Point de presse du gouvernement du 2 octobre : l’amélioration du cadre de vie des populations et leur sécurité au menu

jeudi 2 octobre 2014 à 23h42min

Relecture du décret sur les logements sociaux, les efforts en matière de réalisation d’infrastructures de drainage des eaux pluviales, l’insécurité et le virus Ebola ont été entre autres points abordés par les ministres de l’Habitat et de l’Urbanisme, Yacouba Barry et de la communication, porte-parole du gouvernement, Alain Edouard Traoré au cours du traditionnel point de presse hebdomadaire ce jeudi, 2 octobre 2014.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Point de presse du gouvernement  du 2 octobre : l’amélioration du cadre de vie des populations  et leur sécurité au menu

Suite aux inondations du 1er septembre 2009, le gouvernement a pris un certain nombre de dispositifs, notamment en matière de constructions d’ouvrages d’évacuation des eaux pluviales. C’est dans cette dynamique que s’inscrit, à en croire le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme Yacouba Barry, l’exécution des travaux de drainage du parc urbain Bangr-Wéogo en vue de résoudre les problèmes d’inondations dans la ville de Ouagadougou. De grands travaux sont donc entrepris et repartis en trois (3) phases. La première qui s’est étalée de octobre 2011 à février 2013 à consister entre autres, en la réalisation du canal à parois revêtues en béton armé et le radier en terre sur le tronçon du marigot kadiogo ; la réalisation de caniveaux en béton armé de sections variables et de 21 dalots de restitution de section ; le recalibrage du marigot Kadiogo en canal en terre localisé entre sa confluence avec le canal de Wemtenga et la limite Est du parc Bangr-Wéogo. La deuxième phase a, quant à elle, englobé la période allant de décembre 2013 à juillet 2014.
L’ensemble des travaux réalisés dans ces deux phases ont, selon le ministre, permis de déboucher les exutoires et d’assurer une évacuation rapide en induisant des appels de débits et une accélération des écoulements en aval du parc.

La troisième phase (perspectives) consistera en l’exécution de travaux à l’intérieur du parc afin de permettre de réduire davantage le niveau d’inondation dans le parc urbain Bangr-Wéogo et dans certains quartiers de la ville de Ouagadougou. Ces travaux se composent du recalibrage du marigot Kadiogo à l’intérieur du parc Bangr-Wéogo et du revêtement de ses talus en perrés maçonnés ; de la réalisation des chenaux réservoirs en terre ; de la réalisation du chenal nord. Toujours dans ce chapitre, on loge le recalibrage du marigot Somgandé 1 et le revêtement de ses talus en perrés maçonnés, la réalisation des deux diguettes de protection à l’intérieur du parc, la réalisation de trois dalots multicellulaires de franchissement du marigot Kadiogo à l’intérieur du parc, la réalisation de la marre n°1 et le revêtement de ses talus en perrés secs et, enfin, la réalisation des pistes de quatre (4) mètres de largeur de part et d’autre du marigot.
Ces ouvrages contribuent, affirme Yacouba Barry, à l’amélioration du cadre de vie des populations. C’est pourquoi exhorte-t-il les populations riveraines à entretenir ces ouvrages et surtout éviter d’en faire des dépotoirs.

L’autre point abordé par le ministre Yacouba Barry est celui relatif à la relecture du décret sur les logements sociaux. En effet, le Conseil des ministres, en sa séance du 4 septembre 2014, a adopté un décret portant relecture du décret du 20 avril 2009 portant conditions d’accès au logement social. Pour le ministre Yacouba Barry, cette relecture vise à être en conformité avec les mesures sociales prises par le gouvernement et va permettre d’élargir l’accès au logement social aux ménages dont le niveau de revenu mensuel n’excède pas huit fois le SMIG (Salaire minimum interprofessionnel garanti) au lieu de cinq précédemment. Elle renforcera la mise en œuvre de la politique de logement social au profit des ménages à faibles revenus. Le ministre a aussi précisé que cette politique de promotion des logements sociaux va s’étendre à d’autres chefs-lieux de région.
En outre, le ministre a annoncé la célébration, le 6 octobre, de la 29ème Journée mondiale de l’Habitat autour du thème : « Donnons la voix aux bidonvilles ». Une halte pour réfléchir sur l’état des villes et le droit fondamental de tous à un logement adéquat.

Le Forum national des jeunes différé

C’est par des propos de compassion du gouvernement aux familles de Hama Arba Diallo (député-maire de Dori), Jacques Prosper Bazié (homme de lettres et de culture) et René Sebgo (journaliste et précédemment directeur de la communication du ministère de la santé) que le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Alain Edouard Traoré, a ouvert la page sur les questions d’actualité nationale et internationale. Ainsi, les préoccupations relatives au virus Ebola et à la recrudescence de l’insécurité ces temps-ci ont été des préoccupations majeures des hommes de média. A en croire le ministre, en ce qui concerne le virus Ebola, le dispositif mis en place au Burkina est performant et connaît une amélioration au quotidien. Parmi les mesures préventives, l’annulation des grandes manifestations à caractère international à l’image du SIAO et du SITHO. C’est également dans cette vision qu’il a annoncé la tenue en différé du Forum national des jeunes qui était prévu pour se tenir en fin octobre à Gaoua. Il était attendu de ce rendez-vous de la jeunesse, plusieurs milliers de jeunes venus du Burkina et d’autres pays invités. Pour Alain Edouard Traoré, le gouvernement entend, par ces différentes décisions, assumer ses responsabilités. « L’expérience du cas aux USA montre que ça peut venir de manière inattendue et qu’il va falloir rester vigilant », interpelle le porte-parole du gouvernement.

Sur la question de l’insécurité, Alain Edouard Traoré a expliqué que le ministre en charge de la sécurité a fait part au conseil des ministres du 1er octobre 2014, des dispositifs sécuritaires mis en place pour faire face à la situation. Toujours dans cet élan, il est prévu, a-t-il dit, le recrutement d’un contingent de plus de 2000 hommes et le renforcement en matériels. « Nous ne voulons pas perdre cet indicateur de sécurité de notre pays qui compte pour les investissements et les actions de développement », a souligné le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement avant de lancer un appel à la collaboration de tous dans cette lutte contre l’insécurité.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés