Point de presse du Gouvernement : Le bilan scolaire et la TNT au programme

vendredi 4 juillet 2014 à 20h21min

Comme il est de coutume après chaque conseil des ministres, le traditionnel point de presse du gouvernement a été animé ce jeudi 03 octobre 2014. Avec pour maîtres à bord Alain Edouard Traoré, Ministre de la communication porte parole du Gouvernement et Koumba Boly, Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA). Le bilan 2014 et les perspectives en matière d’éducation dans notre pays, le passage à la télévision numérique terrestre et le décès de Gérard Kango Ouédraogo étaient les principaux sujets au centre de cet échange avec les hommes de média. Un point de presse qui avait tout pour plaire aux amoureux des chiffres.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Point de presse du Gouvernement : Le bilan scolaire et la TNT au programme

Le certificat d’études primaire (CEP) c’était du 10 au 12 juin dernier et l’animatrice principale de ce point de presse le ministre Koumba Boly de l’éducation nationale s’est attardée sur certains chiffres qui, à son avis, valent leur pesant d’or. 344 982 candidats y auraient pris part dont, innovation majeure, 137 candidats des écoles bilingues et 198 personnes en situation de handicap. Avec à la clé ce bilan « très honorable » selon ses propres termes : 82,2% d’admis.
Autre motif de satisfaction pour Koumba Boly, les 84,22% de réussite des candidats issus des écoles de la réforme et régulièrement inscrits au CEP.

Le continuum, le défi du moment

La réforme majeure dans le système éducatif burkinabé c’est le continuum. Faire en sorte que le préscolaire, le primaire et le post primaire ne fassent plus qu’un, tel est l’esprit de cette réforme mise en oeuvre depuis l’année scolaire écoulée, et prévue pour s’étendre sur 03 ans. Le ministre en charge de l’éducation se satisfait déjà que le profil de sortant du continuum du cycle d’éducation de base ait été défini et le processus de relecture des programmes officiels d’enseignement enclenché.

919 agents et 350 collèges d’enseignement général (CEG) transférés du Ministère des enseignements secondaire et supérieur au MENA, 362 travailleurs et 130 centres d’éveil et d’éducation préscolaire recensés du Ministère de l’action sociale et de la solidarité nationale pour le MENA, 174 805 manuels préscolaires et 3 033 992 manuels du primaire distribués, 578 infrastructures scolaires réalisées, 25 milliards pour plus de 56 000 tonnes de vivres au niveau des cantines scolaires,…les objectifs de la première année ont été atteints selon Koumba Boly.

De nombreux défis en perspective

Selon les statistiques officielles, le Burkina Faso comptait en 2006 seulement 28,3% d’alphabétisés. Un taux assez bas pour « permettre d’atteindre l’objectif de l’Education Pour Tous (EPT) au Burkina, mais surtout de contribuer à la qualité des formations pour un développement durable dans notre pays » dira le ministre Boly. C’est ce qui explique à son avis la place de choix qu’occupe l’éducation non formelle dans notre système éducatif. Et toutes les dispositions sont prises selon elle pour donner de l’altitude à la courbe en la matière. Avec l’objectif des 60% à l’horizon 2015.

Des efforts sont faits dans ce sens et devraient se poursuivre précise t- elle. Elle qui annonce d’ores et déjà la mise à disposition de 2 800 sortants des écoles nationales de formation des enseignants du primaire, 504 enseignants du secondaire et le recrutement de 4 800 instituteurs adjoints certifiés et de 475 professeurs d’enseignement général en 2014.

Des adaptateurs pour le passage à la TNT

« Y a t- il des questions d’actualité ? », c’est ce qu’a lâché le ministre de la communication juste après la brève parenthèse de civilités. Sans perdre de temps. Lui qui comme à l’accoutumée est chargé de répondre aux questions en rapport avec l’actualité nationale et internationale. Deux questions ont été abordées dans cette deuxième partie, le passage de la télévision analogique à la télévision numérique terrestre (TNT) avec l’échéance du 17 juin 2015 ; et le décès de Géradr Kango Ouédraogo.

Pour Alain Edouard Traoré, deux défis se présentent à notre pays qui va passer à la TNT : le défi des équipements et celui de la communication. Dans les 10 à 12 mois à venir précise t- il, 35 sites ont été identifiés sur lesquels ces équipements seront installés pour permettre une large couverture du territoire national. Des équipements très chers, reconnait- il, mais plus fiables du point de vue offre et qualité de réception. Et à ceux qui se demandent ce qu’il adviendrait de leurs postes téléviseurs il répond qu’ « un travail est en cours pour la production en quantité et en qualité d’adaptateurs bon marché ». Notamment pour ceux dont les postes téléviseurs ne sont pas compatibles avec les nouvelles exigences techniques. « Ça va bouleverser les habitudes, mais on gagnera en qualité et en quantité » ajoute t- il. Autrement dit, les téléspectateurs auront plus de chaînes gratuites et une qualité d’image impeccable. Pour stopper l’afflux des postes téléviseurs non conformes sur la sous région, un règlement de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest en interdirait déjà l’exportation.

Une seule phrase du ministre de la communication pour qualifier Gérard Kango Ouédraogo, arraché à l’affection des siens le 1er juillet dernier : « L’histoire du Burkina se confond parfois avec l’histoire de sa vie ».

Samuel Somda

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 juillet 2014 à 06:21
    En réponse à : Point de presse du Gouvernement : Le bilan scolaire et la TNT au programme

    madame nous ne sommes pas content de vous. ou sont nos fiches de preparation ? et notre statu particule...rien n’a marcher dans ttoutes vos promesses.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juillet 2014 à 15:03
    En réponse à : Point de presse du Gouvernement : Le bilan scolaire et la TNT au programme

    Oui madame le ministre vous centralisez les statistiques pour faire le point devant la presse et même que vous vous donnez la mention très honorable pour dire que tout va bien au MENA, mais n’oubliez pas de donner la mention de reconnaissance envers les enseignants qui sont à la base de tous ces succès et qui travaillent dans des conditions justement pas très honorables.Mention d’encouragement aussi aux élèves sous les paillottes pas honorables pour notre système éducatif et qui ont été à la hauteur des épreuves. On ne vous voit qu’à Ouaga et ses environs alors qu’il y’a 13 régions que couvre le MENA.Il ya des écoles inaccessibles avec des véhicules 4 roues mais les enseignants sont là avec leurs 2 roues dans des conditions difficiles mais y travaillent non pas pour l’argent mais par conscience professionnelle malgré les critiques en leur endroit. Allez les encourager de votre présence physique voici une de vos priorités aussi.Rattachement de préscolaire au post...d’accord mais l’environnement viable et honorable des enseignants et des élèves d’abord. Je ne suis pas enseignant mais j’ai travaillé dans des localités avec eux et j’en témoigne.Le MENA est l’un des départements qui exige la sortie des ministres sur le terrain pratique.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés