Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

jeudi 31 décembre 2015 à 08h33min

Salifou Diallo président de l’assemblée nationale, ce n’était véritablement pas un secret. Et depuis ce 30 décembre 2015, l’homme est le dauphin constitutionnel du président Roch Marc Christian Kaboré, installé la veille. Une nouvelle expérience pour l’homme qui a jadis « castré l’opposition politique au Burkina », mais surtout qui est connu pour être un « bosseur ». Portrait d’un fin stratège politique qu’il vaut mieux toujours avoir avec soi !

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

Né le 9 mai 1957 à Ouahigouya dans la province du Yatenga, Salifou Diallo, plus connu par l’appellation Salif Diallo, est un homme bien connu du landerneau politique burkinabè depuis près de trois décennies.
Son engagement date de ses années d’étudiant. Il est d’ailleurs expulsé de l’université de Ouagadougou pour fait de grèves et manifestations ayant causé des destructions de biens publics, avec le Parti communiste révolutionnaire voltaïque (PCRV).
C’est à l’université de Dakar qu’il ira poursuivre son cursus. Il y obtient une maîtrise en droit et c’est le retour au pays natal en 1985. C’est par la suite qu’il obtiendra un doctorat en relations internationales à l’Université de Perpignan en France.

Depuis son retour au bercail, Salifou Diallo a toujours été proche de Blaise Compaoré. Pendant la révolution, alors que Blaise Compaoré est ministre de la justice, le jeune étudiant qui vient de rentrer de ses études décroche son premier emploi dans les hautes sphères de l’administration publique. Il est assistant au cabinet du ministre de la Justice dès 1986, puis directeur du cabinet de 1987 à 1989 et secrétaire d’état du président Blaise Compaoré en 1991.

Une carrière de ministre

A partir de 1991, celui qui est affectueusement appelé ‘’Gorba’’, devient ministre de l’emploi, du travail et de la sécurité sociale.
Les postes ministériels se succèdent. Ainsi de De 1992 à 1995, il est chargé de missions du président puis ministre de l’environnement et de l’eau de 1995 à 1999. Le 12 novembre 2000, l’homme passe à l’agriculture. Le 10 juin 2002, son portefeuille est élargi quand il a été nommé ministre de l’Agriculture, de l’Eau et des Ressources Halieutiques. C’est surtout à la tête de ce département ministériel que l’homme se révélera comme un « bosseur  », au point d’être surnommé, ‘‘l’homme des paysans’’. Les projets en faveur de ce secteur, principal secteur d’activité des Burkinabè sont à la pelle. Il fait du projet de Samendeni, une affaire personnelle.
Le « super ministre » de l’agriculture et des ressources halieutiques est élu vice-président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) au deuxième congrès ordinaire du parti tenu les 1, 2 et 3 août 2003.

Puis Vint le divorce…

Un lundi de Pâques, nous sommes le 24 mars 2008. Gorba est débarqué du gouvernement. Il faut dire qu’entre temps, le président Blaise Compaoré et son homme de main Salif Diallo étaient en froid. Mais il y avait une sorte de coexistence pacifique entre les deux. Le 27 janvier 2008, dans l’émission « Tapis d’honneur » de la RTB, il déclare que, « Blaise Compaoré dirige avec pondération et intelligence. Sa succession n’est pas à l’ordre du jour ». Et pourtant.
De Vienne en Autriche, où il est envoyé comme ambassadeur du Burkina, celui qui disait entre temps ne pas être un « Yes man », le prouve. Il lâche une bombe dans une interview accordée à l’Observateur Paalga. Abordant la question de l’alternance dans son pays, l’ambassadeur, tenu par le devoir de réserve se déchaine. Pour lui, la question n’est pas taboue. « Pour moi, le meilleur moyen de créer une alternance dans notre pays, dans la paix et la stabilité, c’est de réformer profondément les institutions actuelles pour approfondir la démocratie en donnant des chances égales à tous les partis politiques. C’est pourquoi ma suggestion est d’aller aujourd’hui vers un régime parlementaire qui nous éviterait une patrimonialisation de l’Etat ». Une sortie commandée qui crée une onde de choc dans les rangs du pouvoir.

Pour cette « indiscipline  », le président du CDP de l’époque, Roch Marc Christian Kaboré suspend Salif Diallo des organes et instances du parti, même s’il adressera le 24 décembre 2009 au Bureau politique national du parti, une lettre d’autocritique reconnaissant que ses propos « n’ont pas été précédés d’un débat formel au sein du parti et qu’il a ainsi agi en violation des principes organisationnels relatifs à la discipline interne au CDP ». Le 27 février 2010, sa suspension est levée. La suite des événements lui donnera pourtant raison.

Un come-back gagnant

En fin de mission, Salif Diallo est plus présent au Niger où il « vend ses services » au président Mahamadou Issoufou, qu’au Burkina. Alors que le débat sur la modification de l’article 37 fait rage, l’ancien ambassadeur avec certains ténors du parti, dont celui qui l’avait exclu, Roch, sautent de la barque avant qu’elle ne coule totalement. Les anciens hommes du président Compaoré quittent donc le parti présidentiel, le 4 janvier 2014 et s’en vont créer le Mouvement du peuple pour le Progrès (MPP), le 25 janvier. Il est vice-président du nouveau parti.

Tout comme en 2005 quand il était le directeur national de la campagne de Blaise Compaoré, le vice-président du MPP est également le directeur national de campagne du candidat Roch Marc Christian Kaboré pour l’élection présidentielle du 29 novembre 2015. Et tout comme en 2005 quand il prédisait que le « Blaiso » serait élu sans coup férir, il en rajoute pour le « Rocco », en affirmant avec conviction qu’il le sera au quart de tour. C’est au premier tour que le candidat est élu, alors que beaucoup attendaient un second tour.
Premier sur la liste nationale du MPP lors des dernières élections législatives, Salif Diallo est aussi élu député. Et depuis, on l’annonçait au perchoir de l’assemblée nationale. C’est désormais fait.

Salif Diallo et les dossiers

L’actuel président de l’assemblée nationale est connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, il ne va pas du dos de la cuillère pour défendre sa pensée. On dit aussi de lui qu’il est l’homme des coups bas et des dossiers…

Dans l’affaire Dabo Boukari, du nom de cet étudiant en 7è année de médecine arrêté lors d’une manifestation en 1990 sur le campus de Zogona et dont on n’a plus entendu parler, le nom de Salif Diallo est régulièrement cité. Séni Koanda, président de l’association nationale des étudiants burkinabè de l’époque, qui a accordé une interview à Lefaso.net en mai dernier, est formel. « Deux personnes peuvent nous éclairer sur le décès de Dabo Boukary : Salif Diallo et Gilbert Diendéré ».
L’ancien ministre de l’agriculture a toujours nié les faits, arguant qu’il a même plaidé pour la libération des étudiants qui avaient été arrêtés à l’issue de la manifestation durement matée.

Valère Somé, dans son dernier ouvrage « Les nuits froides de Décembre, l’exil ou… la mort », indexe également Salif Diallo comme étant celui qui a « personnellement » dirigé les séances de tortures des étudiants arrêtés après la marche du 19 mai 1988. Une fois de plus le premier vice-président du MPP balaie ces accusations du revers de la main. Avec des formules qui lui sont propres ; en avançant que s’il y avait un prix Nobel du mensonge, Valère Somé le remporterait.

Il y a eu l’affaire des djembé bourrés d’argent, révélée par l’avocat Robert Bourgi, successeur de Jacques Foccart, qui a fait cas de financements occultes en provenance d’Afrique et dans lesquels le nom de Blaise Compaoré a été cité comme faisant partie des chefs d’Etat qui ont financé la campagne électorale de Jacques Chirac en 2002. « Un soir, j’étais à Ouagadougou avec le président Blaise Compaoré. Je devais ramener pour Chirac et Villepin 3 millions de dollars. Compaoré a eu l’idée, « connaissant Villepin comme un homme de l’art », a-t-il dit, de cacher l’argent dans quatre djembé. Une fois à Paris, je les ai chargés dans ma voiture jusqu’à l’Élysée. C’est la seule fois où j’ai pu me garer dans la cour d’honneur ! C’était un dimanche soir et je suis venu avec un émissaire burkinabè, Salif Diallo, alors ministre de l’Agriculture. », témoignait Robert Bourgi dans les colonnes du journal français, le journal du dimanche, en 2011.

Il est aussi connu pour être celui qui a « castré » l’opposition politique, en finançant certains ténors, « pour avoir une opposition forte » en face.

C’est un Salif Diallo dans une nouvelle ère, qui commence une nouvelle aventure politique. Il sera le dauphin constitutionnel du président pour les cinq années à venir. Il a d’ores et déjà invité ses homologues à servir le peuple, rien que le peuple.

Tiga Cheick Sawadogo(tigacheick@hotmail.fr)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 31 décembre 2015 à 06:41, par gangoblo
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Que Dieu vous donne la sagesse et la clairvoyance de ne travailler que pour le peuple et rien que pour le peuple. Que la bénédiction et la paix de Dieu soit sur vous et aux autres membres de l’Assemblée Nationale.
    Bonne et heureuse année 2016 à vous toutes et tous .

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 07:07, par yé !
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Salif Diallo et Rock Kaboré échapperons t-il au syndrome Blaise Compaoré-Thomas Sankara ?Espérons que Oui. Car nous retrouvons la même configuration qu’en 1983, à l’avenement du CNR. Un numéro 2 faiseur de roi...

    Salif Diallo ne sera t-il pas tenté par le poste de Premier, plutôt que de second ?

    Rock ne voudra t-il pas se liberer de la tutelle ?

    Souhaitons que tous deux restent raisonnables...

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 07:30, par Ton Homo
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Souhaitons que les ennemis et les rapaces politiques le laissent faire les reformes qui lui tiennent à coeur dans le sens de la dépolitisation de l’Administration, de la réinstauration de l’autorité de l’Etat et de la revive de l’intégrité. Il peut le faire car, aucun homme ne né mauvais, c’est plutôt la société que le transforme. Salifou DIALLO est un vrai burkinabè et sait s’accommoder du temps et des circonstances. Bons vents, Honorable Président

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 07:59
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    La politique quand tu nous tiens. Alliances, défiances, accusations démentis ... on leur souhaite d’apporter la réponse aux aspirations du peuple pour le plus grand bonheur de celui-ci.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 09:00, par zemosse
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Je voudrais que Salif’Dialo retienne cette loi naturelle implacable de Dieu : ON PAIE TOUJOURS CASH SA FORFAITURE SUR TERRE , QUOIQU’ADVIENNE, QUI QU’ON SOIT et OÙ QU’ON EST. La meilleure voie pour lui de se racheter et d’atténuer les effets de cette loi ,c’est d’œuvrer effectivement pour un Burkina de justice, libre, démocratique et prospère pour tous les Burkinabé ; Autrement, je suis convaincu qu’il finira comme son mentor Blaise ou encore , comme diendere , bassolet et j’en passe.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 09:07, par pasba
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    si son élection à la tète du perchoir ne faisait l’ombre d’aucun doute , c’est le score qui surprend et inquiète les démocrates de ce pays. j’ai comme impression que les hommes politiques de ce pays ne sont pas guéris de leur maladie congénitale : la trahison. si je considère que le cdp, l’upc,la nafa, l’ubn et l’adf/Rda constituent l’opposition, Sosso devrait avoir plus de 44 voix. Apparemment, certains ont encore reçu de l’argent pour trahir. c’est dommage. de ma part, je pense que seuls les osc et les syndicats peuvent aider à construire une véritable démocratie. Nos honorables se sont dépensé en argent et en énergie lors des campagnes et comptent les récupérer à l’assemblée. cependant, ils doivent savoir que leur émolument ne serait pas majoré sinon gare !

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 09:08, par TABITA
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    félicitation à Salif. mais s’il est vrai qu’il est impliqué dans des sales dossiers, il ira répondre devant la justice. la chose dont je suis sûr est que rien ne pourra empêcher la manifestation d’une quelconque vérité au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 09:20
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    MON PRESIDENT G T TIRE MON CHAPEAU.LA JEUNESSE VOUS SOUTIEN E VS SOUTIENDRA

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 09:34, par Boukary
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Rock à l’exécutif, Salif à l’assemblé nationale et Simon pm ? ou est le changement tant souhaité par le peuple ? Sans vouloir être pessimiste, je crains le pire pour ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 09:36, par ka
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Ça ne pouvait pas être autrement, c’était lui ou un autre, ce qui est sûr, Salif Diallo est un grand politique, et il sait là où va le Burkina avec ces nouvelles réformes, ayons confiance, et souhaitons bon vent à l’homme politique qui est Salif Diallo : l’alternance politique et économique du Burkina avec sa jeunesse, a besoin des vrais guides en politique et Salif Diallo en est un.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 09:38, par Un Passant
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    BURKINABE, ne baissons pas la garde ! La joie ne doit pas nous faire oublier les choses essentielles. Et parmi elles le cas BLAISE COMPAORE ! Je vien de lire dans JEUNE AFRIQUE que le 30 décembre au soir, ADO est allé rendre visite à BLAISE pour lui "faire le compte-rendu de son voyage" (à l’investiture de RMCK). En tant que qui BLAISE doit-il recevoir un CR de l’investiture de RMCK ? Il y a beaucoup d’hypocrisie et de félonie dans l’air ! Lisez encore ci-bas ce que je viens de lire dans JEUNE AFRIQUE :

    - "Il s’y attendait. Depuis sa villa cossue du quartier chic de Cocody-Ambassades, à Abidjan, Blaise Compaoré a suivi à distance l’élection de Roch Marc Christian Kaboré.
    Les deux hommes ont évidemment eu des relations tendues à l’époque où Kaboré a basculé dans l’opposition, en janvier 2014, mais l’ex-président burkinabè n’a jamais nourri d’animosité particulière envers son successeur. Pour Compaoré, le vrai ennemi n’est pas Roch mais son allié, Salif Diallo, qu’il considère plus que jamais comme le principal responsable de sa chute.
    S’il ne se gêne pas pour dire tout le mal qu’il pense de ce dernier – qui fut son plus proche collaborateur pendant des années -, Blaise Compaoré a au contraire gardé un avis plutôt bienveillant sur le nouveau chef de l’État. L’ancien taulier et celui qui a longtemps été considéré comme son dauphin se connaissent parfaitement, et se respectent. Leurs familles sont même liées, le petit frère de Roch ayant épousé la nièce de Blaise. « Compaoré considère qu’il vaut mieux une personne qu’il connaît bien au pouvoir. Kaboré n’est pas un va-t-en-guerre et sera probablement moins radical que les autorités de transition », glisse un ponte du régime déchu, qui croit savoir que Roch est dans un « esprit d’apaisement » vis-à-vis de ses vieux camarades du clan Compaoré.

    La nouvelle vie de Compaoré

    L’entourage de Blaise craint principalement que le tranchant Salif Diallo influence les choix du nouveau président, réputé pour sa pondération et son sens du consensus. Car même s’il fait mine de ne pas s’en soucier en privé, son prédécesseur reste sous la menace d’éventuelles poursuites dans son pays. Une perspective qui préoccupe son hôte ivoirien, Alassane Dramane Ouattara (ADO), soucieux de l’avenir judiciaire de son « frère » burkinabè.
    Compaoré, qui s’efforce de rester le plus discret possible, suit toujours attentivement la situation politique à Ouagadougou. Il reçoit beaucoup de visiteurs, notamment Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale, et ADO. Remis de son hospitalisation au Maroc, en juillet, pour une fracture du col du fémur, il vit avec son épouse Chantal et a repris le sport, alternant entre vélo d’appartement, légers footings et parties de football avec le nombreux personnel de sa villa – une vaste demeure bien gardée, qui appartient à Hamed Bakayoko, le ministre ivoirien de l’Intérieur par ailleurs ami intime de Roch Kaboré. Pour tuer le temps, Blaise s’adonne aussi au dessin architectural, comme le faisait Félix Houphouët-Boigny avant lui. Il s’accorde également des escapades régulières à Assinie, station balnéaire huppée appréciée des riches Abidjanais".

    BURKINABE, soyons très vigilants et ne badinons plus !

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 09:54, par sekou
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Tous mes voeux de succes a Salif Diallo

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 09:58, par SING
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    le ministre de l’économie de la première puissance européenne est sur un fauteuil roulant et dirige l’économie allemande depuis des années. C’est dans la tête que ça se passe et non dans les jambes mes amis.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 10:05, par Dabiré T. Martial
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Longue vie à toi Camarade président ; Nous avons été, nous sommes et nous serons toujours avec toi. Que Dieu te donne la force de sauver ce pays que nous aimons tous tant. DIEU BÉNISSE LE BURKINA FASO !!!

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 10:17, par trop fort
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Doctorat en Droit public ( pas en science politique, encore moins option relations internationales), option constitutionnalisme (ou states building) soutenue en cotutelle en 2005. Titre de la thèse : Les transformations de l’État en Afrique. La précision est de taille. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 10:35, par toikyam
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Toutes nos félicitations et surtout bon vent à lui. Puisse dieu l’assister pour le bonheur de tous les Burkinabè. Amen.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 11:09, par Vrai Burkinabe
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Excellence Gorba, on vous crois, on vous suit,q’ALLAH, vous accompagne dans la santé et vous donne la force nécessaire.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 11:19, par dipama issa
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Salif Diallo, président de l’Assemblée Nationale Burkinabé, une institution j’allais dire très sensible, complexe mais noble. Noble, en ce sens qu’elle peut pousser l’action gouvernementale à l’atteinte des objectifs et arriver à répondre aux aspirations du peuple burkinabé en général et celles de la jeunesse en particulier. Gorba au perchoir ne m’étonne pas. vu son parcours politique, ses actions qu’il a posé au temps de compaoré jusque là en passant par ses réactions depuis Autriche, c’était et est toujours un grand homme d’Etat, courageux et travailleur. Il mérite le qualificatif de " faiseur de roi". C’est lui qui avait fait Blaise chef, c’est également lui qui vient de faire Rock président du Faso ; aaaah !!! quel don de Dieu ! Ce qu’il veut se réalise ; mais, il n’a qu’à faire attention car un proverbe moaga dit (traduction littérale) : "Si un bandit est à l’Est, sait qu’un autre est à l’ouest".

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 11:20, par Maam La Wooto
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Bonjour,mes félicitations à vous Mr Diallo pour votre élection comme Président de l’Assemblée Nationale du Burkina Faso. Que le Tout Puissant vous assiste dans votre mission pour le bonheur du Peuple du Faso. Courage et toujours courage.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 11:35, par L’Oeil du peuple
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Bon vent à GORBA et beaucoup de courage à lui qui l’ a toujours caractérisé. Mais surtout attention aux lois taillées sur mesure. Bonne et heureuse année 2016 à toute la classe politique du BURKINA.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 11:38, par AFGANO
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Blaise doit être entrain de se mordre le doigt ,pour avoir humilié le fidèle ami SALIF Diallo au profit de son médiocre et nuisible petit frère François .

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 12:14, par Moïse
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Il faudra que les Burkinabè apprennent désormais à l’appeler par son vrai prénom Salifou et non Salif. Ce serait déjà le signe du changement.
    Qu’on apprenne aussi à écrire Roch et non Rock. On dirait que certains n’ont même pas lu les affiches de campagne du candidat du MPP.f
    Quand les Burkinabè banniront de leur langage les expressions "forces du mal", "lutte de classe", "ennemis du peuple", ils pourront emprunter le chemin de la réconciliation vraie, seule voie pour le développement.
    Bonne chance aux nouveaux dirigeants.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 12:19, par RV
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Est-il fatigué ou malade !? Ça ne respirait pas la forme ! Bonne chance et succès !

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 12:24, par KOBE
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Felicitations pour cet homme HORS PAIRS. Il fait la fierté de nous les plus jeunes et est notre idol

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 12:27, par Mao
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !
    Quelque soit ce qu’il a eu a poser comme acte durant son parcours politique, je pense (en temps que citoyen lamda, qui aime sa Patrie) qu’il est aussi important de souligner que "Gorba" a eu le COURAGE,L’AUDACE de dire à Blaise COMPAORE et à sa famille que le BURKINA FASO appartient à tous les fils et filles de ce pays et non à un clan,encore moins à une famille...Et ce COURAGE beaucoup d’hommes politiques , presque tous (sauf Gorba bien sùr) de ce pays l’ont manqué car ils craignaient la FOUDRE de Compaoré qui pouvait s’abattre sur eux à cette époque.Mais Salif, a pensé d’abord à son pays.
    A mon humble avis, cet homme mérite le RESPECT des Burkinabé...

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 13:36, par Le Citoyen
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Moi je n’ai aucun "a priori" contre Monsieur Salif DIALLO. Même si c’est le diable qui va débarrasser notre pays de ces prédateurs comme François Compaoré et son clan de sectaristes, Yoda Alain, Assimi Kouanda, naboho Kanidoua et la liste est malheureusement longue, ça m’est égal. Pourvu que les premières déclarations de Salif DIALLO soient exaucées. Que Dieu aide ce Monsieur à sortir le Burkina Faso de sa torpeur et de sa misère.
    Il a dit qu’il souhaitait travailler avec tout le monde, attendons de voir.
    Sinon, lui-même l’a dit, leur sort sera pire que ce que Blaise Compaoré a vécu : quitter Ouaga en plein midi. Le Citoyen.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 13:49, par Le Citoyen
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Pour l’instant, je me garde de tout commentaire en attendant de voir comment Gorba va se comporter pour le développement de notre pays. Si celui-ci fait des choses merveilleuses, toutes ces critiques seront gommées et toutes les accusations fondées ou pas fondées balayées du revers de la main. Ce que Salif DIALLO a fait de bien en réussissant à balayer le régime de Blaise Compaoré vaut plus que tout l’or du monde pour le développement du Burkina Faso. Donc il faut savoir raison garder, jauger les événements. Le Citoyen.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 17:25, par Jeunedame seret
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Le regret commence dès le premier trimestre 2016. Juste après les fêtes.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 20:04, par DJIBI
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Félicitations au nouveau président de l’A.N. Va-t-il introduire sa reforme c’est à dire le régime parlementaire ?

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2015 à 20:23, par Moussa SAVADOGO
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Bon vent à Mr Salif DIALLO , mois je pense qu’on doit se mettre au travail maintenant au lieu des débat intitule. Quoi qu’on dit Salif est et reste un grand politicien de ce pays, en plus il propose des réformes importants donc laissons la jalousie et regardons ensemble l’avenir.

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier 2016 à 10:14, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    - AFGANO (17), tu as amplement raison ! Salifou DIALLO a prit sa belle revanche. Mais ce que je crains, c’est que le petit-frère du Président ROCK est le mari de la nièce à Blaise COMPAORÉ et donc tu vois ? Leurs familles ne doivent pas se mêler du cas de Blaise COMPAORÉ sinon il y a risque d’un autre insurrection.

    - PAS TROP FORT (11), arrête et guéri de ta vilaine maladie de diplômite ! Quelle est la plus-value que tu apportes en nous disant ’’Doctorat en Droit public ( pas en science politique, encore moins option relations internationales), option constitutionnalisme (ou states building) soutenue en cotutelle en 2005. Titre de la thèse : Les transformations de l’État en Afrique. La précision est de taille’’. Nous on s’en fout complètement. En attendant il a fait de merveilleuses choses que toi tu n’a jamais fait et certainement tu n’en feras jamais. Et même s’il n’avait que le BEPC, celà importe peu ! Alors, continue de bouffer tranquillement la craie et de respirer sa poussière dans ta classe malgré tes gros diplômes ! A bas les jaloux !!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier 2016 à 12:56, par Le Citoyen révolutionnaire.
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Lorsque les gens crient à la trahison de Salif DIALLO vis-à-vis de Blaise Compaoré, cela me fait gentiment sourire pour trois raisons essentielles :

    - 1. D’abord, n’est-ce pas lui-même, Blaise Compaoré ou ses sbires qui ont trahi d’abord SANKARA, trahison qui s’est soldée par la mort de Thomas Isidore SANKARA ? Lui, Blaise Compaoré, François Compaoré, Alain Yoda, Assimi Louanda, valent encore mieux puisqu’ils sont en vie, ils peuvent ainsi rendre grâce à la France et à Dieu de ne pas avoir été écartelés sur la place publique à Ouaga. Donc, soyons justes dans l’appréciation de la trahison en tant que non-valeur morale.

    - 2. Ensuite, qui a été le premier, un lundi de pâques à "immoler" Salif DIALLO comme l’agneau pascal sur l’Autel de sacrifice alors que le même Salif DIALLO s’est donné corps et âme pour édulcorer le régime moribond de Blaise Compaoré au sortir du coup d’Etat du 15 octobre 1987. Personne ne donnait une semaine à Blaise Compaoré après ce coup d’Etat surprenant : Il a fait 27 ans de pouvoir d’Etat.

    - 3. Enfin, que le Président Blaise Compaoré s’en prenne à son petit frère, François Compaoré qui a cru pouvoir gérer la situation alors qu’il n’a aucun bagage intellectuel ou appui intenational politique. Le Burkina n’est pas le petit village de Zitenga où d’ailleurs le même François Compaoré n’est pas populaire et n’est pas aimé pour avoir usurpé les champs des paysans à Ziniaré.

    Moralité de l’histoire politique au Burkina Faso, un internaute l’a d’ailleurs déjà dit : Celui qui fait du mal sur cette terre, le paie cash et chèremement avant d’aller le payer une fois de plus devant Dieu. Rock, Salif et les membres du prochain gouvernement sont parfaitement avertis. D’où mon espoir. Mais laissez tomber cette affaire de trahison car en fait de trahison, c’est les premiers qui ont trahi les RSS. Le Citoyen révolutionnaire.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier 2016 à 13:51, par lesage
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Salif à l’Assemblée, il reste Simon comme conseiller et le coup d’état contre le Blaiso est accompli.

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier 2016 à 20:26, par sylla mouss
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    De grâce travaillez à abolir la sous traitance des emplois au Burkina à travers une relecture du code de travail. Quelque soit vos efforts tant qu’il aura de la sous traitance, la pauvreté des jeunes ne finira jamais et vous serez surpris de voir une autre insurrection.
    I faut egalement miser toujours sur les grandes industries telles que STFL et BRAFASO.
    Arrêtez de tromper les jeunes avec des chèques de 500000 qui n’iront nul part en entrepreunariat. Seules les agro industrie sauveront ce chomâge

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier 2016 à 09:03, par justement juste
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    S’il suffit de retourner sa veste pour être dédouané de tout, c’est bien. J’encourage tous les voleurs, tous les assassins, tous les criminels tous les faux-types et autres mal-éduqués de persévérer dans leurs forfaitures. Grouillez faire une trentaine d’années dedans sans vous laisser prendre. Après, essayez de vous corriger ou promettez à toutes vos victimes que vous allez changer. Vous verrez que même avant qu’ils ne constatent votre changement ils vous confiront même le royaume. Et vous allez bouffer tranquillement tout ce que vous avez emmagasiné durant les 30 ans. En tout cas c’est cette leçon que les burkinabé viennent de nous donner. Et comme moi j’ai l’apprentissage facile, je m’apprête à être le patron des iintrigues, des coups-bas et d’enrichissement illicite. Je sais que je ne suis pas seul à avoir comme idole salifou Diallo. L’essentiel pour moi c’est que je sois contre Blaise. C’est suffisant pour échapper à toute justice. Tant pis pour Thomas, dabo, et qui sais je encore. Chers frères et sœurs burkinabé préparez à me protéger par l’humilité parlementaire dans 27 ans. Les burkinabé me font honte avec le culte de la personne. Après le "Blaise c’est notre pétrole" , "si c’est pas Blaise y a pas quelqu’un pour gérer notre pays", cest "Salif le faiseur de roi" "Salif le plus expérimenté", "Salif...". Donc parmi tous ces fils et fille valeureux de ce pays, si y a pas mieux que ce monsieur, ça m’inquiète. Bon vent à lui.

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier 2016 à 15:34, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Bon, écoutez, les Bouba, L’alternateur alias Laka yi san alias Justement juste et autres noms que vous vous attribuez partout sur le forum pour donner l’impression que vous êtes nombreux : Vous nous fatiguez maintenant ! Depuis 3 ans maintenant,

    1°) Vous avez essayé de nous imposer l’inconsistant François Compaoré comme successeur de Blaise, vous avez échoué ;
    2°) Vous avez ensuite essayé de nous imposer le sénat et la modification de l’article 37 pour maintenir Blaise coute que coute, vous avez échoué ;
    3°) Vous avez essayé de reprendre le pouvoir par les urnes après l’insurrection, par la négation de vos fautes, par l’imposition de vos dirigeant impopulaires au détriment de vos autres militants, par l’argent et par la diffamation des dirigeants de la transition, vous avez échoué ;
    4°) Vous avez essayé de délégitimer la transition, de les traiter de voleurs, d’être à la solde du MPP, de vouloir s’accrocher au pouvoir, et que sais-je encore, vous avez échoué ;
    5°) Vous avez tout fait pour empêcher l’éligibilité et l’élection des candidats du MPP, y compris par des alliances politiques contre nature et l’élimination physique pendant le coup d’état, vous avez échoué ;
    6°) Vous avez essayé le coup d’état, avec des soutiens militaires et politiques extérieurs, plus toute la propagande préalable, vous avez échoué ;
    7°) Vous avez essayé de saboter les élections, de créer la zizanie et la méfiance, de faire contester les résultats, d’empêcher l’investiture, de libérer les généraux félons, vous avez encore échoué ;

    Après tous ces échecs, vous essayez maintenant :
    1°) De convaincre les gens que les dirigeant de la transition ont volé et doivent être arrêtés et jugés. (Paradoxal quand on sait que vous vous plaigniez de leur fortune quand ils commençaient).
    2°) De poursuivre Michel Kafandon, Sy Chérif et Isaac Zida de votre haine en leur attribuant tous les péchés d’Israel, même après leur départ ;
    3°) De convaincre les gens que tous les RSS ont du sang sur les mains.
    L’expérience des 7 précédents échecs ne vous fait pas penser que les Burkinabè ne sont pas si cons pour gober toutes les salades que vous balancez et répétez, que vous aller encore échouer et qu’il est temps de vous reposer ?

    P.S. : Remarquez, on serait prêts à vous croire, si vous apportiez un début de preuve, et si vous nous expliquiez pourquoi vous n’avez pas utilisé ces preuves pour les couler depuis la création du MPP en Janvier 2014, pourquoi vous ne les avez pas utilisés pour contester leurs candidatures, et pourquoi au lieu d’apporter ces éléments à la police, à la justice ou ailleurs, c’est sur internet et en utilisant plusieurs pseudos que vous le dites... On attend vos explications. Et comme vous semblez convaincu, on vous rappelle encore que l’immunité d’un député, fut-il président de l’assemblée, peut être levée pour qu’il réponde à la justice. Donc, il n’est pas tard pour "avoir la peau" de Salifou Diallo ou d’un autre.

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier 2016 à 21:21, par Le Citoyen révolutionnaire.
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    @ toi "justement juste" internaute, pauvre type pessimiste, la mort dans l’âme, l’idée de vouer un culte de personnalité à Salifou DIALLO est sortie de ta petite caboche chauve. Ce que Salifou DIALLO a réussi pour notre peuple est quand même extraordinaire. Dans la même année, anéantir Blaise Compaoré et son RSP ? ça c’est trop fort ça. Djo, man, @ "justement juste", je te préviens : Salifou DIALLO, Simon COMPAORE, Roch Marc Christian KABORE seront "mangés" direct à la même sauce aigre que leur prédécesseur Blaise COMPAORE s’ils font n’importe quoi au cours des 5 années à venir comme François Compaoré l’a fait depuis 2008 en poussant son frère Blaise Compaoré dans les orties piquantes. Salifou DIALLO a, lui-même dit lors de son investiture au perchoir que leur sort sera pire que celui qu’a connu Blaise COMPAORE, s’ils venaient à se détourner de l’intérêt général du peuple en faisant preuve de sectarisme et/ou de gabégie. Le peuple burkinabè des insurgés a toujours l’oeil ouvert même en dormant. Ce sont les gouvernants qui doutent de cette demi-ouverture de l’oeil. Sachez que dans le monde entier, dès qu’on parle de burkinabè, le vrai, pas les bâtards qui n’aiment pas leur peuple et détournent l’argent public à leur seul profit, c’est le respect. Ce qui caractérise le burkinabè, c’est qu’il peut faire preuve de patience devant un malfaisant. Mais dès que la coupe est pleine, dès que tu dépasses les limites du tolérable, il n’y a plus de pardon ou de répit pour ce malfaisant. Blaise Compaoré l’a appris à ses dépens en se laissant manipuler par un vaurien de son petit frère, un pleurnichard de 1ère classe qui croit que tuer les adversaires donne ou fortifie le pouvoir. Bien au contraire ! Sans manger votre piment dans ma bouche, vous savez bien de qui je parle, l’ex-petit-président en exil qui ne viendra plus jamais dans ce pays. Quelle misère pour lui ? Le Citoyen Révolutionnaire.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier 2016 à 09:58, par Donc...
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    @ l’internaute n°35 "justement juste". Donc retournons tous nos vestes pour construire le Burkina Faso prospère et débarassé de toute corruption, gabégie et détournement de fonds publics. Ces intérêts supérieurs du peuple par la construction véritable de notre pays est au-dessus de toutes vos insinuations, intrigues et bobards sans compter vos causeries de cabaret. A l’internaute n°28, jeune dame Seret ou pute, je dis, avançons seulement. Ce qui vient n’est pas ce qui est déjà passé. Donc....donc, donc. Ce qui est sûr, il n’y aura pas d’état de grâce pour Roch et son premier gouvernement. Donc....

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier 2016 à 19:48, par l’adepte du Burkina nouveau
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Monsieur Justement juste, en vous lisant, je vous demande si vous avez participé aux élections qui viennent de se dérouler et qui ont été les plus propres de toutes les élections réalisées dans notre pays. Donc sachez que si Salif DIALLO est arrivé à la tête de l’Assemblée Nationale, c’est la suite logique du choix du peuple. Alors, le vous pris de gérer tranquillement votre état d’âme en vous et que la marche radieuse de notre démocratie amorcée puisse se renforcer avec les prochaines élections municipales prévues très bientôt. Vive le Burkina, que Dieu continue à étendre sa Main sur lui.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier 2016 à 21:47, par PARFAIT
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    100% d’accord avec le 35). IL suffit d’être contre Blaise ou de déclarer qu’on était contre Blaise pour être le meilleur... Hé oui c’est la mémoire sélective !

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier 2016 à 22:10, par Frank
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Je pense qu’il dira la vérité sur la mort de Tom SANK et DABO Boukaty et aussi les crimes économiques ou bien il fera voter des lois contre et dans ce cas il nous verra dans la rue.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier 2016 à 22:17, par togsida
    En réponse à : Assemblée Nationale : ‘’Gorba ‘’ au perchoir, une nouvelle aventure !

    Ce régime ne peut pas durer ; attendons seulement quelques instants. C’est très beau pour être vrai

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés