Association des gros bras de Bobo : Une organisation de trop ?

mercredi 23 juillet 2014 à 01h46min

Oumar Traoré est à la tête d’une association insolite pour nombre de personnes. En effet, le président des jeunes danseurs de Bobo-Dioulasso s’est donné pour mission de regrouper les gros bras de la ville. Son initiative a donné naissance à l’association des gros bras de Bobo-Dioulasso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Association des gros bras de Bobo : Une organisation de trop ?

La bataille des trois maires (Alfred Sanou, Célestin Koussoubé et Salia Sanou) au début des années 2000 avait terni l’image des gros bras de la cité de Sya. Sollicités en son temps par les prétendants à la mairie de Bobo, les « loubards » de la ville avaient laissé des « muscles ». Depuis, les gros bras avaient pratiquement disparu des rues de la ville. Mais, entre-temps, il y a eu la renaissance des loubards. Et cette renaissance a été fortement encouragée par les prouesses de Cheik Hamed Al Hassan Sanou, champion junior en powerlifting au Canada en 2013. Indépendamment des exploits de Sanou, le retour en scène des gros bras de Bobo a été favorisé par l’ouverture des salles de sport et l’amour de quelques jeunes pour les « tablettes chocolats ». Evidemment, les muscles ne laissent pas les gens indifférents. Des regards interrogateurs aux sollicitations de particuliers pour les règlements de comptes, les gros bras sont exposés. C’est pour éviter les erreurs du passé qu’Oumar Traoré (qui n’est pas encore un gros bras) a décidé de réunir les « hommes forts » de Bobo-Dioulasso au sein d’une association.

Se regrouper pour mieux se valoriser

Pour Oumar et ses camarades, le regroupement et l’organisation des gros bras sont également un moyen de combattre les préjugés : « beaucoup de personnes pensent que les gros bras sont des gens violents, voire des gardiens de boites de nuit. Nous, nous voulons changer les mentalités ». En effet, grâce à un séjour au Mali, Oumar Traoré a pu mesurer l’importance d’un regroupement des gros bras. Le premier avantage, c’est que cela permet d’éviter des conflits par personnes interposées. « Se regrouper nous permet également d’initier des actions pour être plus utiles à la société », a également laissé entendre le président de l’association des gros bras. Déjà, le regroupement, l’organisation et la détention d’un récépissé ont permis à cette association d’apporter sa touche à des évènements. Comme perspective, l’association des gros bras entend jouer un plus grand rôle dans la sécurisation des personnes et des biens lors des grands événements. Excepté les gros bras qui ne sont pas membres de cette association, on ne devrait donc plus voir des loubards s’affronter à Bobo.

Ousséni BANCE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés