Yagma 6 ans après les inondations : Les sinistrés peinent à se faire une nouvelle vie

jeudi 3 septembre 2015 à 00h21min

Le 1er septembre 2015 a marqué le sixième anniversaire de l’arrivée des sinistrés sur la trame d’accueil de Yagma. Une relocalisation qui a fait suite aux inondations du 1er septembre 2009. Aujourd’hui, ces sinistrés essaient de se faire une nouvelle vie non sans difficultés.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Yagma 6 ans après les inondations : Les sinistrés peinent à se faire une nouvelle vie

Depuis le 1er septembre 2009, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts pour les sinistrés de cette date fatidique. C’est dans le village de Yagma, situé à une quinzaine de kilomètres de Ouagadougou, que beaucoup ont été relogés après les inondations du 1er septembre 2009. Plus de 24. 000 ménages partagent ce site d’environ 900 hectares. En dépit du soutien du gouvernement à travers le ministère de l’action sociale et de la solidarité nationale et ses partenaires, la vie de ceux qu’on peut aujourd’hui appeler anciens sinistrés n’est plus la même six ans après.

Une nouvelle vie avec ses peines

« Cela fait six ans et deux jours que je suis ici », nous indique avec précision un habitant de la trame d’accueil de Yagma. Il était commerçant au marché de 15 Yaar avant les inondations. Depuis, il n’est plus arrivé à mener son activité de vente de tissus. Avec une femme et six enfants, Salif Ouédraogo est obligé de mener d’autres activités pour nourrir sa famille. « J’habitais lanouayiiri et je vendais des tissus au marché de 15 Yarr. C’est suite à l’inondation du 1er septembre 2009 que nous avons été relogés ici. Je n’arrive plus à mener son activité parce que l’eau avait emporté mes tissus et le reste n’a pas pu être vendu. Maintenant je vends des poulets, je confectionne des briques. Je creuse aussi des trous pour les fosses septiques », explique-t-il.
Son voisin Abdul Kader Kontiguilisoko est, à peu près, dans la même situation. Avec l’aide du gouvernement, il a construit une maison. Mais il lui manque du terrain pour cultiver. « Je cultivais avant d’être relogé ici.je n’ai plus d’activités en tant que tel .j’essaie de joindre les deux bouts en allant souvent en ville pour construire des briques afin de subvenir aux besoins de ma famille », a-t-il témoigné. Pour Rosalie Nana, l’adaptation à Yagma n’est pas encore effective six ans après son arrivée. Elle aussi, commerçante, a du mal à mener son activité ou à se reconvertir. « Avant j’étais commerçante au marché. Depuis mon arrivée ici, je n’ai plus d’activités. Quoi que j’entreprenne, ça ne marche pas .D’ailleurs, la majorité des gens qui ont été relogés ici, ont préféré partir. La vie est pénible ici », a-t-elle expliqué.

Appui du gouvernement diversement apprécié

Le gouvernement et ses partenaires ont apporté un appui considérable aux populations sinistrées. Aujourd’hui, cet appui est diversement apprécié par les bénéficiaires. Fatima Nacoulma vit à Yagma avec sa famille depuis les inondations du 1er septembre 2009. Cette dame reconnait avoir bénéficié du soutien du gouvernement. En plus de la parcelle, sa famille a reçu du matériel pour construire une maison. « Le gouvernement nous a aidés en nous donnant une parcelle et des matériaux pour la construction. Notre famille a eu trente sacs de ciment, 20 tôles ». Grâce à cette aide, son mari a construit une maison. Il a cependant du mal à clôturer sa cour. Il essaie tant bien que mal de mener une vie comme celle d’avant mais la précarité du village leur rappelle toujours cette date du 1er septembre 2009.
Le gouvernement a mis en place des infrastructures comme les écoles. Mais les habitants trouvent que cela est insuffisant. C’est le cas de Rosalie Nana. Elle soutient que « Le problème majeur reste la fourniture d’eau potable et nous lançons un appel au gouvernement pour que les autorités nous viennent en aide. Le second aspect, ce sont les routes. Avant, nous nous passions par le sanctuaire de Yagma pour accéder à la ville, mais depuis que l’église a été clôturée, nous avons des difficultés ». Selon elle, les infrastructures ont été mises en place il y a seulement quelques mois. « S’agissant de l’aspect sanitaire, nous n’avons pas de centre de santé en tant que tel ; Le seul qu’on a mis à notre disposition, c’est un terrain vide aménagé avec des tentes .ce n’est que tout récemment qu’un CSPS a été ouvert », a ajouté Rosalie Nana. Le Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) dont parle Rosalie Nana a ouvert ses portes en avril 2015. Il est composé 7 agents et reçoit en moyenne 300 patients par mois.
Six ans après, les sinistrés de Yagma se souviennent encore de cette date du 1er septembre 2009. Si certains essaient de refaire leur vie sur cette trame d’accueil, d’autres par contre ont préféré rejoindre Ouagadougou. Souvent en vendant ce qu’ils avaient reçu comme soutien.

Judicaël Gaël Lompo
Nicole Ouédraogo (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 septembre 2015 à 12:16, par Jeunedame seret
    En réponse à : Yagma 6 ans après les inondations : Les sinistrés peinent à se faire une nouvelle vie

    Vilain et triste, cet esprit du gain facile. Quand y a problème on doit lutter pour solution. Pas pleurer. Vous êtes des gens qui veulent éternellement être aidés du gouvernement. Alors qu’il y a solution toujours ailleurs. Si ça ne va pas a Yagma, continuez aux villages. Et construisez une nouvelle vie. C’est ça la dignité. On ne mendie pas quand on est en forme.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2015 à 22:58, par SAE
    En réponse à : Yagma 6 ans après les inondations : Les sinistrés peinent à se faire une nouvelle vie

    Alors, l’Etat devrait achever la viabilisation de la localite pour maintenir gens.
    Toutes les routes ne sont pas tracees, le goudon, l’eau courante et l’electricite promis se font toujours attendre, les autres infrastructures manquent ou sont insuffidantes : ecole, ceg, lycee, dispensaire, marche, etc.
    C’est tout ca qui fait les activites socio-economiques peinent aà se developer laba et certains sinistres finissent par vendre leur lopin de terrain pour rejoindre la ville !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés