Débats publics sur la Constitution

vendredi 3 juillet 2015 à 15h26min

Le Conseil national de la transition (CNT) en tant que tribune de l’expression souveraine, s’est voulu à l’avant-garde du débat politique sur l’opportunité d’une nouvelle république. Ainsi, après la série de débats dans les médias, le Conseil national de la Transition a organisé, du 30 mai au 27 juin 2015, une série de conférences publiques sur la Constitution dans les chefs-lieux de régions du Burkina Faso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Ces activités s’inscrivent dans le cadre des initiatives d’échanges et de sensibilisation des forces vives de la nation sur le processus législatif à même d’aboutir nécessairement à un nouvel ordre politique.
En effet, les villes de Bobo-Dioulasso, Dori, Fada N’gourma, Ouahigouya, Gaoua, Kaya, Manga, Koudougou, Ouagadougou, Ziniaré, Dédougou, Banfora et Tenkodogo ont accueilli le débat public sur la Constitution animé par d’éminents communicateurs. Dans chacune de ces localités, les conférenciers Pr Laurent Bado, Pr Abdoulaye Soma, Pr Séni Mahamoudou Ouédraogo, Dr Abdoul Karim Sango, Dr Salifou Sangaré, Dr Kachem Salam Sourwema, Dr Abdoul Karim Saïdou, M. Ismaël Diallo, M. Locéni Cissé, M. Remis Fulgance Dandjinou et Me Samuel Ibrahim Guitanga, ont animé lesdits débats publics sur la Constitution avec les forces vives. L’enjeu de ces conférences publiques dans les régions du Burkina Faso était de permettre aux populations de pouvoir opiner sur la question de la Constitution.
Les centres d’intérêt du débat politique ont porté notamment sur la question de l’opportunité d’une nouvelle république et sur le moment de son avènement. Les participants aux conférences publiques régionales ont montré leur intérêt sur la question en partageant leurs points de vue et en émettant des propositions à même de renforcer la vision commune.
Le questionnement général sur l’avènement d’une nouvelle Constitution est en phase avec le tournant politique actuel de notre pays. D’ores et déjà l’opinion générale qui se dégage est que la période de transition est la mieux indiquée pour acter le passage à un nouvel ordre constitutionnel. La république est donc en gestation.
Si le Conseil national de la Transition a eu la clairvoyance de faire participer les populations au débat public sur la Constitution, il importe maintenant de prendre des initiatives ardues en conformité absolue avec les lois et règlements du pays pour asseoir les mécanismes d’élaboration et d’adoption de la nouvelle loi fondamentale.

La Direction générale des médias du Conseil national de la Transition

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 juillet 2015 à 16:13, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Débats publics sur la Constitution

    Le fait d’organiser des débats publics sur la constitution est à saluer. Cependant, les questions concrètes n’auront malheureusement pas de solution par le débat populaire.

    Car il semble acté que le passage à une nouvelle constitution est la meilleure solution pour la majorité des observateurs. Il parait aussi évident à tous que le référendum est la meilleure façon de donner toute sa légitimité à cette nouvelle constitution.

    Le problème, c’est comment et quand organiser ce référendum. Le principe d’antériorité veut que ce référendum soit organisé avant la présidentielle, alors que les problèmes logistiques, financiers et le calendrier de la transition militent pour un référendum après les élections couplées présidentielles/législatives tout au moins, sinon après les municipales. La seule autre solution est le vote de la nouvelle constitution par le CNT avant les élections, sauf que certains puristes y voient un problème de légitimité populaire.

    Voila donc le casse-tête qu’il faut résoudre, et il me semble que de ce coté la solution semble encore à chercher.

    Pour ma part, ma proposition est simple :

    1°) Le CNT amende maintenant les articles les plus "sensibles" de la constitution de la 4ième république, de sorte à "sécuriser" les règles qui s’appliquent au président élu et aux députés. Notamment, verrouiller l’article 37 et clarifier la durée et le nombres de mandats des députés.

    2°) On vote par référendum une nouvelle constitution en couplant avec les présidentielles/législatives ou avec les municipales, la première option étant la meilleure en termes juridiques mais la seconde la plus réaliste en termes logistiques.

    Dans tous les cas, il est indispensable que la loi qui est en vigueur au moment de l’élection du 11 Octobre soit claire sur la durée et le nombre des mandats du président et des députés.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2015 à 16:28, par vérité no1
    En réponse à : Débats publics sur la Constitution

    Courage au CNT, courage à la transition ! Il nous faut une nouvelle constitution dans la mesure où Blaise l’a taillée pour lui même.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2015 à 16:44, par Naboho Lassina
    En réponse à : Débats publics sur la Constitution

    je suis favorable, que l on rédige une nouvelle constitution afin de passer à la 5ème république.Car le climat est favorable, elle ne pourra pas etre trafiquée.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2015 à 17:16, par N’DRI
    En réponse à : Débats publics sur la Constitution

    Grand merci au CNT. Je suis d’accord avec vous et vos démarches sont saluées à leur juste valeur. Oui, il nous faut impérativement une nouvelle loi fondamentale et ce avant la fin de la transition. C’est très important car le PEUPLE BURKINABE a écrit une fois de plus une nouvelle page de son histoire. Cela va nous permettre de rompre avec la quatrième république qui a traumatisé les BURKINABE et est resté graver dans leur mémoire. Ii faut véritablement tourner la page de la dictature de blaise et écrire une nouvelle constitution avec le peuple. Nous vous tiendrons pour responsables, messieurs les constitutionalistes et éminents juristes si jamais un "I ou un a ou une virgule" manque quelque part dans une phrase et fera sujet d’interprétation. Vous avez tout le soutien du peuple pour faire un bon travail non contestable. Merci CNT.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2015 à 17:44, par N’DRI
    En réponse à : Débats publics sur la Constitution

    Oui, oui, il faut tout de suite et maintenant une nouvelle constitution. Le CNT représente incontestablement la légitimité pour voter cette loi car il regorge en son sein toutes les couches sociales. C’est la vraie force du PEUPLE SOUVERAIN.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2015 à 18:34, par L’alternateur
    En réponse à : Débats publics sur la Constitution

    Bonjour chers internautes
    Voter la loi et consentir l’impôt telle est la mission d’un député élu par le peuple souverain au suffrage universelle. En matière de démocratie, seul le peuple décide en toute souveraineté en ce qui concerne les questions politiques. Cependant disons nous sèchement la vérité, ce CNT n’a pas de légitimité pour voter des lois qui régiront la nouvelle république même si les conclusions des conférences régionales sont pertinentes et constituent des principes fondamentaux d’une 4 ème reste publica. Il suffit d’observer et d’analyser la manière dont il a pris sens dans l’histoire de notre pays. Une transition bâtarde selon l’expression de SOUMANE TOURE et biologiquement prouvée par les grands savants de la théorie de l’évolution de Mendel. VRAIMENT bâtarde dans le sens que ce CNT composé pour la plupart d ’ insurgés qui se sont battus comme dans les arènes de gladiateurs de l’époque romaine pour s’arracher une place au risque de la vie d’autrui ne peut nullement le représenter quant à son avenir. Elle n’a ni la légitimité, ni la légalité. Et puis, ce CNT n’a fait que plagier Blaise COMPAORÉ dans sa volonté d’organiser en son temps le CCRP qui avait une envergure nationale et non régionale.
    Mes chers internautes, je préférerai que cette noble tâche soit laissée à la nouvelle assemblée issue des urnes et non du ring ou d’une arène de gladiateurs

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2015 à 18:50
    En réponse à : Débats publics sur la Constitution

    C est maintenant que l auteur des grabataires se reveille. Il aurait pu y penser depuis novembre. c est le lenga vous voulez n est ce pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2015 à 18:53
    En réponse à : Débats publics sur la Constitution

    On vote la nouvelle constitution le 11 octobre avec la présidentielle/législative. Cela ne pose pas de problème. Economie en temps, en énergie... l’essentiel est d’arriver à la rédiger correctement et qu’elle fasse consensus pour une véritable démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juillet 2015 à 19:21, par Chêcky
    En réponse à : Débats publics sur la Constitution

    Cette histoire de nouvelle constitution me semble pas propice !
    Je pense que la 4ème république n’a pas également pas de problème.
    Il y a eu problème dans la gestion des affaires c’est-à-dire la non prise en compte des aspirations du peuple c’est tout. Donc, je pense que un toilettage de la présente constitution est la meilleure. En plus, j’ajoute que ce n’est pas un problème de texte ! Il s’agit véritablement d’une question volonté pure et simple des hommes. Vous le savez tous bien que la politique dans son contexte réel qui est l’art de servir son peuple est devenue l’art de profiter du peuple se servir, ça là que ce trouve le problème et non pas dans la qualité des textes.

    Je rappelle également à tous les burkinabés qu’il faut être réaliste lorsque l’ont veut résoudre un problème au nom du peuple.
    Si s’est une simple volonté de tourné la page de Blaise COMPAORE, je vous rappelle qu’il n’a pas que d’erreurs ou quoi sais-je ?
    Si c’est une nécessité pour le bien du peuple faite le.
    Si c’est juste pour une question de volonté d’un groupe, vous réussirai votre plan puisque vous avez la possibilité aujourd’hui à travers vos stratégies que vous avez déjà mi en place.
    Mais, sachez que un jour viendra aussi une autre volonté viendra changer les tiens.
    La vie comme une roue qui tourne !

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet 2015 à 08:31, par Zagla Yeelame
    En réponse à : Débats publics sur la Constitution

    Ce serait bien de penser au système des mandats consécutifs, et à tous les niveaux (maires, députés, président) ; c’est à dire qu’une personne ne peut faire que 2 mandats consécutifs et après elle doit se retirer mais elle peut à nouveau se représenter après avoir laissé une fois la place.
    L’avantage : l’alternance à tous les niveaux et les personnes de valeur peuvent toujours revenir après un temps de repos/réflexion !

    Répondre à ce message

  • Le 4 juillet 2015 à 11:33, par damiss_k
    En réponse à : Débats publics sur la Constitution

    Je suis parfaitema d’avis avec ceux la qui pensent qu’il faut aller a une 5e république. D’ailleurs le cnt sera a féliciter si tourfois cela aboutissait. Il s’agit la une nécessité absolue et un lux pour le cnt. bon vent.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés