Les langues nationales au service des politiciens, et après ?

mercredi 2 décembre 2015 à 17h28min

Sur un plateau de télévision, à la veille des résultats, dite nuit électorale, un journaliste qui animait les débats a avancé que les programmes politiques des différents candidats étaient difficiles à traduire en langues nationales parce que certains concepts ne peuvent pas être traduits en langue nationale. Un de ses invités l’a rectifié que tous les concepts sont traduisibles dans n’importe quelle langue au Burkina. Ce dernier a relevé l’existence de recherches linguistiques et souligné la qualité des enseignants sociolinguistes de l’université d’Ouagadougou en plus des efforts d’alphabétisation et des programmes d’éducation et de formation en langues nationales au Burkina Faso. Ce journaliste semblait l’ignorer. Mal lui en a pris.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Les langues nationales au service des politiciens, et après ?

Ce qui m’offre l’occasion de prendre ma plume, au lieu de la ranger et de la fermer, pour défendre et interpeller les nouveaux responsables sur la promotion des langues nationales comme instruments de développement et d’enracinement de la démocratie.
Nous avons suivi avec intérêt et fort à propos comment chaque candidat, chaque parti a bien inséré dans sa stratégie de conquête du pouvoir les langues nationales. Même le candidat qu’on dit qu’il est né avec la langue de Molière dans la bouche a fait l’effort de s’exprimer dans la langue des électeurs. On trouvait des candidats qui, dans chaque localité du Burkina, essayaient de formuler des phrases dans la langue du coin soit pour dire « bonjour », soit pour dire « merci » et pour terminer par « voter pour moi » !
Les stratégies de communication de chaque camp ont aussi pris en compte les langues nationales. Les déclarations radio télé, sauf au niveau de la presse écrite, étaient délivrées en langues nationales. Les interviews des portes paroles, des candidats eux-mêmes réalisées en langues nationales. On a même retrouvé quelques affiches, des discours et des plaquettes libellés dans les langues locales.
La sensibilisation et autres messages pour inviter les électeurs à participer, à préserver la paix, à connaître les opérations du vote ont été traduits en langues nationales. Au cours des trois semaines, le Burkina s’est reconnecté avec ses racines, sa culture ses langues nationales. Tout le monde se rivalisait pour qui saura mieux sortir l’expression, l’anecdote, le proverbe en langues nationales pour se faire comprendre et accepter par ses militants. Pendant cette période celui qui savait bien manipuler sa langue était le savant, l’intellectuel du coin.
Malheureusement, les langues sont toujours reléguées au second plan une fois que les campagnes électorales passent. On craint fort que cet engouement ne retombe une fois les résultats proclamés. La preuve est que les entrepreneurs politiques n’en font pas assez cas dans leurs programmes. Certains n’en parlent même pas et se doutent qu’au Burkina il existe des programmes d’alphabétisation et qu’il n’existe cependant pas de politique claire de promotion des langues nationales. Alors qui dit langues dit culture, identité, personnalité. Qui sommes- nous ? C’est curieusement en Afrique que le développement et les stratégies de développement se conçoivent avec la langue des autres. La Chine qui est en passe de devenir la première puissance économique mondiale invente ses technologies, fait des progrès scientifiques dans sa langue. Presque tous les pays du continent asiatique en pleine croissance se développent dans leurs langues. Le développement se fait donc à partir de sa propre culture, qui en premier lieu est la langue nationale.
Par cet écrit, nous invitons tout simplement les nouvelles autorités à mettre au cœur du développement et de leur politique la promotion des langues nationales et leur préservation. Permettre d’approfondir la recherche sur nos langues, leur permettre d’occuper la même place que les langues étrangères dans les domaines de l’information et de la communication, dans l’éducation et la formation. Les laisser s’épanouir dans leur diversité et leur multiplicité. Ces langues souvent, reléguées au second plan sont celles qui peuvent être la clé de nos balbutiements. Elles ont en elles mêmes la réponse à des questions pointues politiques, sociales et économiques.
Evoquer aujourd’hui la colonisation pour expliquer la situation de nos langues n’est pas un argument valable. Relever le manque de volonté politique est peu probable. Avoir la crainte de la vérité de nos langues dans le débat social politique et économique de la vie de notre pays me semble être l’explication qui vaille. Parce que beaucoup perdront le pouvoir et le contrôle des affaires. Le risque est en effet très grand que le pouvoir échappe aux nouveaux analphabètes dans les langues nationales et se décentre dans les campagnes. On a parfois évoqué des questions ethnocentriques pour justifier la non prise en compte des langues nationales dans sa plénitude. Ces arguments me paraissent aussi trop légers, lorsque l’on sait comment les langues cohabitent dans un contexte multilingue. Elles se créent et se recréent et gardent de la vitalité entre elles sans toutefois s’affronter.
Après cette période transitoire de la vie politique et sociale du Burkina Faso, le changement tant voulu doit prendre les langues nationales comme véritables enjeux du développement et de la démocratisation de notre pays. Après cette campagne il est clair que la vie va continuer et que nos langues vont repartir dans nos campagnes et nos villages, là ou elles préserveront encore nos valeurs et notre identité. Quelques médias continueront à émettre en langues nationales, les journaux en langues nationales poursuivront difficilement à paraître, les campagnes d’alphabétisation continueront timidement. Alors que ce qu’on attend est un engagement fort à en faire un outil de développement et non sous utiliser les langues pour la conquête du pouvoir uniquement.

Evariste ZONGO
Journaliste,
Spécialiste en études de développement

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 décembre 2015 à 17:53, par Jeunedame seret
    En réponse à : Les langues nationales au service des politiciens, et après ?

    A toi le kick-off ! Tu aurais dû marquer le premier pas en écrivant cette pédagogie en mooré ou fulfuldé. Pas tard. Tu peux toujours PUBLIER UNE TRADUCTION. Ce sera historique. MAAN TAO-TAO.

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2015 à 19:36, par Amadou Baba karambiri journaliste en langues nationalistes
    En réponse à : Les langues nationales au service des politiciens, et après ?

    Merci d’avoir répondu de façon professionnelle à l’auteur de l’article. je suis journaliste de la deuxième génération de journalistes en langues. J’ai commencé ma carrière à la radio Rurale en 1976 ( 40 ans) d’expériences. C’est également notre génération qui avait introduit le journal en langues dans les programmes de la radiodiffusion nationale et d’autres émissions en direct. En ce moment aucune radio n’existait encore. Les émissions en langues nationales constituaient près de 60% des programmes de la nationale. Aujourd’hui c’est une nouvelle génération la plupart sans formation professionnelle et pauvre en vocabulaire en langue dans laquelle ils animent dans les différentes. Des formations ont eu lieu mais pas dans tous les genres journalistiques surtout en techniques de traduction et rédactionnelles langues. Pendant nos multiples reportages,lorsque vous demandez une interview en langue à une personnalité, elle vous répondu tout de suite "je ne comprend, parle pas mooré ni jula ni fulfuldé" c’est le français oui. Certaines personnalités demandent si c’est la télé ou la radio. Il arrive le plus souvent que des personnalités disent allez y transcrire ce qui a été dit en français. Dans ces cas là, est ce que c’est le journaliste qui est incompétent ou l’interlocuteur. A vous de juger.

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2015 à 20:05, par Ferimakoun
    En réponse à : Les langues nationales au service des politiciens, et après ?

    Mr Zongo,
    j’ai lu votre article avec intérêt et plaisir. J’espère que bien de gens le liront. Nos langues se perdent, combien sommes-nous à les parler à la maison à nos enfants ? Ma grand-mère qui nous parlait sa langue maternelle aimait à dire qu’elle le faisait pour pouvoir nous prévenir si un coupeur de tête venait à apparaitre au coin de la rue. C’était amusant mais tellement vrai. Il y a des familles où les deux parents ont en commun la même langue nationale mais où les enfants ne parlent pas un traitre mot de cette langue. Je suis dans ce cas. J’en ai pris conscience et j’essaie d’y remédier. Les politiques doivent surement se saisir de la question, mais chacun de nous peut à son niveau leur redonner la place qu’elles méritent. Et alors nous verrons que tout peut se dire dans nos langues.
    Ferimakoun

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2015 à 00:55, par Badara
    En réponse à : Les langues nationales au service des politiciens, et après ?

    Merci Mr Zongo
    Aucun peuple n’est en manque de mots pour dire ou exprimer sa propre réalité.
    Votre message s’adresse à nos leaders surtout.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2015 à 04:46, par tengenbiiga
    En réponse à : Les langues nationales au service des politiciens, et après ?

    Il faut d’abord s’aimer pour oser parler sa langue nationale. beaucoup preferent admirer les autres, leurs langues et s’etonnent qu’on ne les considerent pas dans le monde. Ils parlent bien les langues etrangeres souvent mieux que ceux qui sont les descendants de ces pays etrangers. Aucun pays ne pourrait se developper en utilisant la langue d’autrui. Il s’agit d’une assimilation ou du resultat d’une colonisation, tous des signes d’humiliation.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2015 à 16:09, par Naboho Lassina
    En réponse à : Les langues nationales au service des politiciens, et après ?

    Les langues nationales , c est bien vous le dites , pourquoi nous ne faisons pas confiance à ceux qui ne partagent pas le meme dialecte que nous.Les langues sont la source de rejet de l autre,elles divisent au lieu de rassembler.C est la raison pour laquelle, la langue officielle inscrite dans la constitution est le Francais.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés