Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Projet de révision de l’article 37 : 28 octobre, début de la campagne de désobéissance civile

Accueil > Actualités > Politique • • jeudi 23 octobre 2014 à 02h22min
Projet de révision de l’article 37 : 28 octobre, début de la campagne de désobéissance civile

24 heures après la décision du gouvernement de déposer à l’Assemblée nationale, un projet de loi portant convocation du referendum, l’opposition politique réagit à travers une conférence de presse tenue dans la matinée de mercredi, 22 octobre 2014 à son siège à Ouagadougou. Elle s’insurge contre le projet de loi et lance dès le 28 octobre, la campagne de désobéissance civile.

Une première journée nationale de protestation sur toute l’étendue du territoire, le mardi 28 octobre 2014 pour dire « NON » à la « mascarade qui se prépare ». « Cette journée doit être l’occasion d’un rassemblement de tous les patriotes, et la conduite d’activités de protestation sous la direction des collectifs locaux de l’opposition, et en fonction des particularités locales. A Ouagadougou, la journée de protestation prendra la forme d’un rassemblement à la Place de la Nation, dès 8 h, en vue d’une marche suivie de meeting. Ce jour-là, les travailleurs des marchés et yaar, du public et du privé sont invités à déserter leur lieu de travail pour rejoindre le cortège, et les commerçants sont invités à fermer leurs boutiques », a décortiqué le chef de file de l’opposition politique, Zéphirin Diabré. Selon M. Diabré, cette journée de protestation s’inscrit dans la perspective d’une campagne permanente de désobéissance civile à compter de ce mardi, 28 octobre 2014 et ce, conformément aux articles 167 et 168 de la Constitution. Il rassure le peuple de la « ferme » détermination et de l’engagement total de l’opposition à continuer le combat pour faire échec à ce qu’il a nommé « forfaiture » et de « monarchisation du pouvoir ». « L’opposition politique est, et demeure au service du peuple. Le succès de la lutte qu’elle dirige dépend de l’engagement du peuple. A cette étape décisive de notre combat, c’est désormais au peuple burkinabè qu’il appartient, de prendre son destin en main, de s’assumer », a déclaré Zéphirin Diabré.

Le retrait immédiat et sans condition du projet de loi

C’est dans cette dynamique de « lutte engagée », que le chef de file de l’opposition politique a « salué la réaction courageuse, immédiate des Burkinabè depuis l’annonce de ce coup d’Etat constitutionnel » et appelle tous les militantes et militants de l’opposition et de la société civile ainsi que tous les « patriotes » à continuer à se mobiliser et à « s’assumer » pour exiger le retrait immédiat et sans condition de ce projet de loi. Les masques sont donc, selon M. Diabré, tombés mardi, 21 octobre 2014 avec la tenue du Conseil extraordinaire des ministres qui a adopté un projet de loi en vue de convocation d’un referendum. Et pour l’opposition, ce pas de franchi n’est pas une surprise. Même si, de l’avis de son premier responsable, cette saisine est une reculade des caciques du pouvoir qui ne parlent plus de l’article 49 de la constitution mais se focalisent maintenant sur l’article 161 et suivants de la constitution. Mais, qu’à cela ne tienne, « nous pouvons dire avec force que ce mode opératoire ne peut pas non plus prospérer car le peuple burkinabè et l’Opposition politique se sont déjà exprimés sans ambages sur leur refus catégorique de la tenue du référendum en vue de modifier l’article 37 de la Constitution », a averti Zéphirin Diabré dans sa déclaration liminaire.

L’opposition politique à l’ensemble des députés …

Zéphirin Diabré et « ses camarades » disent prendre acte « de la grave décision » et réitèrent leur refus de la tenue du référendum qui, selon eux, n’est ni obligatoire, ni opportune et surtout budgétivore et facteur de division de la société burkinabè. « L’opposition appelle par conséquent, tous les députés patriotes épris de paix et de liberté et ayant de la dignité à se démarquer du clientélisme et du démarchage des rabatteurs politiques », a lancé Zéphirin Diabré. Il insiste : « Dans le respect et la considération, l’opposition politique burkinabè, à travers son chef de file, invite les honorables députés à avoir de l’égard et de la considération pour leur peuple et d’avoir un comportement qui puisse lui éviter les affres du péril de la démocratie, toute chose étant égale par ailleurs, se dessine avec l’obstination du Président Blaise Compaoré de se maintenir à vie au pouvoir. Nos députés ne doivent pas oublier qu’ils sont au service du peuple et de la démocratie. Ils ne doivent pas non plus oublier que le peuple les connaît, et les surveille individuellement et collectivement ». Se référant aux informations relatives à une éventuelle corruption au niveau de l’Assemblée nationale pour soutenir le projet, Zéphirin Diabré a invité les députés à ne pas s’adonner à la pratique car, dit-il, tout finit par se savoir et le tout n’est pas d’empocher des millions, encore faut-il pouvoir le dépenser dans la paix et la quiétude. D’où, d’une part, son appel aux députés des groupes parlementaires UPC et ADJ (opposition) à resserrer les rangs et à opposer une résistance farouche et, d’autre part, son invite aux députés des groupes parlementaires ADF/RDA, CFR et CDP (majorité) à faire montre d’un sursaut d’orgueil et de patriotisme pour, ensemble, faire barrage à ce qu’il a qualifié de « coup d’Etat constitutionnel en cours ».

Libérer immédiatement les manifestants ‘’ arrêtés ’’

L’annonce de la décision de convoquer le referendum a suscité, dans la nuit du 21 au 22 octobre 2014, des manifestations hostiles à certains endroits de la capitale. Et selon Zéphirin Diabré, il leur est parvenu que certaines personnes auraient été arrêtées et seraient détenues. Face à la situation, et sous réserve de la confirmation, l’opposition condamne ces répressions qui, selon elle, ne sont qu’un abus de pouvoir ; la liberté de manifestation étant reconnue par les lois et règlements de la république. Le premier responsable de l’institution demande donc la relaxe immédiate des personnes qui auraient été interpellées dans ces manifestations.
Le chef de file de l’Opposition était assisté, au cours de la rencontre avec la presse, par Roch Marc Christian Kaboré, président du MPP ; Etienne Traoré, vice-président du PDS/Metba ; Saran Séré Sérémé, présidente du PDC et de Alphonse Ouédraogo, président de l’URD/MS.

Etaient également présents dans la salle, d’autres leaders de partis membres de l’opposition dont Me Bénéwendé Stanislas Sankara de l’UNIR/PS et Ablassé Ouédraogo de Le Faso Autrement.

Oumar L Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • Messieurs les députés de la majorité, monsieur le premier ministre, monsieur le président de l’assemblée, vous êtes le miroir et le répondant du pouvoir du président Blaise Compaoré, en modifiant l’article 37 par la pression à violer la limitation du mandat présidentiel rendu obligatoire par la constitution de 1991, votre manipulation établira votre volonté de mettre le feu au pays que nous aimons tous, et souhaite son développement par l’alternance politique et économique qui est la base de l’émergences d’un pays qui attend un chiffre de taux de croissance pour l’avenir de sa jeunesse. La communauté internationale, l’UA, la communauté Européenne, sont témoins de vos actes criminel qui est de modifier un article de loi pour l’intérêt d’un seul individu et non de ce qui est mieux pour une nation et son peuple. Vous mettez mal à l’aise a tous nos valeureux juristes et magistrats qui ont œuvrés pour créer des institutions qui protèges le peuple. Dans les mois à venir vous serez comptable des crimes qui vont suivre à un soulèvement populaire. Ne croyez pas que ça arrive seulement ailleurs et non au Burkina, le peuple Burkinabé de 2014 n’est pas celui de 1987, il est mur, et prêt a laisser sa vie pour son intérêt. Cette phrase a été dit à Mr. Laurent GBAGBO en 2011 dans un site d’information des réseaux sociaux en ligne.

  • Je vous dit tout simplement merci. ..

  • Et pourtant le premier ministre quand il rendait hommage au regretté Arba Diallo avant même qu’il ne soit inhumé,disait à peu près ceci : Arba est un grand homme , et je me rappelle lorsque je suis allé le rendre visite ,les derniers mots qu’ il m’a est que chacun de nous doit être un vecteur de la paix , a t il déjà oublié cela ? lui qui est à la tête du gouvernement ayant approuvé le projet de loi de modification de l’article 37 ! Ils savent tous que la paix ne proviendra pas si cet article est modifié pour le passage en force du Président Compaore pour un nouveau mandat.

  • LA PATRIE OU LA MORT NOUS, NOUS VAINCRONS !

  • le processus suivie par le président de la république en vu de modifier l’article 37 est tout à fait légale et nul ne peux dire le contraire ! l’opposition savais qu’elle n’avait aucune chance de barrer la modification de cet article raison pour laquelle ils ont choisi la rue .Le vin est tiré ! il faut donc le boire .

  • Nous sommes parvenus au tournant le plus décisif dans notre histoire. L’avenir du Burkina est actuellement placé devant le peuple. Nous jouons notre histoire. C’est maintenant ou jamais. L’heure est maintenant à l’action. Chaque peuple mérite son dirigeant. NAN LARA AN SAARA

  • Si vous avez autant de monde avec vous, acceptez le référendum et mobilisez vos partisans contre.comment un responsable peut il appeler les élèves et les étudiants à déserter les cours pour protester un jour ouvrable. J espère bien ses enfants sortiront aussi.

  • vraiment ces gars ne connaissent pas vraiment ce que nous on appelle vrai développement dans ce pays..si des personnes comme ces gars qui ont eux a travailler dans ce pays décide de faire une désobéissance de cette manière je pense bien que nous devons leur faire une leçon de moralité sur cette question de la constitution car on doit respecter la constitution et l’appliquer aussi dans ce pays !!!vive le référendum et les burkinabés.

  • c’est maintenant ou jamais.
    zeph et compagnons chaque minute qui passe sera le peuple burkinabè qui sombre.
    n’ayez pas peur de faire la prison pour l’avenir du peuple burkinabè car l’heure est de multiplier la resistance et de se sacrifier pour le future.
    les ancetres du burkina vous protegera parce-que vous lutter pour la cause juste. la patrie ou la mort nous vaicrons.

  • Du n’importe quoi. Demandez aux gens d’aller voter non au lieu de leur demander de ne pas travailler. Qui va les nourrir. Vous vous avez vos ressources et vous demandez aux autres d nées travailler pour manger ? Dans tous les cas, celui qui ne travaille pas ne devrait pas être payé.

  • Maintenant c’est aussi simple que de l’eau à boire ! le projet de loi a été déposé à l’assemblée nationale .si l’ ADF s’ajoute au CDP l’article sera donc modifiée sans référendum .Dans tous les cas , le CDP détient la majorité au parlement .En un mot avec ou sans référendum l’article 37 sera modifié .

  • Y a pas le feu !!! On va rendre ce pays ingouvernable ! Foi de patriote !

  • Mofification de larticle 37 à bas, senat à bas, …VIVE LALTERNANCE AU SOMMET DE LETAT En 2015. On va desobeïr aux lois et aux institutions jusqua ce que blaise compaare renonce a son pouvoir a vie pour accepter une prison a vie a la CPI. Sinon après avoir eliminer un de nos manifestants cè la france ou l’ONU qui va le debarquer

  • ils ont eux a boycotter le dialogue et maintenant c’est le référendum qu’ils veulent boycotter..pour cela nous pouvons les mettre en garde sur cette chose car ils ne parviendra pas a franchir cette ligne droite qui est cella du référendum au Faso.
    ce référendum aura bel et bien lieu dans ce pays et on verra ce qu’ils ferrons....vive le référendum au Faso.

  • Il faudrait appeler à la DEMISSION DE BLAISE COMPAORE qui a juré de respecter la constitution en son article 37 actuel. Comme la Loi n’est pas rétroactive, il ne peut se représenter fin 2015 même si...

  • Ils ont enfin compris que la modification de l’article 37 est bien possible et que c’est là vraiment qu’on peut parler de démocratie.S’ils ont enfin compris qu’ils laissent les gens travailler en paix,nous sommes une nation de droit et il faut que les uns et les autres accordent une grande importance a la loi.

  • Il n’y a pas de démocrate véritable qui puisse refuser le référendum. »

  • Est ce que déposer une plainte auprès de la cour serait incompatible avec les manifestations prévues ?
    Que Dieu nous sauve.

  • Désormais :

    Art. 165. Après la promulgation de la présente loi, aucun projet ou proposition de révision de la Constitution n’est recevable lorsqu’il remet en cause :

    - la nature et la forme républicaine de l’Etat ;
    – le système multipartiste ;

    - la durée et/ou le nombre de renouvellement du mandat

    - l’intégrité du territoire national. Aucune procédure de révision ne peut être engagée ni poursuivie lorsqu’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire.

    *********ATTENTION""""""ATTENTION********ATTENTION.

    Mais, attention. la durée et/ou le nombre de renouvellement du mandat ????
    Mais quel mandat ? mandat de qui ?
    attention à la formulation vague et sans aucune précision de cet point.
    regarder bien, IL N’Y A MÊME PAS DE POINT VIRGULE A LA FIN DE CET ALINEA.
    Attention. Non au pouvoir vie. non au référendum.
    Que les dirigeants jettent un peu un regard sur l’histoire et lisent un peu les livres saints s’ils ont encore le temps.
    DIEU BÉNISSE LE BURKINA FASO.

  • Voila ce que l’article 49 de la constitution dit « Le Président du Faso peut, après avis du Premier ministre et du Président de l’Assemblée nationale, soumettre au référendum tout projet de loi portant sur toutes questions d’intérêt national » or ici où est l’intérêt national que Blaise se représente ? si il est convaincu qu’il est incontournable, irremplaçable et que sans lui ce peuple mourra qu’il quitte le pouvoir en 2015 et le peuple le réclamera forcément pour ne pas que le BF ne disparaisse de la carte du monde.
    Ces gens se foutent trop de nous, on ne peut pas admettre qu’un groupuscule nargue plus de 14 millions de personnes. C’est maintenant où jamais pour le Burkinabè de montrer qu’il veut réellement le développement du Burkina ou bien qu’en réalité nous même ne sommes pas mieux qu’eux et qu’on s’en fout du Burkina. Est-ce que ceux qui ont donné leur vie pour ce pays (SANKARA, Norbert ZONGO ) ont fait cela pour rien ? ou bien pensons nous que nos vies valent mieux

  • Jeunesse consciente du Burkina Faso, lève toi et prends ton destin en main . Ne compte plus les politiques pour bâtir ton avenir. Chacun a vu le volte face de l’ADF/RDA ? Le 11septembre 2014 un des députés de ce parti ,disait être contre la modification de l’article 37. Aujourd’hui ce sont ces députés de l’ADF/RDA qui votent qui apportent leur soutien au CDP et crient sur tous les toits pour la paix . Quelle paix si on soutient le camp des révisionnistes sources des divisions qui menacent la paix . Soyez humains et ayez pitié de vos prochains.

  • Chers patriotes, Blaise lui meme a enclenché le processus qui va l’expulser hors de kossyam, la jeunesse est determinée cette fois çi a ne pas se faire marcher dessus. A vous deputés corrompus le burkina est trop petit, on se connait

  • Pour qui ces gens là nous prennent ? Où se trouve l’ intérêt national pour BLAISE et ses " béni oui oui " au moment ou dans certaines zones du Burkina,avoir une eau potable est toute une mer à boire,quand on doit mettre 5 à 6 heures de route pour rejoindre Ouagadougou sur une distance de 200km ( Djibo Ouagadougou )
    Mr le Président,ton peuple qui tu prétends aimé tant te remercie pour tes actions pendant 27 ans à son service,tu reconnais avec ce peuple que tu n’ es pas né pour le pouvoir et que si de nulle part tu as atteint le plus haut sommet,c’est que moi aussi et n’importe quel autre citoyen du Burkina devront rêver non pas parce que nous sommes en treillis ( avec kalachnikov ) mais tout simplement parce que no us aussi nous aimons le BURKINA-FASO et son peuple merveilleux et devrons le servir avec AMOUR !
    Que Dieu bénisse le BURKINA-FASO et qu’il te donne la sagesse de partir te reposer en paix !

  • Merci chers tous et toutes.

    Ne manquons pas cette page de l’histoire, montrons que nosu connaissons nos droits et devoirs. Il serait inutile de barrer des voies, de faire quoi que ce soit. Economisons nos forces pour le 28 octobre et faisons comme les pays arabes. le 30 octobre pendant qu’ils sont en seance, tout le monde a la place d ela Nation et exgigeons la demission de Blaise et de son gouvernement.

    cela va prendre une semaine, un mois trois mois, Blaise doit demissionn er et avec son gouvernement.

    Un point un trait

  • non au referendum. non a la modification de l’article37.
    nous, fils et filles du Burkina Faso devons en toute franchise nous exprimer, non par des actes de vandalismes, ni d’injures et de mépris contre le parti au pouvoir mais plutôt a des actes responsable et explicite a l’endroit de tout le monde pour preserver la paix et garder notre chere patrie en intact et sans bavure.
    oui,oui,et oui au diallogue et encore oui pour la paix.

    vive le burkina faso et que le tout puissant et miséricordieux benisse le burkina

  • il faut soutenir le parlement pour que le travail soit bien fait dans de bonne condition et aussi
    que les burkinabés puissent aller au référendum avec un cœur ouvert,,si on vois dans ce pays c’est ceux qui crient sur tous les toits qui sont les mauvais grain de ce pays et non ceux qui veulent le respect de la constitution du pays.
    si le référendum est nécessaire il faut le faire car les peuple l’attend avec bon cœur !!!!!!!!!

  • je demande a tout burkinabè conscient et consciencieux de ce qui se passe sur notre territoire de se mettre debout pour dire non et non a la révision de l’article 37.

    puisse dieu bénir le Burkina Faso et l’aide a sortir de cette impasse

  • Il n’y a pas lieu de s’alarmer,vous ne pouvez donc pas dire que c’est surprenant après que vous ayez décidé de boycotter toutes les formes de solution qui vous a été proposé et pire pourquoi cet mot d’ordre du 28 avenir.Nous ne sommes pas dans une situation de forcing encore moins de coup d’Etat et par conséquent la désobéissance civile n’a pas sa raison d’être.

  • Après 27 ans de pouvoir passes a la tete de notre beau et bon pays , Blaise Compaoré se croit toujours indispensable pour ce pays qui nous est tous cher. pour l’homme de dialogue qu’il est et pour le médiateur qu’iln se fait passer il doit savoir et comprendre que le Burkina dipose des hommes et des femmes competents qui peuvent bell et bien diriger ce pays. Personne n’ est irremplaçable dans ce monde Mr le president.

  • Je suis prêt à lutter à tes côtes jusqu’à la mort s’il le faut. Car j’ai 28 ans et je refuse que mon enfant et tous les enfants burkinabé de sa génération connaissent la même misère que leurs pères. Que dirai-je dans 15 ans soit en 2030 ( le projet de loi veut donner 15 ans de plus à BC à partir de 2015, puisque la loi n’étant pas rétroactive alors elle prendra effet en 2015 donc BC peut faire 3 mandats de 5 ans) à mes enfants ( et à toute la génération future) quand ils me demanderons ce que j’ai fait pour mon pays, pour eux... J’ai toujours dis que quelqu’un qui tue son propre amis pour le pouvoir ne partira jamais de lui même de ce pouvoir. Seule la violence peut faire partir BC.

  • Il ne faut pas suivre aveuglement un homme politique parce qu’on veut l’alternance ou parce qu’on veut la chute du régime en place. Il faut avoir un esprit critique et analytique. La désobéissance civile pensez que c’est une solution pour des personnes responsables qui comptent gouverner le pays demain ? Pour une question politique on invite les citoyens à ne plus travailler, comment une nation qui ne travaille pas puisse changement. Par ce mode là que les opposants comptent cultiver dans l’esprit des burkinabè. Aujourd’hui pour une question politique on parle de désobéissance civile et demain quand il y’au un problème plus grave, qu’est ce que l’opposition demanderait au citoyen de faire. Je pense que tout le monde doit être responsable et regarder la réalité en face. On ne va pas brûler notre pays une question politique.

  • chers frères, Blaise à décidé de consulter son employeur qui est le peuple alors ou est le problème ? seulement il oublie que son employeur depuis plus de 10 ans a enregistré trop de jeunes actionnaires qui détient plus de 51% des actions (votes) que la transparence soit de mise et vous verrez la sanction du peuple qui le mettra à la retraite

  • Pour ma part,il faut une action commune forte et permanante à partir bien sûr du 28 Octobre. Le peuple Burkinabé devrait reédité l’oeuvre du M23 du Sénégal, le jour même où Wade avait tenté de faire passer en force une lois à l’assemblé......j’invite donc tout le peuple Burkinabé à ne laisser passer ce vote, assiègeont l’Assemblé Nationale et tout ces alantour pour faire pression sur les dépuités et le président Blaise COMPAORE, ils ferront marche arrière s’ils aiment le Burkina et si c’est vraiment pour l’intérêt du peuple qu’ils luttent.Sinon ils tenterons de faire une repression sur nous et c’est la que le pire pourra arriver pour Blaise.NON au reférendum, Non au pouvoir à vie.Vive le Burkina.Que Dieu Bénisse le Burkina

  • En toute franchise si Blaise et sa troupe arrive à modifier l’article 37, il ne me restera plus que le chemin de l’exil. jugez en vous même :
    1) Blaise est né un 3 février de l’année 1951 donc 63 ans dont 27 au pouvoir ;
    2) Selon la nouvelle reformulation de l’article 37, il peut prétendre à 15 ans de pouvoir encore ;
    3) au terme de son mandat en 2015 il aura 64 ans. En tenant compte des 15 ans il aura 79 ans dont 43 ans de pouvoir ;
    4) ça sera tjrs durant ce temps la même clique.
    5) le mode de gouvernance va se durcir ;
    6) les libertés seront restreintes, voire, il n’aura plus de libertés ;
    7) l’exaltation de l’homme (Blaise en occurrence ) sera à son paroxysme
    8) la pauvreté va s’accentuer de plus bel ;
    9) le système éducatif, sanitaire, économique va davantage se dégradé ;
    10) Assami, Francois, Achille, Alain YODA, Dermé Salam j’en passe vont continuer à grossir coe des porc de Zoula, narguer le peuple et enfin se croire comme des hommes indispensable.
    Alors vaillant peuple du Burkina Faso tu a les choix suivant :
    1) lutter ou périr,
    2) dire NON ou subir,
    3) se soulever ou être soulever,
    4) conquérir sa liberté ou vivre dans l’esclavage
    5) se renier ou s’affirmer.

  • Tous ceux qui soutiennent et poussent le président à aller vers le chaos seront comptable devant l’histoire. Que le président ait la sagesse de revenir sur décision qui sera fatale pour le peuple et lui-même.

  • honte aux politiciens véreux ! quelque soit l’obscurité de la nuit,le jour finit par se lever !

  • au lieu d’inciter le peuple a la révolte et a la violence, l’opposition burkinabè devrait encourager le peuple a aller au référendum pour que vos idéaux passe légalement.

  • les gars du MPP et de l’opposition en general ont peur d’aller au référendum parce qu’ils ne sont pas sûre que la majorité du peuple partage leur avis. s’ils vont au référendum ils ne sont pas sure de gagner

  • BlAISE COMPAORE à cause de tes actes plus personne ne peut dormir dans ce pays,si tu aimes ton pays fais un bilan de ta gouvernance et ton autocritique.
    Après cela je crois tu fera ce qu’il faut pour ecarter le pays du danger.

  • Populations, c’est chaud, il y’a des tracts qui circulent et qui dise de séquestrer les députés
    et de empêcher d’aller effectué le vote à l’assemblé le 30 oct.
    De grâce jeune burkinabés, laissez les députés en paix, ils ne font que leur travail !

  • Je m’adresse à tous ceux qui pensent que la tenue du referendum est la seule voie possible de départager les burkinabés, sont à mon humble avis tous des pyromanes je veux dire des apatrides. Et je demande aux leaders des partis politiques d’être claires avec ces pyromanes qu’en cas de victoire tous ceux qui ont cautionné cette forfaiture, devront répondre un jour devant les tribunaux pour haute trahison à la nation. Ceci dit, je demande au peuple, à la suite du chef de file de l’opposition de se montrer digne pour honorer la mémoire de ceux qui se sont sacrifier pour notre liberté. Faisons honneur à nos précédants combattant de la liberté. Ceux qui sont morts méritaient aussi de vivre comme nous et pourtant ils n’ont pas hésité un instant à braver les fusils de leurs bourreaux.

  • Le 30 octobre le peuple burkinabé doit descendre dans la rue et prendre l’assemblé nationale en otage et bien bastoner ces députés CDP et de mouvance. Car je suis certain que l’opposition n’ira pas ce jour à l’hémicycle

  • A franc parler, tout Burkinabé digne de ce nom se doit de reconnaitre logiquement que notre tres cher president a trop durée au pouvoir.
    D’abord il est mal venu au pouvoir. Et ensuite, quand bien qu’on n’a rien oublié, on l’a accepté malgré nous. Tenez-vous bien qu’en refusant de bien partir, pour tout Burkinabè jouissant de toutes ses facultés, cela doit etre consideré comme une injure. Et ce n’est pas parce qu’on a peur de lui qu’on l’a laissé faire jusque là, mais c’est par amour pour notre pays et surtout de nos enfants.
    A tous ceux qui le soutiennent, de grace, ayez pitié du devenir de notre pays. Avant ça pouvait passer ; mais maintenant, du moment ou nous disons qu’on en a marre, reflechissez 3 fois. Tout comme un verre d’eau versé par terre ne peux se ramasser, la colere du peuple sera irreversible. Que Dieu guide nos esprits !

  • Voyons un peu,Alphonse Ouedraogo avec son club"parti" compte combien d,adherants 20, 30 personnes ? Soyons serieux ,l,opposition fait de forcing exiber un micro parti de nom seulement pour dire qu,il est le peuple c,est se mentir soi-meme.Vous Voyez,Seul le referendum permet de savoir qui est qui.Quant a Etienne c,est un homme du passe un agitateur sans conviction,pret a servir Blaise dans un qlconq gouvernement pour vu qu,il ait un poste.

  • sortons tous nombreux jusqu’au retrait ou au départ de Blaise

  • "What a pity !" comme le dirait les anglais.
    Hum !!!!!!!!!!
    Ebola à nos portes, instabilité sous régionale , avec tout ce cocktail , on nous rabâche les oreilles chaque jour que Dieu fait de paix ; de paix alors que....... ; Maintenant, tout est dit, tout est clair ; au risque de foutre la paix sociale au chiottes on prétend solliciter la volonté populaire pour quelque chose qui ne vaille vraiment pas de peine de mettre en danger la quiétude de tout un peuple. Pour juste satisfaire un individu on est prêt a créer une situation aussi dangereuse qu’incertaine. Oh Yahweh, Éternel des armées,éloigne de nous ce spectre lugubre, et que ne soit sacrifié aucune frange du peuple pour un individu.

  • Il n’y aura pas de referendum ici, tant que nous vivons, Nous ne sommes plus les burkinabes des années 80, les choses changent et les mentalités évoluent, Blaise a eu sa chance de gouverner, s’il en a abuser qu’il parte au répondre de cela a la CPI, les burkinabes conscients dirons toujours non a sa candidature,Les 27 ans qu’on lui a accorde on les regrette amèrement n’en parlons pas une probable réélection.l’opposition vous avez tout mon soutient.

  • A tous les partisans du référendum, de la modification de l’article 37 qui voudrait que le Président COMPAORE reste au pouvoir !
    Si le Président n’est pas candidat rien ne changera et n’arrivera au pays si lui même en tant qu’épris de paix le souhaite ;
    Par contre s’il persiste à rester, c’est le chaos qu’il déclenchera dans le pays parce qu’il suscitera une division et des troubles au sein du peuple.
    Que la sagesse l’ anime parce qu’il n’est pas encore tard.
    Wade l’a compris avec les élections au Sénégal.
    Qu’il se souvienne que le nom de ce pays est :
    Burkina Faso, ’Pays des Hommes Intègres’

  • Mais pourquoi attendre jusqu’au 28 Oct ?
    Messieurs de l’opposition, soyons plus ambitieux en élisant pour domicile avec nos familles la place de la nation jusqu’à ce qu’on ait gain de cause.
    Webmaster ........

  • Pourquoi l’opposition a t-elle si peur du referendum ? On se rendra compte que sous le prétexte de s’opposer à un projet de referendum, les opposants craignent en réalité la défaite et la sanction du peuple. Sinon, il est incompréhensible qu’ils déploient autant de moyens pour rejeter le référendum alors qu’ils auraient pu, en lieu et place, appeler leurs militants à faire triompher le non.

  • Pourquoi l’opposition a t-elle si peur du referendum ? On se rendra compte que sous le prétexte de s’opposer à un projet de referendum, les opposants craignent en réalité la défaite et la sanction du peuple. Sinon, il est incompréhensible qu’ils déploient autant de moyens pour rejeter le référendum alors qu’ils auraient pu, en lieu et place, appeler leurs militants à faire triompher le non.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
Rentrée politique : Le CDP dénonce une gestion « des plus obscures » des gouvernants actuels
Crise à la CENI : Harouna Dicko analyse les « scènes du film »
CDP section USA : Les militants mobilisés pour la reconquête du pouvoir
Commune de Tchériba (Mouhoun) : Des militants du MPP menacent de quitter le parti
Assemblée nationale : Une première conférence sur les grandes questions de la nation
Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés