Electrification rurale : Des lueurs de progrès dans le village de Ponga

mercredi 9 septembre 2015 à 22h42min

Le village de Ponga, dans la commune rurale de Zonsé, bénéficie pleinement des retombées de l’électrification rurale. L’accès de cette localité à l’énergie électrique constitue un véritable tremplin pour ses habitants. Hommes et femmes, jeunes et vieux, ont promptement saisi cette aubaine pour ouvrir des perspectives de développement individuel et collectif.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Electrification rurale : Des lueurs de progrès dans le village de  Ponga

A l’initiative de de la Coopérative d’électricité (Coopel) du Léré qui gère l’électrification de Zabré depuis 2010, le Fonds de développement de l’électrification (FDE), chargé du financement et de la mise en œuvre de la politique nationale d’électrification rurale au Burkina Faso, a accédé à la requête du raccordement de Ponga au réseau national interconnecté par le biais de ligne de haute tension traversant le village. La perche tendue en 2012 à la bourgade de trois mille (3 000) âmes participe activement au progrès local. L’opération « Electricité pour tous » enregistre des acquis. « La vie des enfants, des femmes et des hommes y a beaucoup changé. Chacun en profite pour faciliter ses tâches et emprunter la voie du développement », se réjoui Yahya Gouba, Président de la Coopel du Léré de Zabré.
A ce jour, cent-trente-un (131) ménages, soit environ huit cents (800) bénéficiaires, disposent de l’énergie électrique L’adhésion est unanime et l’engouement réel. Le transformateur de 50 KVa initialement installé s’est révélé faible après quelques mois de service. Remplacé par un autre de 100 KVa, celui-ci commence aussi à montrer ses limites, tant la demande se révèle forte. Des dizaines de demandes de branchements attendent satisfaction. L’accès à l’électricité a bien réduit la dépendance de Ponga sur certains plans vis-à-vis de Zabré, situé à une quarantaine de kilomètres et Tenkodogo, chef-lieu de la région du Centre-Est, à une cinquantaine de kilomètres de là. « Nous n’avons plus besoin d’effectuer de longues distances pour avoir du matériel agricole. Les activités de soudure se pratiquent aisément maintenant et tout se fabrique actuellement sur place », indique, Moussa Bancé, agriculteur. Couturiers, soudeurs et meuniers ont saisi ce facteur de production pour développer leurs affaires. Des activités génératrices de revenus poussent çà et là avec une contribution efficace à la lutte contre la pauvreté.
L’électricité facilite la vie au village en réduisant de nombreux fardeaux notamment sur les femmes. « Nous sommes très contentes de l’arrivée de l’électricité. Nous regrettons qu’elle ne couvre pas tout le village. Plus il y a la lumière partout, plus les gens vivent mieux et s’éveillent. Avec l’électrification, plus de femmes s’adonnent au commerce ou mènent d’autres activités. Cela leur permet de gagner dignement leur pain », souligne, Mamata Yabré, trésorière adjointe du groupement féminin, « Dakupa ».
Ponga respire la modernité et l’amélioration des conditions de vie de ses habitants. Un souffle d’épanouissement et sa métamorphose souffle sur le village. L’administration publique, notamment le secteur de l’éducation, reçoit aussi ce vent du progrès. « L’électrification du village a entrainé une meilleure préparation des leçons. Elle permet aussi de suivre les informations télévisées quotidiennement. Ce qui est un avantage pour les élèves et leurs enseignants », explique Salimata Zoungrana, enseignante à l’école primaire de Ponga.
Une embellie au cœur des préoccupations et des attentes
L’impact de l’électricité sur le bien-être des populations est aussi indéniable : boire de l’eau glacée, apprendre ses leçons sous une ampoule, dormir sous un ventilateur ne constituent plus un luxe. Les réfrigérateurs et les télévisions se sont intégrés dans le quotidien des populations. « C’est une immense joie de disposer de l’électricité dans sa localité. Le changement est total. Tout le monde ou presque possède un réfrigérateur. Plusieurs activités ont vu le jour grâce à l’électrification. L’accomplissement de certaines tâches telles moudre la farine a été facilité. Et puis la lumière permet aux écoliers d’apprendre nuitamment plus aisément », soutient Tankouda Dabré, frère du Chef du village.
Cette avancée notable a un prix à payer : le règlement des factures. Bien que la tarification appliquée soit celle de l’ensemble des Coopel du pays, les abonnés de Ponga la jugent exorbitante. « J’ai installé un moulin pour écraser le mil et le riz. Mon seul problème, c’est le coût excessif de l’électricité. Mes factures sont comprises entre 200 000 et 300 000F CFA dans le mois et je n’arrive pas à m’expliquer les montants. Je suis souvent obligé de chercher de l’argent ailleurs pour pouvoir les régler. Alors que c’est l’arrivée de l’électricité qui m’a encouragé à me lancer dans ce travail croyant tirer un grand profit », indique Lalbila Zampou, meunier.
Les responsables de la Coopel ont été maintes fois interpelés sur l’éventualité d’une baisse des coûts de la consommation d’électricité. Sur cette question, le président Yahya Gouba invite les habitants de Ponga à la compréhension. « Le coût de l’électricité est proportionnel à la consommation. Les tarifs appliqués ne sont pas particuliers à ce village. Ce sont les mêmes en vigueur sur l’ensemble du territoire national. Les Coopel obéissent à une tarification édictée par l’arrêté N°09-18/MCE/MCPEA/MEF, du 20 novembre 2009, portant fixation des prix de vente de l’énergie électrique produite, importée, transportée et distribuée dans les localités électrifiées du second segment de l’électrification (électrification rurale). Seuls les ministères signataires de l’arrêté, peuvent modifier cette grille tarifaire. Les Coopel sont souples envers leurs abonnés car les pénalités interviennent soixante jours après le constat de non-paiement des factures et la suspension de la fourniture de l’électricité trois mois après. Les bénéficiaires de l’électrification rurale ne doivent pas perdre de vue que ce sont les Coopel qui doivent prendre le relai des investissements entrepris par le FDE pour renforcer les installations et procéder à des extensions », rappelle Yahya Gouba.
Le cheval de bataille de la Coopel du Léré est la facilitation de l’accès des villages de sa zone de couverture à l’énergie électrique. Son dynamisme a déjà permis d’électrifier, outre Zabré, sept (7) autres localités (Ponga, Dindéogo, Wangala, Gon, Béka, Zihoin et Gnekouneta). A Ponga, le trait d’union avec les responsables locaux de l’électrification rurale est assuré par Issa Bancé. Celui-ci s’emploie à la satisfaction du cri de cœur portant sur l’extension de l’électricité à Massougou, l’autre quartier de Ponga.

Idrissa BIRBA
In Le Quotidien

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés