n’ont pas pris le soin de demander une autorisation ou de faire au préalable une déclaration comme l’exige la loi. Ils ont fait savoir qu’ils ont toujours manifesté comme ça et qu’ils n’ont pas besoin d’autorisation. Il y a eu par la suite des échanges de lettres du directeur général du Centre Muraz qui demandait d’aider à débarrasser le côté Nord et le Sud, mais jamais il n’a parlé du côté où sont installées les boutiques contestées. La dernière rencontre entre le PDS et les OSC était le 31 décembre où ils sont venus demander à ce que l’intéressé ne continue pas l’installation des boutiques. Je leur ai renouvelé d’aller devant le tribunal administratif pour déposer la plainte.

Lire l’intégralité

Propos recueillis par Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 février 2016 à 12:14, par YIRMOAGA
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Il faut pas transformer toute la ville en rue marchande ? C’est pas sérieux mon cher PDS ? Où vont garer les véhicules pour des achats ? Et le centre Muraz est dans son droit de s’opposer ? Les OSC ot bien fait à mon avis ? C’est facile d’empocher et attribuer illégalement à un individu de s’octroyer une rue pour exercer un investissement de cette nature ? Si chaque responsable va agir de la sorte, y aura plus d’espace dans les villes ? Il faudra pas étouffer, saturer, pour des raisons d’investissement ? Qu’on lui octroie une zone pour implanter ce genre d’activité, mais pas encombrer les rues ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 12:51, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    - Mr le Président de la Délégation Spéciale, avec toutes mes excuses, je pense sincèrement que vous avez géré ce dossier avec complaisance ! Et je vous le dit clairement. Dès l’instant où une autre autorité du Centre Muraz a donné un avis contraire, même si elle est intérimaire, vous devriez immédiatement faire arrêter les travaux en attendant de clarifier la situation. Mais au lieu de celà, vous avez laisser continuer les travaux. Alors, de 2 choses l’une :

    - Soit vous avez été corrompu dans cette affaire et vous avez eu un peu de ’’mangement’’. Et dans ce cas, vous êtes entièrement responsable,
    - Soit vous avez été négligeant et vous n’avez pas pris au sérieux cette situation pour la régler, et vous envoyiez des émissaires pendant que vous êtes assis confortablement dans votre fauteuil ; et vos émissaires viennent biensûr vous raconter ce que vous souhaitez entendre (les chants mélodieux des rossignols, n’est-ce pas ?). Et dans ce cas vous tentez ici de vous justifier à postériori !

    - Les administrateurs bureaucrates ne peuvent pas gérer la décentralisation. Et tous les vieux administrateurs ont le même comportement. Ils développent toujours des instincts d’aministrateurs de commandement en lieu et place d’administrateurs de développement qui leur est demandé aujourd’hui dans le cadre de la décentralisation ! Et c’est votre cas probablement !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 13:13, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    ’’Tout de suite, j’ai appelé le Centre Muraz pour comprendre ce flou’’.....’’Ensuite c’était l’écrit d’une organisation de la société civile, notamment Y’en a marre dirigée par Daouda Ouattara que je reçois, me demandant de donner des informations parce que l’occupation de l’arrière du Centre Muraz divisait et qu’il fallait nécessairement donner des infos dans un délai d’une semaine’’.......’’Le lendemain, il est revenu avec les autres membres des OSC dites Spécifiques pour dire qu’ils ont reçu le dossier et qu’ils l’ont analysé. Mais malheureusement ils ne sont pas satisfaits, car pour eux le dossier comporte des lacunes. La décision étant administrative, l’autorité habilitée à annuler ces décisions est bien le tribunal administratif. Je leur ai donc demandé de déposer la plainte au Tribunal administratif’’........’’J’ai appelé M. Daouda Ouattara le jour même où j’ai reçu sa lettre et je lui ai dit d’aller auprès des services techniques de la municipalité car le fond du dossier y est et qu’il pouvait le recevoir pour l’analyser’’.........’’Malheureusement, ma tentative d’approcher le directeur par intérim n’a pas marché. Ils ne se sont jamais manifestés’’.

    - Mr le PDS, je ne suis pas administrateur ni maire, mais permettez-moi de vous faire remarquer que vous avez géré cette affaire avec négligence et sans professionnalisme. Dès lors qu’il y a ces vas-et-viens, vous ne devriez plus vous limiter aux coups de téléphone !

    Moi à votre place j’aurai convoqué une réunion de toutes les parties y compris les services municipaux pour en débattre et proposer des solutions avec délais de mise en oeuvre. La réunion sera assortie d’un CR où figureront les noms des absents auxquels la note de convocation est parvenue et qui n’ont pas daigné répondre. Et j’aurai transmis à la hiérarchie (Gouverneur) avec copie au président de l’Association des commercants le plus indiqué pour ce cas. Après transmission du CR à la hiérarchie, je donne des instructions avec des délais fermes pour exécuter les décisions de solutions prises pendant la réunion. Ensuite je me rend régulièrement sur le terrain pour constater la mise en oeuvre de mes instructions et pour montrer que je reste ferme. Mais de tout ceci, rien !

    Et si d’aventure la réunion se termine en queue de poisson, j’écris une lettre au Tribunal administratif lui expliquant la situation et lui demandant l’annulation pure et simple du dossier et je fais copie à la hiérarchie (Gouverneur) et á toutes ces OSC.

    - MR le PDS, il faut savoir hiérarchiser vos priorités dans l’exercice de vos fonctions. Un tel dossier est très sensible et donc naturellement il est prioritaire par rapport à par exemple, une réunion des directeurs et chefs de services qu’on peux repporter de 2 ou 3 jours !?

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 17:10, par kobnaba
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    En dehors de toute considération et connaissant bien la rue en question je pense qu’elle n’est pas du tout propice à l’installation de boutiques. Le stationnement des clients et des propriétaires de boutiques va davantage rendre cette voie dangereuse ;déjà que y circuler s’apparente a une acrobatie.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 17:19, par L’Oeil du peuple
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Lorsqu’on est incapable d’assumer ses responsabilités, on rend le tablier. Il est inadmissible qu’on laisse des boutiques de rues poussées comme des champions dans la ville de BOBO ; qui du reste est la porte d’entrée et de sortie du BURKINA.BOBO est la capitale économique du BURKINA, pour ce faire, il faut des mesures fortes pour réorganiser le secteur du commerce afin de lui donner sa place qu’il mérite e commerce doit se faire dans des lieux réservés à cet effet. Nous avons des marchés pour ça. BOBO est devenue une ville poubelle, désordonnée, avec des installations anarchiques çà et là à travers des artères de la ville. Ce n’est pas du tout beau à voir. Je suis parfaitement d’accord avec les OSC qui tentent de mettre de l’ordre dans la ville en lieu et place des autorités municipales incapables d’assumer leurs responsabilités. J’encourage les OSC à aller dans ce sens afin que la ville de BOBO retrouve sa propriété d’antan.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 17:29, par L’Oeil du peuple
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Les rues doivent être dégagées pour mettre à la fluidité de la circulation. Ces boutiques de rues étouffent l’environnement et du coup, empêchent l’air de circuler. Que nos autorités aient un minimum de sens de propriété pour leur cité. Ce n’est pas sérieux de leur part. Le cadre de vie doit être propre. Dans certains pays ,vous n’allez pas voir des boutiques de rues parce qu’elles polluent l’ atmosphère et encombrent les rues, souvent sources de multiples dangers et d’inondations.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 19:02, par Siddik
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    C’est vraiment dommage. Une rue déjà petite pour le trafic actuel que vous allez rétrécir avec des boutiques de rue comme s’il n’y a plus de place à Bobo. Combien d’accidents à t on dans ce petit tronçon. Honte aux services techniques qui on permis cela.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 19:29
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    M. le PDS que faites vous d’un des bureaux des douanes qui se trouve juste en face de ses boutiques de rue ? Avez-vous songez un instant à avoir l’avis de la direction régionale de l’ouest des douanes ? N’avez vous pas penser que l’installation de ces boutiques encombrerait extrêmement la rue qui déjà souffrait de son étroitesse ? Autant de questions de bon sens qui auraient pu vous guider dans la prise de votre décision.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 21:30, par Aboubakar
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Kôrô Yamyélé, vous avez complètement raison et un autre dossier risque de faire trembler Bobo à cause du PDS et de ses PDS d’arrondissement. Ils sont d’une très grande légèreté ces administrateurs de Bobo. Ils ne sont pas différents des maires déchus. Il va falloir tout changer là-bas, les Secrétaires Généraux et les PDS de la commune et des arrondissement doivent être éparpillés sur tout le territoire national. C’est une vraie gangrène qui ne doit pas rester unie, même le Conseil Régional trouvait que c’étaient des minables qui ne voulait pas développer la ville. Ce sont des irresponsables qui passent leur temps à crier que les décisions viennent de Ouaga, ce qui est faux et archi-faux. Monsieur le Ministre d’Etat vous êtes interpelé, mettez-nous de l’ordre dans cette foutue ville.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 21:41, par adama
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Bonjour Chers Lecteurs,
    Vraiment Bobo fait pitié car la rue qui doit être occupée est une rue d’escorte, donc il est totalement interdit de l’occuper. Autre chose, il devrait être interdit et de manière définitive l’occupation des alentours des services. Il faut distinguer la zone commerciale de la zone administrative, les zones d’habitation des zones industrielles. A Bobo, dans tous les quartiers, il y a de grands magasins dans les zones d’habitation et des industries poussent parmi les habitations, ce qui est foncièrement interdit par la loi. Je pense personnellement que s’il faut garder les Salia en prison et continuer avec les SG qu’ils ont légués à la ville, mieux vaut les libérer. Ces PDS sont de véritables irresponsables, des corrompus jusqu’à la moelle. Monsieur le Ministre d’Etat Simon COMPAORE, qu’est ce que vous attendez pour mettre de l’ordre dans cette cacophonie de gouvernance locale.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 22:15, par pabeguèba
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Que dites vous de la manipulation des produits chimiques dans ledit centre ? En cas de problèmes qui sera responsable de la vie des boutiquiers.

    Dommage comment le Burkina va avancer dans ça. Intellectuels, étudiants, élèves, vieux et jeunes tout le monde est friand de manif. Continuons seulement les djiadistes à nos portes ne feront que se régaler. Alors que nous battons, le second larron s’en réjouira.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 01:05, par lle bobolais
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    tu sais comment tu est venir à BOBO comme PDS grâce à l’insurection donc fait bien attention ne viol pas les lois de la commune sinon tu vas fuir BOBO comme tu n’ a pas puis faire des lotissements tu est entrain de lotir les voies public et autres .
    tu sais bien que la dite avenue est interdit pour avoir des hagards pourquoi tu le fais
    TU VEUX PREPARER TA RETRAITE KOUKA JEREMIE OUEDRAOGO
    TU EST RESPONSABLE A VIE DE TOUS CEUX QUI VIENDRAIENT COMME PROBLEMES . PLUS RIEN NE SERA COMMME AVANT

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 01:13, par lle bobolais
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    confére l ’aricle 10 de l arrêté N°2009-0139/CB/M/SG/DSTM/CGDP PORTANT MODALITE ET CONDITION D INSTALLATION D EDIFICES SUR LE DOMAINE PUBLIC DANS LA COMMUNE DE BOBO / Chapitre
    tu viol la loi e tant un PDS grâce à l ’insurrection populaire donc attention
    PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 01:25, par BON BOBO
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    kouka Jérémie OUEDRAOGO pire que les maires déchus LE MARCHE DE léguemalogô derrière le stade wobi a a été déguerpis pourquoi créer un autre pire
    PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT .
    POURQUOI DECLINE L’ invitation de la RTB2 avec les OSC
    SIMON COMPAORE BOBO TE REGARDE

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 07:17, par YIRMOAGA
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Le fameux PDS peut dire combien l’initiateur lui a versé ? Quel est l’intérêt de la commune dans cette manœuvre ? Que va faire le ministre face à cette indélicatesse ? A entendre la version du PDS, j’ai honte du comportement d’un administrateur civil ? Même SALIA Djamila n’allait faire cette grave dérive ? On attend la réaction du ministre pour juger le parti au pouvoir en général ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 08:41
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    ce HC par ailleurs PDS de la Commune de Bobo a pris beaucoup d’argents et ne veut pas que le promoteur des boutiques revienne lui réclamer son argent d’où son entêtement contre la population de bobo ! si non il existe belle et bien un arrêté citant les rues et avenues de bobo qui ne doivent pas être occupé par des boutiques de rue, et cette rue en fait partie ! nous demandons aux nouvelles autorités de prendre rapidement leur responsabilité si non les gens sont remontés et vont descendre dans la rue très prochainement !
    Qui oubli son passé n’a pas d’avenir !

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 09:49, par L’Oeil du peuple
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Les Burkinabè intègres doivent se battre pour avoir des villes propres où il fait bon vivre et non des villes ordurières ou pullulent toute sorte de maladies. Le commerce doit être réservé aux lieux indiqués comme les marchés et non les rues. Seules les OSC conscientes de ce phénomène peuvent nous aider à assainir nos villes car les autorités qui se disent autorités ont démissionnées, pour ne pas dire qu’elles n’ont jamais pris service.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 10:34, par Abdoul Kader
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Je tire mon chapeau à Kôrô Yamyélé et à Aboubakar, ainsi qu’à tous les intervenants. J’avoue que les PDS de la commune de Bobo sont une véritable honte pour la ville. Quand un PDS d’une ville comme Bobo n’est pas capable de prendre ses responsabilités face à des sujets sensibles il doit purement et simplement démissionné. Moi personnellement j’ai eu à tenir une rencontre avec l’ensemble de ces PDS mais, je suis sorti déçu car ils n’ont pu prendre comme décision finale qui puisse arranger la ville. La seule conclusion que j’ai pu tirer est que les PDS sont les plus corrompus, surtout le PDS principal qui, dans son interview n’a rien dit de concret. Il protège son poste et il oublie que n’eu été la prise de conscience du peuple il ne serait jamais PDS. Ce que j’ai remarqué c’est qu’il délivre des autorisations sans prendre attache avec les services techniques. J’en appelle à la vigilance de toutes et de tous car, une installation anarchique de certaines industries va nous causer plus de dommage que d’intérêts. Monsieur le Ministre d’Etat, l’ordre ne se limite pas qu’à Ouagadougou seulement occupez vous de tout le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 10:41, par MEDA W.
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    C’est dommage quand le ventre nous tiraille. sinon quiconque connait bien BOBO sait que cette avenue est inappropriée pour installer des boutiques ! Je pense qu’il faut tout court arreter le projet Enfin respectons nos institutions sanitaires et de recherche ainsi que les services publics et ne les transformons pas en ZACA. Mr le PDS ,revient à la raison et ne tentez pas de vous justifier sinon vous feriez honte à l’ administration burkinabé Que le Ministère de Simon Compaoré ouvre le bon oeil pour ne plus permettre ces deals odieux autour de l ’occupation du domaine public sinon nos villes ressembleront à des dépotoires de carcasses de magasins, de voitures , de pneus etc ,favorables aux dévéloppements de maladies et de l’ insécurité des citoyens.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 10:49, par jan jan
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Parlant de ces boutiques de rue, qui encombre la circulation, qui empêche les véhicules de se garer, nos rues sont transformées en foires perpétuelles surtout à Ouaga. Prenons l’exemple du mur en face de Telecel siège, déjà la circulation était assez dense dans cette zone, car beaucoup de vendeurs anarchiques s’y étaient installés. Un bon matin on découvre une installation de kiosques autorisés par la municipalité, donc la circulation à double sens de la voie est devenue un vrai casse-tête. Ce qui est étonnant au lieu que l’Etat cherche à fluidifier la circulation du lieu, pose des actes même qui contribuent à "boucher la circulation".

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 11:56, par MIMI
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Bobo a besoin d’une cure de propreté, de nouvelles routes dans les quartiers, de caniveaux, d’un service qui enlève les ordures, de reparations des voies bitumées du centre ville ... vaste chantier ! Vivement un Maire dynamique, travailleur et qui a de l’autorité comme Simon !

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 11:57, par SOGOSSIRA de Tuiré
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    BOBO à mal à sa gouvernance depuis des décennies. Quand les visions des premiers responsables se limitent à des questions de parcelles et de kiosques et boutique dans la rue one ne peut que constater les dégâts qui vont s’empirer d’année en année. Les kiosques envahissent toutes les rues même les alentours des écoles des églises des hôtels, des services publiques ne sont epargés. Aucun plan d’occupation et d’aménagement rationnel du cœur de la ville. Quand dans un bateau le capitaine est mal voyant il ne faut s’attendre à atteindre le cap parce qu’il n’en a pas. Tant que cette ville qui a tant de potentialité n’aura pas de responsables visionnaires et dynamiques au fait de là problèmatique des villes modernes, la fin de sa sa décente au enfer n’est pas pour bientôt. Ce n’est pas les échangeurs que le premier ministre lui a promis qui y changeront quelque chose.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 12:09, par WAADDI
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    ces différentes remarques ci dessus sont également valables pour Ouagadougou et toutes les autres villes du Burkina. S’il vous plait et avec considération pour votre rôle dans l’édification d’un Burkina ordonné je vous demande messieurs les PDS et les futurs maires a venir, de mettre la sécurité des populations en avant en refusant d’autoriser ces encombrements inutiles et contreproductifs et symboles de désordre caractérisé. monsieur le PDS de BOBO , lorsque vous circulez dans ces types de rues quel commentaire faites vous de la situation d’encombrement actuel ? ma suggestion est que vous créez d’autres sites de commerce Merci

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 12:51, par le peuple
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    N’est pas responsable qui le veut. voici un projet "zéro" pointé. Notre société a beaucoup regressé.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 12:59, par Citoyen
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    MR le PDS pourquoi vous prêtez vous à cette légèreté dans vos decisions ? je vous invite à jeter un regard du coté de Ouaga où l’on est entrain de dégager les rues des installations de boutiques et à Bobo vous vous en livrez des autorisations d’installer. le climat social est tellement fragile que vous ne devez pas vous adonner à de telle confusion administrative vous amenant à vous justifier devant des OSC. cet agissement prouve que le citoyen est loin d’être libéré des vieilles pratiques que l’on a décriées fatigué jusqu’à ce Dieu lui meme fasse justice. maintenant vous parlez de tribunal administratif pour pouvoir annuler votre décision erronée par ce que vous êtes une autorité habilitée non ? cela signifie que meme si vous meme vous reconnaissez l’inopportunité de l’acte, l’avez fait au peril du développement social de la ville de Bobo. si ceux là meme qui sont les premières autorités ne pensent pas au développement, comment ils peuvent trouver des bailleurs pour nous aider ? c’est dommage !

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 13:53, par Sylvanus
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Je pense que bcp de gens s’érigent en spécialistes de tel ou tel domaine alors qu’en réalité c’est parce qu’ils sont désœuvrés. Plus le chômage reculera, moins on verra certaines inepties sur la toile.
    1. Je lis certains qui évoquent des règlementations bafouées, mais qui ne citent aucun texte de loi, et c’est très douteux. Sous réserve qu’ils citent en effet ces textes, je pense que ce serait malhonnête de continuer parce que c’est de la désinformation et de la diffamation pure et simple.
    2. Quand OSC rime avec NOUVEAU TYPE DE GAGNE PAIN pour bcp, ce n’est plus pour l’intérêt de la Nation, mais du populisme éhonté au service du ventre. Comment un individu ou un groupe d’individus dans une république qui prétend défendre l’intérêt de la république peut-il affirmer de manière péremptoire ne pas avoir besoin d’autorisation de l’autorité pour manifester ? Pourquoi ces gens évitent-ils de déposer leur plainte auprès du T.A ? Est-ce parce qu’ils savent que leurs revendications n’ont aucun fond de sérieux ? Attention alors au comportement de l’enfant qui se lève le matin en boudant sans aucun motif apparent.
    3. C’est bien de jouer le rôle de veille (le plus souvent d’ailleurs pour juste se faire de la pub gratuite !), mais ne pas oublier aussi de s’instruire et instruire la population à majorité analphabète sur les textes de loi de la république.
    4. A l’internaute 2 (et 3) que je refuse de nommer parce qu’il s’est attribué un nom évocateur de sagesse que je ne lui reconnais plus depuis un certain temps, je demande de revenir à la qualité et à l’utilité qui caractérisaient ses écris du temps de l’insurrection. Mon cher ami tu n’es pas obligé d’écrire quand tu n’est pas prêt avec des éléments probants (pour preuve tu fais souvent plusieurs post l’un à la suite de l’autre comme pour te préciser ou te recadrer). Une telle sagesse dont tu te prévaux requiert de la tempérance, du recule, de l’expertise. En général les nous autres nous bavardons, et pendant ce temps toi tu recoupe l’information jusqu’à produire un texte qui va, soit couper court aux tergiversations, soit recadrer le débat, soit convaincre ceux qui doivent agir ou cesser d’agir de le faire immédiatement dans leur propre intérêt ou celui du pays. Bref......
    5. S’il y a un chantier sur lequel j’aimerai voir en ce moment les OSC virevoltants, c’est celui de la conscientisation des masses populaires sur les enjeux des municipales qui arrivent. Sinon tel que je le constate, c’est les mêmes mentalités dans les campagnes qui vont préparer le lit de la mal-gouvernance dans les communes au sortir de ces élections. Pas étonnant qu’après des élections aux allures de "tuk-guilli", il y ait partout des problèmes de parcelles ou même de légitimité d’élus locaux. En tout cas, que les gens sachent que la recréation va bientôt prendre fin. Avec tous ces enjeux de sécurité et de développement qui se posent aux nouvelles autorités, bientôt il ne leur sera plus possible d’assister sans réagir à des manifestations illégales tous azimuts qui remettent constamment en cause l’autorité de l’Etat. Donc réfléchissez et choisissez bien vos élus locaux avec la bonne conscientisation de vos chères OSC, parce que si vous plébiscitez quelqu’un, il ne vous sera pas permis le temps d’après de vous en plaindre à tout bout de chemin en perturbant la tranquillité des autres membres de la société.

    A nanni na ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 14:49, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    - INTERNAUTE 16, je suis entièrement de ton avis. Et cette rue est même une rue de cortège qui ne doit pas être encombrée en aucun cas ! Elle permet de relier le Gouvernorat, le Camp militaire, l’Aéroport (en passant devant BRAKINA et en tournant encore devant le camp), la Gare de train au Boulevard où il y a souvent lieu des manifestations grandioses. Même si on n’aime pas le Colon, reconnaissons au moins qu’il a bien étudié le plan de Bobo-Dioulasso !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 15:06, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    - INTERNAUTE 11, en plus de la manipulation des produits toxiques, il y la manipulation des microbes, des virus et de plusieurs parasites. Je connais bien le Centre Muraz. On y fait de la recherche, des examens par exemple pour détecter la tuberculose dans les crachats prélevés. On y fait aussi des examens de recherche des filaires d’onchocercose et d’autres parasites dans les selles des malades, et ces laboratoires se trouvent exactement derrière le mur contre lequel sont cronstruits ces hangars. Le Labo est juste à 3 mètres à l’intérieur du mur donc à moins de 3,5 mètres des hangars. Et après leurs travaux, j’ai vu de mes yeux et non entendu, les laborantins déverser de l’alcool sur les places où ils ont travaillé et y mettre le feu pour désinfecter. Si je ments que quelqu’un qui connaisse les lieux me démentent !

    J’ai aussi vu (je dis bel et bien vu) dans les labos du Centre Muraz qu’on y élève de nombreuses souris blanches pour des expériences que j’ignore car quand j’ai demandé par curiosité, personne ne m’as répondu et ils ont fait semblant de ne m’avoir pas entendu ; alors je n’ai pas insisté. Ensuite j’y ai vu aussi (je répète que j’ai vu et non entendu) une multitude de moustiques qu’on élève dans une sorte de filet et on immobilise les lapins y élevés aussi pour la cause, et on plaque leurs oreilles contre le filet du logement des moustiques afin que ceux-ci piquent les oreilles des lapins et sucent le sang ; je ne sais pourquoi mais j’ai bel et bien vu (certainement reherches sur le palu ou d’autres maladies ?) ! Je le dis que j’ai vu de mes yeux et non entendu de quelqu’un.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 15:30, par Abou
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Je suis vraiment décu de la reaction de la plupart des internautes. On ne prend pas le recule necessaire pour bien lire l’interview pour mieux comprendre. Soit c’est les membres des fameux OSC dites Spécifiques (à l’exception di KORO YAMYELE). LE KOro vraiment tu as bcp changer dê. Tu bondis sur les sujets sans le recule nécessaire.chaque jour ce sont des ecrits que je lisais en premiers mais maintenant je suis un peu decu de vous mon koro. Soit en rassuré, aucune odeur de corruption dans cette affaire, que quiconque ne croit pas viennent fouiiler( ou envoyer ASCE-LC, la cour des compte, IGS, ....). Concernant la fermeté du PDS, c’est le debut d’un burkina nouveau qui renoue avec des autorités qui ne se debile pas à chaque instant. Force doit resté à la loi (Ceux qui estiment etre lésé voir le TA), pas question de ceder à la gestuculation de quelques personnes de mauvaise foi qui veulent coute que coute discredité les autorités. Avant les autorités (prefet, HC, Gouverneur qui sont de la vielle ecole ) avait tellement peur pour leur poste qu’il fallait tout faire pour ne pas qu’il ait des mouvements d’humeur dans ton ressort sinon mercredi c’est fini. Aujourd’hui c’est le dernier de nos soucis. Nous croyons aux institutions de la republique (plus rien ne sera comme avant).DAns nos droits nous ne caresserons plus personne dans le sens des poils. Le Koro c’est parce que c’est une administration de management de developpement que ce probleme traine sinon .... In Gaow

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 15:33, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    - Moi Yamyélé je demande aux bobolais de savoir se choisir un bon Maire ! Il ne faut pas forcément choisir votre Maire parce qu’il est du parti majoritaire le MPP. L’enjeu du développement de Bobo-Dioulasso dépasse ce cadre et exige quelqu’un qui s’y connaisse bien dans ce domaine. Pour moi il ne faut pas non plus forcément un politicien rompu ni un bobo-mandarin. Voyez ce que Salia Djamila SANOU a fait de Bobo-Dioulasso.

    Bobolais et bobolaises, sachez faire le bon choix, le choix pertinent aux prochaines municipales. Ne choisisez pas vos Maires au hasard parce qu’ils ont organisé des djandjobas avec riz gras et gnamakou-dji car ce n’est pas un critère valable. C’est ce critère que les Blaisistes et leurs compagies de Djanguinabose avaient mit devant et vous avez vu que toutes les industries, tous les opérateurs économiques ont migré de Bobo pour se retrouver à Ouaga, créant ainsi un chomage gigantesque à Bobo ! En attendant, moi Yamyélé je vous suggère un nom :

    - Pour votre Mairie Centrale, vous avez intérêt à voter Adama SANOU, même s’il est actuellement dans le parti ’’Le Faso autrement’’ de Ablassé. Je ne vois pas le parti, mais sa personne. Il est né à Bobo, y a grandi et y a fait toutes ses études secondaires. En plus il aime sa ville et est un bon patriote qui ne se dérobe pas de ses tâches. C’est quelqu’un qui n’est pas ségrégationniste comme les Salia et autre Alfred ! J’ai lu un interview où Adama SANOU avoue sans sourciller que la richesse de Bobo vient de sa multiculturalité et de la diversité de sa population. En plus ce monsieur que je ne connais pas d’adam ni d’Eve d’ailleurs, en tant que DG actuel des Impôts sait bien où aller chercher l’argent et comment le gérer pour développer sa ville. Ce n’est donc pas analphabète en gestion auquel il faut tout apprendre à faire.

    Bobolais et Bobolaises, référez-vous au cas de Ouaga ! Simon COMPAORÉ qui est loin d’être un analphabète en gestion a géré Ouaga et vous avez vu ce qu’il a laissé comme traces ! Ouagadougou est parmi les plus belles capitales de l’Afrique de l’Ouest aujourd’hui. Mais il a suffit qu’il quitte pour que les ouagalais voient les trous qui avait bouché à Ouaga et mesurent de ce fait l’incapacité outrancière de ceux qui l’ont remplacé ! Et les ouagalais ont constaté l’ampleur de l’incapaité de ce maire Marin qui l’a remplacé et qui a voulu faire des projets pour les homosexuels ! Aujourd’hui, c’est pire et les ouagalais ne savent même pas s’il y a un PDS chez eux ! Donc bobolais, faites le bon choix !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 17:16, par Nostra
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Par Nostra

    Mr le PDS, à lire les réactions des internautes on voit que vous n’avez aucun soutien. Il ne s’agit pas ici de savoir qui a donné son accord qui a refusé mais il est question de voir la logique des choses. On n’a rien contre les boutiques de rue quand cela est fait avec règles. Je vous demande de repartir sur les lieux et regardez bien comment ces kiosques obstruent la voie qui déjà un bouchon. Ce sont les kiosques, ensuite ça sera de petits hangars devant les kiosques, le parking des gérants et celui des clients. Qu’est-ce qui restera comme passage mon cher PDS ? Avec votre âge vous avez vu comment a évolué la ville avec sa circulation. S’il vous plait arrêter de parler de manipulations et faites enlever simplement ces kiosques sinon à la prochaine sortie les ferrailleurs auront un marché. Quand même ! Comment réfléchissent certaines personnes. Le promoteur lui-même est cinglé ou quoi ! Décidément ! je peux à la limite comprendre ce dernier, aveuglé par ses intérêts financiers qu’il ne comprennent rien. Qu’il aille démonter ses kiosques pour ne pas tout perdre un jour. Aussi ceux qui ont déjà prit possession des lieux entrain de faire des aménagements qu’ils arrêtent. Il ne faudra pas faire plus de victimes

    Par Nostra

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 17:21, par Dikiélté
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Je me souviens qu’au cours d’une réunion au Gouvernorat, le DG du centre Muraz avait évoqué le problème de l’installation tout au long du mur du centre Muraz par des boutiques. Il s’inquiétait de la proximité de ces boutiques avec des laboratoires sensibles qui coutent chers. Il a expliqué qu’en cas d’accidents cela pourrait causer une grande perte pour l’institution. Vraiment il semblait être inquiet. Mais je ne savais pas qu’il avait donné dans un premier temps son accord et que par la suite son intérimaire a émis un avis défavorable. Le flou artistique dont l’on parle, à mon humble avis, Le PDS devait convoquer une réunion d’urgence entre les parties. Lorsque le problème a été évoqué en présence de la plus grande autorité, une réunion entre ces autorités et les parties en bagarre devait se faire.Il me semble que les PDS, en général, ne veulent pas qu’on marche sur "leurs plats ". Maintenant pour ce cas précis ce PDS pourra t-il les résoudre seul ses problèmes sans l’apport des autres autorités ? bref !
    Ce que je sais, on ne peut pas développer une ville avec des boutiques en forma métallique qui encombrent les rues, les écoles, les maisons d’habitation, les angles des services publics même derrières les banques héiii ! faisons pardon. Je me souviens d’une époque où feu Sib Sié Bernard (paix à son âme) était préfet maire ou président de la délégation spéciale, je ne me souviens plus de son titre ( y a t-il quelqu’un pour m’aider pour le titre ?) avait pris une décision ferme pour démolir des boutiques de ce genre (mais en tôles) dans toutes les rues de Bobo et celles qui étaient aux alentours du marché. Les anciens commerçants se souviennent encore de cette époque. Toutes les rues étaient dégagées pour la circulation et il était formellement interdit d’installer des boutiques collées aux écoles et surtout les débits de boisson. Peut être les textes évoluent et qu’il est permis à nos autorités de "la nouvelle génération" de vendre tout le "Burkina Faso" en employant la politique du ventre. Dans tous les cas, un jour cela va se dégénérer si l’on n’ arrête pas cette pratique. Les OSC doivent manifester toujours dans l’ordre et la discipline en s’entourant des garanties c’est à dire en faisant une demande régulière pour leurs actions. Les responsables de ses OSC doivent tout faire pour que l’on ne les traite pas d’anarchistes. QUE DIEU SAUVE LE BURKINA FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 18:31, par l’intergiga
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Une voie dite "principale" qui passe par la place Tiéfo Amoro(Sitarail) pour réjoindre le boulevard. Sur cette voie deux véhicules qui se croisent se retrouve en danger car on le souhaite pas si l’autre qui prend directement l’un des hangars que la commune a accordé aux "commerçants" s’est la catastrophe .C’est pourquoi il faut trouver au plus vite une solution pour libérer la voie et ramener ceux qui pensaient se faire de l’argent sur cette avenue à trouver un endroit adéquat.
    *Place Tiéfo Amoro, vendeur de brocante risque d’accident aux feux tricolore
    C’est carrément le désordre total à Bobo en matière de circulation routière et d’occupation anarchique des voies.Il n’y a pas un bon maire qui a l’amour de Bobo ?
    *Le rond point (tour eiffel miniaturisé) est le rond point le plus plat de la sous région.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 21:29, par Yaa Yélé
    En réponse à : Fronde contre les boutiques de rue au centre Muraz de Bobo : Le président de la délégation spéciale crie à la manipulation

    Dommage. Le PDS de Bobo est mal conseillé par l’ancien staff restant de Salia Sanou. On n’a point besoin d’une étude de faisabilité ou d’être expert pour savoir que le site est inapproprié pour ces genres de boutiques. Son entourage est en train de lui faire filer du coton de très mauvaise qualité. Sans les citer ils se reconnaîtront. Des manges-millions pires que ceux qu’ils ont remplacés. Des gens qui se coulent douce sur le dos de la commune. Vivement que les élections passent pour que tout soit tirer au clair. PDS ouvre l’œil, surtout le dos et sort par la grande porte. Les faux "conseillés-personnes ressources" ne s’inquiètent pas ni du sort ni de la santé de leurs anciens mentors : Salia et compagnie. Ils s’en fichent. Prenez les bonnes décisions pour le peu de temps qui reste. Reculer souvent est synonyme de victoire. Ne suivez pas à l’aveuglette ces "vieux loups". Ils endossent verbalement mais en temps normal lis s’enfuieront. Seuls les écrits restent. Kôrô Yamyélé on ne réveille pas un homme qui ne dort pas

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés