Amnesty international pour l’abolition pure et simple de la peine de mort

samedi 20 juin 2015 à 00h10min

Le gouvernement burkinabé doit adopter la proposition de loi abolissant la peine de mort, a déclaré Amnesty International aujourd’hui, alors qu’une réunion du conseil des ministres devant se pencher sur ce texte est annoncée pour les prochains jours.
Cette proposition de loi portée par le président du parlement de transition Moumina Chérif Sy, a déjà été validée à l’unanimité par la conférence des présidents depuis le 10 juin dernier. Elle a été transmise au gouvernement qui devra l’examiner avant son renvoi au parlement pour une adoption définitive au cours d’un vote en séance plénière.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

« La peine de mort est la négation ultime de tout droit humain. Dans un contexte d’abandon progressif de son utilisation dans le monde, son abolition permettra au Burkina Faso de rejoindre le cercle des pays africains qui donnent au droit à la vie un caractère sacré et inviolable », a déclaré Yves Boukari Traoré, directeur exécutif d’Amnesty International au Burkina Faso.

« L’engagement personnel du président et des membres du conseil national de transition en faveur du respect des droits humains dans notre pays est un signal fort qui illustre la volonté du Burkina Faso de tourner définitivement le dos à cette peine injuste et inhumaine. Il appartient maintenant au gouvernement de s’inscrire dans ce sillage en adoptant la proposition de loi en conseil des ministres ».

Le projet de loi se concentre autour de quatre articles. Le premier abolit la peine de mort dans le pays, le deuxième article introduit une référence à l’emprisonnement à vie notamment dans tous les textes applicables avant l’entrée en vigueur de la loi. Le troisième article dispose que les peines de mort déjà prononcées sont commuées en peines d’emprisonnement à vie alors que le quatrième article prévoit que la loi sera exécutée comme celle de l’Etat.

Si la proposition de loi est adoptée par le gouvernement et votée par le CNT, elle abrogera essentiellement les dispositions de trois textes en vigueur qui jusque-là permettent la peine de mort au Burkina Faso. Il s’agit du code pénal, du code de justice militaire et de l’article 4 de la loi relative à la police des voies ferrées.

Depuis de nombreuses années, Amnesty International et ses partenaires mènent une campagne pour l’abolition de la peine de mort au Burkina Faso, ainsi que dans le monde entier. Au cours de ces vingt dernières années, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Togo et les îles du Cap Vert en Afrique de l’Ouest, ainsi que l’Afrique du Sud, le Burundi, Djibouti, le Gabon, le Rwanda, Madagascar et Maurice ont aboli la peine de mort pour tous les crimes. Considérant que l’Afrique sub-saharienne est au premier plan de cette tendance mondiale vers l’abolition de la peine de mort, l’adoption de cette proposition de loi par le gouvernement de transition du Burkina Faso constituera une étape importante, internationalement saluée, dans cette lancée.

Dans son dernier rapport annuel sur les statistiques sur la peine de mort, Amnesty International a indiqué que le nombre d’exécutions recensées par l’organisation en 2014 dans le monde a diminué de 22 % par rapport à 2013. En Afrique subsaharienne, 46 exécutions ont été constatées dans trois pays (La Guinée équatoriale, la Somalie et le Soudan), contre 64 dans cinq pays en 2013 − soit une diminution de 28 %.Aucune exécution n’a eu lieu et aucune condamnation à mort n’a été prononcée en 2014 au Burkina Faso.

Lors d’une rencontre en mars dernier, avec une délégation d’Amnesty International, Michel Kafando, le président de transition du Burkina Faso avait réitéré son engagement personnel en faveur du respect des droits humains.

Amnesty International s’oppose à la peine de mort en toutes circonstances et sans aucune exception, indépendamment de la nature et des circonstances de l’infraction commise, de la situation du condamné, de sa culpabilité ou de son innocence, ou encore de la méthode utilisée pour procéder à l’exécution.

Amnesty International Burkina Faso

Lien utile : https://www.amnesty.org/fr/documents/act50/0001/2015/fr

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 juin 2015 à 23:13, par id
    En réponse à : Amnesty international pour l’abolition pure et simple de la peine de mort

    je suis contre ! les braqueurs méritent la mort qu’ils sèment à tout bout de champs.
    adopter et bonjour les vengeances ! déjà que votre justice est décriée, vous y ajoutez des lois iniques et injustes !

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin 2015 à 16:58, par KIMA
    En réponse à : Amnesty international pour l’abolition pure et simple de la peine de mort

    A tous les personnes de bon sens, imaginer qu’un récidiviste qui entre dans votre famille, viole et tue votre mère, votre femme et votre fille de 12 ans, si vous êtes le juge qui doit décider de la sentence à appliquer sur un tel sieur (qui d’ailleurs dit ne pas regretter ses faits), qu’allez vous choisir ? Lui donner la permission de violer et tuer d’autres innocents ou persuader tous les malades mentaux de son acabit de ne pas agir en lui remettant à son créateur. Je pose la question tous ceux qui ont encore un sens du discernement, et pas aux partisans inconditionnels d’une occidentalisation aveuglante et obscurantiste.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin 2015 à 17:05, par KIMA
    En réponse à : Amnesty international pour l’abolition pure et simple de la peine de mort

    J’imagine comment une assemblé dite du peuple (CNT) pourra t-il adopter une loi que sa population ne veut pas mais juste pour plaire aux occidentaux. Pour savoir la position du peuple burkinabè sur la peine de mort, prenez le cas des voleurs ou des braqueurs, Il n’y a que le commissariat et les gendarmerie pour sauver de justesse la mort à ses derniers ?

    Que tous ceux qui voteront en faveur de cette lois, à commencer par le président du CNT, gardent dans leurs consciences (pour ceux qui en ont encore), qu’ils sont aussi responsable de crime que ne l’est un tueur récidiviste sur ses victimes.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin 2015 à 17:10, par KIMA
    En réponse à : Amnesty international pour l’abolition pure et simple de la peine de mort

    J’imagine comment une assemblé dite du peuple (CNT) pourra t-il adopter une loi que sa population ne veut pas mais juste pour plaire aux occidentaux. Pour savoir la position du peuple burkinabè sur la peine de mort, prenez le cas des voleurs ou des braqueurs, Il n’y a que le commissariat et les gendarmerie pour sauver de justesse la mort à ses derniers ?

    Que tous ceux qui voteront en faveur de cette lois, à commencer par le président du CNT, gardent dans leurs consciences (pour ceux qui en ont encore), qu’ils sont aussi responsable de crime que ne l’est un tueur récidiviste sur ses victimes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés