Déclaration de Françoise Toé, Candidate Indépendante du Mouvement de Libération Nationale Burkina Faso (MLN-BF) sur la situation nationale

jeudi 1er octobre 2015 à 08h41min

Le M LN est une formation politique qui a été créée le 25 Août 1958 à Dakar au Sénégal, par un groupe de cadres et d’étudiants adhérant au socialisme et au panafricanisme. Ce mouvement s’est par la suite transformé en parti politique dans les pays d’Afrique, et le Professeur Joseph KI-ZERBO dirigea celui du Burkina Faso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Déclaration de Françoise Toé, Candidate Indépendante du Mouvement de Libération Nationale Burkina Faso (MLN-BF) sur la situation nationale

Notre choix de revendiquer le MLN-BF est guidé par l’actualité politique au Burkina Faso depuis un an. Il y a eu l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et la résistance du peuple au putsch du 16-17 septembre 2015 dont l’épilogue a pris fin le 29 septembre 2015.

Ces moments historiques traduisent clairement l’aspiration de notre peuple à plus de démocratie et de justice sociale.
Ce choix se justifie également par un souci de pragmatisme dans notre fonctionnement interne.

Notre regroupement incarne la majorité au sein du PDP/PS et qui souhaite une candidature propre du parti à l’élection présidentielle. Et c’est pour cela que j’ai été investie le 28 juin 2015 lors d’un Congrès Extraordinaire, alors qu’une minorité veut, pour des raisons non avouées, la fusion avec un autre parti actant ainsi la disparition du PDP/PS.

Le Mouvement de Libération Nationle Burkina Faso (MLN-BF) groupe majoritaire du Parti pour la Démocratie et le Progrès Parti Socialiste (PDP/PS) voudrait par la présente déclaration, traduire son soulagement après le dénouement de la crise que connaît notre pays depuis deux semaines suite au coup d’état, et féliciter chaleureusement nos Forces de Défense et de Sécurité pour leur bravoure, leur professionnalisme et d’être restées aux côtés du peuple burkinabé.

Il regrette que le désarmement du RSP n’ait pas été possible par la voie pacifique.
Il appelle le Gouvernement de Transition et la population à la vigilance et encourage le peuple burkinabé pour sa détermination à faire respecter la démocratie au pays des Hommes intègres.

A présent, construisons une Armée Nationale unifiée et républicaine par l’intégration fraternelle des ex-militaires du RSP dans leurs nouvelles unités d’affectation.

Mes attentes quant à la suite de la Transition

Il est souhaitable que le Général Gilbert Diendéré soit appréhendé et mis sécurité. Il a des comptes à rendre aux Burkinabè et nous devons faire confiance à nos autorités judiciaires pour un traitement diligent de ce dossier.

Dès aujourd’hui, j’appelle tous les Burkinabè à la tolérance et au pardon. L’avenir de pays passe par là !

J’en appelle aux Autorités de la Transition à décréter trois jours de deuil national, à procéder à l’identification des personnes décédées et à leur inhumation en Héros.
J’en appelle au sens du patriotisme des uns et des autres.

J’exhorte le Gouvernement de la Transition à fixer la date du scrutin dans les meilleurs délais (au plus tard le 22 novembre 2015). Nous devons aller aux élections sans tarder.
En effet, les Burkinabè iront aux urnes pour élire le président du Faso et les 127 députés qui composent l’assemblée nationale. Depuis le début des années quatre-vingt-dix, les Burkinabè se sont régulièrement rendus aux urnes pour élire leurs représentants.

Mais le rendez-vous de cette année 2015 est une première parce que les citoyens devront élire le même jour, dans le même bureau de vote, le président de la république et les députés. Ces élections sont aussi organisées dans un contexte politique particulier, un an après l’insurrection populaire qui a provoqué la chute du régime de Blaise Compaoré en octobre 2014 et la mise en place d’un gouvernement de Transition.

Une Transition, qui hélas, a été mise à mal par la stupidité d’un groupe d’individus égoïstes qui a perpétré un coup d’Etat les 16- 17 septembre conduit par le « très célèbre » Gilbert Diendéré.

Heureusement, notre vaillant peuple et ses Forces de Défense et de Sécurité, avec la maturité qui est la leur ont su, avec courage, repousser cette forfaiture pour réaliser à nouveau notre libération.

Le MLN-BF présente ses condoléances aux familles des martyrs des 17 et 18 septembre 2015 et souhaite un prompt rétablissement aux nombreux blessés.
Il appelle la transition à l’arrestation des putschistes, pour les traduire en justice selon la constitution de notre pays.

Vive le MLN-BF, Mouvement de l’espoir
Vive le Burkina Faso

Françoise Toé,
Candidate indépendante
à l’élection Présidentielles
78 14 15 15

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés