Bobo-Dioulasso : Retour sur l’incendie des domiciles d’Alfred Sanou et Fatou Ziba

jeudi 1er octobre 2015 à 05h50min

Et de deux pour les domiciles de l’ex-président du conseil régional des Hauts-Bassins, Alfred Sanou et de l’ex-maire de l’arrondissement n°3 de Bobo-Dioulasso Fatou Ziba. C’est le moins qu’on puisse dire avec l’incendie de leurs domiciles les 17 et 18 septembre dernier à l’occasion du coup d’Etat. Ces deux caciques du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) viennent une fois de plus de payer les frais de la furie de manifestants contre le pouvoir du Conseil national pour la démocratie (CND). Nous y avons fait un tour ce mercredi 30 septembre. Constat.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Bobo-Dioulasso : Retour sur l’incendie des domiciles d’Alfred Sanou et Fatou Ziba

Affligé et abattu. Ce sont aujourd’hui les sentiments qui animent Alfred Sanou, ancien maire de la ville de Bobo-Dioulasso après l’incendie de son domicile. Une deuxième fois. En effet, alors qu’il était à Ouagadougou le 17 septembre, des manifestants à l’issue du coup d’Etat, ont vandalisé avant d’incendier son domicile. Salon, chambre, cuisine, bureaux, hangars, engins à deux roues, etc… rien n’est encore récupérable dans la maison de l’ex-président du Conseil régional. « Ils ont tout détruit », dit-il. Qui donc ? Difficile pour monsieur Sanou de répondre. Il préfère s’en remettre à la justice. Toutefois, selon des témoignages, les personnes qui ont incendié semblent ne pas être de la ville. A les entendre, ils ne connaissaient pas le domicile d’Alfred Sanou. Ils se sont renseignés à plusieurs endroits avant de l’identifier.

Des membres de la famille, notamment l’épouse et les enfants ont pu s’échapper avant que les manifestants n’y mettent le feu. Des chambres en passant par le salon, tout a été incendié. En 7ème année de médecine, la fille d’Alfred Sanou devrait reprendre son document de thèse car tout a été réduit en cendre et/ou en morceaux. Pourtant après les événements d’octobre 2014, l’ancien maire de Bobo avait réhabilité son domicile dont les dégâts pouvaient être évalués à près d’une centaine de millions de FCFA. Moins d’une année après, l’histoire se répète avec d’importantes pertes qui peuvent être évaluées à plus de 20 millions de FCFA. Au lendemain des faits, la gendarmerie a procédé au constat. Elle (la gendarmerie) aurait déjà mis la main sur quelques personnes. En attendant de trouver une solution pour la réhabilitation de la maison, Alfred Sanou a regagné sa grande famille dans un quartier de Bobo-Dioulasso.

Quand la politique devient de la violence

Aux premières heures du putsch, des manifestants s’en sont d’abord pris au siège du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) pour l’incendier. S’en est suivi le domicile de l’ex-président du Conseil régional des Hauts-Bassins, puis celui de Fatou Ziba, le vendredi 18 septembre. Dommage, selon Alfred Sanou que la politique devient violence au point de détruire les biens privés. Chez Fatou Ziba, ce mercredi 30 septembre, quelques jeunes tentaient de faire sortir les restes –notamment les habits brûlés, les chaussures, des frigos, etc…- A la question de savoir où est la propriétaire des lieux, les trois jeunes hommes n’en diront pas plus qu’elle se porte bien. La gendarmerie est également passée par là pour le constat.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés