Processus électoral : la CENI accorde les violons avec les parties prenantes

vendredi 30 janvier 2015 à 23h55min

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a rencontré ce vendredi 30 janvier 2015, les partis politiques et les organisations de la société civile autour de la mise en œuvre du processus électoral qui doit couronner la transition politique en cours.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Processus électoral : la CENI accorde les violons avec les parties prenantes

Le président de la CENI, Me Barthélémy Kéré a d’abord rappelé que l’une des priorités des autorités de la transition est sans conteste l’organisation des élections générales qui vont consacrer le retour du pays à une vie constitutionnelle normale. Pour lui, c’est la raison pour laquelle le gouvernement a convié tous ces acteurs pour l’établissement du calendrier en tenant compte des réalités sociales, des enjeux politiques et des contraintes d’austérité du contexte. Il a également insisté sur les dates des élections telles qu’arrêtées par le conseil des ministres à sa dernière délibération à savoir, les élections présidentielle et législatives couplées le 11 octobre 2015 et les municipales pour le 31 janvier 2016.

« La CENI, en tant qu’institution chargée d’organiser lesdites élections, prend acte de cette décision gouvernementale et fidèle à sa tradition, elle se retourne vers vous pour vous expliquer la démarche à entreprendre, afin de relever le défi organisationnel de ces élections à bonne date. Il s’agit précisément pour la CENI, de partager avec vous, les aspects et les options techniques à mettre en œuvre, pour réussir l’organisation des élections, afin de recueillir en retour, vos observations, suggestions et recommandations utiles à l’amélioration du processus dans toutes ses facettes », a exposé Me Kéré.

Au regard du contexte post-insurrectionnel et de la demande des acteurs de la réouverture du fichier, le gouvernement a admis la révision exceptionnelle des listes électorales. Ainsi, à en croire son premier responsable, la CENI est en train de prendre les dispositions pour réaliser l’opération de révision du 3 mars au 18 mai 2015 sur toute l’étendue du territoire national, selon un déploiement en six zones (confère encadré à la fin de l’article). Les inscriptions concernent les citoyens qui auront dix- huit ans révolus à la date du 31 janvier 2016.

7 milliards 580 millions de FCFA pour la révision du fichier

Ce travail de révision exceptionnelle du fichier mobilisera, à en croire Me Kéré, 2500 opérateurs de kits encadrés par 200 superviseurs assistés d’aides opérateurs.
Le budget estimatif déposé par la CENI auprès du gouvernement s’élève à 7 milliards 580 millions de FCFA dont 3 milliards destinée à la prise en charge des opérateurs sur le terrain.
Dès la semaine prochaine, confie Me Kéré, la CENI compte déployer les commissaires pour revisiter l’ensemble de ses démembrements afin de les remettre en activité. Cela consiste, poursuit-il, à se rendre sur place pour constater concrètement la présence à leur place des hommes et femmes désignés dans les CEPI (Commissions électorales provinciales indépendantes), CECI (Commissions électorales communales indépendantes) et CEIA (Commissions électorales indépendantes d’arrondissement). Ce qui permettra de remplacer les cas d’absence qui seront constatés avec le concours des acteurs indiqués et suivant les procédures prévues à cet effet.

« Il est important de vous rappeler que conformément aux dispositions du Code électoral, vos militants qui siègent dans les démembrements de la CENI ne pourront plus faire acte de candidature aux prochaines élections municipales, législatives et présidentielles », a relevé Barthélémy Kéré, invitant les partis à prendre les dispositions idoines pour cela.

A l’issue de la révision, la CENI procédera au traitement des données enregistrées en vue de la publication de la liste provisoire qui ouvre la voie à la gestion du contentieux avant la publication de la liste définitive pour les présidentielles et législatives couplées du 11 octobre 2015 et les municipales du 31 janvier 2016.

Les citoyens qui ne seront majeurs que le 31 janvier 2016 posséderont leur carte d’électeur mais ne seront pas inscrits sur la liste électorale de la présidentielle et des législatives du 11 octobre 2015.
L’équipe de Me Barthélémy Kéréinvite donc chaque acteur à s’impliquer dans tout le processus en allant non seulement aux informations mais également en expliquant aux populations, les différentes étapes et informations utiles au bon déroulement du processus.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés