Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

lundi 5 mai 2014 à 01h12min

Des affrontements entre populations ont eu lieu le samedi 26 avril 2014 dans la commune rurale de Mané, province du Sanmatenga. Le bilan de ce drame a fait un mort et deux blessés. En vue d’évaluer la situation et de témoigner la compassion du gouvernement aux familles, le ministre de l’Administration territoriale et de la Sécurité, Dr Jérôme Bougouma s’est rendu à Mané ce vendredi 02 mai 2014.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

Le ministre de l’Administration territoriale et de la Sécurité (MATS), Dr Jérôme Bougouma a effectué le déplacement de Mané ce 02 mai 2014 au nom du gouvernement. L’émissaire de l’exécutif a pu discuter avec les personnes ressources de la commune et les familles affectées. A Silmidougou, village situé à 9 km de Mané, il a eu un échange avec le chef de la localité, Naba Simbdo. « Je suis venu vous encourager et vous dire que l’Etat sera à vos côtés pour un retour de la paix  », a signifié le ministre Bougouma. Il a profité demander le concours du chef pour l’apaisement des cœurs. En retour, Naba Simbdo a exprimé au visiteurs a disponibilité à accompagner le gouvernement afin que le calme revienne à Mané. L’autre étape du séjour du MATS dans la commune de Mané a été la rencontre avec les familles affectées, toutes relogées à l’Action sociale. Le Dr Jérôme Bougouma a présenté les condoléances du gouvernement à la famille du disparu, souhaité prompt rétablissement aux blessés et rassuré ses interlocuteurs que les auteurs seront recherchés et mis à la disposition de la justice. Les sinistrés (plus de 114 personnes d’au moins 17 ménages) ont saisi de l’occasion pour demander au ministre de meilleures conditions de vies et surtout de logement. Séance tenante, instructions ont été données, pour que des tentes soient dressées.

La dernière étape des rencontres, a été l’échange direct avec la population. En langue nationale mooré, le ministre en charge de la sécurité a livré aux centaines de personnes un message de paix, de dialogue et d’apaisement. Une rencontre qui n’est pas allée à son terme compte tenu de la situation encore tendue. Et le ministre s’en explique : « Vu la configuration de la rencontre, nous nous attendions à avoir une délégation. Vous avez vu qu’il y avait des centaines de personnes. Avec une foule c’est difficile de discuter. Et leurs problèmes aussi, ils l’ont soulevé ; ils disent que tant qu’on ne règle pas le problème de bétail, on ne peut pas discuter. Donc, dans ces conditions là, il vaut mieux régler les problèmes concrets, et permettre aux cœurs de s’apaiser pour que les fils du dialogue se renouent progressivement  ». A l’issue d’une journée passée dans la commune de Mané, le Dr Jérôme Bougouma a reconnu que la situation est toujours tendue. «  La situation est encore difficile. Mais nous avons pu nous rendre compte également que ce n’est pas une question de conflit communautaire.

Il ya un problème concret de vol de bétail. C’est autour de ce problème là, que se sont cristallisés toutes les frustrations et les récriminations. L’Etat va prendre toutes les dispositions nécessaires pour renforcer la sécurité », a expliqué le MATS. Il a promis de renforcer la sécurité à travers l’envoi d’une compagnie de CRS pour appuyer la gendarmerie, et de voir avec la justice comment rendre le dispositif plus fluide. «  Parce qu’il y a des gens qui se plaignent que depuis 10 ans, ils sont victimes de vols de bétail et que l’Etat ne fait rien. Donc, ce sont ces problèmes là que nous allons régler. Et nous reviendrons plus tard lorsque les cœurs se seront apaisés pour encore discuter, pour faire en sorte le vivre prévale quelqu’en soit les difficultés », a promis Jérôme Bougouma.

La Direction de la Communication et de la Presse Ministérielle du MATS

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 mai 2014 à 14:39, par beti
    En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

    JE SUIS VRAIMENT RÉVOLTÉ CONTRE CETTE ATTITUDE .POURQUOI IL NE SE PASSE PAS UN SEMESTRE SANS QU’ON NE MASSACRE PAS DES PEULS. PAS SI LONGTEMPS DANS L’OUBRITENGA.CES PEUPLES ONT TOUJOURS ACEILLI DES MIGRANTS DANS LEUR TERROIR JUSQU’A LEUR INTEGRATION VOIR CAS DU SOUM LE PLUS PALPABLE CAR UN MOSSI EST PRESIDENT DU CONSEIL REGENAL DU SAHEL SOUS D’AUTRES TROPIQUES CELA RELEVE DE L’IMPOSIBLE. ALORS NOUS EXGEONS DES AUTRES RESPECT ET CONSIDERATION.LE JEU A ASSEZ DURE ET LA PROCHAINE FOIS NOUS ALLONS AUSSI NOUS DEFENDRE AVEC LA DERNIERE ENERGIE CELA N’EST PAS UN CRI DE QUERRE MAIS POUR APPELER LES AUTORITES A PRENDRE LEURS RESPONSABILITE CAR LA FAUTE VIENT DE LEUR LAXISME.MERCI DE LESSER PASSER CE MESAGE

    Répondre à ce message

    • Le 3 mai 2014 à 17:32, par sans rancune
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      BETI on déplore cette situation, mais je te fais savoir que le Président du conseil régional du Sahel n’est pas un mossi. Il est né et grandi dans un village qui s’appelle BOUGUE de la commune de Pobé mengao qui est l’un des département de la province de Soum.C’est un Foulcé aussi appellé Koromba.Le Soum est composé en majorité de Peuls et de Foulcé.C’est pour dire que tes propos ne sont pas fondé.Le Président du conseil régional n’est pas un étranger selon tes écrits. Si tu es du sahel comme moi, approche toi un peu des historiens.Je suis moi même Foulcé ressortissant de Bougué.Même village que l’ancien Ministre Laya Sawadogo.J’ai l’impression que tu es raciste, si c’est vrai ce que j’ai dit, quitte dans ça.Il ya bcp d’exemple malheureux.sans rancune.

      Répondre à ce message

      • Le 3 mai 2014 à 20:07, par Freud
        En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

        C’est sans rancune que je vais demender à Mr "sans rancune" de vérifier dans tout le sahel combien de Maires de commune ou autres responsabilités sont occupés par des Mossi ? Vous allez à partir de ce moment comprendre de quoi parle Beti.

        Répondre à ce message

        • Le 10 mai 2014 à 20:41, par Madame la directrice
          En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

          Mon frère, ne transforme pas ce problème à un problème d’ethnie, reconnaissons qu il y’a un problème réel de terre et de bétail qui existe entre autochtones et les migrants que l’état doit se dépêcher de résoudre ce n’est pas parce que ce sont les peuls qui sont victimes, non, n’allez pas "ethniciser" aujourd’hui ce sont les peuls demain ça peut être les gourounsis ou les bissa...
          De grâce si vous voulez intervenir, allez dans le sens de la paix ; n’envenimez pas.

          Répondre à ce message

    • Le 3 mai 2014 à 21:58, par Justin
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      J’aimerais profiter de l’occasion pour dire à Tout les forumistes de faire attention car LA PAIX EST PAS UNE PAROLE MAIS UN COMPORTEMENT. Que l’on soit de majorité ou de l’opposition on doit soutenir de telles actions du gouvernement visant à rétablir la paix et surtout rejeter les discours belliqueux tels que ceux de Salif Dialo prônant la haine, la violence et voir même la guerre. Dire « que nous prendrons le pouvoir par la force » est pas acceptable dans notre Burkina d’aujourd’hui…

      Répondre à ce message

      • Le 5 mai 2014 à 17:31, par Banguem wong .
        En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

        S’il vous plait ne soyez pas à hors sujet ; ici on ne parle pas de politique ni de partis ! On parle de la paix , du drame à Mané ! Donc si vous n’avez rien a dire taisez vous s’il vous plait !
        MERCI +++ AU MINISTRE BOUGMA POUR CET ACTE NOBLE A L’EGARD DE LA POPULATION DE MANE. Soyons des artisans de PAIX CAR notre pays à l’instant à besoin de nous !!!

        Répondre à ce message

        • Le 6 mai 2014 à 11:11, par Max
          En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

          L’opposition qui n’est pas encore aux affaires, ne saurait être comptable des conséquences de l’impunité ! L’impunité nous mène tout droit à l’auto-justice ! Que l’exécutif laisse alors la justice faire son travail !

          Répondre à ce message

        • Le 6 mai 2014 à 18:25, par Justin
          En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

          J’ai poussé la réflexion un peu plus loin en me demandant comment pallier à ce problème, c’est pour cela tu as pas compris mon commentaire. Et je me dois de constater que certains politiciens alimentent ce phénomène plutôt que de le combattre. REFLECHIT UN PEU ET DEMANDE TOI, SI LE DISCOUR BELLIQUEUX DE SALIF APPELANT A LA PRISE DE POUVOIR PAR LA FORCE, n’alimente pas un peu ce phénomène. En tant que si citoyen lambda comment dois-je comprendre cela ?? Si ce n’est que l’on obtient tout ce que l’on veut que par la force.

          Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 15:15, par echo
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      ’est déplorable dès lors qu’il y a mort d’homme mais il faut être clair, cette affaire à ses fondements depuis plus d’une décennie. L’administration le sait très bien. et je crois savoir que c’est pas la première fois que cette situation pareille se produise dans cette même localité. La cause de cette dernière affaie : accumulation d’injustice. Comment comprendre qu’un paysan porte plainte au commissariat et qu’on lui dise que le prévenu en question fait l’objet de recherche et par incapacité du commissariat, il revient à ce paysan d’aller appréhender l’accusé. Ou encore, des personnes accusées de vol de bétail( généralement des Peuhl), une fois au commissariat sont libérées juste après paiement de sommes d’argent, qui généralement ne vont pas dans les caisses de l’Etat, mais dans les poches "d’autorités" de fait qui se prennent pour des dieux du département( exemple le Naaba Saaga). voici une personne qui, d’ailleurs n’est pas le chef de Mané mais se donne tous les pouvoirs en étant corrompu. Dans cette localité(mané), les agriculteurs après les semences en période hivernale doivent élire domicile dans leurs champs car le bétail de leur frère Peuhl errent de jour comme de nuit. Toute plainte de l’agriculteur est à 99% sans effet car le prix d’un bœuf de la part du Peuhl est largement suffisant pour corrompre l’autorité légale chargée de régler légalement la question. J’invite les autorités à échanger sans complaisance avec les populations et de régler ces questions une bonne fois pour toute.

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 16:27, par Tifis
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Ce que vous soutenez est très regrettable et très ségrégationniste et je pense qu’on ne doit pas tenir ces genres de propos dans la société surtout pas ceux qui sont bien posé pour le comprendre. On doit apprendre à cohabiter ensemble sinon nous allons tous périr. Mais choisir une communauté ou un ethnie pour responsable ou pour victime est grave pour tous.

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 21:27, par gros bras mince
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Je ne s’aurait débuter ce écrit sans au préalable présenter mes sincères condoléances a la famille.En plus de ce que le gouvernement entreprend comme acte de réconciliation que je tien a féliciter de passage chaque Burkinabé doit savoir patience garder et faire appelle aux autorités en cas de mal entende dans une quelconque localité.Ça va beaucoup faciliter la tache au gouvernement et ainsi diminuer d’un coup les conflits.Pour dire que c’est sans sens profond qu’a chaque fois que le gouvernement il a eu déjà des affrontement et même souvent des morts.

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 21:35, par entre juge et parti
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Le gouvernement fait bien d’être là a tout moment pour essayer d’apaiser les esprits des uns et des autres en cas de conflit.Mais il serait encore mieux que le peuple lui même comprenne que la guerre n’a jamais apporter quelque chose de vraiment bien pour un pays et il faut savoir raison garder et ne pas se faire justice soi même car c’est dans cette logique qu’on y arrivera vraiment a porter haut le flambeau du Burkina hors de nos frontières.

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 21:40, par sans fetiche
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Il faut arriver a mettre dans la tête des uns et des autres que cultivateurs et éleveurs ne font qu’un.C’est donc cruciale que cela cesse car a chaque fois qu’il y’a conflit on peut directement deviner qu’il s’agi de ces deux groupes.Il est donc temps que les gens comprennent que la guerre n’a pas d’importance et que c’est ensemble main dans la main que nous pourrions construire un avenir meilleur pour notre cher patrie.

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 21:46, par tchien chè
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      C’est un conflit qui trouve un non sens dans la mesure ou on se rend compte que cultivateurs et éleveurs ne font qu’un,il s’agi d’une même famille qui sont sensé se comprendre mais malheureusement on assiste toujours a ces même conflits chaque année.Il est temps que les autorité arrivent a raisonné ces gens enfin d’éviter ces genres de conflits dans l’avenir.

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 21:51, par tchien chè
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Des affrontements qui n’ont pas lieu d’être et pourtant chaque année on ne fait qu’assister a ces genres de conflits.Il est temps qu’ils prennent conscience(cultivateurs et éleveurs)que le savoir vivre ensemble est une vertu que chaque personne doit cultiver en son sein pour qu’on puisse tendre vers un développement durable.

      Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2014 à 14:45, par salif dialo
    En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

    merci monsieur le ministre pour cet acte de bon père et de vrai responsable d un pays ,vous vaincrez la discorde entre les fils du pays des hommes intègres ,vive le gouvernement

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2014 à 15:01
    En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

    On ne peut plus vivre en paix dans son propre pays ? Ces conflits deviennent de plus en plus récurrents et il faudrait une attention particulière de la part de l’Etat dirigeant pour les contenir. cette action pourra être rélayée par les partis politiques, la société civile, les religieux etc. Notre quête de développement ne nous mènera nulle part si ces conflits ne cessent.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2014 à 15:01, par N’dief
    En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

    Le communiqué est trés laconique mai a ce que jai retenu il ya eu absence d justice sur d problem d vol qui perdure dp8 10 ans et ce problem es la goutte d’eau qui a fai deborde le vase. Nous sommes dans une situation ou le le manq d confience a la justice pousse l burkinabé a se rendr justice l’heur est plus que grave car par tels agissement nous risquons de scier la branche sur laquelle est assise la nation burkinabé

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2014 à 16:13, par Jallel
    En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

    depuis Gogo c’est toujours la meme chanson.on tue des etres humains,brule des maisons et stocks alimentaires et c’est toujours la même musique pardonné pendant qu’il y a déjà des centaines de victimes sur tout le territoire : des réfugiés chez eux.juste pr récupérer des terres fertilisées par leur bétail. ATTENTION LES LIEVRES MALMENES FINISSENT PAR MORDRE !ATTENTION CES EXACTIONS FINIRONT PAR CR2ER LA REVOLTE DANS LES REGIONS OU LES PEULS SONT MAJORITAIRES !!!!ET VOUS APPELER CELA LA PAIX ? EN QUOI CES FEMMES ET ENFANTS DOIVENT-ILS PAYER POUR UN INCONNU.EN QUOI 1 FAIT DE QUELQUES PERSONNES(MEME AVEC DES PREUCES)TOUTES UN COMMUNAUTÉS DOIT ELLE PAYER. CA SUFFIT

    Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 13:08, par Wéli
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Sincèrement trop c’est trop,il est grand temps que nos autorités prennent à bras le corps ce problème qui devient de plus en plus répandu comme un effet de mode. Ces agriculteurs qui se donnent le droit de vie sur d’autres humains,aussi fautifs soient -ils, au nom de quel principe un être humain ôte-il la vie à son prochain ? Ces éleveurs ne sont-ils pas de burkinabé ? n’ont -ils pas le droit de memer leur activités au Burkina ? Leurs activités sont -elles illégales ? ne contribuent-elles pas au développement de ce pays ?
      Et tous ces crimes se reproduisent chaque année au vu et au su de tous, peut-être que nous attendons que tous les éleveurs soient exterminés avant de réagir. Le fait d’aller présenter ses condoléances est une bonne chose mais la meilleure chose serait de trouver une solution définitive à ce problème car dans ce genre de situation 1+1=10 et non 2.

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 15:22, par Wéli
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Sincèrement trop c’est trop,il est grand temps que nos autorités prennent à bras le corps ce problème qui devient de plus en plus répandu comme un effet de mode. Ces agriculteurs qui se donnent le droit de vie sur d’autres humains,aussi fautifs soient -ils, au nom de quel principe un être humain ôte-il la vie à son prochain ? Ces éleveurs ne sont-ils pas de burkinabé ? n’ont -ils pas le droit de memer leur activités au Burkina ? Leurs activités sont -elles illégales ? ne contribuent-elles pas au développement de ce pays ?
      Et tous ces crimes se reproduisent chaque année au vu et au su de tous, peut-être que nous attendons que tous les éleveurs soient exterminés avant de réagir. Le fait d’aller présenter ses condoléances est une bonne chose mais la meilleure chose serait de trouver une solution définitive à ce problème car dans ce genre de situation 1+1=10 et non 2.

      Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2014 à 17:25, par minimzanga
    En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

    Trop c’est trop. C’est à cause des champs que les peuls ont été chassés. Mais pour plus de justice il faut que madame le gouverneur empêche les mossi d’occuper les terres que les victimes ont abandonné. Cela pour permettre la reconstruction de leur village. Si rien n’est fait tout de suite, ce sera fini pour ces populations peulh qui vont errer sans terre. Ce qui peut les pousser à migrer vers d’autres pays.

    Répondre à ce message

    • Le 4 mai 2014 à 03:01, par professeur
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Ces problèmes deviennent de plus en plus récurrents. Pour les minimiser,il faut que la justice nous redonne confiance.Lorsque les voleurs de bétail sont appréhendés et conduits devant les juges, la plupart du temps ils ne sont pas punis et reviennent narguer les victimes est les agents de sécurité,mettent leur vie en danger.Je sais de quoi je parle et les cas foisonnent.Les victime dans cette situation se rendent justice par la violence,la sécurité humiliée abandonne.

      Répondre à ce message

      • Le 5 mai 2014 à 13:13
        En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

        Tu as raison mon frère ! tout cela est du au fait que les gens n’ont plus confiance en la justice et ont donc de plus en plus tendance à se faire justice ! Un vol de bétail se signale à la police qui enquête, arrête les coupables, qui sont jugés et condamnés ! Mais ça c’est dans un pays à la machine judiciaire bien fonctionnelle. Ce qui n’est pas le cas du Burkina

        Répondre à ce message

    • Le 4 mai 2014 à 11:03, par citoyen lambda
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Mon frère, lisez bien linfo.ce nes pa 1 affair d terre.ces 1 dfaillanc d ladministraton public : dpui 10 ans,des voleurs d betail arretés et relachés, parfoi mm aprè condanation dvan l TGI.si l MATS na pa trop parlé d la repression ces parce q l’administration en es qlq peu melé par 1 qlconq defaillanc.san rancune.

      Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2014 à 09:37, par RESPECT
    En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

    "le problème est que mes esclaves singes ne veulent plus rester en fond brousse qui d’ailleur disparait,donc ils viennent au bord des villages".En fait je ne connais pas le fond du problème mais je pense que la responsabilité est de la gouvernance.le gouvernement caresse les problèmes serieux.sinon la justice fait son travail et si une partie s’en tète,la CRS fait son travail point.

    Répondre à ce message

    • Le 4 mai 2014 à 14:21, par beti
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      SANS RANCUNE DITE MOI UNE CHOSE DEPUIS QUAND UN SAWADOGO EST FULCE DONT C’EST UNE COPIE NON CONFORME JE SUIS DU SOUM ET JE SAIS DE QUOI JE PARLE.RIEN QUE L’ANNÉE PASSEE VOTRE GOUROU KINDO ADAMA QUI A IMPOSE TOUT AU SOUM DEPUIS QU’IL PUISSANT AVEC LA BENEDICTION DES AUTORITÉS LOCALES A FAIT DÉGUERPIR DES PEULS SUR LEUR TERROIR A NIANGUEL POUR QUE SES PARENTS FASENT DES CHAMPS JE SAIS QUE TU REFUSE DE VOIR LES CHOSES .UN PEUL MILE ANS EN PAYS MOAGA NE SERA JAMAIS RESPONSABLES D’UNE COLLECTIVITE NI DETINIR UN SON PROPRE ESPACE DE PRODUCTION.MAIS SOYEZ RASSURES NOUS ALLONS TOUT REGLER SI NOUS SENTONS LA NÉCESSITE C’EST QUESTION DE TEMPS.

      Répondre à ce message

    • Le 4 mai 2014 à 17:30, par Poullonea
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      La pression demographique commence a faire son effet au BF..Les cultivateurs veulent plus de terre pour cultiver, et les seules terres disponibles sont les paturages...

      Les eleveurs doivent se rendre a l’evidence que l elevage a l’ancienne est revolue..et qu’il faut acquerir des terres par achat, etc..

      Nous serons tres bientot a la croiser des chemins et le spectre du genocide rwandais devrait etre a l’esprit de nos dirigeants...

      je suis convaincu que si rien n’est fait, il y aura un bain de sang....

      Peuls du BF reveillez-vous et faites vous entendre....

      Pour la VIE en avant...!

      Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2014 à 16:31, par encore et encore
    En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

    encor un mort et deux blessés( kel ke soit la communauté).
    vous ferai mieux que quitte vos coup de blef mediatique Mr le Ministre et prendre ca au serieux .
    eh deh. D’accord !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 08:01, par Anita Manour
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Nous avons assez souffert comme ça. Sil vous plait, peuple du Burkina, depuis l’esclavage, à la colonisation et au néocolonialisme (une autre forme de terrorisme) aujourd’hui n’avez -vous pas encore pris conscience ? (Pour les plus éclairés bien sûr.) Aujourd’hui, c’est des conflits entre agriculteurs et éleveurs qui est à l’ordre du jour. Et demain alors ? Quelles sortes de problèmes va t-on soulever ?Pourquoi devrions-nous être divisés du faite de notre appartenance ethnique ? Il y en a, dont leur quotidien est de dénigrer d’autres ethnies. Ces problèmes récurrents entre agriculteurs et éleveurs viennent rappeler une fois de plus que nous devons faire très attention aux mots, aux actes que nous posons quotidiennement.A mon avis, s’il y avait eu un véritable dialogue ce problème n’aboutira pas à un mort d’homme. Nous souffrons déjà pour nous nourrir, nous soigner etc. S’il vous pait notre Burkina n’a pas besoin de ça. Combattons surtout les paroles de va -en guerre.Mon Burkina ne sera jamais un Rwanda de 1994.

      Répondre à ce message

      • Le 5 mai 2014 à 18:25, par Atito
        En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

        Le problème n’est pas ethnique je ne crois pas que les burkinabé soient arrivé à cela, les ethnies cohabitent assez bien je trouve. A mon avis c’est un problème de ventre. Les agriculteurs ont besoin de plus de terre cultivable alors que la terre cultivable devient de plus en plus rare le reste étant réserver soit aux pâturages soit aux espaces verts. C’est ça la cause du problème.

        Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 08:05, par filsdelocalité
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      C’est déplorable dès lors qu’il y a mort d’homme mais il faut être clair, cette affaire à ses fondements depuis plus d’une décennie. L’administration le sait très bien. et je crois savoir que c’est pas la première fois que cette situation pareille se produise dans cette même localité.
      La cause de cette dernière affaie : accumulation d’injustice.
      Comment comprendre qu’un paysan porte plainte au commissariat et qu’on lui dise que le prévenu en question fait l’objet de recherche et par incapacité du commissariat, il revient à ce paysan d’aller appréhender l’accusé. Ou encore, des personnes accusées de vol de bétail( généralement des Peuhl), une fois au commissariat sont libérées juste après paiement de sommes d’argent, qui généralement ne vont pas dans les caisses de l’Etat, mais dans les poches "d’autorités" de fait qui se prennent pour des dieux du département( exemple le Naaba Saaga). voici une personne qui, d’ailleurs n’est pas le chef de Mané mais se donne tous les pouvoirs en étant corrompu.
      Dans cette localité(mané), les agriculteurs après les semences en période hivernale doivent élire domicile dans leurs champs car le bétail de leur frère Peuhl errent de jour comme de nuit. Toute plainte de l’agriculteur est à 99% sans effet car le prix d’un bœuf de la part du Peuhl est largement suffisant pour corrompre l’autorité légale chargée de régler légalement la question.
      J’invite les autorités à échanger sans complaisance avec les populations et de régler ces questions une bonne fois pour toute.

      Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2014 à 07:12, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

    - MINIMZANGA, je te félicite pour cette proposition. Tu es béni de Dieu ! En effet, les barbares agriculteurs brûlent les campements peuls, tuent les humains et les animaux juste pour occuper leurs terres. Il faut donc que l’autorité mette sous ambargo toute terre retirée de cette manière par les agriculteurs assassins. Que se passe-t-il en réalité ? Les peuls viennent avec leurs troupeaux, demandent la terre et s’installent. Avec le temps, leurs troupeaux enrichissent le sol avec le fumier. Les peuls font de petits champs juste pour avoir à manger toute la saison. Avec le fumier, les peuls font de très bons rendements. Les agriculteurs deviennent jaloux. Ils commencent la provocation. Le premier acte qu’ils posent est de cultiver jusqu’aux abords des campements peuls. Ils étouffent ainsi les campements de telle sorte que sortir avec les animaux pour le pâturage devient quasi-impossible sans dégâts sur les cultures des agriculteurs-provocateurs-barbares. Ainsi, le moindre petit dégât devient une occasion pour tuer et boucaner du peul, incendier leurs campements. Donc la proposition de MINIMZANGA est lumineuse car l’objectif est de dégager les peuls et occuper leurs champs et profiter quelques années de leurs fumiers. Il faut donc que l’autorité mette sous ambargo les terres retirées de cette manière par les agriculteurs-barbares-assassins.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 12:57, par logic
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Si ta théorie était correcte alors les peuls n’auront jamais besoin de se déplacer car leurs bétails produisent du fumier qui enrichient les sols. Pourquoi les peuls se déplacent toujours en quete de bonnes paturages ? c’est parce que les animaux degradent la terre et une fois la terrre deprouvue de sa richesse, les peuls sont obligés de se deplacer.

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 14:06, par malagda
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Koro yamyele. Tu as tout dit. Il arrive que des peuls fendent la brousse pour s’installer à un moment où il n’y a pas âme qui vive dans cette brousse. Un beau jour ils voient arriver une autre ethnie qui revendique le coin et les chasse. Sommes nous des parias ? Si un peul à volé qu’il soit puni. Pourquoi s’en prendre à toute sa communauté ?

      Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2014 à 07:14, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

    - Attention messieurs les autorités !!!! En Centrafrique, il y a actuellement une rebellion peule qui fracasse tout !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2014 à 08:33, par tchourabiè
    En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

    vous voyez Monsieur le Ministre, le peu de temps que vous avez fait avec ces populations vous permet de comprendre que être chef de circonscription administrative n’est chose aisée. on dort mal, on respire mal, on est mal traité, on est en insécurité... pour résoudre ces problèmes je pense qu’il faut plus de formations de recyclages pour les chefs de circonscriptions administratives et aux juges.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2014 à 11:57, par KPZ
    En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

    Je m’incline devant la memoire du disparu. Je remercie vivement le Gouvernment et le Gouvernorat ainsi que la mairie pour la promptitude de leur action.
    Merci à la prefecture de Mané pour avoir soulevé le danger qui planait dans localité et demander que des actions soient pour eviter ce qui est justement advenu. Le Gouvernement a du reagir a titre preventif à une autre situation proche de cette localité et a justement pu eviter ce qui est arrivé. Chapeau bas !!!

    Merci egalement a tous ceux qui, par leurs actes et leurs discours contribuent à apaiser la situation.

    Pour cette situation precise, les autorités ont fait une bonne lecture des causes qui remontent à bien longtemps.

    L’on se souvient que dans la meme localité les populations s etaient resolues à constituer leur propore force de police avec laquelle ils collaboraient directement avec la gendarmerie de Kaya au lieu de s en referer a la police locale.

    Pour juguler le phenomene il serait judicieux d’installer une brigade de gendarmerie qui a le double avantage de renforcer la securité des personnes et des biens mais egalement de meme que la confiance des populations au systeme judiciaire au lieu de se rendre justice soit meme.

    Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 13:19, par ozèkiènè
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      c’est quoi le rôle de l’etat ? qu’est ce que font les députés de ces provinces pour prévenir ce genre de drame ? vivement la révolution.

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 16:50, par raogo
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Les agents de sécurités doivent prendre les choses aux sérieux dès qu’ils ont l’information de conflits entre agriculteurs et éleveurs ou autres. ils doivent immédiatement interpeler pour commencer à apaiser les situations avant que ça s’envenime ( Les situations)

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 18:46, par arrête les mensonges
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      il fo pas aimé mentir c est parce que la police n aime pas les pub si le bon dieu va dcorè .....................

      la police ou rien

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 19:18, par SOLDIER
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      ce sont les signes du déclin.chaque fois,on tue des gens et point de justice.il y aura vengence 1 jour tot ou tard.

      Répondre à ce message

    • Le 6 mai 2014 à 17:55, par le cousin du peulh
      En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

      Avant tout propos, je precise que c’est la première fois que j’interviens dans le forum. Le sujet est tellement sensible et il ya beaucoup d’amalgame qui sont fait la dessus qu’il faut être prudent. Depuis plus au moins dix ans je lis les commentaires du Koro yamyele. Souvent meme si je ne vois pas son poste je ne lis meme pas le forum. Mais cette fois je suis complètement déçu de son commentaire, vraiement deçu. Et je me pose beaucoup de question.Voyez Koro, Monsieur le Ministre lui-meme a reconnu que c’est n’est pas un conflit communautair, et vous vous voulez forcement qu’il en soit un. Vous savez ma famille vie dans une zone(située dans la commune de Mogtédo) ou aussi on connait le même problème. Le monsieur il te vole ton bœuf ou bien même le troupeau entier(10, 20,..., 70 têtes)tu l’amène au commissariat , un, deux jours après il est libéré et il revient de narguer. Vous voyez, or il se trouve que la-bas aussi la majorité de ces voleurs sont d’ethnie peulh. Ce n’est pas de gaieté de cœur que je le dis,mais je voudrais interpeller l’opinion, le Gouvernement et surtout mon koro yamyélé sur cette triste réalité. Il faut que mes coussins changent de comportement. Dans un village tout le monde se sait comme on le dit, et quand la population n’en peut plus, c’est le cas Mané qui arrive au meilleur des cas sinon, je n’oserai pas le dire. Essayons enssembe de trouver la solution courageuse au problème en désignant le vraie coupable et en l’amenant au changement te comportement. Nous avons des mécanismes traditionnelles et modernes de gestion de ce genre de problème. Il faut en user avant qu’il ne soit...Le Burkina Faso a beaucoup de défis a relever dans le cadre de sont développement. Si à cela il faut ajouter des conflits identitaires, ah !
      Koro, des solutions, pas de prise de position sans fondement.Le cousin du peul

      Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2014 à 13:56, par PRESIDENT FONDATEUR
    En réponse à : Affrontements à Mané : Le ministre Jérôme Bougoumaaux côtés des familles

    Les symptômes du drame Rwandais sont perceptibles vu le martyr subit par cette communauté. Il est inadmissible de s’en prendre à des femmes, enfants, vieillard en détruisant tous leurs biens sous prétexte qu’un des leurs a commis un forfait. Il est grand temps pour le gouvernement de mettre un terme à cette impunité qui n’a que trop durée. SVP arrêtons les propos du genre un Mossis est maire au sahel, un peulh ne peut pas être maire en pays Mossis. Ce sont des débats d’un autre âge, le BF est une et indivisible et tout Burkinabè a le droit de s’installer ou il veut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés