Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

samedi 22 mars 2014 à 03h35min

La crise sociopolitique que traverse le Burkina Faso depuis quelque temps inquiète plus d’un. C’est fort de ce constat que le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) a organisé ce jeudi 20 mars 2014 au Splendid Hôtel, sis à l’Avenue Kwame N’Krumah, un dialogue démocratique sur le thème « Les agendas de la société civile et des partis politiques dans un régime constitutionnel en crise : rôles respectifs, problèmes prioritaires et limites de l’engagement citoyen ». Rappelons que ce dialogue survient après l’échec de la médiation autosaisie de Jean Baptiste Ouédraogo et de ses collaborateurs

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

Représentants d’institutions diplomatiques, de partis politiques, de la société civile, de la presse nationale et étrangère ont répondu présent au dialogue démocratique initié par le Centre pour la Gouvernance Démocratique, organisme non-gouvernemental de droit burkinabé qui a pour mission principale de promouvoir les principes et les processus de la démocratie ainsi que les institutions de la bonne gouvernance. Le modérateur du jour, le Pr Augustin Loada, directeur exécutif du CGD était aux côtés du Dr en sciences politiques Salifou Sangaré et de M. Adama Tiendrébéogo, Economiste statisticien. Ce dialogue, comme le fait constater le Pr Loada, se situe dans un contexte sociopolitique marqué par une forte mobilisation des partis politiques et des organisations de la société civile autour de la question de la succession du président Compaoré. Et face à cette mobilisation grandissante, il s’avère opportun de d’interpeller chaque entité sur ses rôles et ses engagements dans ce contexte de crise politique. Pour le Docteur SANGARE, la crise que traverse notre pays pourrait être une chance pour fortifier la démocratie à partir de 2015. Mais en attendant, que dire des préoccupations réelles des populations ?

Réformes sociales aux dépens de celles institutionnelles ?

Selon les résultats des enquêtes menées en 2012 par Afrobaromètre auprès de personnes en âge de voter, ici présentées par M. Adama Tiendrébéogo, le Gouvernement burkinabé devrait s’attaquer aux problèmes prioritaires que sont : l’eau, la santé, l’insécurité alimentaire, le chômage, la pauvreté et l’exclusion sociale, les infrastructures routières, l’agriculture, le crime et l’insécurité, le salaire et les revenus, la corruption, l’électricité et enfin les prêts-crédits. Pour le Pr Loada, quoique les réformes institutionnelles soient importantes, il est plus que nécessaire de se pencher avant tout sur ces problèmes ci-dessus cités. Il y va, de façon ironique, de la survie même des institutions.

La société civile et le référendum

Le référendum et la modification de l’article 37, comme l’on pouvait s’y attendre a vivement alimenté les débats. Pour le député Mahama Sawadogo du CDP, le référendum est la voie légitime et souveraine de consultation du peuple sur la modification de l’article 37. En revanche, le Pr Luc Marius Ibriga, le Pr Loada et bien d’autres soutiennent le référendum à la condition qu’il soit « couplé avec les élections présidentielles de 2015 ». Est-ce possible ? La question reste posée. Mais en attendant, retenons avec le Pr Ibriga que « le référendum n’est légitime que s’il est socialement utile » et « la société civile doit peser de tout son poids tant que l’intérêt commun est en cause ».

Le présent dialogue s’est voulu donc inclusif et participatif, avec des acteurs politiques, de la société civile et de bien d’autres acteurs favorables à une sortie de crise honorable pour notre pays. L’espoir est toujours permis tant que le dialogue sera promu, à en croire le Directeur exécutif du CGD, le Pr Augustin Loada.

Herman Frédéric Bassolé (Stagiaire)

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 mars 2014 à 06:12, par ABDOUL NAS 1er
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Les elections couplées(presidentielle referendum)sans ou avec Blaise ?.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 06:28, par ATS
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Je reste sur ma faim en parcourant cet article :
    D’abord, le nom exact d’un des panelitses. S’agit-il de Dr Sangaré ou de Dr Dembélé (en image) ?

    Ensuite la fameuse pomme de discorde ne resort pas dans l’article à mon humble avis.

    Répondre à ce message

    • Le 22 mars 2014 à 08:02, par LeFILS
      En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

      Tout à fait ATS ; les images et le titre n’illustrent pas assez avec le contenu de l’article.On ne perçoit pas la pomme de discorde annoncée en titre. Je puis tout de même faire observer que la quasi-totalité des éminents Pr de droit constitutionnel burkinabè sont d’avis que la révision de l’article 37 n’est pas basée sur un consensus national. Auquel cas cette révision tant souhaitée par une minorité ne profite qu’au président Blaise COMPAORÉ et à ses proches. Comme l’a si bien dit Luc Marius IBRIGA, le référendum est vraiment socialement inutile.

      Répondre à ce message

      • Le 22 mars 2014 à 12:25, par tchoukroff
        En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

        Dire a un moment que le référendum est inutile serait renier tout d’abord la démocratie car elle a pour essence le référendum. Il faut que tout le monde arrête les présomption non fondé et regard le fond du problème. En effet dans le soucie de rester dans ce système capitaliste qui a été mis en place de puis les temps coloniaux la masse populaire a toujours faire ressortir que l’alternance permet de faire a chaque président de se donner a fond compte tenu du la compétions. Cependant la démocratie fait déjà allusion a sa base que le peuple a le pouvoir de décision total donc pourquoi changer quelqu’un que le peuple veut toujours garder comme son représentant.

        Répondre à ce message

      • Le 22 mars 2014 à 17:00, par LeFILS
        En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

        Décidément, je ne comprend pas du tout mon cher stagiaire : il substitue une photo par une autre sans nous dire pourquoi ; il cite un député CDP (Mahama SAWADOGO) qui n’a pas d’argument, sauf à dire que le référendum est prévu par la constitution, sachant bien que c’est seulement pour permettre à Blaise de ré beloter. Je peine à croire que le CDP n’a aucune âme sans Blaise. Ah ! quelle honte ? De toutes les façons même sans Blaise le Burkina va exister et prospérer. " DEMAIN N’EST PAS LOIN". La roue va bientôt tourner. Mais en attendant, on ne peut que donner raison à Feu Norbert ZONGO qui disait que " GÉNÉRALEMENT, TOUS LES PEUPLES DU MONDE ONT LES RÉGIMES QU’ILS MÉRITENT ". Ceux qui ont encore de la dignité doivent se libérer. Mon cher journaliste stagiaire, trouves nous un seul constitutionnaliste capable de nous convaincre sur la nécessité de la révision de l’article 37.

        Répondre à ce message

    • Le 22 mars 2014 à 10:10, par ENERIQUE
      En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

      monsieur les membres du CGD soyer plus explicite quand vous parliez d’election couplél en 2015.merci

      Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 06:57
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Et si celui qui se croit le dieu sur terre pouvait s’inspirer de l’exemple du président namibien Hifikepunye Pohamba qui vient de confirmer qu’il se retirait de la vie politique en quittant effectivement ses fonctions de chef d’État en début d’année prochaine après avoir fait 2 mandats.Pour rappel,il était élu pour la première fois le 21 mars 2005.Et ce qui est patriotique et "normal" de sa part,il a dit lors de cette conférence de presse ceci :"Nous sommes fiers que le transfert pacifique du pouvoir politique dans notre pays soit devenu une norme,plutôt que l’exception".Pourtant je suis certain que la Namibie regorge des Mahama Sawadogo,des Alain Yoda,des Yé Bognessan,des François Compaoré,des Assimi Kouanda,des Alizèta Gando et j’en passe des meilleurs,qui auraient aimé que leur champion Pohamba charcute la constitution namibienne pour que le mangement ne s’arrête pas avec seulement 10 ans de règne.Ici au Burkina,ces rapaces sont à leur 27ème année de pillage de nos ressources et ils ne sont toujours pas rassasiés puisque sans honte et comme des garibous,ils étaient prêts à quémander un lenga de 2 ans.Ayez un peu de dignité.En tout cas,cette fois-ci,le vrai peuple sera sans pitié envers vous.Terminus pour la compaorose en novembre 2015 et certainement qu’aucun patriote ne vous regrettera.La patrie ou la mort,nous vaincrons !

    Répondre à ce message

    • Le 22 mars 2014 à 09:32, par hy
      En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

      mon cher une comparaison est loin d être possible ,tu sais chaque pays a son histoire !!est chaque histoire impose certaines exigences ;alors monsieur sans doute vous le savez le besoin n est pas uniforme ,et puis vous faites bien de citer "FC AG ABY .... c est de cette même façon la NAMIBIE n a pas des ZEPH,ROCK ,ARBA ....comme opposants elle en dispose peut être en qualité ......

      Répondre à ce message

    • Le 22 mars 2014 à 10:43, par tché
      En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

      La Namibie ce n’est pas le Burkina et je te dirai s que le président namibien est un homme faible. Prenons le cas du Mali, le président ATT a déclaré plusieurs mois avant les élections qu’il n’allais pas se représenter, qu’es ce qui s’est passé ? on l’a chassé du pouvoir et le Mali est dans le chaos actuellement, qu’es ce que c’est ce que nous voulons pour notre le pays le Faso. je crois que non. donc wait en see le président sait ce qu’il fait.

      Répondre à ce message

      • Le 22 mars 2014 à 19:43
        En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

        tu dis et je te cite,le président namibien est un homme faible et sûrement tu le comparable à ton blaise compaoré. tu as peut-être raison mais je sais par avance que ton blaise compaoré n’arrive pas aux genoux de ben ali mais il est tombé. ton blaise compaoré n’arrive pas aux rotules de hosni moubarack mais il est tombé toute honte bue. ton blaise compaoré n’arrive pas aux orteils de Kadhafi mais il est tombé et se trouve sous terre quelque part dans le sahel. ces quelques exemples pour te faire comprendre que je préfère de loin des institutions fortes à la namibienne que des hommes forts qui en réalité,ne valent rien. il suffit seulement de 1000 à 5000 personnes déterminées pour faire fuir ces sinistres individus que tu crois forts.

        Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 07:02
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Soit le compte rendu est biaise ou il faut s’inquiéter de voir que la société civile qui a initié maintes pétitions que le régime a refusé d’étudier et de soumettre a référendum puisse entre ouvrir la porte a un référendum pour dire a un individu ce que la loi lui impose..

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 07:19, par Salaka
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Non seulement le peuple est contre mais aussi le temps est contre blaise et ses cdpistes, il leurs reste que 18 mois. On verra ils ne peuvent rien faire ni sénat ni referendum. Ils seront jugés à partir de 2015.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 07:26, par vérité no1 actuellement à Silver Spring
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Le référendum sur l’article 37 n’est ni socialement utile, ni légitime bien qu’il soit légal.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 07:27, par fongnon lecibal
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    c’est inquiétant,car a mon sens la société civile commence a balancer.le langage n’est pas franc,direct !mais blaise s’en ira.meme s’il faut que l’avion disparaisse avec lui

    Répondre à ce message

    • Le 22 mars 2014 à 13:17, par fidel dillo
      En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

      le pauvre s en prend toujours autre pour justifier sa pauvreté tu cris départ de Blaise ; tu auras quoi avec son départ ? des gens même ne savent pas ou mettre la tête ou ne savent pas quoi faire,se lèvent et disent de n importe quoi !!dit si quelqu un de demandait de rentrer au palais pour voir Blaise, tu peux ? alors arrête de dire ton incapacité sur les sites ,il N IRA NUL PART SI CA NE TENAIT QU A TOI nullard et c est le référendum nous attendons et pas vos cris

      Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 08:43, par povre
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Article avec un fond nul. Blaise a peur de la justice après son pouvoir c’est pourquoi il veut rester tjours au pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 09:36, par ka
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Cette analyse est floue, car je ne comprends pas la conduite de nos prestigieux agrégés de droit. L’article 37 est du béton et interdit le présidente Blaise Compaoré de se représenter pour un troisième mandat présidentiel, et ces trois juristes le savent parfaitement. Je me rappelle que le Pr. Loada avait à l’aide d’une fameuse allégorie tranché sur un article de loi de la république du Boungawa qui interdisait au président Kuku Wazabanga le droit de se représenter pour un troisième mandat. Le pr. Loada a formellement conclu que le conseil constitutionnel boungawais et ses membres devaient prendre leur responsabilité et refuser la candidature du président wazabanga. C’est le même scénario qui se passe chez nous, et ces trois juristes agrégé de droit public doivent respecter l’esprit de l’article 37 de la constitution qui interdise le président Blaise Compaoré de briguer un troisième mandat. Ce que ces trois professeurs devaient expliquer au peuple Burkinabé c’est pourquoi l’article 37 a été modifié, et bétonné et aucune modification ni un référendum ne peuvent se faire avant 2016. C’est à cause du drame de Sapouy dont le président est impliqué, et le peuple a voulu le lynché, car on ne voulait plus le voir comme président, pour apaiser la tension sociale, le mandat présidentiel qui était de 7 ans est ramené a 5 ans renouvelable une seule fois. Donc un président qui a eu ses 2 mandats doit se retirer, se reposer 5 ans et peut être revenir plus tard pour se représenter. Maintenant le président oublie le passé, et veut passer outre les prescriptions de l’article 37, et violer la limitation du mandat présidentiel rendu obligatoire par notre constitution de 1991 et reconfirmer par notre collège des sages. Referendum d’accord, mais après 2016.

    Répondre à ce message

    • Le 22 mars 2014 à 16:38, par Tapsoba®(de H)
      En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

      Mon(ma) cher(e)"ka" en quoi votre position(rien que le timing ?) diffère de celle des constitutionnalistes ? Que le référendum ait lieu en même temps que la présidentielle en 2015 ou après la présidentielle de 2015 comme vous préconisez,Blaise sera out. Dans la proposition des constitutionnalistes,la présidentielle couplée au référendum,les candidats iront aux votes avec la constitution actuelle comme référence.Or,cette constitution ne permet plus à Blaise de se présenter car ayant épuisé ses droits d éligibilité,c est à dire ses deux mandats comme le stipule l article 37.Et même en cas d adoption de la nouvelle formule qui illimiterait les mandats,elle ne s applique plus à celui qui vient de quitter le pouvoiren faveur de celui qui viendrait d être élu en même temps que le référendum ,la loi n étant pas retro-active.Cette position ne rejoint-elle pas la vôtre selon laquelle elle devrait être révisée en 2016 ,encore au moment où Blaise serait hors jeu ?

      Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 09:47, par lePEUPLE
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    belle initiative de la part du CGD.cependant ns disons que l’election couplée presidentielle et referendum sans blaise doit viser a netoyer toutes les zones d’ombres de la constitution.par exemple l’article 37 ne sera plus modifiable, retrait pur et simple du senat.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 09:53, par German
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Je ne sais pas ce que vient chercher la photo de Maître Dembélé dans cet article. Il n’apparaît nul part dans ce récit. Êtes vous vraimment sûr qu’il y était ??

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 10:12
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Ces Ibriga,Loada et consorts,à force de trop passer leur temps à bavarder sont entrain de dévier.Nous ne voulons plus des JBO avec des idées tordues si non c’est quoi encore cette proposition farfelue de couplage de nos élections présidentielles de 2015 avec un référendum ?Notre problème c’est Blaise Compaoré qui a épuisé ses nombreux mandats et cette fois-ci c’est terminé pour lui,on l’a assez vu.Point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 10:36, par Amelde
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    J’imagine que le fait que ce soit un stagiaire qui ait écrit cet article explique en partie les manquements qu’ont cité mes prédécesseurs. Faisons fi de cela et attaquons nous à l’idée de fond qui ressort : un referendum urbi et orbi pour le CDP et un referendum couplé avec la présidentielle pour la "société civile" (entre guillemets car c’est un panier à crabe cette dénomination) ?

    Il faut se rendre à l’évidence que le CDP n’a pas encore pris la mesure du ressentiment qu’ont les populations contre son système de gouvernance et la détermination qu’elles ont d’en découdre. Ce qui a marché hier (enfarinade, vol de vote, achat de conscience, ...), ne peut plus marcher ou en tout cas pas de façon systématique comme avant. Il est temps que le CDP s’en rende compte ainsi que tous les thuriféraires du régime ; bori bana.

    Quant à la "société civile" elle feint d’ignorer la vraie nature de ce régime. Ce n’est pas les arguments qui manquent pour convaincre ce régime qu’il se fourvoie. Ce régime n’écoute simplement pas les discours ou autres "intellectualismes" de salon ; ce régime ne connaît que le discours de la force. Force des armes ou force de la rue. Donc faisons économie de ces joutes intellectuelles qui ne sont que de la pure "masturbation intellectuelle". Organisons nous, réveillons nous, marchons ! Marchons sur Kossyam, marchons jusqu’à ce que Blaise Compaoré comprenne, lui et ses thuriféraires, qu’il n’y aura pas de concession sur son départ en 2015 ou avant !

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 11:34, par la deception
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    voila de très belles propositions.comme le CDP tien a son idée de referendum, alors qu’on le couple a l’élection présidentielle qui est pour bientôt d’ailleurs et une pierre deux coup et l’affaire est réglée !

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 11:54, par AFgano
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    S’il y a des gens qui embrouillent le débat avec leur thèses fumeuses c’est bien ces fameux spécialistes et agrèges de droit constitutionnel À l’heure actuelle le débat politique est focalisé sur la succession du Blaiso et non sur autres choses . Mêmes si les préoccupations sociales sont réelles ne mélangeons pas les choses

    Répondre à ce message

    • Le 22 mars 2014 à 12:46, par Le justicier
      En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

      Nos journalistes aussi ! D’abord en lisant le titre de l’article, on s’attend à voir une analyse plus intéressante que le contenu présenté. Et ensuite, les photos des panelistes : on retrouve le Loada, Ibriga et Salifou Dembélé. Si pour les deux premiers, le contenu de l’article laisse apparaître leur intervention, pour le dernier je ne vois pas de lien avec l’article !!!!! Et pire, Adama Tiendrebeogo qui intervient en tant que staticien n’a même pas sa photo dans l’affiche. Journalites, apprenez à harmoniser vos articles !!!
      Si j’en parle ici c’est parce que j’ai remarqué ces travers à maintes reprises. Lefaso.net, vous avez que vous êtes beaucoup lus et suivis !!! donc soignez vos pages s.v.p.

      Répondre à ce message

    • Le 22 mars 2014 à 13:33, par Papy
      En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

      les juristes ont tranche avec leur proposition de l’élection couple (présidentiel et referendum)en 2015 qui disqualifié du coup Blaise compaoré qui sera en fin de mandent de 2 fois X 5 ans en novembre 2015. Le débat est clôt. La CDP doit commencer à préparer leur candidat pour le présidentiel à venir.

      Répondre à ce message

    • Le 22 mars 2014 à 16:52, par femme burkinabe
      En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

      Certains font semblant de ne pas comprendre l’idee bien murie de ces eminents professeurs. On concede le referendum mais en meme temps que l’election qui se fera sans blaise ! Quelle belle idee. Merci a vous.

      Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 12:40, par dikat
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    chers amis, je crois que nous perdons notre temps à tourner autour du pot...referendum ou pas le Burkina risque de sombre.je m’explique : si ya referendum le blaiso va l’emporter (car le CDP depuis des arrivent à s’en sortir dans les fraudes électorales).L’opposition descendra dans la rue. E t tout le monde sait que le blaiso est très faible donc s’il venait à disparaitre pendant qu’il aurait gagné les élections de 2015(après le referendum), il y aura un desordre dans le pays. Car la question de qui le succèdera reviendra. Nous savons tous qu’ils sont nombreux au sein du CDP actuel, cela qui veulent le pouvoir..Si par miracle le blaiso annonce son départ de la scène politique, y aura une chasse à la sorcière.Car au Burkina nombreux sont ceux qui ont une dent contre ceux qui sont au pouvoir. Pour ma part je crois que non seulement il ne faut pas toucher à la constitution mais qu’après les élections de 2015, le parti au pouvoir et les autres partis, fassent un grand meeting ensemble.c’est cette image qui restera gravé dans la mémoire des Burkinabés. 27 ans de pouvoir c’est suffisant !!
    QUE DIEU BENISSE LE BURKINA FASO !!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 13:38
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Le Professeur Some a dit dans son article que la politique est trop serieuse pour la laisser dans les mains des seuls specialistes et politiciens. Je commence a voir l’ illustration ici. Blaise agit ici comme un enfant gate a qui on a l’ habitude de tout donner. Donc comme on voit qu’ il murmure, on ne fait pas ce qu’ on doit faire en esayant de tourner autour du pot. Pourtant, la verite, c’est qu’ il doit partir en 2015. Si les gens tiennent a leur referendum sur l’ article 37, ils peuvenmt toujours le faire apres. Mais faut meme pas qu’ il ait l’ impression qu’ on a peur de lui.Chers juristes agreges, cette proposition envoie un signal dque vous n’etes pas sur de votre position anti - modification de la constitution. La vraie bataille, c’est qu’ on ne doit pas laisser Blaise faire. La constitution ne doit pas etre toujours taillee sur mesure. Je suid decu et je veux que vous le sachiez.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 14:07, par Simane
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Pourquoi faut il dépenser des milliards pour répondre à une question aussi simple de savoir si personne d’autre que Blaise peut conduire la destiné des burkinabé. Des milliard rien que pour ca et encore des milliards pour organiser les présidentielles. Laissons la constitution tranquille et passons à autre chose.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 14:11
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Assez,on en a ,ASSEZ ,des discours ,sans fin .Soyons kucide ,REFERENDUNM POURQUOI FAIRE ?Dilapider nos maigre ressources ,alors que le peuple a faim ?NON LES BURKINABES NE VEULENT PLUS DES DISCOURS ,mais des actions concretes pour sortir les citoyens de la precarité .Chers ORATEURS pensez-vous vraiment que les burkinbes sont BÊTES ?PAS de referendum,Pas de modification de l’article 37,Pas de senat ,et enfin Pas de blaise et son cdp n’ont plus .Nous voulons L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE ET CIVILISEE ,,,,

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 16:39, par voltaique
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    18 32 33 37 38 43 44 48 49 50 51 52 59 77 78 79 80 81 84 85 86 87 90 91 94 97 98 101 103 105 107 109 111 112 115 116 120 123 126 127 133 134 137 141 142 143 150 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 C’est la liste des articles de notre constitution qui ont été modifiés (certains 2 fois) depuis la version adoptée en 1991 sans référendum. 60 articles sur un total de 173. Je ne comprends pas pourquoi le CDP veut un référendum pour remodifier un seul ou bien il y a eu un non-événement ?????

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 16:53
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    vous savez pourquoi meme le soldat le plus barboiuze est promt a mieux diriger que les civils docteurs agreges ? Ils parlent trop si bien qu’a la fin ils ne savent plus ce qu’ ils veulent. Ils fixent des objectifs tous les jours que Dieu fait. Non. On dit non a Blaise pour un enieme mandat et vous vous parler de coupler quoi avec quoi. Les populations ne doivent vraiment pas laisser dans la politique dans les mains des specialistes. Ils sont tellement forts dans la matiere en theorie qu’ ils ne voient plurs rien. Regardez par exemple combine de profs d’ universite en lettres moderns ont ecrit des romans ? Pourtant c’esr eux ils enseignent comment bien ecrire. Ce sont des un pied qui veulent enseigner a des 2 pieds comment courir. J’ ai tout compris et je n’ ;ecoute plus les agregeegegegegegeges. C’est papier longueur. C’est pas ca qui va empecher Blaise de rebelotter.

    Derrida2

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2014 à 17:52, par Un patriote
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    juste pour une demande au president du Faso,qu’il se prononce le plus rapidement possible sur sa candidature pour juste situer la population et que chacun sache comment se comporter.
    Mais qu’il sache qu’un homme de son rang politique,vu et estimé de partout doit se donner la peine pour la quiétude,paix et bon fonctionnement de sa nation.
    Nous ne sommes pas contre lui,la vie politique a des principes et regles sous les quelles le peuple gouverné et gouvernant doivent respecter.
    Blaise soit courageux et decide toi, et le bon pour ton honneur et la culture continuelle de la paix au Faso,tant aimé de partout dans le monde...
    Stp ne nous pas un sal tour,on a toujour confiance en toi.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 03:32, par SOLDIER
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    ce régime partira ou il moura.NOUS l’attendons d pied ferme et ts ceux qi se mettront au travers d notre chemin,payeront

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 20:09, par SEUF
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Vous savez mon professeur me disais :" ecouter ceux qui s’y connaissent en la matiere par là seulement vous ne risquez pas d’etre menés en bateau".
    L’intervention de ces deux professeurs est assez claire et exacte et mérite ainsi d’ etre suivie.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2014 à 23:04, par Burkinlim
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Chers Internautes, vaillant peuple du Burkina Faso,

    Je ne partage pas l’avis des Pr LOADA et IBRIGA qui veulent coupler l’élection présidentielle de 2015 avec le référendum et ce, pour les raisons suivantes :
    - Tout d’abord, pour organiser un référendum sur le fondement de l’article 149 de notre constitution, il faut que la question à soumettre au peuple soit d’intérêt national, prescrit le texte.
    Or, en l’espèce, il est indéniable que l’organisation d’un tel référendum le sera dans l’intérêt exclusif d’une seule personne qui n’est rien d’autre que le Président du Faso, lequel a seul intérêt personnel à voir rallonger son mandat présidentiel. D’ailleurs, pour organiser un tel référendum, l’article 168 de la Constitution impose qu’un débat soit orchestré à l’Assemblée Nationale et qu’à l’issue de ce débat infructueux, aucun accord n’ait été trouvé entre les députés. En l’espèce aucun débat n’a pas encore été initié à l’Assemblée Nationale de sorte que ceux qui croient que le Président Blaise COMPAORE pourrait aller directement au référendum sans passer par l’Assemblée Nationale se trompent juridiquement et politiquement. Il convient d’éviter la violation de la Constitution car cette faute politique sera impardonnable pour notre peuple.
    - Or, comme chacun le sait depuis longtemps, l’article 37 de la Constitution burkinabè interdit clairement un troisième mandat au Président Blaise COMPAORE.
    - De même, au plan international, l’article 23 alinéa 5 de la Charte Africaine prohibe tout recours à une quelconque modification de la constitution par voie parlementaire ou par voie référendaire qui aurait pour but d’empêcher l’alternance.
    - Enfin, l’article 1 C du Traité instituant la CDEAO interdit formellement le recours à toutes modifications référendaire ou législative qui aurait pour finalité d’empêcher l’alternance.
    Dès lors, d’où vient l’idée de M. le Pr LOADA ou du Pr "aux yeux gluants", Luc IBRIGA de coupler le référendum à l’élection présidentielle ? Dans ces conditions, ces prétendus éminents professeurs constitutionnaliste pourraient-ils nous enseigner si le Président Blaise COMPAORE serait-il candidat ou pas lors de ces élections couplées ?
    De leurs réponses à ces questions simples dépendra la cinglante réplique car ceux-ci sont loin d’avoir le monopole du savoir en telle matière. Chaque citoyen burkinabè défendra vaille que vaille la Constitution par tous les moyens et on n’a pas besoin d’avoir des notions de droit constitutionnelles pour savoir que l’article 37 interdit formellement la candidature du Président Blaise COMPAORE aux élections présidentielles de 2015 qu’elle soit singletones ou couplées. Il n’y a pas à tourner autour du pot.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars 2014 à 06:39, par ka
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Je suis déçu de nos juristes qui ne s’affirment pas sur L’article 37. Oublions les élections couplets qui n’a aucun sens sur le débat actuel ‘’’’’’ la modification du fameux article 37.’’’ Si les responsables du FEDAP/BC et du CDP pouvaient se tourner et voir l’alternance du Ghana, du Sénégal, de la Cote d’Ivoire, et quelques pays d’Europe, ils auront pitié du peuple Burkinabé. Pour dire au présidente Blaise Compaoré, son frère François, et les responsables du CDP qu’il est temps que chacun d’entre eux se regarde dans un miroir de sa propre conscience, et libérez le peuple Burkinabé assoiffé d’alternance. Mr. Compaoré et son équipe, ‘’’’trop c’est trop’’’’ corruption à ciel ouvert, tord morale, injustice, l’impunité, manipulation, j’en passe, des faux demandes de pardon et des faux regrets comme ce jour du 30 mars au stade du 4 août devant près de 30.000 personnes civils et religieux, un président qui dit avoir des regrets, pour avoir assassiner surtout pour les 176 personnes tués politiquement et 106 autres crimes depuis l’Independence, ce jour-là vous aviez oublié de cité les militaires tués au camp de koudougou une centaine d’après les ont dit. Mr. le président Compaoré reposez-vous, quitter la scène politique Burkinabé ainsi que votre frère François, car le peuple Burkinabé est tolérant, quand je pense que vous seriez a la place du général Sanogo au Mali. Les crimes impunis de Thomas Sankara, David Ouédraogo le Chauffeur de François torturer et tué a l’infirmerie de votre présidence, Henri Zongo, Jean-Baptiste Lingani, Hyacinte Kafando et j’en passe. Apres l’assassinat de Norbert Zongo quand vous aviez vu que vous avez du feu au fesse, vous avez augmentez tout de suite les salaires de 10% mais le peuple continuait à exiger votre tête et vous aviez fini par créer un collège des sages avec confirmation que vous accepteriez leur décision, le collège des sages a confirmer la limitation de votre mandat, en le bétonnant avec l’article 37, et vous étiez d’accord avec cette limitation, aujourd’hui vous retournez votre veste a travers votre frère et votre parti par l’ influence du pouvoir afin de manipuler l’article 37. Vous êtes bien loti dans votre case doré de Kossyam, sortez et interroger dix personnes dans la rue de Ouagadougou, une seule personne serait d’accord pour la modification de l’article 37. Si vous ne voulez pas sortir, envoyez votre fille Djamila que vous aviez confiance, elle reviendra avec le même résultat. ’’’’’Comme écrivait le journaliste Norbert Zongo a votre égard, comment fera le président Blaise Compaoré pour s’imposer aux intellectuels qui appréhendent les dimensions de sa dictature et le drame qu’elle représente pour notre peuple ? Une seule solution s’impose a lui : emprisonner, tuer, faire disparaitre. Il n’ y a pas d’autre alternative.’’’’’ Mr. le président si vous ne voulez pas respecter notre article 37, vous allez encore reprendre votre ancien bâton de pèlerin qui est la violence et qui fera bientôt de nouvelles veuves et des orphelins comme Philippe et Auguste et les autres. Nous ne sommes que des internautes anonymes, mais nous vous avertissons pour que vous sortez par la grande porte, ceux qui sont à vos côtés et qui vous poussent a se représenter en violant l’article 37 vous veulent du mal. En 1998 je vous ai soutenu en tant qu’un représentant d’une bonne équipe avec un fabuleux programme qui va faire avancer un Burkina qui en a besoin. Aujourd’hui vous êtes un représentant d’une équipe qui pense qu’a leur propre intérêt. Rappelez-vous qu’en 1999 a la rencontre avec vos pairs, un officiel togolais vous traitait d’un véritable fouteur de merde, par ce que notre capitale recevait des personnes des partis politique au pouvoir comme ceux de l’opposition. Une phrase reprise par Jeune Afrique de l’époque. Alors Mr. le président revenez sur terre avec de la sagesse pour un Burkina en paix et émergent. Acceptez pacifiquement l’alternance, et présenter une personne fiable qui représentera le CDP des années 1998 a la mémoire de ses valeureux créateurs comme le feu Ludovic Tou.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars 2014 à 09:03, par Un autre Koro
    En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

    Pour toute action ou entreprise humaine et dans le cas du debat actuel sur la mdification de notre loi fondamentale, il faut répondre aux deux questions suivantes : comment modifier la constitution et surtout pourquoi la constitution doit être modifiée ? Si la réponse à la question de savoir comment la modifier se trouve dans la constitution elle même, je mets au défi quiconque de me trouver une réponse constitutionnelle valable, défendable. La nation n’est pas menacée de l’extérieur. La seule raison que malheureusement les tenants de la modification ne peuvent brandir au risque de se voir ridiculisés est que c’est pour satisfaire la soif inextinguible de pouvoir d’ un homme à moins que ce ne soit pour permettre à d’autres de se construire de nouveaux immeubles dont le coût d’un seul dépasse de loin la totalité du salaire qui leur a été versé depuis le début de leur carrière professionnelle. Suivez mon regard.

    Répondre à ce message

    • Le 24 mars 2014 à 13:21, par KGO
      En réponse à : Dialogue démocratique du CGD : Le référendum, la pomme de discorde entre panélistes

      heureusement que Dieu voi tout. les hommes se formulent des idées, ambitions et visions bonnes comme mauvaises. cependant toute ma prière est que cette fois-ci, Dieu dise son dernier mots. car trop, c’est trop. on veux maintenant respirer et surtout avancer. je ne pense pas que dans tout un pays « une seule personne » soit aussi « importante » au point d’être irremplaçable. c’est vraiment absurde et ridicule d’avoir de telles pensées. Dieu bénisse et sauve le Faso

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés