Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Résolution de conflits électoraux : des acteurs politiques outillés sur les textes régissant les élections

Accueil > Actualités > Politique • • jeudi 26 juin 2014 à 00h42min
Résolution de conflits électoraux : des acteurs politiques outillés sur les textes régissant les élections

Débutée le 17 juin, la première phase de la formation des représentants de partis politiques sur la résolution de conflits électoraux s’est achevée le vendredi 20 juin dernier par une remise d’attestations. Pour l’occasion, Abdoul Karim Sango a reçu le parchemin qui fait de lui un formateur attitré de BRIDGE.

Au total 26 personnes issues de 13 partis politiques ont pris part à cette formation. Initiée par le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), elle avait pour objectif de doter les différents partis de gens à même à les aider à résoudre les conflits électoraux.

Pour cela, ils ont dressé une cartographie des risques, revisité les textes régissant les consultations électorales au Burkina et la nécessité pour les acteurs de se référer aux institutions habilitées lorsqu’il y a des différends.

La formation a été assurée par Abdoul Karim Sango du Burkina Faso et Moumouni Soumano du Mali. « Pendant les 4 jours, les participants ont fait montre d’une envie d’apprendre sur le sujet que nous avons traité sur la résolution des litiges électoraux. Ils ont été assidus, ponctuels et la formation s’est passée dans un climat empreint de beaucoup de courtoisie. Car qu’on soit de la majorité ou de l’opposition, l’objectif commun est de voir la démocratie grandir », a indiqué Abdoul Karim Sango qui a été fait, tout comme son acolyte, Moumouni Soumano, formateur confirmé de BRIDGE.

Un engagement à œuvrer pour la paix au Burkina

Au nombre de 26, les participants venaient de 13 formations politiques. A l’issu de la session, ils se sont dits prêts à aider leurs partis à résoudre les conflits liées aux consultations électorales. « Au cours des 4 jours, nous avons appris à résoudre les litiges électoraux. Nous avons aussi appris la cartographie des litiges électoraux. Nous pourrons donc contribuer, au sein de nos partis politiques respectifs, pour que les élections se déroulent dans de bonnes conditions et que les résultats soient acceptés », a laissé entendre Eric Zongo de l’Union pour le changement et le progrès (UPC). De façon concrète, il s’agit pour Seydou Zagré du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) de « s’accrocher au cadre légal de l’organisation des élections. Et s’il y a des recours, il faut que chacun comprenne qu’une fois que les parties se présentent devant le juge, la décision de ce dernier est sacrée et que tout le monde doit se plier à cela.

Si chacun doit prendre l’indépendance face à la décision de justice lors de processus électoraux, ce sera la porte ouverte à toutes les dérives ». Convaincus, comme l’a souligné Mariam Konaté du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), « qu’en dehors des divergences politiques, nous ne devons pas oublier que nous sommes tous du même pays et que nous devons travailler à la préservation de la paix et de la stabilité du Burkina Faso », les participants ont réaffirmé leur engagement à œuvrer pour le maintien de la paix en apportant leur expertise à leurs partis respectifs.

La seconde phase de cette formation aura lieu du 1er au 4 juillet 2014 dans les locaux du CGD à Ouagadougou.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
Gestion 2017 du gouvernement : Une « dégradation des indicateurs » dans la gestion financière et comptable
Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Des missions d’explication dans 38 pays
Marche du 29 novembre 2018 : Paul Kaba Thiéba charge les organisateurs
CHRONIQUE DU GOUVERNEMENT : Pour un secteur plus compétitif et plus professionnel
Vie politique nationale : L’Alternance patriotique panafricaine (APP/Burkindi) a effectué sa première rentrée politique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés