Fête du 11 décembre dans la région des Cascades : Sindou, la cité des pics, a tenu ses promesses

dimanche 14 décembre 2014 à 22h32min

Dans la Région des Cascades, c’est la ville de Sindou, chef-lieu de la Province de la Léraba, qui a abrité le 54e anniversaire de l’accession du Burkina Faso à la souveraineté nationale et internationale. Et la cérémonie, bien réussie, a été présidée par le Gouverneur de la région, Issa Compaoré. C’est au total 46 fils et filles du Burkina Faso qui ont bénéficié de la reconnaissance de la nation à travers des décorations dans plusieurs ordres, dont un à titre posthume.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Fête du 11 décembre dans la région des Cascades : Sindou, la cité des pics, a tenu ses promesses

Dès 8 heures, les forces de défense et de sécurité, vêtues de leurs tenues de parade, étaient déjà sur la place publique, route de Kankalaba, pour la cérémonie de prise d’armes. La population sindoise, sortie nombreuse, a vite fait d’occuper toute la place à elle réservée et qui s’est même montrée insuffisante tant personne ne voulait se faire conter la fête. Surtout la première cérémonie d’envergure après la chute du régime de Blaise Compaoré. Il était 10h10mn lorsque le cortège du Gouverneur s’est présenté. En sa qualité de représentant du Chef de l’Etat, le gouverneur a salué le drapeau au son de l’hymne national, accompagné en cela par toute l’assistance qui s’est mise debout, avant d’aller occuper son fauteuil, non sans avoir serré les mains qui s’empressaient devant lui à la tribune officielle.

Comme message, c’est l’adresse à la Nation du Président du Faso, la veille que le Gouverneur a lue, après avoir souhaité la bienvenue à « la forte délégation venue de la République sœur de Côte-d’Ivoire. » Pour Issa Compaoré, « le message qu’il faut retenir est que la commémoration du 54e anniversaire se tient à un moment où notre pays sort de certains événements douloureux. J’ai signifié la compassion du Chef de l’Etat à l’endroit des familles éplorées, et souhaité que ces événements servent de tremplins pour qu’on se ressaisisse afin de bâtir cette société plus juste, plus démocratique que nous voulons tant. » Parlant du thème de cette année : « le rôle et la place des collectivités territoriales pour l’émergence du Burkina », le Gouverneur a dit que chaque citoyen étant habitant d’une collectivité, le thème vient interpeler chaque Burkinabè, à quelque niveau qu’il soit, à apporter sa pierre dans l’édification de la Nation. C’est, a-t-il poursuivi, en ce sens que le thème est éminemment important.

Jamais dans l’histoire des décorations dans la Région des Cascades, des récipiendaires n’auront bénéficié du satisfécit des populations comme ceux du 11 décembre 2014. En effet, lorsqu’il a été demandé aux récipiendaires de se mettre en place pour recevoir les médailles, c’est un tonnerre d’applaudissement qui les a accueillis, et quelqu’un dans la foule a même réagi en disant que cette fois-ci en tout cas, c’est vraiment des méritants. Les médailles n’ont pas été distribuées comme des cacahuètes entre amis possédant « la bonne carte. » Toutefois, le Gouverneur, en réponse à la question d’un journaliste faisant cas des noms de récipiendaires fantaisistes qui auraient été retirés de la liste à la dernière minute, a dit qu’effectivement, « certains récipiendaires, compte tenu du contexte, ont souhaité eux-mêmes ne pas prendre part à la cérémonie et nous avons favorablement répondu à leur requête. Ce ne sont pas des récipiendaires fantaisistes. Ils n’ont pas été radiés puisque le Décret en question n’est pas rapporté et c’est le Décret qui est important. Ils sont au nombre de 4 ou 5 et nous trouverons d’autres créneaux pour leur remettre leurs médailles, ils demeurent des récipiendaires. Mais c’est l’aspect solennel qui va manquer ».

Il faut noter que le fait que ces récipiendaires ne se soient pas présentés a aussi sauvé la cérémonie, car certaines personnes s’étaient préparées à empêcher par tous les moyens leur décoration, estimant qu’une médaille récompense un mérite et ne saurait être décernée par copinage.
Après la cérémonie, tous les maquis de Sindou et de Douna ont été pris d’assaut pour continuer la fête.

Golleau Isidore Traoré
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés