Explosion à Larlé : Un an après, les victimes interpellent le président Kafando

mercredi 15 juillet 2015 à 17h48min

« Jusque-là, rien n’a été fait », telle est la désolation exprimée par les victimes de l’explosion à Larlé, un an après le drame. Elles ont battu le macadam ce 15 juillet 2015 pour interpeller le président du Faso, Michel Kafando, afin qu’il traite diligemment leur dossier qui semble dormir dans les tiroirs depuis le régime déchu de Blaise Compaoré. Et c’est le Secrétaire général du ministère de l’action sociale qui a reçu le message des manifestants, parmi lesquels des responsables de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère (CCVC).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Explosion à Larlé : Un an après, les victimes interpellent le président Kafando

15 juillet 2014 – 15 juillet 2015. Voilà déjà un an qu’a eu lieu l’explosion au quartier Larlé. Même si des bâtiments émergent sur les ruines, le souvenir peine à cicatriser car les victimes et leurs familles semblent avoir été profondément éprouvées. Sous la coupe de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère (CCVC), elles ont commémoré l’an 1 de cet évènement qui avait coûté officiellement la vie à cinq personnes et causé plus d’une vingtaine de blessés et d’importants dégâts matériels.
Partis de la maison des jeunes et de la culture de Larlé, une cinquantaine de manifestants ont rallié l’avenue Yatenga en passant par la rue Guinko, mobilisant au passage plusieurs curieux, avant de se présenter au ministère de l’action sociale. Là, c’est le secrétaire à l’information de la CCVC de Baskuy, Djébré Siméon qui a lu le message avant de le transmettre au secrétaire général du département de l’action sociale Yves Kaboré. Pour les victimes de l’explosion, le principal destinataire de leur motion n’est autre que le Chef de l’Etat, Michel Kafando.

A en croire les manifestants, la traversée du désert continue pour les sinistrés de l’explosion. Et face au mutisme apparent des autorités sur la réhabilitation de leur « dignité humaine », les victimes s’interrogent sur « la froide distance » que prennent « toutes les autorités, aussi bien du régime Compaoré que de la transition » face à ce dossier. Même si des mesures avaient été prises à l’époque pour reloger les sinistrés dans le centre de l’action sociale de Ouidi, puis à l’INJEPS dans des conditions peu commodes, « il est du devoir de l’Etat de prendre ses responsabilités », martèle Siméon Djébré.

Et prendre ses responsabilités reviendrait entre autres à indemniser les ayants- droits des victimes décédées, à reloger les sinistrés et à dédommager ceux qui ont perdu ou subi la dégradation de leurs biens. Le remboursement des frais d’ordonnance et de scolarité et bien évidemment la recherche des « véritables coupables » de l’explosion ont été également pris en compte parmi les doléances des manifestants.
48 heures avant la présente marche, le ministère de l’action sociale avait reçu la CCVC ainsi que l’association des victimes. Le département de Nicole Angéline ZAN devrait rencontrer dans les prochains jours la coalition afin de faire le point de la chaine de solidarité qui s’est manifestée dès les premières heures du sinistre. Un recensement des personnes affaiblies socialement et économiquement par le drame serait également en vue.
En attendant une probable batterie de mesures sous la transition, les victimes ont rejoint leurs proches de façon éparse, mais M. Ouédraogo Grégoire, lui, doit son salut à la maison des jeunes et de la culture qui lui sert d’abri temporaire depuis octobre 2014.

Herman Frédéric BASSOLE
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 juillet 2015 à 18:25, par soungalo
    En réponse à : Explosion à Larlé : Un an après, les victimes interpellent le président Kafando

    Le ridicule tue, sauf les vieux politiciens fatigués rêvant d’un révolution nationale démocratique et populaire . Vous cherchez à tout prix des points de lutte pour enrichir votre plate forme. Au moment de l’explosion, qu’avez-vous fait pour ces familles ? Quel soutien, avez-vous apporté à ces malheureux ? La CCVC n’a vraiment pas honte. Pitié à votre lutte effrénée et masquée pour obtenir pour le pouvoir. Certains d’entre vous, ont compris. Ils se sont enrichis avec le contuniun de KOUMBA BOLY

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 18:31, par Legallois
    En réponse à : Explosion à Larlé : Un an après, les victimes interpellent le président Kafando

    L’une des priorités de ce gouvernement de transition devrait être de trouver des solutions définitives à ces genres de catastrophes nationales, au lieu de donner la priorité exclusive à l’organisation des élections d’octobre 2015. Mais,cela n’étonne aucunement, car l’insurrection d’octobre 2014 n’a pas abouti à la révolution salutaire. Elle a été récupérée par le Régiment de Sécurité Présidentielle ( RSP ) de Blaise Compaoré et de Gilbert Diendéré devant une opposition couarde regroupée au sein de l’ex-CFOP.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2015 à 23:53, par soungalo
    En réponse à : Explosion à Larlé : Un an après, les victimes interpellent le président Kafando

    Legallois, tes amis du PCRV étaient où quand le CEFOP a organisé sa révolution ? Vous êtes venus sans honte brandir votre banderole funeste les journées du 30 et 31 octobre 2014. On attends votre révolution de malades mentaux

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 01:14, par pazougnam
    En réponse à : Explosion à Larlé : Un an après, les victimes interpellent le président Kafando

    Le CCVC n’est pas dans son role. L’auteur de l’explosion est connu au lieu d’embeter le gouvernement qui a feja fort a faire avec une transition boiteuse, conseillez les victimes de prendre un avocat et de poursuivre ce messieur en justice. Pouquoi voir l’Etat, le politique partout. A ce rythme meme les victimes des accidents de la circulation vont demander l’intervention de l’Etat. Le probleme est simple allez en justice pour votre probleme.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 18:58
    En réponse à : Explosion à Larlé : Un an après, les victimes interpellent le président Kafando

    "Pazougnam" est tellement bêêêête !! Malheureusement, il n’ y a pas médicament pour soigner la bêtise. Une simple logique voudrait que ce soit celui qui a découvert l’auteur qui le juge !!! Pourquoi celui qui a découvert ce fameux auteur ne le juge pas !!!!????? " Pa zougnam", répond !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2015 à 19:21, par Un sinistré de Larlé
    En réponse à : Explosion à Larlé : Un an après, les victimes interpellent le président Kafando

    "Soungalo", heureusement que tu es honteusement caché derrière le clavier de ton ordinateur de petit bourgeois peureux. C’est parce que ton père et ta mère ne sont pas morts dans ces explosions que tu nous méprise ainsi, en ne nous pleurant même pas. Au moins les gens du CCVC ont pensé à nous et nous sommes contents d’eux. Si tu ne peux pas compatir à notre douleur, qui perdure, ne nous insulte pas. Dieu va te punir !!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés