Ministère de la Promotion de la femme et du genre : Le personnel spécifique se sent lésé dans les postes de nomination

vendredi 4 septembre 2015 à 04h21min

Le comité de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B) du ministère de la promotion de la femme et du genre, avec à sa tête Yamantien Cleophas, a animé une conférence de presse, ce jeudi 3 septembre 2015, à l’éducation ouvrière. Premier du genre, elle avait pour objectif de porter à la connaissance du grand public, les problèmes que vivent les membres du personnel spécifique au sein de leur ministère mais également annoncer le sit-in que ce personnel observera le lundi 7 septembre au sein du ministère.

Ministère de la Promotion de la femme et du genre : Le personnel spécifique se sent lésé dans les postes de nomination

Née de la volonté politique d’intégrer les réalités et besoins de la femme dans les stratégies nationales de développement, en juin 1997, le ministère de la Promotion de la femme et du genre (MPFG) au fil du temps et face aux nouveaux défis à relever a fait recours aux autres départements ministériels pour solliciter un appui en ressources humains. A cela s’ajoute des recrutements sur mesures nouvelles de trois types de personnel spécifique qui sont : les agents d’encadrement féminin, les contrôleurs d’éducation féminine et les conseillers d’éducation féminine. Ce qui fait jaser au sein du ministère et qui a nécessité la tenue de la présente conférence de presse est que certains points de la plateforme de la CGT-B restent encore en état. Il s’agit notamment de la promotion du personnel interne et le fonctionnement des services déconcentrés,

Dans sa déclaration liminaire, le secrétaire général du comité CGT-B, Yamantien Cleophas Karama a affirmé que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est que les membres personnel spécifique se sentent peu valorisés et peu promus à des postes de responsabilité. Pour preuve, les nominations faites aux MPFG dressent un tableau peu reluisant en ce qui concerne les agents spécifiques. « Sur 52 postes de nomination pourvus à ce jour, seulement 6 agents spécifiques ont été nommés à des postes de responsabilités, soit 11,53% » ,a-t-il affirmé.

Le « prétexte fallacieux » avancé par les autorités pour justifier une telle faible nomination de ces agents, a confié M. Karama, est que le ministère ne dispose pas en son sein de compétences à même de mettre en œuvre les missions à lui dévolues. « La plupart des agents qui occupent les responsabilités au sein du département viennent d’autres emplois spécifiques, d’autres départements ministériels et ne sont pas familiers aux projets/programmes et politiques de notre ministère. Pire, les critères qui ont prévalus à leur nomination sont d’ordre politique et par affinités parentales » a grogné le SG du comité CGT-B.
Au regard de cette situation qui frise plus d’un et cela depuis des années, le comité syndical observera un sit-in le lundi 7 septembre de 7h à 10h au sein du MPFG. Il promet en outre de prendre des mesures idoines si rien n’est fait dans le sens de leurs préoccupations du moment. Pour rappel, la plateforme revendicative du comité CGT-B établie depuis 2011 et qui a fait l’objet de réactualisation périodique porte essentiellement sur les questions indemnitaires, la promotion du personnel interne du ministère de la promotion de la femme et du genre, le fonctionnement des services déconcentrés et l’organisation du MPFG. Toutefois, il faut noter que certains points ont obtenu satisfaction.

Phase de question/réponse

« Pourquoi avoir attendu tout ce temps, 2006 à maintenant, avant d’entreprendre une telle action ? En réponse M. Karama a expliqué que depuis 2007 la CGT-B a voulu prôner l’esprit de dialogue au détriment des protestations qui ne servent qu’à envenimer la situation. Mais force est de reconnaitre, a-t-il poursuivi, cette stratégie n’a pas porté ses fruits d’où notre devoir de prendre l’opinion publique à témoin sur les problèmes que nous vivons au sein du ministère. Issiaka Sankaré, quant à lui, n’a pas manqué de manifester sa colère : « comment on peut recruter des gens niveau maîtrise pour une formation de 2 ans à 3 ans et les qualifier à leur sortie d’incompétent pour occuper un poste de responsabilité. Sur un total de 13 DR, nous n’avons qu’un seul qui est conseiller d’éducation féminine, les 12 autres sont des inspecteurs de trésor, des conseillers pédagogiques ».

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Messages

  • bjr mes frères et surtout beaucoup courage,mais j’ai quand même une question à vous poser en espérant que quelqu’un me repondra.entre nous, si on vous demandait de nous dire ce que vous faites dans vos bureaux a part l’organisation du 8 mars ? je sais que le financement des activités des femmes est une tromperie, c’est la transition qui a eu le courage de débloqué une fausse promesse de compaoré sinon je ne vois rien. expliquez moi svp.

  • cher monsieur, le 8 mars dont vous parlez n’est qu’une activité parmi tant d’autres que nous menons.
    chaque direction au niveau central et chaque agent au niveau deconcentre recoit une lettre de mission en dbut d’année.
    bien sur avec des maigres moyens des activités sont menées et evaluées en fin d’année.
    parmi tant d’autres, nous faisons du conseil assistance, de l’appui conseil, et l’encadrementt des groupements et association de femmes.
    le montage des micro projet et l’elaboration des programmes d’activites de ses structures et l’accompagnement necessaire.
    dans toutes les provinces des agents y sont affectés , dans les maisons de la femme pour un accompagnement efficace et effisciente Des femmes.
    bref......
    cherché l’information juste avant de causer de la sorte. merci
    pour plus d’infomation je repond au 24459711.

  • Bande d’encadreurs féminins,l’Etat doit dissoudre votre ministère et vous redeployer ailleurs ! Dans quel département on ne fait pas de la promotion de la femme ? Les pays de l’Ouest vous financent sans resultats tangibles.

  • internaute 2, ne vous emportez pas, parce que j’avais la même préoccupation. Et c’est justement à la recherche e l’information qu’il a posé la question ; Ce que vous dites que vous faites, se faisait avant la création de ce ministère ; vous faites cas des maisons de la femme ; soit, mais certaines(Djibo, Bagré, Diapaga dans le temps) sont occupées par des animaux. A ce que je sache aussi, la présentation des voeux à la première dame(Tantie Chantou) faisait partie des activités phares de votre département ; alors comprenez les questionnements !
    cordialement

  • Internaute2 (Tidileking), ce n’est pas la peine de répondre à Passiskolo de cette manière car il veut comprendre. C’est son droit de chercher à comprendre. Si tu peux lui apporter des réponses à même de l’éclairer. Tu as apporté des réponses à ses préoccupations, cela aussi est une bonne chose. Mais ce n’est pas la peine de t’énerver. Ce qu’il exprime est la perception de la majorité des burkinabè. Il se dit même qu’une des grandes activités au MPFG, après le 8 mars, c’est de vous mettre au balcon tous les matins pour observer qui s’est bien habillé et de dire à votre ministre qu’elle est la plus belle, la plus élégante et la ^plus intelligente (du reste du temps de Nesto, la kinrig-baga de Chantal compaoré). C’est à vous travailleur de ce ministère de vous mettre au travail pour prouver à tout le monde l’utilité de votre ministère. On a l’impression qu’avec vous il n’y a que le gombo qui compte ; les vrais problèmes des femmes c’est au calendre grec. c’est la magouille ou rien.

  • Ministère de mobilisation et d’infantilisation de la femme ! Les femmes et la transition devrait se battre pour la suppression de ce ministère dont les missions pourraient être prises en charge par d’autres.
    Sans rancune !

  • Sincèrement moi je ne vois pas la valeur ajoutée d’un tel ministère créé pour organiser le bétail électoral féminin de Blaise Compaoré. Je me rappel que dans les régions pour faire le rapport d’activité il faut faire appel aux activités des autres ministères l’endroit des femmes et faire une compilation malsaine.
    Dieu soit loué que la nouvelle constitution qui prévoit la limitation des ministères clés soit adopté pour mettre fin à cette prostitution politique d’un ancien régime basé sur la propagande et le diandioba.
    Vous êtes tous compétents au sein du ministère mais je parle de sa valeur ajoutée pour la population. Vous serai bien valorisé ailleurs pour ces mêmes femmes.

  • Je propose que ce ministère soit dissous et ses agents affectés dans des ministères similaires (par exemple le ministère de l’action sociale). un seul ministère peut bien s’occuper à la fois de la femme, des droits humains et de l’action sociale en même temps, sans problème. Il y a vraiment des ministères superflus.

  • Mais, où sont les femmes ? Pourquoi des SG de CGTB et autres responsables de...tous avec des barbes et des couilles pour défendre les causes d’un ministère dit de promotion de femme ? Une phallocratie dans ce personnel spécifique. "Il se sent lésé dans les postes de nomination" ??? Moi je me sens lésée dans ma féminité. Madame la MINISTRE, l’estime, ça se crée, ça se mérite ; je ne peux pas idéaliser une femme qui n’est pas consciente de sa self - féminisation,. Du cynisme au féminin.

  • Je vous soutiens totalement. Mais il faut dire la verite a savoir que c’est le manque d’engagement des travailleurs qui vous a amene a ne pas avoir d’action syndicale digne de ce nom pour defendre vos interets personnels. Il y a des gens qui n’ont pas consciemce de ce qu’il faut se battre pour avoir mieux. Mieux vaut tard que jamais, c’est bon pour vous de vous reveiller, vous vous etes laisses faire pendant trop longtemps.

  • Regarder la première photo une femme co tre contre 7 garçons bizarre

  • Dites moi pour j’organise aussi la rebellion chez moi : les postes de nomination sont ils un droit qu’on peut revendiquer ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés