Université de Ouagadougou : La FESCIBF exige l’amélioration des conditions de vie des étudiants

dimanche 5 avril 2015 à 18h06min

La Fédération Estudiantine et Scolaire pour l’Intégrité du Burkina Faso (FESCIBF) a organisé une conférence de presse à l’Université de Ouagadougou ce vendredi 3 mars. Objectif : exposer leur plateforme revendicative pour l’amélioration des conditions de vie des étudiants. Cette conférence a aussi été l’occasion pour la FESCIBF, de faire le point sur la grève au lycée Philippe Zinda Kaboré.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Université de Ouagadougou : La FESCIBF exige l’amélioration des conditions de vie des étudiants

Un tableau peu reluisant de la situation à l’université, c’est ce qu’a dépeint la FESCIBF à leur conférence de presse. Mais avant tout propos, les membres ont observé une minute de silence pour les étudiants tués au Kenya par les Shebab. Un acte qui, selon eux, touche les étudiants de toute l’Afrique.

L’Université de Ouagadougou est marquée par la disproportion entre le nombre d’étudiants et la capacité d’accueil et d’encadrement. Pour la FESCIBF, cela serait une conséquence du désengagement de l’Etat vis-à-vis de l’enseignement supérieur. L’université a un manque cruel d’infrastructures. Comme le témoigne Ouattara Aboubacar, secrétaire national à l’information de la structure, « nombreux sont les étudiants qui quittent chez eux à 5h du matin pour réserver des places car les amphithéâtres et salles de cours ne sont pas adaptés à leurs effectifs. »
Un autre problème d’infrastructures pointé du doigt par les étudiants est la quasi-inexistence de bibliothèques et de laboratoires. « L’étudiant est réduit à la rumination de ce qui lui a été dicté », dénoncent-ils.
Sur le plan académique, les nominations de plusieurs enseignants dans les institutions de l’Etat contribue à réduire leur nombre déjà jugé insuffisant. La FESCIBF appelle à la fin de ce qu’elle qualifie de « sketch » et demande à ce que l’administration procède à un recrutement d’enseignants qualifiés.
Pour eux toujours, « depuis la mise en œuvre du système LMD importé par nos universités, toutes les facultés sont dans un retard académique ». Et au premier secrétaire général adjoint Nassirou Derra, de conclure « Il faut un recadrage de notre système éducatif ».

« Cette conférence de presse n’est en aucun cas une défiance »

En ce qui concerne la grève au Lycée Philippe Zinda Kaboré ayant conduit à des affrontements entre élèves dudit lycée, Ouangrawa Abdoul explique qu’il s’agirait d’un malentendu. En effet, une autre structure du nom de FESBF y imposait des mots d’ordres de grève afin que le proviseur révoque le bureau des élèves. Face au refus du proviseur, ce groupe continuait de perturber les cours.
C’est alors que selon Ouangrawa Abdoul, les membres de la FESCIBF leur auraient demandé de ne pas empêcher les classes en examen de poursuivre les cours, car elles accusaient déjà un retard sur le programme. « Ils sont revenus pour nous faire sortir le lendemain, alors que moi je suis en classe de terminale. Nous avons refusé d’obtempérer et c’est là qu’a eu lieu l’altercation. Mais depuis lors, les choses sont rentrées dans l’ordre. », témoigne-t-il.

Actualité oblige, les membres de la FESCIBF ont tenu à faire une précision, par rapport à la déclaration du premier ministre Yacouba Isaac Zida sur les manifestations. « Cette conférence de presse n’est en aucun cas une défiance à l’autorité. Nous ne sommes pas dans la rue, nous attirons juste l’attention sur les problèmes que vivent les étudiants ». Et d’ajouter, « la FESCIBF défend et continue de défendre les intérêts de l’ensemble des masses scolaires et estudiantines burkinabè »
La structure a déclaré avoir adressé sa plateforme au ministère des enseignements secondaire et supérieur, ainsi qu’aux responsables de l’université.

Une plateforme revendicative à une cinquantaine de points

Des 46 points de la plateforme revendicative, on peut retenir quelques-uns.
Au plan académique par exemple, la FESCIBF exige, la finalisation des amphithéâtres, bâtiments et salles de cours en chantier à l’université de Ouagadougou et de Ouaga2. On note aussi, l’évaluation du système LMD et son adaptation aux réalités du Burkina, l’effectivité et la gratuité de la connexion wifi sur le campus universitaire.

Pour l’amélioration des conditions de vie des étudiants, l’augmentation du FONER dont l’aide à 350 000F et le prêt à 500 000F, figure aussi dans la plateforme. Elle exige aussi la mise en œuvre de la subvention des ordinateurs et l’organisation de pourparlers inclusifs à l’Université de Ouagadougou. La FESCIBF exige aussi le déguerpissement de l’agence Ecobank et de tous les projets de l’enceinte de l’université.

En ce qui concerne les établissements secondaires, la FESCIBF revendique le recadrage des prix de scolarité, le port d’une tenue unique et l’annulation de la cotisation des associations des parents d’élèves dans tous les établissements.
Enfin, la FESCIBF veut qu’un audit soit fait au Centre National des œuvres Universitaires (CENOU) et que la lumière soit faite sur les assassinats de Justin Zongo, Dabo Boukary, Flavien Nébié, Zigani Emile et Zigani Blaise.

Aïssatou Diallo (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés