Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

lundi 16 mars 2015 à 00h38min

« Servir et non se servir » c’est sous ce thème que s’est déroulée la dixième édition du Na baasga 2015 du chef d’Issouka. Une édition qui marque également les dix ans de règne de Naaba Saaga 1er. Pour l’occasion le palais maasmè a refusé du monde, venu de divers horizon du Burkina partagé la joie du chef. Cérémonial du Na baasga, prestation de troupes et masques, sensibilisation sur le virus Ebola, message du chef, retrait du chef et audiences ont constitué les moments forts de la cérémonie. C’était le samedi 14 mars 2015 à Koudougou, dans la région du Centre Ouest.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

Le Na baasga est une fête traditionnelle instituée dans le royaume Moosi par naaba Oubri pour communier avec les ancêtres. Plus qu’une occasion de fêter, il est un devoir, une obligation pour tout chef traditionnel et est annuel. De ce fait, et comme chaque année le chef d’Issouka Naaba Saaga 1er n’a pas dérogé à la règle. Ainsi, le Na baasga 2015 de Naaba Saaga 1er se veut toute particulière car elle marque les dix ans de règne du chef. Un dixième anniversaire que Modeste Yaméogo (son nom à l’état civil) place sous le signe du « service » et aussi de la sensibilisation sur la maladie à virus ébola.

Pourquoi alors « le service » ? Pour Naaba Saaga 1er rendre service aux autres c’est se rendre service soi-même et est un engagement et un sacrifice qui élève. Nous devons donc nous souvenir ajoute-t-il que : « que les richesses se perdent, les lignées s’éteignent et tous les hommes meurent tous, mais jamais au grand jamais ne périssent l’estime, le renom et la réputation de celles et ceux qui l’on bonne ». Pendant donc dix ans de trône, le Naaba Saaga 1er a pu mesurer la difficulté du service et reconnait que la vie humaine n’est pas parfaite. C’est d’ailleurs pour cela qu’il a en toute modestie demandé pardon pour toutes les fois où il a fallis dans sa mission de service. Il a par ailleurs invité toutes les personnes qui exercent des responsabilités (religieuse, civile, traditionnelle ou politique) à travailler à donner de l’estime au responsable qui est avant tout un serviteur. Aussi, a-t-il souhaité que les prochaines échéances électorales qui interviendront au Burkina renforcent la cohésion nationale fondée sur des valeurs de justice, de vérité, de pardon et surtout du renforcement de notre service et du don de soi.

Les étapes du Nabasga

Le cérémonial du Nabasga est composé de trois étapes. Trois sorties du chef avec un habillement toujours différent pour chacune. Le chef doit savoir faire la guerre, dit-on. Pour sa première sortie, il enfile une toge rouge et avec un sabre à la main. Le rouge est symbole du danger, de l’urgence, de l’ardeur, de la chaleur, de l’amour, du sang. Le chef doit être capable d’aller au front pour défendre son peuple.
Après avoir reçu les hommages de ses ministres et les salutations de son public, il se retire. Quelques minutes plus tard, le chef revient, cette fois-ci en tenue blanche. Le blanc est signe de pureté et de paix. Le chef devant être sincère et surtout demeurer un homme de paix pour son peuple.

Une fois de plus : hommages de ses ministres et du public. Et il se retire à nouveau. Après quelques minutes, la troisième et la dernière sortie du chef est annoncée. Cette fois-ci, il est habillé en toge multicolore moins solennel. Hommage de ses ministres, salutations du public, puis, il reçoit les présents de sa population.

Kabore S. Rosine
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 mars 2015 à 02:33, par Mechtilde Guirma
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    Mais Naba, sachez qu’en luttant contre l’excision, vous sapez les bases mêmes de la chefferie traditionnelle. Je ne vous en dis pas plus, parce que je n’ai pas de leçons à vous donner. Mais croyez-le ou non, c’est clair qu’après vous, vous successeurs n’auront plus de légitimité, et la légalité qu’on aurait accepté leur octroyer ne servira à rien.
    Bonne fête Naba.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 02:37, par Mechtilde Guirma
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    Mais Naba, sachez qu’en luttant contre l’excision, vous sapez les bases mêmes de la chefferie traditionnelle. Je ne vous en dis pas plus, parce que je n’ai pas de leçons à vous donner. Mais croyez-le ou non, c’est clair qu’après vous, vous successeurs n’auront plus de légitimité, et la légalité qu’on aurait accepté leur octroyer ne servira à rien.
    Bonne fête Naba.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 08:06, par Brand Roger
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    Cher Modeste,

    C’est avec grand plaisir que je lis cet article où tu donnes du NAABA. Continues à être un exemple devant Dieu et les hommes.

    Souvenir du silmiga et de sa bien-aimée Lily.
    Roger

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 09:25, par FARMA
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    Je vous souhaite bonne fête de Na baasga à Naaba Saaga 1er que Dieu et vos ancêtes soient vos guides dans vos fonctions de Naaba ! Ancien élève de votre frère Lassina YAMEOGO !

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 09:50
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    Quand je vois des individus trainer sur le sol, humant la poussière combinée à la chaleur chaude, soit disant qu’ils louent un dieu mortel comme eux, pardon chef, je me demande comment ils louent le seul véritable Dieu ?
    Y a t-il réellement la démocratie dans des pays pareils ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 13:39
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    le Na baasga contribue à la préservation de nos valeurs et cultures
    j’encourage le renforcement de cette fête et j’invite les autorités à le promouvoir

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 13:42, par Droit d’expression
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    Madame Guirma, en quoi lutter contre l’excision sape-t-il les bases de la chefferie traditionnelle ? J’imagine que vous faites partie de ces gens qui pensent que l’excision fait partie des valeurs traditionnelles et devraient être préservée malgré le mal fait à des milliers de femmes. Je trouve dommage que des femmes soutiennent cette mutilation sexuelle. Aucune raison, fut-elle traditionnelle ou religieuse, ne peut justifier cette pratique !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 14:14, par somé
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    bien merci en voila au moins un chef qui sait ce que veut etre chef traditionnel Felicitations et bon courage Continue ! De toutes facons tu auras toujours des anti, mais ainsi va l’homme
    Pour Mechilde guirma Je ne comprends pas ce tu dis. En quoi lutter contre l’excision detruit la chefferie traditionnelle ? Quelle est la signification profonde du rituel d’excision ? Il est clair qu’il ne suffit pas du tout de condamner les gens qui le font, mais mener une action d’explication afin que l’on revienne au vrai sens profond et non s’arreter a un simple acte. Et surtout ne venons pas m’expliquer cet argument de plaisir feminin etc. Donnez moi autre argument. L’excision telle que pratiquée aujourd’hui n’est plus adaptée a notre société actuelle : cela oblige les africains a reflechir sur le vrai fondé de leurs pratiques traditionnelles et non d’adopter ce que les autres disent. C’est a nous de penser et reamenager notre culture selon notre philosophie du monde
    Somé Célestin

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 15:54, par Innocent
    En réponse à : SOS Renseignements !!!!

    Bonne fête Naaba. Puisse Dieu vous accompagner et vous permettre de sacrifier ce rite pour longtemps encore. Santé, prospérité dans la ville.
    A ce que je sache, "NABASGA" est le nom de la cérémonie de libation des récoltes pour invoquer les ancêtres (devanciers) afin qu’ils assurent santé, prospérité aux vivants. Cette cérémonie se pratique dans toutes les contrées à chefferie Mossi et prend une dénomination selon la région. "NABASGA" est plus connu dans la région de Ouagadougou. A Boussouma par exemple, la même fête s’appelle "NABKITOIGA". Etant du Centre Ouest, je ne me souviens pas qu’une telle fête s’appelle "NABASGA" dans les zones à chefferie mossi. Il y a le "WEMBILA", le "KINKIRGA" , le "REMPALEM" etc.
    Quelqu’un pourrait me renseigner sur ces différents dénominations ??? Merci de me permettre d’enrichir ma culture.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 17:29, par Bangraogo
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    Félicitation chef pour ce Na baasga réussit. Bon vent a cette chefferie traditionnelle qui a sut rester en dehors des politiques pour pouvoir jouer les rôles qui sont les siens.
    Bonne fête a Naaba Saaga 1er.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 18:34, par Mechtilde Guirma
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    Encore un mot : Toutes mes félicitations au très cher Somé Célestin (yaaba des Mossi). Grand père envoyez-moi votre adresse complète ou votre e- mail pour nous contacter. Je vous enverrai gratuitement et port payé les informations que vous demandez.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 18:40, par Mechtilde Guirma
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    À Monsieur Innocent internaute n° 9. Vous avez raison. En effet, il y a aussi le FILGA, LE RAGNUGA et certainement bien d’autres.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 20:39, par Mechtilde Guirma
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    Le faso.net, où sont les autres interventions que je vous ai envoyées ? Ce que ce naaba et même vous ne savez pas, c’est que j’étais la seule personne pendant la période révolutionnaire, à défendre la chefferie traditionnelle au su et au vue de tout le monde et même dans les réceptions (je m’accroupissais pour les saluer) et au prix de ma vie. Ils rasaient les murs et beaucoup de Mossé ne voulaient même plus se réclamer de leur ethnie. Ma prise de position en leur faveur passait pour de la provocation par une réactionnaire, alors qu’à l’époque ces chefs aujourd’hui se la coulait douce dans des organisations internationales ou dans des banques. Donc de longues années de luttes. Il ne s’agit pas maintenant de revenir avec un étalage d’apparat (banqué par une institution), à faire pâlir de jalousie au plus pauvres (chefs) pour masquer le mensonge et nous chanter de justice de vérité ou de paix je n’en sais quoi d’autres. On est loin encore du changement. Sinon que la dictature revient à grande vitesse, par ces chefs de la nouvelle époque qui s’annonce. Il faut aller jusqu’au bout de la logique. C’est le principe même de la chefferie traditionnelle.
    Je vous remercie.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 20:45, par kid
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    Celui la est un vrai chef que j admire. Simple. Il passe des fois inaperçu. A ouaga.. Mes sincères admirations a lui. Bonnes fêtes a vous etc à vos admintres.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 22:11
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    Internaute 5 , faut laisser wooh, c’est affaire de mossi et de leur naba. Moi je ne comprends pas les gens, tout le monde évolue, la révérence aussi peut évoluer...On dit y a méningite, vous allez traîner par terre, qu’est ce qu’on va dire à nos gamins ? En tout cas, chez moi, à coté de Koudougou, y a pas naba wooh, donc ya pas de problèmes.

    En tout cas félicitations à ce chef traditionnel s’il profite de son statut pour lutter contre l’excision.

    Quant à madame Guirma, je pense qu’elle veut faire rigoler la galerie en décriant l’action du chef. D’ailleurs, à ce propos, chaque chef devrait avoir un thème de règne, ils seront très utiles auprès d’une population non encore entièrement instruite.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 07:59, par Mechtilde Guirma
    En réponse à : Na baasga 2015 du chef d’Issouka (Koudougou) : 10 ans de chefferie au service de la population

    Monsieur l’anonyme, ajoutez à votre affaire de Mossi l’excision. On sait que chez vous, les femmes tirent le clitoris et il devient long comme un serpent qui s’enroule autour du pénis pendant les rapport et éjacule comme le pénis. C’est affaire de qui ça mon cher anonyme ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés