Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

mercredi 3 septembre 2014 à 10h09min

L’on se rappelle qu’à l’occasion de sa visite à Accra en 2008, le président américain, Barack Obama déclarait que « L’Afrique a besoin d’institutions fortes, mais pas d’hommes forts ». Une déclaration qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive sur le continent noir. Et invité à réagir à ce ‘’message gênant’’, le président du Faso, Blaise Compaoré, dira le 5 août dernier à Washington, qu’il « n’y a pas d’institutions fortes, s’il n’y a pas d’hommes forts ». Pour le professeur Laurent Bado, les deux présidents n’ont fait que du saphisme en parlant « de choses qu’ils ignorent » pour conclure à du faux » ; même s’il y a une part de vérité dans ce qu’ils ont dit.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

Après avoir précisé que chacun des présidents a dit ‘’vrai’’ et ‘’faux’’, Laurent Bado est parvenu à la conclusion selon laquelle Obama et Compaoré ont tronqué la vérité en abordant des questions qu’ils ne maîtrisent pas. De l’avis du professeur Bado, « Quand Obama dit qu’on n’a pas besoin d’hommes forts, on a besoin d’institutions fortes », il occulte l’incontestable vérité selon laquelle « les institutions ne valent que ce valent les hommes ». Et d’ajouter, « Donc, ce que Obama a dit, est fondamentalement faux ».

Toutefois, Laurent Bado dit reconnaître une part de vérité dans ce que le président américain a dit. En effet, précise-t-il, « on veut un parlement fort, on veut une institution judiciaire forte, on veut une administration compétente et efficace ; c’est là que Obama a raison ».

Ce sont les institutions fortes qui créent et soutiennent l’homme fort

Quant au président du Faso, « lui au moins, relève M. Bado, a eu le courage de dire quelque chose du fond du cœur que les autres présidents ont gardé ». A l’en croire, « les autres présidents ont été lâches, car en réalité, ce que Obama a dit ne leur a pas plu ».

Et en arguant de ce qu’il « n’y a pas d’institutions fortes, s’il n’y a pas d’hommes forts », le président Blaise Compaoré a voulu dire aux puissances occidentales, foi de Laurent Bado, ‘’cessez de nous dicter ce que nous devrons faire, parce qu’on n’a pas les mêmes cultures, on n’a pas les mêmes besoins’’. Ce qui, selon lui, « est positif ». Et, dit-il convenir, « il faut des hommes forts pour que les institutions puissent bien fonctionner ».

Mais là où le président du Faso ‘’ a joué bidet’’, « c’est d’avoir l’air de dire que c’est d’abord les hommes forts avant les institutions fortes ». C’est du moins, ce que lui reproche Laurent Bado qui précise que « Ce sont les institutions fortes qui créent et soutiennent l’homme fort ».

Au total, tranche Bado, « il nous faut des institutions fortes ayant un statut clair et des règles de fonctionnement autonomes et stables ; et il faut des Hommes forts pour animer ces institutions ». C’est ce qui, selon le professeur, est « la vérité ». Une vérité qui ne ressort ni dans ce que le président Obama a dit, ni dans ce qu’a dit le président Compaoré, mais qui se trouve ‘’coupée en deux morceaux’’. Ainsi, les deux présidents sont passés à côté de la plaque dans leur vision quant à la consolidation de la démocratie en Afrique.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 septembre 2014 à 23:15, par vérité no1
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Mr le journaliste, vous êtes vous aussi passé à côté de votre article car le mot saphisme est très fort et Bado même dans son rêve ne va jamais utiliser ce mot. Je pense qu’il a utilisé le mot sophisme. Si c’est une erreur de frappe, pardonnez-moi !

    Répondre à ce message

  • Le 2 septembre 2014 à 23:36, par Balkissa
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Es-ce l’effet de la chaleur ou bien L. Bado sortait-il d’un cabaret ? Il sue un peu trop. Et ces propos décousus peuvent résulter d’une alcoolémie supérieur à la normale. Dommage que personne n’ait pensé à lui poser une tête de chien sur la table. Il en raffole.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 00:05, par Doulgou
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    C’est intéressant ce jeux dialectique de Laurent Bado, que j’aime beaucoup écouter. Mais au finish, je pense qu’il n’a rien dit de vraiment propre que ce qu’a dit Obama. On ne peut comparer la position de Blaise à celle de Obama. Celle de Obama l’emportera toujours et largement. C’est bien de considérer toute la totalité du discours de Obama que de se camper sur ces simples mots "on n’a pas besoin d’hommes forts, on a besoin d’institutions fortes". Comme le dit Bado si « Ce sont les institutions fortes qui créent et soutiennent l’homme fort » pourquoi voir encore ailleurs ? Ça au moins est une vérité incontestable. Cependant il n’est pas toujours évident que l’Homme dit Fort puisse toujours et effectivement secréter les institutions fortes. Aussi, il n’est pas toujours évident qu’on ait des hommes forts pour diriger " des institutions fortes ayant un statut clair et des règles de fonctionnement autonomes et stables" de Bado. On peut se tromper dans les nominations ou les choix des personnes fortes censées diriger ces institutions. Alors, allons à l’essentiel ! Intersessions nous plus à la création d’institutions très fortes de telle sorte que le plus mauvais qui parachutera pour les diriger à son image échoue lamentablement par le fait même de la force de ces institutions. Fraternellement !

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 00:08, par Noyesman
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Analysant les discours d’Obama et Blaise, le professeur Bado relève des incohérences. Par conséquent, il conclut « il nous faut des institutions fortes ayant un statut clair et des règles de fonctionnement autonomes et stables ; et il faut des Hommes forts pour animer ces institutions ». Nous sommes alors dans une nouvelle perspective discursive. OK, cependant, j’ai lu et relu l’article, il y’a un chaînon manquant qui ne me permet pas de comprendre la proposition du professeur Bado. Quelle définition donne-t-il au concept d’homme fort ? Même l’ambassadeur américain Tulinabo ne nous a pas éclairé sur la notion. A cette allure, je vais lancer une invitation à Obama sur Facebook et dès qu’il est connecté, je lui envoie un message instantané pour lui poser la question.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 00:21, par Yemdaogo
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Et que dit Laurent Bado sur la modification de l’article 37, du referendum ainsi que de la mise en place du Senat ? Toujours là à nous raconter des histoires sur le sexe des anges tout en occultant le vrai debat qui mérite d’être mené. Depuis que les opposants battent le pavé pour denoncer ces mascarades du regime Compaoré, Laurent Bado est tapi à l’ombre, ne participe à aucune manifestation. En ce moment où notre Pays se trouve à la croisée des chemins, que fait concretement Laurent Bado pour aider à faire barrage à cette volonté de ce régime de tripartouiller notre constitution ? Rien ! Personnellement, je me tape de qui d’entre Obama et Blaise a raison. Je dis tout simplement que 1) je ne veux pas de President à vie dans mon Pays ; 2) les regles democratiques ainsi que les consensus sont faits pour être respectés ; un homme respecte sa parole donnée ; 3) je veux des institutions fortes dans mon Pays plutot que des hommes "forts" qui ne sont que mortels ; 4) je suis fatigué de la mal-gouvernance, la corruption, les detournements, les crimes de sang, l’impunité, le mensonge erigé en mode de gouvernance, tous ces maux auxquels ce regime nous a habitué 4) le Burkina Faso n’est pas la proprieté familiale de qui que ce soit.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 00:45, par simple
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Maîtrte avez vous peur de dire directement que les propos du président rassurent les occidentaux sur nos États dits démocratiques. Barack Obama est conscient que les réalités ne sont pas les mêmes depuis le kényan son pays d’origine.Il sait que l’Afrique à ses propres cultures. Qu’attendons nous pour les valoriser sans influence, l’adapter en étant dans ce monde modernes très manipulés pour des intérêts de tous ordres.
    Pourquoi y a t il la guerre au Congo, en Somalie, en Libye, au mali, en Centrafrique etc......?
    Pourquoi le père meurt et le fils est élu président "très démocratiquement"(Cas du gabon, du Togo...)
    Pourquoi ces présidents ont la caution des Occidentaux ?

    La géopolitique c’est autre chose. Le dire étant aux USA lors de son séjour, est une autre stratégie politique non rentable. Le président n’a pas pris en compte la génération actuelle (les réalités du moment) qui est un paramètre très important. Une vrai gaffe en stratégie politique. Ne pas s’aventurer sur ce terrain était nécessaire.

    Obama 1er président noir aux USA, a donné son discours dans un contexte unique. En un mot voici l’interprétation : "Depuis des temps,Jamais un noir aux USA, ne pouvait accéder à la magistrature suprême. Cela a été possible grâce aux institutions américaines qui sont devenues fortes à travers une lutte saine des noirs et certains blancs sur tous plans (se référer au combat de martin Luther King et bien d’autres leaders américains...............alors chers africains lutter pour rendre vos institutions fortes afin que sur le continent s’arrête des semblants de démocraties. Vous pouvez y arriver ...... Ce message s’adressait à tous africains et tous les politiciens véreux français....
    Ce qui a blessé presque certains et non des moindres surtout des chefs d’états africains qui sont sous le couvert de la françafrique pour de basses besognes.
    La question : Y a t il sur le continent réellement des politiciens "forts" qui veulent respectée l’accord qu’ils ont eu avec leur peuple. Si non ! cela confirme les propos de Nicolas Sarkozy à Dakar ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 00:57, par YIRMOAGA
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Mr BADO , vous avez peut être peur de dire la vérité ? sinon que votre analyse donne raison à OBAMA. Des institutions fortes vont guider tout homme à exécuter une bonne gouvernance même si cet homme n’est pas fort, mais un homme fort sans des institutions fortes, là on a une dictature à outrance. Pas de justice, pas une armée républicaine, la presse aux ordres, une assemblée nationale caisse de résonance, etc etc ? Sur ce point, Mr BADO en tant qu’enseignant, on doit pas avoir une attitude ambiguë dèh ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 01:13, par le proto
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    ON N’ A PAS BESOIN D’ HOMMES FORTS, ON A BESOIN D’ UN PEUPLE FORT ET D’ INSTITUTIONS FORTES . Qui dit mieux ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 02:02, par Tafa’O
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Encore un équilibrisme précaire pour des intestins fragiles

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 02:11, par toksida
    En réponse à : Non, c’est Laurent Bado qui est passé à côté de la plaque !!

    Donc, c’est un sujet de dissertation ! Mais je pense que l’analyse du professeur Bado reste incomplète. Des deux, personne n’est passé à côté du sujet car ils ont tous les deux (Blaise et Obama) traité le sujet selon leurs canons et leur contexte. Obama est dans une logique où c’est la force des institutions qui assure la stabilité et garantit la continuité de l’État. Blaise est le produit d’un contexte où c’est la personnalité du leader qui assure cette situation. Allez dire aux Libyens, aux Tunisiens ou aux Égyptiens que Obama a raison. Eux ont besoin d’hommes forts pour que les institutions soient vivantes. On sait tous comment Kadhafi, Ben Ali ou Moubarak tenaient leur pays. On les a chassés et tués et on voit le chaos aujourd’hui. Institutions impuissantes ! Pays à la recherche de paix et de stabilité. Ce qui n’est pas le cas pour les Belges par exemple où l’État fonctionnait toujours malgré de longs mois sans gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 02:24, par d8d8
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    eh Bado va tuer , qu’a t il dit de nouveau ? bon dit à entendre Bado la position du président du Faso semble plus soutenable merci l’intelligent du Faso !! mdrr

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 02:42, par amed
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Merci Professeur pour cet eclaircissement.Limpide comme l’eau de roche.Des institutions fortes comme socle d’abord.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 02:45, par Un frere de Zoula Fache
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Tous les deux, Obama et Blaise ont tort. C’est lui Bado l’ Omniscient qui a raison. Voila pourquoi on dit que Bado est un intellectuel perdu en politique. Moi je dis que c’ est un anarcho- politique. Ce que Obama a dit, il le placer dans un contexte sinon on se perd dans une metaphysique bruyante a la Bado mais inoperante. sauf a vouloir contester pour ne pas dementir sa reputation d’ intellectuel desordonne, Obama a bien raison. Dans le contexte dans lequel il a fait cette proposition, il parlait bien des dictateurs africains qui sont forts en ce sens qu’ ils peuvent retirer votre femme, votre fille dont ils feront des maitresses forcees. Ils sont forts en cela qu’ ils confondent leurs richesses avec la richesse du pays en distribuant l’ argent du pays a leurs copians et coquins. Je comprends pourquoi Bado, bien que tres intelligent sur papier n’ a jamais pu etre Maitre de Conferences, non qu’ il soit contestataire mais parce qu’ il est un M’as- tu vu NOumber Ohne d’ apres Sountere Adama Keita. Sinon c’est chez les animaux qu’ ils y a les hommes forts. Si tu es un homme fort et que tu ne peux pas aller vivre avec les lions et les elephants du Nazinga, ou est ta force ? Tu es fort seulement pour tuer tes compatriotes avec les armes de ton peuple ? Force, ou es- tu ? Bado a pisse en l’ air comme pipistrelle. Et tout est retombe sur ta face. Dans tous les cas, rends au peuple les 30 millions que tu as pris de ton homme fort bouffer choueh. Faut pas nous dire que tu n’as pas bouffe. Bouffer l’ argent ne veut pas seulement dire boire la biere avec. La ou tu as investi ca, c’est bouffer aussi car s’ il n’ y avait pas eu les 30 millions de donne pour te corrompre -la, tu allais utiliser ton propre argent pour faire la meme chose.
    Je n’ ai plus de respect pour toi ni en tant qu’ intellectuel ni en tant que politichien. Tu fais la grande gueule insulter tout le monde. Moi si tu m’ insultes, je vais faire pleuvoir des kilolitres de pluies d’ injures qui peuvent remplir le marigot de Zoula. Daabi Napoulet, Cornachion, Nanmon - Yolo.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 04:31, par Le Dépassionné
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Mais dans tout ça, le Pr Bado ne nous dit pas ce que signifie le mot fort ! Je pense que cette définition que chacun a du terme aidera chacun à se faire comprendre mieux. Sinon on sait que le Pr Bado ne dit jamais que quelqu’un en dehors de lui seul a raison. Surtout comme il l’a toujours dit, il devient redoutable surtout lorsqu’il n’a pas raison. Merci tout de même Prof, pour cet éclairci objectif. Notamment pour expliciter la pensée de Blaise Compaoré qui signifie au gendarme en chef du monde qu’il n’a aucune leçon à prendre de lui.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 04:33, par Etat
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    En quoi la déclaration du Chef de l’Etat burkinabé souffre de vérité ? Sans être de son sérail de pro référendum, force est de reconnaître le sens de cette déclaration : " Il faut des Hommes forts pour des institutions fortes". Comment les Etats Unis ont pu se constituer pour être les gendarmes du monde ? Comment la France est parvenu à être le pays le plus colonialiste du monde ? Comment la Chine a pu devancer l’Afrique au concert du développement ? Et j’en passe...Il a fallu des Lincoln, des Napoléon, des Mao....Ces blancs qui professent ces termes dirigés contre X devraient recevoir des réponses de ce genre de tous les Africains mais c’est honteux que mes frères ne prennent plus le temps pour la critique.
    Je suis contre le Président pour ces projets de modification de l’article 37 mais pour cette phrase, je le cautionne. Nous voudrons qu’après Blaise en 2015, le pays soit dirigé par un homme fort pour résister à l’invasion de Poutine et de Boko Haram. Celui qui se sait faible, qu’il recule car même nos Rois africains sont toujours forts.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 05:28
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Pour une fois,c’est notre cher professeur retraité qui a joué "bidet" et pour qu’il comprenne que Obama a 200% raison,je lui donne simplement l’exemple de la Belgique qui avait vécu plus de 541 jours sans gouvernement et donc sans l’exécutif.Pour autant,la Belgique ne s’est pas écroulée puisque les fonctionnaires étaient payés,les délinquants étaient jugés,la police marchait etc etc.En clair,le pays était toujours debout sans un "homme fort" à sa tête alors que chez nous,nous avons notre "homme fort" en occurrence Blaise Compaoré avec un pays qui marche sur la tête où la chose la mieux partagée c’est l’impunité,le laisser aller,la corruption,le détournement des biens publics devenu un vrai sport national parceque tout simplement la justice burkinabè est en faillite car elle-même corrompue jusqu’aux os.Donc mon cher Laurent Bado,arrêtez de parler de "cultures" ou que les Africains n’ont pas les mêmes besoins que les Occidentaux.En tout cas moi pauvre Africain,j’ai besoin de justice,j’ai besoin d’équité.A bon entendeur,salut !!

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 05:58, par SENI BAYIRE
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Salut et chapeau tiré à cet éclairage du Professeur Laurent Bado . C’est de l’intellectualisme distingué .Combien sont compatriotes qui comprennent ce que ce Professeur dit ? J’appelle les uns et les autres à s’intéresser du fond de ce qu’il dit souvent et non à sa manière de dire.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 06:17, par leonard
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Belle analyse mon Professeur
    Merci pr l’eclairage

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 07:18
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Les hommes forts ont toujours été des dictateurs (Mobutu, Moubarak, Kadhaffi, Ben Ali, ect). Les soit disantes institutions fortes qu’ils ont créé s’ effondrent dès leur chute. C’est après que les partis politiques et autres organismes de la société civile sur la base d’un consensus trouvent des institutions fortes pour le pays comme ce fut le cas en Tunisie après la fuite de Ben Ali.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 07:20, par CABen
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Laurent Bado est passé à coté quand il dit qu’"il nous faut des institutions fortes........et il faut des hommes forts pour les animer" car il dit exactement la même chose qu’a dit Blaise Compaoré. D’abord il n’y a pas d’institutions fortes toutes faites et prêtes à être animer. Elles se construisent se consolident et se fortifient ; mais par qui ? Par absolument des hommes forts . S’il est vrai que les institutions ne valent que ce que valent les hommes qui les animent, alors il faut des hommes forts bien éduqués et compétents avant de prétendre avoir des institutions fortes. Je pense que les uns et les autres n’ont pas la même compréhension de la notion "d’hommes forts"j’écris l’expression au pluriel car mise au singulier tout est gâté.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 08:51
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Désolé professeur c’est vous qui êtes cette fois ci a côté de la plaque,Obama a dit que l’afrique a besoin d’institutions fortes plutôt que d’homme fort, il y a donc un choix privilieger la force des institutions au détriments des potentats qui se prennent pour le nombril de leurs pays... Cette vérité la personne et surtout pas vous ne pouvez la contester, quand a la soi disante bravoure qui a pris 5 ans pour se manifester....le respect que j’ai pour vous, ne me permet pas de qualifier vos propos ... sauf a dire que vous avez manque une occasion de vous taire...

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 08:51
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Désolé Professeur, mais nous ne sommes plus au stade thèse et antithèse. Ce que le Président Obama a dit est tellement vrai qu’il faut qu’on cesse de polémiquer inutilement comme dans cette histoire de la poule et de l’œuf.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 09:14, par AGROPA
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Professeur, vous attendez 5 ans pour commenter le discours d’OBAMA ?
    En combien d’années peut-on dire que les institutions sont devenues fortes ? 10 ; 40 ; 90 ans ou plus ? A mon avis c’est une série de plusieurs mandants de plusieurs successeurs. Elles ne peuvent pas être fortes en un temps record comme beaucoup le pensent. Elles se construisent dans la durée et il faut du recule pour mieux comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 09:18, par nikie ma rasmane
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Merci prof mais un homme faible ne crée des institutions faibles

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 09:30, par TRAORE
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Moi je respecte Bado pour cette synthèse des deux points de vue(Obama, Blaise)
    En terme claire, il faut des institutions fortes que les hommes forts ferrons fonctionner. Merci Professeur pour la lesson.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 09:52, par gringo
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    On peut à souhait commenter ce que Obama et Blaise ont dit, chacun suivant sa sensibilité, mais il est une chose que nul ne peut refuser : institutions fortes ou hommes fort, on ne peut pas passer le temps à tout changer au gré des intérêts du moment ; si nous voulons des institutions fortes et sur ce point nul ne dit le contraire, il faut d’abord respecter ce qui existe.
    Or le président Compaoré n’est obnibulé que par une seule chose : conserver le pouvoir vaille que vaille. Que vaut la parole d’un père qui dit aujourd’hui une chose à son fils et qui demain lui dit le contraire ? Ainsi, l’homme fort, c’est celui qui se parjure, celui qui triche, celui qui se renie, celui qui ne respecte rien, celui qui n’est guidé par aucun principe ? Non l’homme fort c’est d’abord celui qui respecte la parole donnée.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 09:52, par HITLER
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Rien que des chinoiseries, il porte un chapeau avec le drapeau de Taiwan...

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 09:52, par Conscience du Faso
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Sujet de Philosophie ou de Français Bac 2015. Eléves des classes de terminale en 2015, à vos marques.
    A mon avis, pour ce qui est de l’Afrique et des régions où la démocratie n’est pas très bien implantée, on a besoin d’institutions fortes que d’hommes forts. Cette affirmation d’Obama est vraie à 90% en Afrique. Si je ne me trompe pas c’est ce qu’il avait voulu dire en 2008 au Ghana. Par contre l’affirmation de Compaoré est vraie à 10% si c’est dans le contexte africain.
    Maintenant j’attends ma note sur 20 ; ne soyez pas sévère en notation. A bientôt pour la correction

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 09:55, par richi
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Admettons que le PF dise vrai. la question est de savoir si dans un pays, il n’y a qu’un seul homme fort. Que l’on me démontre en quoi les autres sont des hommes mous. Si le Burkina s’est affirmé sur le plan international, c’est à cause du soutien des autres pays qui ont des institutions fortes. Sans l’aide de l’Union Européenne et des Etats-Unis, le Burkina ne pourra pas construire 10 kms de route bitumée. Vérifiez les sources de financement de nos grandes voies de communication et vous comprendrez. Le Burkina connait un boom minier sous le PF. Ce n’était pas le cas sous Maurice Yaméogo, Lamizana, Saye Zerbo, Sankara. Qui peut exactement combien de tonnes d’or sortent de ces mines ? Même le ministre en charge ne peut pas donner ces chiffres. Alors lorsque les Obama, Holland, et autres parlent, il faut suivre. Sans eux, nous allons nous entredéchirer parce y aura pas salaires, y aura pas eau, y aura pas dispensaire, y aura pas à manger. Même nos cantines scolaires c’est eux. Nous sommes forts où ? Si les Obamas refusent de nous vendre fusils et munitions, notre force est où ? Ebola est venu, tout le monde cries faut nous aider, innondation, sécheresse,.........faut nous aider.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 10:15, par la verité 1
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    professeur vous etes passé a coté mais on comprend avec l age ce n est pas facile de raisonner raisonnablement.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 10:18, par lewang
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Désolé professeur Bado pour une fois. Je pense que Diabré a terminé le débat. Il fallait t’engouffrer dans ce qu’il a dit pour nous convaincre. Sinon je reste convaincu que nos besoisn en droits sont universels, et surtout en démocratie. Nul n’a besoin de faire la Sorbonne ou Havard pour reconnaitre que les besoins de justice, d’équité, de santé, de paix....sont universelles. Laissez ces despotes qui se croient malins pour continuer à dominer leurs peuples et refugent les remarques. En quoi un homme fort est utile pour son peuple ?????on a besoin de leaders visionnaires qui accompagnent l’établissement d’institutions fortes, et meme sans eux, tout continue. Mais quand vous regardez Blaise dans ses aveux d’écgec après 28 nas de régne "mon souci est ce que deviendra le Burkina après moi.....). j’ai cru lire un chef traditionnel de nos contrées ou un chef de famille au crépuscule sa sa vie parler à ses sujets ou descendants. Est ce que l’afrique a besoin de tels pilotes à vue ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 10:24, par Thién
    En réponse à : consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Désolé, mais je crois que monsieur Bado cherche à arrondir les angles après les multiples réactions suite à !a sortie du président du Burkina ! Avoir des institutions fortes sous-entend un travail naturel de sélection des hommes qui pourraient les diriger. Cela veut dire qu’une personne incompétente et non muni d’un minimum de bagages intellectuels, comme un arriviste, ne pourra tricher pour s’y installer et pouvoir y durer dans le temps, car le système de l’institution forte, va le détecter tout naturellement et l’éjecter avant qu’il ne puisse s’y installer ! Autrement dit, les institutions fortes ne peuvent qu’être dirigées que par des hommes forts. Ce qu’il y a donc à retenir ici, c’est qu’en créant des institutions fortes, le système lui-même sécrète en même temps les hommes forts capables de le diriger par sélection naturelle tout simplement !

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 10:39, par king
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    a ce que je sache OBAMA a très bien préciser que l Afrique a besoin des institutions fortes et non d homme fort.le contexte est bien claire regarder autour de vous même.Il nous on apprit la démocratie mais il le pratique mieux que nous vous verrez OBAMA est certainement un homme fort mais en janvier prochain il sera qu un simple citoyen ;mais en Afrique c est pas le cas on joue les textes sacré pour se jubiler homme.Donc Blaise compaoré tu n est pas aussi fort que tu le prétend.Laurent Bado ce n est pas la bonne définition que tu as donné ;OBAMA tu as raison car tu faisait réference Afrique puisqu il peine a respecter leur constitution ;chapeau a toi ; par KINGNUAGE

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 10:41, par Kibarré
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    si blaise Compaoré respect la constituttion en 2015, il sera l’homme fort qui a posé les bases des institutions forte au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 10:48, par Democratie
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Enfin, un "homme courageux" à la personne de Pr. BADO ose parler sans tenir compte de son électorat ou sans vouloir plaire à qui que ça soit.

    Comment peut-on comparer une politique occidentale vielle des dizaines d’années à une politique africaine, en ressortant que le seul caractère universel. Oui, on la veut universelle mais les contextes sont-ils les même ?

    Nous vivons une politique "à la tribalisme" que nos institutions peinent à corriger. Ce qui peut se comprendre car avec un taux d’analphabètes très élevé. La politique serait-elle un luxe pour l’Afrique sous cette vision ? Je n’ai point la réponse.

    Je vois des Sankariste qui protestent des propos du Président COMPAORE, savent-ils ce qu’ils font ?

    Comparaison n’est pas raison, la Libye vient de se doter des institutions fortes, ou sont-elles ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 10:55, par Burkina Faché
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    C’est pourtant Bado lui-même qui est passe a cote de la plaque, et de façon magistrale.
    Quel manque de logique ! En effet, il affirme « Ce sont les institutions fortes qui créent et soutiennent l’homme fort », et pourtant, il nous dit « les institutions ne valent que ce valent les hommes ».
    Le problème de la poule et de l’œuf n’est-ce pas ? Lequel des deux fut le premier à exister ? La poule ou l’œuf ?
    De plus, pour un penseur de sa trempe, bâtir une logique sur un dicton, comme s’il s’agissait d’une vérité mathématique ! Comment peut-il ignorer que a l’assertion « les institutions ne valent que ce valent les hommes », l’on peut bien développer une antithèse ? Depuis quand équilibre-t-on un argument en offrant simplement une thèse ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 10:57, par mala
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Franchement, je crois que Bado devra aller se reposer maintenant. Son logiciel d analyse de l actualite polituqe n est plus a jour. Il doit se rappeler que ce qui traverse le temp est plus impoartant que tout en science politique. Il ya deux choses. La pensee politique et les institutions. Bado est un maitre assistant a la retraite et sa pensee n est plus en articulation avec l actualite. Il ne veut pas disparaitre a la suite de sa carriere academique minable ou il a ete maitre assistant pendant plus de 20 ans.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 10:57, par Abdoul YODA
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Merci a Bado de nous avoir fait un cours magistral mais il est bon de savoir aussi que ce sont les institutions forte qui rend les hommes forts a la gestion du pouvoir sinon tout homme est egoiste et ne serait a la hauteur qu’avec une institution forte . Abdoul

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 11:08, par ousmane
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Pour une fois, le Professeur Laurent BADO est resté dans le décor. Espérons qu’il retrouvera tous ses sens. Bon vent à vous Professeur.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 11:08, par Zereson
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Je crois que cette fois-ci M.Bado est complètement passé à coté de la plaque.M.Bado soyez en pleine possession de vous-même(l’alcool crée des hallucinations) lorsque vous abordez des sujets déterminants dans la vie d’une nation à un moment donné.Dans l’Histoire les hommes dits forts n’ont apporté que tristesse et désolation aux humains(Hitler, Pol pot, Mobutu, Caucescu, Ben Ali, Mubarak, ....la liste est longue).Sur terre on a besoin de Grands hommes et non des hommes forts.Vous même on vous apprécie non pas parce que vous êtes un homme fort mais parce que vous êtes un grand (avec petit g) homme dans ce pays.Les Grands hommes demeurent dans la conscience des hommes (Einstein, Mandela, Lula, Sankara, ....) mais les hommes ’’forts’’ finissent dans la poubelle de l’histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 11:23, par SING
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Je dirai que MR BADO a une méconnaissance criarde de la culture africaine. Les institutions africaines étaient tellement fortes que n’importe qui que l’on nommait chef devient automatiquement puissant même s’il est un enfant.Aucun chef ne pouvait modifier les règles établies par les ancêtres à son bon vouloir parce qu’il est devenu chef. Ils connaissaient leur limite. Mais aujourd’hui un chef d’Etat veut faire de notre loi fondamentale son torchon. Il veut nous dire que lui il est plus fort que notre constitution mais tu n’a rien vu encore.C’est vraiment avec un pincement de cœur que je réagis sur ce article. Mais Dieu n’a t-il pas dit qui use de l’épée périra par l’épée.Peut être que c’est la prophétie qui doit se réaliser et qui pousse certaines personnes à finir de la même manière qu’ils sont venus.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 11:33, par sidonie SALEMBERE
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Qui dit Taïwan dit blaiso. Comme il a une casquette taïwanaise qui sait peut être qu’il a fait un tour à nouveau là bas(kossyam). Si non je peux pas comprendre que celui là même qui m’a tenu quand j’étais étudiante raisonne ainsi.Je suis profondément déçue. Il ne faudrait pas devenir comme Hermann YAMEOGO.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 11:36, par réciproque fausse
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Monsieur anonyme tu te crois mieux placé que le professeur Bado pour trancher sur cette question du genre donner et de recevoir,c’est vrai que je ne connait pas ton niveau d’étude mais ni ton appartenance politique mais je veut juste que tu sache que le professeur est bien plus opposé au président Compaore mais il y’a eu le courage de le dire et c’est ça un grand homme,chose qu’a ta place tu ne fera pas,ce qui marque une différence nette entre toi et le professeur de part la seule remarque !!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 11:43, par Danton
    En réponse à : Laurent Bado, TAISEZ-VOUS !

    Les premiers à se réjouir d’une telle sortie seront les partisans zélés du Président COMPAORE. Il y a tres longtemps que je ne prends plus au serieux L.BADO.Toujours a louvoyer dans une sorte de clair-obscur intellectuel, à faire dans les demi-vérités quand tout est clair comme l’eau de roche ! Cette propension à toujours ménager Blaise COMPAORE alors qu’on se prétend opposant ne fait que désorienter davantage ceux qui ont encore la patience de supporter tes sorties déroutantes. Heureusement pour toi que BARRY (que j’admire beaucoup) fait de son mieux pour maintenir ton parti à flots.Laurent BADO doit dire clairement maintenant au Peuple du Burkina Faso quel est son camp : celui du changement ou celui de l’immobilisme décadent version COMPAORE. Que Dieu sauve le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 11:48, par Sandokan
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Nous aimions notre professeur national en tant chantre du raisonnement logique et un personnage qui n’avait pas sa langue dans la poche mais nous venons de découvrir notre professeur champion du sophisme. Après avoir annoncé tambour battant que Blaise et Obama avaient tout faux, il mène un raisonnement et tire une conclusion qui embrouille plus qu’elle n’éclaire. On est tenté de demander au Professeur d’où viendraient ces institutions fortes qui seront animées par des hommes forts ? Zéphirin DIABRE a dit qu’il faut de grands hommes pour bâtir des institutions fortes ; n’est-ce pas plus logique et cohérent que la conclusion du professeur. Comme le dit un prédécesseur, vous auriez du vous taire que de sortir de cette façon qui vous ridiculise. Ce que le lecteur retient en premier chef c’est que vous avez usé d’arguties pour montrer votre soutien à Blaise dont vous ne tarissez pas d’admiration. Etant subitement devenu un de ses paltoquets, vos points de risquent de ne plus tellement retenir l’attention de grands nombre sur des sujets d’ordre politique sous son règne. Tasez-vous donc puisque vous êtes devenu un partisan laudateur.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 11:55, par Builder
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Bonjour mon professeur, j’avoue que cette fois ci je vous reconnais pas dans vos analyses.
    Je m’attendais à priori de votre part une définition claire du concept "homme fort" avant toute analyse. Le débat tel qu’il est lancé exige une prise de position c’est à dire mettre à nu le camp de la vérité.
    De mon point de vue, le président américain ayant exprimé cette idée en anglais ; il y a eu une mauvaise traduction en français donnant ainsi lieu à des interprétations contradictoires .
    De mon entendement, retenons tout simplement que le président américain a voulu dire que les hommes passent et les institutions restent, nous aurons donc la chance de nous développer si nos institutions sont fortes.
    De ce qui précède, il n’ y aurait pas eu matière à interpréter si le président COMPAORE avait répondu qu’il n’y a pas d’institutions fortes sans des "hommes engagés"
    c’est à dire des hommes au service de leur nation.
    En conclusion , la polémique est née parce que l’idée du président américain a été mal traduite en français car il y a une nuance entre le mot strong en anglais et le mot fort en français et le contexte dans lequel ils sont employés joue énormément.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 11:56, par EmS
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Je pense qu’ici, Bado a joué bidet en se faisant avocat du diable. Obama a parfaitement raison sur ce qu’il dit. Blaise s’est fait trompé par ses conseillers que ne lui ont pas donné la vraie réponse à Obama. On connait la position de Bado. Il veut manger ici et là. ça ne marche pas comme ça. Il faut reconnaitre que si les institutions étaient fortes au Burkina, la corruption, le clientélisme, le laxisme, la caporalisation de la TNB et medias d’état au profit d’un clan, les intimidations et autres pratiques dignes du moyen âge, seraient réprimés à défaut de les éviter.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 11:56, par Soldat
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Au professeur Bado qui pense que les institutions ne valent que pour ce que valent les hommes qui les animent je dirai ceci tout simplement : "les hommes passent mais les institutions demeurent".

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 12:01, par koné
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Les mauvaise langue se sont bien prélassées au soleil pour prétendre des balivernes sur les dires du président du Faso. La mauvaise fois qui a animé ces derniers risque fort bien leur causé de sérieux maux de tête entendant les dires de prof Bado. Quand la politique d’un parti se limite à attaquer un seul cela n’est plus de la politique et le professeur en sa personne à apporter l’ouverture sur le sujet qui fait polémique actuellement

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 12:05, par hariri
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    C’est une négation de la dialectique qui consacre le principe de l’action et de la réaction de la part du Professeur. Deux forts ne peuvent pas cohabiter. Si l’institution est forte c’est que les hommes sont à son service donc lui sont soumis et ne peuvent de ce même fait être forts par rapport à lui.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 12:10
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado.

    Si il a eu des hommes forts en amerique comme Martin Luther King , qui ses sonts battus pour avoir les institutions fortes, donc Blaisse a raison., parceque les institutions fortes ce sont toujours les hommes forts qui les créent.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 12:14, par Le visionnaire
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Hello
    Je pense que nous avons tellement discute de la democratie dans ce pays que je n’en ai plus envie. C’est vraiment le propre des francophones. Les francais nous ont seulement appris a faire de beaux poemes, a parler bien le francais, a faire de belles phrases. quelque soit l’expression de nos cultures, vous allez retrouver ce trait distinctif chez tous les francophones. Il y a des valeurs universelles (la justice, l’amour, le travail, la dignite,...) pour lesquelles nous nous battons pour notre survie et la fierte des generations a venir. Le monde d’aujourd’hui n’a pas pitie de ceux qui refusent la lutte.
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 12:20, par nikiema bruno
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Je respecte véritablement le Dr. Laurent Bado pour son sens élevé de pédagogie et qui nous appris tous à aimer et comprendre le droit administratif, mais de là à traiter ces deux présidents d’ignares, je pense qu’il a manqué de punch dans son analyse. En effet, dans un tel discours, le message doit être véritablement clair. Chaque acteur doit se tabler sur ce qui l’arrange, ce sont là, les vraies règles du jeu partisan. Ce ne sont pas des académiciens du droit qui étaient en colloque, mais des présidents ; l’un pour faire respecter les règles du jeu démocratique et l’autre, pour les contourner, voire les détourner à son profit !

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 12:23, par l’Inquisiteur
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Que retenir de tout ça Mon professeur !? Je crois que les institutions fortes constituent la clef de voûte de toute démocratie alors arrêtons de nous voiler la face... Toutes les fois que la notion d’homme fort a été utilisée en Afrique par ces Occidentaux, c’était pour désigner des Dictateurs et le discours d’Obama ne déroge pas à cette règle.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 12:58, par Theophile
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Bonjour. très intéressant exposé. Pour ma par, une institutions forte sans homme fort tuerait l’institution, car on ne peut prétendre diriger sans avoir des pouvoirs conséquents face à l’institution.
    également un homme fort pour une institution forte, égalise le rapport entre l’humain et l’institution, ainsi on a une efficience.
    l’aspect ’’OBAMA’’ veut, à mon sens très humblement, dire consolidé votre appareil étatique et laissez le leadership de coté, ca ce n’est pas pour vous africain mais nous qui dirigeons le monde ( chose qui traduit le coté néocolonialiste des occidentaux).
    Par contre l’assertion du président Blaise est simple mais subjective, car c’est un fond de parole qu’il a traduit ainsi.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 13:00, par le veridique
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    tout dépend de comment vous comprenez le sens d’homme fort est ce le dictateur ou le révolutionnaire .....néanmoins il faut savoir que les institutions fortes sont instaurés par des hommes forts donc avec la perception que je comprend par homme fort ,le soubassement réside toujours à l’homme fort.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 13:08
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Je crois savoir que depuis le début des débats sur les institutions et les hommes forts, on a tronquée ce qu’a dit Obama. En effet, je me rappelle que sa déclaration était : "L’Afrique a plus besoins d’institutions fortes que d’hommes forts". Ce qui correspond parfaitement a ce qu’a dit le Prof. Bado Laurent a savoir qu’il faut d’abord des institutions fortes et ensuite des hommes forts pour les animer. Le problème est qu’un homme fort peut dans certaines conditions affaiblir des institutions fortes existantes.
    Je partage l’avis de "Gringo" qui dit que "si nous voulons des institutions fortes et sur ce point nul ne dit le contraire, il faut d’abord respecter ce qui existe". C’est a dire que les institutions fortes se construisent et se consolident en renforçant au fur et a mesure les acquis. Par ailleurs, ce sont les peuples, et non pas les hommes forts, qui font les nations fortes dotées d’institutions fortes.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 13:28, par Indjaba
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Pr Bado, je ne connais pas bien le peuple Gourounsi mais je sais qu’elle a une coutume forte qu’on pourrait comparer à la constitution et les Gourounsi ont aussi des chefs qu’on pourrait comparer à des présidents. Est ce que le chef des coutumes a besoin d’avoir des paquets de muscles ou des gros bras terroristes pour faire respecter cette coutume ? Est ce que le chef d’un village gourounsi doit se dire irremplaçable au point où il a même le courage de dire que ce qui lui préoccupe c’est que deviendra le village après lui ? Non, ces questions sont traitées par la coutume et ne doivent même pas se poser. La coutume décrit qu’est ce qu’on doit faire le jour de la naissance d’un individu, qu’est ce qu’on doit faire le jour du décès d’un individu, qu’est ce qu’on doit apporter pour réparer telle ou telle faute commise dans le village, pour combien de temps le chef est désigné, comment il est remplacé etc. Le chef ne fait que appliquer la coutume et non modifier ou ruser à sa guise avec cette coutume pour satisfaire ses besoins du moment. C’est ainsi donc qu’un chef de village peut être handicapé, même mineur, vieux etc. car il n’a pas besoin de fort particulière rien à modifier ni à ruser sinon les ancêtres viennent le chercher. Il a juste besoin de jouir de ses facultés mentale et d’être honnête. C’est la coutume qui est donc d’emblée forte et s’applique à tous et non le chef qui est d’abord fort pour permettre à la coutume d’être forte . Les ancêtres décédés dont les esprits sont la force du village et les moyens de répression ne sont jamais la propriété privée qui que ce soit dans le village. En terme claire, dans une bonne démocratie, l’armée, la gendarmerie, la police, l’administration etc, ne sont pas la propriété privée d’un chef d’état. D’où peut donc provenir la force d’un président si c’est pas celle générée par des institutions fortes qui sont garantisse un pouvoir. Finalement Personne n’est fort dans une bonne démocratie. Tout le monde a juste des droits et des devoirs. Le président doit être un leader et non un gros bras ou un "Jhon bri" qui est dans le quartier avec son gang qui sème la panique et la terreur pour faire passer ses désirs.
    .

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 13:35, par la raison 007
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    je ne reconnais plus mon proffesseur car c’est ma toute premiere fois que je lis un analyse sans sens a son egard.parce que la version de tous les 2 presidents es categoriquement opposee et selon moi c’est 1 qui peut avoire raison ,pas tous les 2 mais si je l’ai bien compris ils donne tantot la raison atous les 2 tantot tous les deux ont tords donc qu’il revient a la raison sinon on va commencer a le classe comme corompus.la parole de obama est claire on a rien a camoufle pour dire son contraire.je suis parfaitement daccord avec YEMDAOGO.on reconnais un homme fort selon son respect d’abord a la constitution et tout le reste suit. blaise est fort et tres fort mais dans quel domaine...............?

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 13:56, par commissaire wayoro
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Quand la vérité est dite elle est dites ;même vos plus grands ennemis reconnaîtrons cela,j’ai toujours dit que cette réponse du PRÉSIDENT COMPAORE a suscité un débat parce que c’est la vérité,ayez le courage de dire le vérité s’il y’a lieu de la dire.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 13:57, par Tampin
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Aaahhh ! là !!! Il ya de quoi s’inquiéter pour les retraités. C’est quoi une institution forte si ce n’est qu’elle dispose d’un statuts et des textes clairs et justes.
    Faut faire quelque chose pour mon Pr, sinon oh mon Dieu, soit il devient sénile, soit il a faim.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 14:04, par CISSE
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Mr le Pr, je pense que OBAMA est aussi un homme de droit, l’idéal démocratique c’est de réussir la mise en place d’institutions fortes de sorte que leur gestion échoit systématiquement à des hommes qualifiés, des hommes aux compétences avérées, sinon le MAEP est là ainsi que le peuple pour sanctionner, en Afrique jusqu’aujourd’hui l’homme fort est celui qui contrôle l’institution forte qu’est l’armée non pas pour la défense de la patrie mais simplement pour défendre son pouvoir, dans un contexte de bonne gouvernance démocratique, l’armée n’est pas l’institution forte qui surplombe et noie les autres, elle est un simple instrument au service du peuple et des institutions républicaines. Seules des institutions démocratiques peuvent aider à circonscrire le rôle de l’armée.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 14:08, par le woudy
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Bado je te respecte,tu es un homme,reconnait au moins que le président est le seul a aller dire ce qu’il fallait dire et il l’a dit a qui de droit,le seul président a avoir dit "les gbê"au président Obama.Vous devriez être fier de votre président,de ce qu’il a dit au lieu de passer son temps a negativer toutes ses actions.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 14:19, par Depuis Berlin
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Cher Pr Bado, j’ai bcp de respect pour vous, pardonnez moi si vous trouvez mes propos sont désobligeants.
    Un commerçant à qui l’on présentait un jeune(le meilleur) comptable dans un cabinet d’expertise qui devrait s’occuper de sa comptabilité demandait ceci : A yi kanlan kè, mais est ce que a bi ko lôn Wāh[expression Dioula] ; traduction : il est intellectuel et bon technicien, c’est bien, mais est qu’ il connaît la vie( les ROUAGES en affaires), en d’autres mots, connaît il la culture nécessaire pour contourner les impôts.

    Cette petite histoire pour dire que diplôme, ne rime pas toujours avec compétence sociale, dextérité politique ou tout autres succès

    Habileté, adaptation, subtilité, tact, sagesse= INTELLIGENCE !

    Je vous en donne un exemple, burkinabé, une histoire lue sur le net, celle de Apollinaire Compaoré, qui a forcé mon admiration ! Je ne connais pas le Mr, je ne parle pas de SCRUPULE, donc je fais cas ici de capacité à gérer ses affaires (quand on tient compte de là où il vient).

    Par contre je connais aussi des hommes d’affaires qui savent que l’après Blaise = Exil ! Seul le MPP (indulgent) peut les sauver, sinon la prison, car L’UPC ne fera pas de cadeau (pour qui connaît la rigueur de Diabré Zéphirin) !
    FAZIT : CE NEST PAS LE DIPLOME D’ECOLE(SEULEMENT) QUI FAIT L’HOMME ; C’EST LA CAPACITE REELLE D’UN HOMME QUI FAIT SON DIPLOME REEL !
    Et pour revenir à cette assertion de Mr Bado :
    Quant au président du Faso, « lui au moins, relève M. Bado, a eu le courage de dire quelque chose du fond du cœur que les autres présidents ont gardé ». A l’en croire, « les autres présidents ont été lâches, car en réalité, ce que Obama a dit ne leur a pas plu ».

    Vous souvenez vous du discours de SANKARA, sur la dette, à Addis Abeba ?
    Il est où de nos jours ?

    Vous avez la connaissance, mais sa transposition ou utilisation fait défaut (en matière politique et sociale !
    Je vous recommande d’engager un conseiller en communication, l’image (SYMBOLE) est très importante

    Donnez-nous la différence (en termes d’héritage) entre ces hommes (non-forts) Senghor, Rawlings Diouf, Mandela, et les hommes forts en Côte d’Ivoire, Zaïre, Tunisie, Lybie
    J’ai bien envie de vous ressortir d’autres histoires d’hommes forts, mais je mettrai 24heures à vous écrire, avec des faits, si je devais essayer de vous convaincre, mais ceci étant un forum…
    Professeur votre raisonnement traduit ceci : 1(Obama)+1(Blaise)=2 (erreurs) et ensuite 2 : 1(vérité Bado)=1 Bado(qui a raison) !

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 14:45, par ZAS
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Le Pr Bado ne dît pas plus que ce que le président Obama a affirmé. Le Pr Bado convient que l’Afrique a besoin d’institutions fortes ; c’est déjà ça. Maintenant, il revient à définir ce que l’on entend par homme fort. Et Je crois que le Pr Bado n’a pas la même perception de "homme fort" que le Président Obama. Alors On retiendra seulement que l’Afrique a besoin d’institutions fortes ; les hommes forts, on pourra s’en passer.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 15:12, par la pétasse de la pate d’oie
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Les soient disant 30 briques sont-elles finies. La retraite a-t-elle par ailleurs révélé tous ses secrets financiers. Le CDP est à la recherche de consultants/prestataires. Le CDP paie bien ces temps-ci. Seul critère pour être retenu : être connu de la scène politique (pas forcement être aimé). Prendre la parole dans la presse et à défaut de soutenir le referendum, être capable d’être au moins équilibriste. Exemple d’équilibrisme : dire par exemple que j’aime Blaise mais je hais le CDP qui se confond pourtant à Blaise ; dire que la candidature de Blaise EN 2005 était illégale et dire aujourd’hui qu’il faut sauter l’art. 37 pour lui permettre de continuer ; dire qu’on veut le dialogue mais on ne veut pas négocier ; dire qu’on défend le referendum mais qu’au moment de voter on votera contre ; dire que Blaise a tord et que Obama n’a pas raison. Le deuxième ( Obama) est contre la cassure de l’article 37 et le second (Blaise) est prêt à lui donner un coup de pioche etc. En cas de referendum, Bado mettra un bulletin vierge.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 15:40
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Le Pr BADO a voulu simplement dire qu’il Faut non seulement des institutions fortes mais Aussi des gens "fort" qui signifie intelligent , capable de dicernement et veillent pour le bien du peuple . Des idiots qui etaient Riche sont parvenus a être president dans des pays ayant seulement que des institutions fortes. Cest pourquoi le Pr repete que les gens ne lisent pas .Mais je dirais au Pr BADO qu’aucune formule ne sera parfaite

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 16:34, par WA SONGDO BARAK OBAMA
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Vous parlez tous gros français.!!!! Noyesman, toi aussi,tu ne connais pas le concept homme fort ?????? .... moi je connais un homme fort . Je te dis : un homme fort c’est celui qui peut terrasser toute une population en lutte, qui frappe, qui a des milliards, même s’il te gifle tu meurs !!!..pardon deeess , si tu vois un homme fort dans ton village faut courir. merci ....Que Dieu nous protégé !!!! Et nous éloigne des hommes forts.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 16:55, par WA SONGDO BARAK OBAMA
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    vous parlez tous gros français....... j’ai laissé l’école en 1975 niveau CP2 mais je connais le concept d’homme fort !!!!!ce que OBAMA veut définir.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 17:05, par leburkinabé
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Là ! Je n’ai pas reconnu Laurent BADO. J’avoue que c’est dans les commentaires que je me suis ravisé ; en lisant le texte, je croyais lire Laurent Gbagbo.

    J’avoue que là, leur (les deux Laurent) discours ont la même consistance ! Quelqu’un a dit qu’après la vieillesse (=sagesse) c’est la sénescence ( folie).

    Professeur, vous avez manqué l’occasion de vous taire.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 17:07, par lopes
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    pour une fois Bado a manque de sagesse.il n’apporte rien de substantiel au debat serieux qu’il tente de banaliser.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 17:29, par richi
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    J’espère que ceux qui disent ou écrivent dans les journaux, lisent les réactions des internautes. Bado qui a l’habitude de dire que les autres n’ont pas de couilles en dehors de lui. Je croyais qu’il allait dire que lui aussi est un homme fort comme Blaise donc capable de diriger le pays. Djaaaaaa. C’est comme Hama Amadou du Niger. Lorsque les institutions fortes ont demandé qu’il rende compte, c’est la fuite. Lui aussi se disait homme fort, capable de contrecarrer le pouvoir actuel au Niger. Il a fui laisser femmes et enfants. Il n’y a pas d’homme forts. Les prochains présidents n’ont qu’à prêter serment, sur un fétiche de son ethnie et on verra. Moindre erreur, il saura ce qui va arriver. Nous imitons les blancs quand ça nous arrange.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 17:35, par WA SONGDO BARAK OBAMA
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    l’ homme fort qui terrassais tout le monde dans le village est le même qui ne respecte pas la tradition (les institutions pour notre civilisation), comme s’il pouvait rester homme fort toute sa vie.....Il oublie que les interdites restent éternelles.Quant la population est sortie contre lui , il s’est exilé. Ensemble prions.....
    NOTRE PERE QUI EST AUX CIEUX, QUE TON NOM SOIT LOUE ,QUE TON RÈGNE VIENNE, QUE TA VONLONTE SOIT FAIT SUR LA TERRE COMME AU CIEL, DONNE NOUS LA PAIX AU FASO , PARDONNE LES HOMMES FORTS, EMPÊCHE LEUR DE NOUS TRAUMATISER DANS CE PAYS, APPELLE LEUR A COTE DE VOUS , POUR LEUR DONNER UN POUVOIR A VIE. QUE TON PEUPLE SOIT EN PAIX. AMEN

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 18:14, par BILI-BILI
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Sacré BADO ! L’homme du Gregarisme AFRICAIN !
    Dabîî..pià-n’tchînà.(faut te chercher)
    Actuellement l’heure n’est plus au "gros français".
    Peut être que le parent est quelque part dans la brousse de TIOGO dans ses champs, il ne sait pas ce qui se passe au pays. Parent actuellement le debat se mène autour de l’article 37 ; soit tu es pour ou tu es contre ! En tout cas si tu n’est pas avec nous tu es contre nous.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 18:16
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Il faut être dans un pays de désœuvrés pour passer le temps à polémiquer dans le vide et Laurent Bado en fait partie,lui qui est maintenant à la retraite.Alors il vient nous divertir avec du non sens.Son niveau de raisonnement c’est du zéro pointé car on n’a pas besoin d’avoir de longs diplômes pour comprendre ce que Obama voulait dire.En effet il s’était entouré de langages diplomatiques sinon crûment dit c’est :"L’Afrique a besoin d’institutions fortes,mais pas des dictateurs".Voilà le vrai sens du message de Obama d’autant que c’est en Afrique qu’on retrouve les 95% des dictateurs sur terre dont Blaise Compaoré fait partie.Ce à quoi ce dernier réplique bêtement sans réfléchir alors qu’il a eu 6 ans ans pour cela car la déclaration de Obama date de 2008 par un :"il n’y a pas d’institutions fortes,s’il n’y a pas des dictateurs" en remplaçant le sens "hommes forts" selon Obama.Donc qui est risible dans tout ça ?C’est Blaise Compaoré pour son inculture et surtout Bado Laurent pour son incurie dans le langage diplomatique.L’Afrique ne veut plus de dictateurs surtout qu’on en voit les conséquences avec les départs de ces soi-disant "hommes forts" en Libye,Egypte,Tunisie,Côte d’Ivoire,Mali etc etc et c’est ce qui arrivera probablement au Burkina Faso car ce dictateur a passé les 28 ans de son règne sans partage à asseoir des institutions bancales avec une justice pourrie,une armée caporalisée,une assemblée nationale remplit de courtisans etc etc....et comme au Mali sous ATT,ces institutions à la noix vont s’écrouler comme un château de cartes à la moindre bourrasque.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 18:18
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Bado ne semble pas avoir contextualisé les propos des deux hommes. Blaise rapporte l’homme fort à son long temps de règne au pouvoir avec des mains de fer. Il justifie son pouvoir. Or, il n’y a aucune évidence que ces types de règne débouchent sur des institutions fortes dans le contexte africain. Obama s’appuie sur l’exemple démocratique américain qui est beaucoup admiré et copié dans le monde. Et l’histoire nous aurait certainement enseigné autre chose sur les USA si Georges Washington était resté durant 27 années au pouvoir, ou autant longtemps que les monarchistes de son temps l’avaient voulu. Pourtant, il était bien celui qui pouvait le plus agir de la sorte parmi tous les présidents américains, tellement il était un homme fort ! Il a heureusement préféré être un grand homme de l’histoire de son pays, que cet homme fort chérissant la monarchie. Le résultat : c’est la démocratie américaine que nous connaissons et dont les fils passent le temps à nous donner des lecons.Blaise avait raison de dire qu’Obama s’inspirait de l’exemple américain, mais il est mal inspiré de se mettre à contre-courant de la marche démocratique de son pays.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 18:33, par force one
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Ce que Bado a dit a eu le courage de dire je sait que beaucoup n’auront pas ce courage,je ne fait pas la politique mais moi personnellement j’ai apprécié l’acte du président du Faso,le courage qu’il a eu et j’en suis fier,ce que les uns et les autre ne comprennent pas c’est qu’on a pas besoin d’appartenir a tel ou tel parti politique pour accepter cela.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 18:43, par cogito ergo sum
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Tout le monde est anonyme la dessus,on sait du reste que le président Compaore n’a pas menti sur ces propos,c’est une vérité,en réalité ces propos n’ont pas plus a beaucoup de nos leaders qu’ils soit dans la situation ou pas mais personne n’a eu le courage de le dire si ce n’est que le président du Faso/En tout bel effort de réflexion de sa part !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 18:51, par cerf volant
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Je t’assure que cette priere là personne ne la fera a part toi et toi même,tu veut dire donc que tu connait mieux les choses que le Grand Dieu,qu’il te pardonne car tu ne sait pas ce que tu fait !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 18:58, par entre juge et parti
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Même si tu n’aime pas le lièvre il faut reconnaître s’il court vite,dans la vie même si c’est ton ennemie juré qui fait une bonne chose il faut avoir le courage de le dire et je crois que la vrai valeur de l’homme c’est en cela qu’on le juge,ça ne tue pas bien au contraire ça te rend plus fort et plus grand.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 19:05, par la fille du capo
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Que vous chanter son nom ou pas,que vous l’aimez ou le rejeter ça ne fait ni chaud ni froid au président Compaore car d’après tout c’est une loi de la nature,on ne peut pas plaire a tout le monde,on sait que y’a des gens qui vont jamais chanter les éloges de monsieur Compaore quel qu’en soit ce qu’il fait si non que partout dans le monde entier il est féliciter et aimer par bien de gens et c’est ça qui compte au fond.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 19:37, par Ka
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Mr.Bado c’est bien de montrer votre théorie débordante au peuple du monde entier, mais les propos de des deux présidents sont bien compris par le peuple du monde entier que les vôtres : ‘’’’’’ l’un se base sur sa vrais connaissance théorique des lois et des constitutions surtout a les respecter, l’autre sur sa connaissances de la formation militaire qui restent sur la force physique et de savoir tuer son prochain. 100% du peuple Burkinabé, moi y compris comprennent mieux les théories des deux président, comme après le discourt d’un de nos premiers président de la république de la Haute-Volta aux journalistes après un discours à la radio, ‘’’’’Messieurs les journalistes, je ne veux pas vous entendre parlé ou écrire de la philosophie, ni de la liturgie, ni du Bazarisme, ni du Tampirisme’’’’’’ même si le lendemain les bobolais, les samos, les lobis, les peuls, qui ont entendu le discours à la Radio de la Haute-Volta, cherchaient dans leurs petits dictionnaires les mots Tamprisme, et Bazarisme, ont compris que c’est le grand homme fort et intellectuel du pays qui a parler.’’’’’’ Alors Mr. Bado le monde entier a entendu le président faible et intelligent qui respecte les constitutions, et le président fort qui peut tout massacrer sans respecte les constitutions. Voilà ce que le monde a compris.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 19:39, par lenationaliste
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Je retiens juste que BADO reconnait le courage qu’a eu BLAISE COMPAORE à la différence de ses pairs africains. Ce courage il l’a a cause sa conviction que son peuple le soutien dans son combat pour l’affranchissement du joug colonial. Il est humble et n’aime pas la démesure, sinon il pouvait dire à OBAMA de se meler de ce qui le regarde, parce que à bon d’avoir des institutions fortes si ca nous arroge le droit de déstabiliser un pays et mettre en péril la vie des citoyens comme la Libye et l’Iraq. Nous nous préférons notre Blaise qui est un homme fort et qui refuse que des gens de l’extérieur vienne lui dicter comment gérer son pays

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 19:40, par WA SONGDO BARAK OBAMA
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    tout se paye sur terre.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 19:47, par JUGE NEBIE
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    JE SUIS AU PARADIS. PEUPLE DU BURKINA REJOIGNEZ MOI. ICI Y’A LA PAIX.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 19:47, par Desiré
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    sacré BADO quelle honte ! Et tout ce qu’il nous racontait en classe. Une sœur avait raison de lui supplier de ne pas devenir comme Hermann YAMEOGO.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 20:04, par le burkinabeee
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Les gens aiment contester chaque fois sans eux même avoir de la présence dans le débat. Si c’est sortir dans l’anonymat s’abattre a bras raccourci sur les opinions des autres ils sont fort laba. Je pense que l’analyse de Laurent Bado est très correcte. Obama ne connaît pas la réalité des pays africains, la Libye est la pour nous expliquer ça, ils ont créé des institutions forte dans ce pays, parlement, justice, gouvernement, mais ou sont ils ? Sans les hommes fort pour animer ces institutions fortes, c’est de l’eau, et bonjour les troubles. Mais la fibre d’opposants a fermé les yeux intellectuels de certains si bien qu’il ne réfléchissent plus ou refuse de voir ce qui se passe a côté.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 21:15, par Karissa
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    C’est de la plaisanterie de mauvais goût, Pr. Nul besoin de diversion (comme l’ont fait certaines personnes avant vous) alors que le contexte de la déclaration d’Obama est clair : l’ère des dictateurs doit être révolue. Vous passez de la mystification (tercérisme, prétendument 3e voie, qui consiste à rechercher dans le passé des réponses à des questions actuelles ou nouvelles !) à l’équilibrisme conjoncturel (la situation actuelle du Burkina, inédite, n’admet aucun louvoiement), au moment même où nous sommes à un tournant décisif de la lutte. L’on peut vous concéder la particularité de votre style qui peut désorienter les analyses simplistes. Vous avez beaucoup représenté pour ce pays et êtes toujours précieux, souvenez-vous-en.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 21:20, par Un indigné
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    BADO Laurent, en aimant distraire le peuple par votre intervention-ci je dis que vous êtes et même que vous avez toujours été intellectuellement malhonnête. Vous aimez distraire, on n’est pas là pour plaisanter. Je suis déçu qu’à laurée de votre âge vous aimez toujours les égarements intellectuels pour ne pas vous faire oublier. MONSIEUR L’IMMINENT PROFESSEUR.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 21:52
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Il faut être dans un pays de désœuvrés pour passer le temps à polémiquer dans le vide et Laurent Bado en fait partie,lui qui est maintenant à la retraite.Alors il vient nous divertir avec du non sens.Son niveau de raisonnement c’est du zéro pointé car on n’a pas besoin d’avoir de longs diplômes pour comprendre ce que Obama voulait dire.En effet il s’était entouré de langages diplomatiques sinon crûment dit c’est :"L’Afrique a besoin d’institutions fortes,mais pas des dictateurs".Voilà le vrai sens du message de Obama d’autant que c’est en Afrique qu’on retrouve les 95% des dictateurs sur terre dont Blaise Compaoré fait partie.Ce à quoi ce dernier réplique bêtement sans réfléchir alors qu’il a eu 6 ans ans pour cela car la déclaration de Obama date de 2008 par un :"il n’y a pas d’institutions fortes,s’il n’y a pas des dictateurs" en remplaçant le sens "hommes forts" selon Obama.Donc qui est risible dans tout ça ?C’est Blaise Compaoré pour son inculture et surtout Bado Laurent pour son incurie dans le langage diplomatique.L’Afrique ne veut plus de dictateurs surtout qu’on en voit les conséquences avec les départs de ces soi-disant "hommes forts" en Libye,Egypte,Tunisie,Côte d’Ivoire,Mali etc etc et c’est ce qui arrivera probablement au Burkina Faso car ce dictateur a passé les 28 ans de son règne sans partage à asseoir des institutions bancales avec une justice pourrie,une armée caporalisée,une assemblée nationale remplit de courtisans etc etc....et comme au Mali sous ATT,ces institutions à la noix vont s’écrouler comme un château de cartes à la moindre bourrasque.
    Webmaster,tu passes mon message wooohhhh,tu ne le passes pas wooohhh,pas de problème mais au moins un autre dictateur de la censure qui est une fabrique de la compaorose compradore l’aurait lu

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 22:08
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Les deux au moins sont présidents mêmes si vous croyez votre intelligence au dessus des leurs. Est ce qu’on peut dans la vie comparer celui qui atteint son objectif à celui qui n’atteindra jamais cet objectif ? merçi

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 22:31, par ark2dieu
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Quand l’intellectuel commence à se penser le seul inteligeant, c’est la dérive totale. M. Laurent Bado au milieu du vrai et du faux a du mal à se localiser on dirait. Joli commentaire cher professeur !

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 22:31, par timpoko
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Belle analyse mon professeur. Monsieur l’indigné ! Laisse cet intellectuel jouir librement et dignement de sa retraite tan merite.personne ne vous a demandé detre indigné

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 22:47, par Tonica
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Écoutez Monsieur le journaliste, j’ai suivi toute l’intervention de Laurent Bado sur la radio Salankoloto, c’était le dimanche 23 Août passé.

    Il faudra transcrire toute l’interview pour nous situer au lieu de jouer avec des coupures de phrase. C’était la première fois que j’ai été d’accord avec la pensée politique du Professeur Bado car il a intervenu en tant que Politologue et non comme un homme politique.

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 23:01, par Jonassan
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    J’aurais aimé que le professeur Bado élargisse son analyse en incluant ce qu’a dit John Jerry Rawlings, 1986.
    "Ce que nous voulons faire du Ghana, c’est de mettre en place des institutions et pratiques tellement fortes que même si le diable lui même venait à diriger ce pays qu’il ne puisse pas faire ce qu’il veut mais soit obligé de respecter les lois en place."

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 23:08, par coulibaly
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    LE Burkina Faso a besoin d’hommes fort de la trempe de Blaise pour bien animer le pays,car laisser les choses a l’opposition c’est le comble parfait !nous disons OUI au referendum !!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 23:09, par Tiraogo
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Une fin tragique pour un homme qui méritait une reconnaissance nationale. Je ne sais pas si la schizophrénie se soigne mais faudrait penser à consulter un psychiatre. On n’est plus dans les années 70 et 80 où un diplôme d’études approfondies (DEA), voire même une Maîtrise, suffisait pour régner en maître dans les Universités africaines. On ne peut pas toujours traiter de tous les sujets de sociétés.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre 2014 à 23:27
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Bado veut distraire les gens comme d’habitude en édulcorant les dires de Compaoré. Cela n’est pas possible car nous comprenons bien ce que soutendent les pensées d’Obama et de Compaoré. l’un prêche pour la démocratie et l’autre pour le pouvoir à vie. On n’a pas besoin d’être surdoué pour comprendre l’amertume de l’homme fort mais, on est surtout fatigué de sa force et on veut souffler un peut. 27 ans de galère ce n’est pas 27mois......

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 00:12, par L BADO
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Je suis fou ????? ma femme travaille à la présidence !!!!! Qui est fou ?????

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 00:32, par Soum@oueder
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Force est au peuple car les Hommes et les Institutions tirent leur légitimité du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 05:59, par zot
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    « Nous allons mettre en place des institutions si fortes que, même si le diable en personne arrivait au pouvoir il lui sera impossible de faire ce qu’il veut. Le dernier mot reviendra toujours au peuple ghanéen ».

    John Rawlings

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 10:23, par ecoli
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    qu’est ce qu’il n’a pas compri le professeur ? c’est lui même qui a joué bidet. Quand t’on a rien à dire il faut se taire simplement. C’est vraiment nul.

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 10:58, par konaté
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Les institutions fortes engendrent obligatoirement des hommes forts, alors que les hommes forts n’édifient pas obligatoirement des institutions fortes. J’insinue que Blaise voulait plutôt faire allusion à l’homme fort qu’il pense être, sinon s’il prétend avoir formé des hommes formés, il ne songerait pas, après plus de 25 années au pouvoir, tripatouiller la constitution, pour assurer son maintien au pouvoir. Je ne parle pas de tous les hommes forts qu’un pays dit intègre doit avoir, je parle plutôt des milliards de francs CFA injectés dans la formation des cadres du parti de Blaise. Je me demande et ne m’explique guère, qu’après tant d’investissements Blaise puisse aujourd’hui et encore parler en des termes aussi peu intelligents. Il a eu plus d’un quart de siècle pour former des hommes forts, il est temps pour lui de le prouver en assurant sa succession par un d’entre eux. S’il n’a pas pu le faire, donc l’homme fort dont il prêtent être, a plutôt besoin d’institutions fortes

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 11:07, par moi le fou coulibaly
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    excusez moi je deviens fou !!!!!!!! je voulais dire nnnnnooooonnnn au referendum....

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 11:14, par SANKARA
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    s’il est aimé comme vous le prétendiez par son peuple pourquoi autant de militaires à kassyam.Lui même ne respecte pas la loi, car selon les dispositions c’est la sécurité(gendarmes) qui doit assurer la protection du Président et le premier ministre. C’est seulement au premier ministère que cette loi est respectée. Vous dites partout dans le monde. Dans ce cas pourquoi ne pas être le SG de l’ONU ? Il est aimé pour quoi ? Par ce qu’il a fait quoi ? Tout le monde sait du moins ceux qui veulent savoir savent que c’est la politique du pyromane- pompier qu’il a toujours fait. En Côte d’ivoire on a vu les SORO ici. Au Mali(les djihadistes sont à somgandin.Ha bas ! vous ne pouvez pas tromper les blancs ils savent qui donner le prix Nobel de la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 11:46, par konaté
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Les institutions fortes engendrent obligatoirement des hommes forts, alors que les hommes forts n’édifient pas obligatoirement des institutions fortes. J’insinue que Blaise voulait plutôt faire allusion à l’homme fort qu’il pense être, sinon s’il prétend avoir formé des hommes formés, il ne songerait pas, après plus de 25 années au pouvoir, tripatouiller la constitution, pour assurer son maintien au pouvoir. Je ne parle pas de tous les hommes forts qu’un pays dit intègre doit avoir, je parle plutôt des milliards de francs CFA injectés dans la formation des cadres du parti de Blaise. Je me demande et ne m’explique guère, qu’après tant d’investissements Blaise puisse aujourd’hui et encore parler en des termes aussi peu intelligents. Il a eu plus d’un quart de siècle pour former des hommes forts, il est temps pour lui de le prouver en assurant sa succession par un d’entre eux. S’il n’a pas pu le faire, donc l’homme fort dont il prêtent être, a plutôt besoin d’institutions fortes

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 12:35, par SAWADOGO Moussa
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Mr BADO excusez-moi ! Personne n’est fort sans l’autrui. C’est pourquoi on parle que l’union fait la force. Et cette union pour un Etat ou une Collectivité donnée passe par une institution donnée. Donc il faut alors des institutions fortes pour la bonne gestion de la cité.

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 13:01, par M OUEDRAOGO
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Belle analyse mon prof

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 15:12, par ATTA
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Les Hommes passent,les institutions restent,Dieu reste éternel.

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 17:16, par SANKARA
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    s’il est aimé comme vous le prétendiez par son peuple pourquoi autant de militaires à kassyam.Lui même ne respecte pas la loi, car selon les dispositions c’est la sécurité(gendarmes) qui doit assurer la protection du Président et le premier ministre. C’est seulement au premier ministère que cette loi est respectée. Vous dites partout dans le monde. Dans ce cas pourquoi ne pas être le SG de l’ONU ? Il est aimé pour quoi ? Par ce qu’il a fait quoi ? Tout le monde sait du moins ceux qui veulent savoir savent que c’est la politique du pyromane- pompier qu’il a toujours fait. En Côte d’ivoire on a vu les SORO ici. Au Mali(les djihadistes sont à somgandin.Ha bas ! vous ne pouvez pas tromper les blancs ils savent qui donner le prix Nobel de la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 20:57, par vrai vrai la
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    indjaba a tous dit.... bien parlé merci laba

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 21:57, par DJO
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    hé BADO ou sont les 30 millions que Salif t’avais donner il faut élucider ça au lieu de parler de sujet qui te dépasse tu n’ a plus le sens de l’analyse profond comme au bon vieux temps le dolo à tout emporté.

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre 2014 à 22:14, par Gédéon
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Un de mes profs me disait que tout débat n’est qu’une question de définition. Si le Prof BADO avait donné son entendement de l’expression "homme fort" nous saurions mener le débat avec lui. Pour ma part, un homme fort est celui qui parvient au pouvoir par la force des armes et des assassinats. Il s’y maintient par tous les moyens. Tripatouillage de la constitution, intrigues politiques, crimes politiques, économiques, de sang et j’en passe. Il met un système de gouvernement en place ou il n’est que le seul maître. Il forme des clans qu’il se charge de manipuler pour préserver ses propres intérêts ; des groupes d’hommes qui se contredisent, lui vouent respect, soumission au point d’être des esclaves... C’est cela que j’appelle "homme fort".
    En quoi Obama n’est-il pas entré dans l’histoire dans sa sortie à Accra, Professeur ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2014 à 23:45, par nwattos
    En réponse à : Consolidation de la démocratie en Afrique : « Obama et Compaoré sont tous passés à côté de la plaque », Laurent Bado

    Je respect bien M. Laurent BADO en tant qu’intellectuel, mais cette fois il semble pas bien saisir la porté réelle des propos de M. OBAMA et M. COMPAORE.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés