Bobo-Dioulasso : Près de 48 cas de mariage forcé enregistrés

vendredi 28 août 2015 à 02h31min

Les autorités de la ville de Bobo-Dioulasso ont encore sonné l’alarme sur le phénomène grandissant du mariage forcé et/ou précoce. Dans le cadre de la campagne de plaidoyer et de sensibilisation, une rencontre a eu lieu mercredi 26 août avec les leaders coutumiers et religieux afin de venir à bout du phénomène. L’initiative est soutenue par l’Unicef.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Bobo-Dioulasso : Près de 48 cas de mariage forcé enregistrés

A Bobo-Dioulasso, deuxième ville du Burkina, des enfants continuent de subir les affres du mariage forcé et/ou précoce. Le cas le plus récent date du mois de juin où une jeune fille promise en mariage a dû se réfugier sur un site d’or. Son prétendant de mari s’est mis à sa recherche et il l’a retrouvera quelques jours après. « Lorsqu’ils sont arrivés à Bobo-Dioulasso pour continuer au village, à la gare, la fille aura la présence d’esprit de résister, attirant du même coup les attentions qui alerteront l’action sociale du Houet », explique Adaman Nikiéma, directeur provincial de l’Action sociale et de la solidarité nationale. En juillet dernier, c’est un autre cas auquel Issa Gnessien, agent de l’action sociale à l’arrondissement, a assisté dans le quartier Bolomakoté. Une jeune fille de douze ans a été contrainte de se marier à une personne plus âgée qu’elle.

Les cas, selon le directeur provincial, sont légion à Bobo-Dioulasso et environnants. Malheureusement dit-il, sur dix cas, il n’y a qu’un seul qui parvient à leurs services. Les chiffres sont pourtant parlants avec en 2013, 70 cas et 74 cas en 2015. Au premier semestre de 2015, les services ont déjà enregistré 48 cas. « Un chiffre qui pourrait doubler, voir plus d’ici la fin de l’année si rien n’est fait », prévient M. Nikiéma.

Avec les leaders coutumiers et religieux ce mercredi 27 août, il a été question des causes et conséquences du mariage forcé et/ou précoce. Il a aussi été question des dispositions juridiques et les stratégies de lutte contre le phénomène. Selon le secrétaire général de la province du Houet, Abdalah Sangaré, après cette étape de sensibilisation, ce serait la phase de répression. « Le phénomène est assez grave et viole les droits des enfants », a-t-il rappelé.

Sensibiliser oui… mais renforcer l’éducation des enfants aussi
Le représentant du chef coutumier de Dagasso est, on ne peut clair avec les autorités à qui, il a demandé de sensibiliser les enfants sur les bonnes conduites comportementales. A l’entendre, les enfants s’éduquent seuls avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication, mais également avec la télévision. « Ils regardent des choses incroyables et veulent les mettre en pratique », dit-il, ajoutant que face à ces « nouveaux outils », les enfants se croient plus intelligents, matures… que leurs parents. « Sinon, raconte-t-il, comment se fait-il qu’un garçon de 11 ans puisse engrosser une fille de 10 ans ». L’histoire est réelle et même très récente. Elle a eu lieu dans la cour du représentant du chef coutumier de Dagasso. Le garçon, précise-t-il, vient juste d’avoir son Certificat d’études primaires et la fille s’est vue contrainte d’arrêter les études. Pour lui, c’est le résultat de l’utilisation des outils des nouvelles technologies.

Informés cependant des conséquences des ces mauvaises pratiques, les participants ont promis faire leurs ces données qu’ils divulgueront auprès d’autres personnes. La prochaine étape de la sensibilisation aura lieu le 7 septembre à Dandé, commune rurale située à une quarantaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 28 août 2015 à 20:34, par l’enfant
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Près de 48 cas de mariage forcé enregistrés

    l’éducation a basculé et on veut que les gens se comportent bien. Voilà des gens désespérés qui forcent leur fille en mariage forcé. L’islam l’a déjà interdit depuis belle lurette même si on veut le coller à cette religion sans être explicite. C’est le moyen pour eux de la préserver de la débauche. Mais cela ne peut pas rendre licite cet acte car pour un mariage il faut nécessairement le consentement des deux. Ces derniers sont aussi rattachés à leur famille respective donc ils ont un rôle à jouer dans le processus. Il y a des coutumes néfastes qu’il faut travailler à soustraire du reste car les gens ont embrassé les religions tout restant accrochés à certaines habitudes.
    Mais comment peut-on arriver à bout de ce phénomène ? En commençant par revoir l’éducation, faire un toilettage des médias à commencer par la chaine nationale et l’imposer aux autres. Certaines journalistes, enseignantes, mamans, et les filles pour la plupart s’habillent bien ou mal ? Quelles en sont les conséquences ? Personne n’en parle et on veut punir les vieux/vielles qui n’ont pas connus ces malédictions à leur époque. Voila un rôle commun au CSC et à l’action sociale. Consulter les religions et donner leur les moyens de combattre cela.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés